23 juillet 2019 - Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM
Logo SCCUQ

Logo

Publication récente
Dernier
Coup de gueule
Twitter

SCCUQ

Mot de votre présidente : Solidarité du SPPEUQAM avec les travailleurs et travailleuses qui se tiennent debout

Le 17 juin 2019, l’assemblée générale du SPPEUQAM a accordé unanimement un don de solidarité de 2000$ aux travailleurs et travailleuses de l’aluminerie de Bécancour (ABI).

L’usine de Bécancour est cruciale pour l’économie du Centre-du-Québec avec des retombées estimées à plus de 500 millions $ dans la région. Le conflit a de plus déjà coûté des centaines de millions de dollars en revenus à Hydro-Québec, une perte financière pour laquelle les pénalités prévues n’ont même pas été appliquées.

Le syndicat d’ABI réclame le respect les conditions de travail négociées à l’aluminerie Alcoa à Baie-Comeau qui appartient au même employeur. Les 1030 travailleurs et travailleuses de l’aluminerie de Bécancour sont en lockout depuis 11 janvier 2018 et ce conflit de travail perdure déjà depuis 17 mois.

L’assemblée générale du SPPEUQAM a aussi adopté une proposition dénonçant les déclarations publiques du Premier ministre du Québec, qui considère que « le syndicat n’est pas raisonnable ».

Il semble difficile pour François Legault de faire preuve d’empathie et de considération dans ce conflit, lui qui enjoint les syndiqués à baisser la tête et accepter des offres déraisonnables et leur faisant même porter l’odieux de la responsabilité de la situation.

« Le premier ministre est bien silencieux sur le salaire d’un PDG d’une compagnie qui prend en otage les travailleurs et toute une région, qui appauvrit le Québec et qui a fait perdre 165 millions $ à tous les Québécois et Québécoises en 2018 », ont ironisé les syndicats.

En espérant que le Premier Ministre devienne plus raisonnable pour régler ce conflit de travail. Il est, après tout, de sa responsabilité de renouer le dialogue social entre la partie patronale et le syndicat afin de permettre aux salariés d’ABI obtenir les conditions de travail acceptables. Malheureusement, apaiser les tensions sociales ne semble pas être une priorité de ce gouvernement…

D’ici là, l’ensemble des membres du SPPEUQAM réitère son appui et sa solidarité aux travailleurs de l’aluminerie de Bécancour (ABI) qui osent se tenir debout malgré une attitude ignoble de la part de la partie patronale et un gouvernement méprisant et condescendant à leur égard.

Nous sommes derrière vous.

Yvette Podkhlebnik,

Présidente du SPPEUQAM