20 novembre 2019 - Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM
Logo SCCUQ

Logo

Publication récente
Dernier
Coup de gueule
Twitter

Monde syndical

Surveillance anti-syndicale chez A&W

Les géants de la restauration rapide au Canada semblent craindre que les travailleurs à faible salaire exercent leur droit de négociation collective.

Des représentants d’A&W et de McDonald’s se sont réunis avec d’autres grandes entreprises et associations industrielles au Toronto Airport Hilton plus tôt cet été pour une conférence organisée par le groupe antisyndical LabourWatch.

LabourWatch compte Restaurants Canada, qui s’appelle «la voix» de l’industrie de la restauration rapide au Canada, comme l’une de des associations membres et l’un des dirigeants de Restaurant Canada siége au conseil d’administration de LabourWatch.

Dans un enregistrement obtenu exclusivement par PressProgress, les dirigeants d’A&W Canada ont expliqué à la conférence quelques-uns des trucs qu’ils utilisent pour garder leur entreprise «sans syndicat».

Nancy Wuttunee, vice-présidente du département «People Potential» d’A&W Canada, et Mike Atkinson, vice-président régional d’A&W pour l’Est du Canada, ont expliqué que leur société garde une «liste de surveillance» des franchises «à haut risque» de syndicalisation.

Une chose qui pourrait mettre une franchise A&W sur sa «liste de surveillance», a déclaré Atkinson, est si le «voisin d’à côté» est un lieu de travail où «la plupart des gens sont syndiqués »».

«Peut-être êtes-vous sur la liste de surveillance parce que vous vous trouvez dans une zone à très haut risque», a expliqué Wuttnnee. «Ce n’est pas toujours à propos de ce que vous faites, c’est peut-être où vous êtes.»

«Par exemple, nous opérons dans des food courts où tous les autres sont syndiqués», a déclaré Wuttunnee.

Pour lire le reste de cet article de Press Progress (version originale en anglais), cliquez ici.