Infolettre du SCCUQ – 8 décembre 2016
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Messages et activités du SCCUQ :

• Rapport de la négo :
- L’employeur se braque, le SCCUQ demande la nomination d’un médiateur-conciliateur

Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
• Com. de presse : Les chargées et chargés de cours de l’UQAM rejettent l’offre finale : une banque de cinq jours de grève!
Com. de presse : Les chargées et chargés de cours de l'UQAM célèbrent leur Journée nationale dans des circonstances déplorables
Com. de presse : L’UQAM préfère le béton armé et des chargées et chargés de cours précaires et éjectables
Réflexion sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Transformation institutionnelle à l’UdeM : le mémoire du SCCCUM
Consultation ministérielle en enseignement supérieur : orientations de la FNEEQ
Mémoire présenté par la CSN (avec la FNEEQ et la FP) sur le projet de création du Conseil des universités du Québec.

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 15 janvier : Exposition Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur
Jusqu’au 23 décembre : Près des lignes : Jérôme Bouchard présente une exposition solo
9 et 10 décembre : Julie Bramond présente ses bijoux au Marché artisanal
Jusqu’au 20 décembre : Exposition de Caroline Hayeur sur le tango à la galerie Occurrence
Jusqu’au 8 janvier : Exposition Le Parc olympique, une architecture à célébrer

Autres activités :

Jusqu’au 9 décembre : Collecte de livres La lecture en cadeau à l’UQAM
12 décembre : Caravane 15$ : tournée de bureaux de circonscription de ministres libérales
17 décembre : Journée internationale pour mettre fin à la violence envers les travailleuses.eurs du sexe
19 décembre : Rencontre d’ATTAC sur la mobilisation contre les paradis fiscaux
1er février : Conférence La face cachée de la dette québécoise: quelle est sa véritable nature?
21 février : La Coalition Main rouge à l’assaut du «Big Four»

 
 
Entre vous et moi

Laissons la conciliatrice arriver dans le dossier. La négociation ne se terminera pas en 2016, nous n’aurons pas une nouvelle convention collective sous le sapin de Noël. Qu’à cela ne tienne, elle sera tout aussi bonne en 2017. Nous sommes en fin de session. Épuisés, des examens à préparer et débordés de travaux à corriger, mettons nos priorités à la bonne place. Nous reviendrons frais et dispos pour exercer nos moyens de pression en janvier. À moins que…

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Pourquoi participer au Régime de retraite des chargés de cours de l'Université du Québec (RRCCUQ)

Si vous ne cotisez pas encore au régime de retraite des chargés de cours et si vous êtes admissible, vous recevrez, ou avez déjà reçu, une lettre de l’employeur vous invitant à adhérer au RRCCUQ. La valeur de la contribution employeur acquise au participant est, à elle seule, une raison suffisante pour d’adhérer au RRCCUQ dès que vous devenez admissible. L'idéal est d’investir le plus tôt possible, le temps étant votre meilleur allié.

Notre régime de retraite est un régime à cotisations déterminées (CD). Les revenus retirés du régime CD dépendront des sommes accumulées dans votre fonds. Plus tôt vous adhérez, plus importantes seront les sommes accumulées. Vous avez le choix de contribuer à 2,75%, 5,5% ou 9% de votre rémunération et l’employeur en met autant. Votre mise de fonds est donc doublée. Qui refuserait une augmentation salariale? C’est ce qui se produit lorsque vous devenez admissible et que vous ne complétez pas votre adhésion au RRCCUQ. Vous devez répondre le plus tôt possible. Ce processus n’est enclenché qu’une fois par année.

Lire la suite
 
 
Les syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal

Les syndicats de l’UQAM s’étonnent de la promesse du gouvernement provincial d’investir 94 millions de dollars dans la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal et dénoncent toute forme de compétition engendrant un gaspillage des fonds publics, que ce soit entre les universités ou entre les facultés. Il est en effet très questionnable d’allouer des fonds publics pour construire un nouvel édifice universitaire, alors que les fonds sont insuffisants en enseignement supérieur. La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, prétend que cet investissement va accroître l’accessibilité à l’enseignement. Cet investissement risque plutôt d’accroître inutilement la compétition entre les universités. HEC prétend subir un déficit d’espace, mais pourquoi venir s’installer au centre-ville, loin de leur campus principal? Cette décentralisation au centre-ville ne comblerait aucun besoin en formation ou en recherche que les autres universités déjà présentes ne peuvent offrir.

Lire la suite
 
 
Rapport de la négo : l’employeur se braque, le SCCUQ demande la nomination d’un médiateur-conciliateur

À la suite du vote de refus de l’offre finale de la direction par 96,5% des chargées et chargés de cours présents à l’Assemblée générale spéciale et l’acceptation par 86% des membres d’une banque de cinq jours de grève à être exercés au moment jugé opportun, les comités de négo se sont revus le 28 novembre. Le comité de négo patronal a dit qu’il ne retournerait pas voir ses mandants tant que le Syndicat ne revoyait pas ses demandes, qu’il refusait de reprendre la négociation et que l’offre finale était toujours sa réponse aux dernières contre-propositions syndicales. À la demande du comité de négo syndical, ils se sont tout de même entendus pour se revoir le 15 décembre. Devant cette situation, notre comité de négo, par l’entremise de la FNEEQ-CSN, a procédé mercredi à une demande de nomination d’un médiateur-conciliateur auprès du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Rapports précédents : • Offre finale de l’employeurEn attente de réponses à nos contre-propositions  • Nouveau déblocage de la partie patronale, quelques petits gains et plusieurs avancéesUn accord et encore des attentesDes reculs confirmés, mais la discussion n’est pas rompueDépôt des offres patronales globales à venir

 
 
Les chargées et chargés de cours de l'UQAM rejettent l'offre finale : une banque de cinq jours de grève!

Les chargées et chargés de cours de l’UQAM ont rejeté à 96,5% l’offre finale de l’employeur, vendredi en assemblée générale, et 86% des membres présents ont voté en faveur d’une banque de cinq jours de grève à utiliser au moment jugé opportun par le Comité exécutif et le Comité de négociation. Cette offre finale contenait des augmentations salariales en-deçà de celles offertes aux professeurs et aux employés de soutien – se limitant aux paramètres salariaux gouvernementaux, soit 6,75% sur cinq ans – alors que nous sommes les personnes chargées de cours à peu près les moins bien payées de l’ensemble des universités francophones québécoises. Et des offres normatives qui répondent par la négative à nos principales revendications sur les exigences de qualification pour l’enseignement (EQE), la clause réserve permettant aux étudiants à la maîtrise ou au doctorat d’enseigner sans répondre aux mêmes exigences, la stabilisation de l’emploi et les environnements numériques d’apprentissage.

Lire la suite.

La couverture médiatique : Le journal Métro, Radio-Canada, Le Journal de Montréal

 
 
Babillard des membres
 
 
Véronique Leblanc a su Faire avec… les matières résiduelles, aux Îles-de-la-Madeleine
vleblanc

Le Centre d'artistes en art actuel des Îles-de-la-Madeleine AdMare a invité, en 2012, la commissaire indépendante Véronique Leblanc, chargée de cours au Département d'histoire de l'art, à mettre en place un projet d'exposition qui permettrait de réfléchir à de nouvelles manières de penser la gestion des matières résiduelles. Intitulé Faire avec, le projet, qui allie résidence d'artistes, exposition et livre d'art, a réuni 10 artistes avec pour objectif de produire et de disséminer dans l'espace public des œuvres in situ – sculptures, photos, œuvres performatives et sonores, peut-on lire dans Actualités UQAM. Le livre présente les créations réalisées dans le cadre du projet ainsi que des textes de réflexion de Véronique Leblanc et de Gentiane Bélanger, doctorante en histoire de l'art. Paru aux éditions AdMare.

 
 
Sandrine Ricci critique la consultation sur les violences sexuelles

Plusieurs intervenants jugent «précipitée» la démarche de consultation sur les violences sexuelles du ministère de l’Enseignement supérieur, annoncée le 17 novembre, qui demande aux universités et aux cégeps d’avoir consulté leur communauté et déposé un bilan pour le 6 janvier. En réponse à cette demande, l’Université du Québec à Montréal (UQAM) a incité lundi ses étudiants et les autres membres de sa communauté à remplir un sondage en ligne. «L’échéance fixée par la ministre pour compiler les résultats étant très serrée, vous êtes invités à remplir ce questionnaire au plus tard le 14 décembre 2016», peut-on lire dans le courriel de l’université. Sandrine Ricci, chargée de cours à l’UQAM et coordonnatrice du Réseau québécois en études féministes, doute de la qualité de ce processus. «C’est une approche qui est imposée à la fin de la session, deux semaines avant Noël, alors que les étudiants et les employés sont dans un tourbillon. Ce n’est pas sérieux», a déploré mardi la co-chercheuse du projet ESSIMU, une large enquête faisant le portrait des violences à caractère sexuel en contexte universitaire au Québec, dont le rapport doit être publié en janvier.

Lire la suite du texte du journal Métro.

Les membres de la communauté universitaire sont invités à remplir un questionnaire sur les violences à caractère sexuel.

 
 
Lorie-Marlène Brault-Foisy, Émilie Tremblay-Wragg et Sara Mathieu-Chartier reçoivent des prix de la Faculté des sciences de l'éducation

La Faculté des sciences de l'éducation a décerné, le 30 novembre, ses Prix d'excellence en recherche 2016. La chargée de cours en Didactique et doctorante Lorie-Marlène Brault-Foisy a obtenu le nouveau Prix de la recherche/Engagement étudiant. Son projet doctoral vise à mieux comprendre le rôle du mécanisme cérébral du recyclage neuronal dans l’apprentissage en général et, plus spécifiquement, dans l’apprentissage de la lecture. Le prix Engagement du Conseil des diplômés de la Faculté des sciences de l'éducation a été remis aux chargées de cours et doctorantes en éducation Émilie Tremblay-Wragg et Sara Mathieu-Chartier pour leur projet Thèsez-vous, des retraites de rédaction destinées aux étudiants des cycles supérieurs.

Lire la suite.

 
 
Des étudiants de Philippe Savard remporte un premier prix au concours La Relève en enseignement de la science et de la technologie

Lors du congrès annuel de l’Association pour l’enseignement de la science et de la technologie au Québec (AESTQ), tenu du 23 au 25 novembre, sept étudiants de la Faculté des sciences de l'éducation ont été honorés dans le cadre du concours La Relève, qui vise à souligner la qualité du matériel didactique produit par les futurs professionnels de l’enseignement de la science et de la technologie au préscolaire, au primaire et au secondaire. L'équipe de deux étudiantes et un étudiant dirigée par le chargé de cours au Département de didactique Philippe Savard a obtenu le premier prix dans la catégorie Enseignement secondaire.

Lire la suite.

 
 
Guillaume Cliche-Rivard mène la délégation étudiante à cinq prix dans le cadre de la Simulation des Nations Unies

La délégation étudiante de la Faculté de science politique et de droit a obtenu de nouveau la plus haute distinction (Outstanding Delegation), dans le cadre de l'édition internationale de la Simulation des Nations Unies (NMUN World), qui avait lieu à Kobe, au Japon, du 20 au 26 novembre dernier. Les étudiants étaient sous la supervision du chargé de cours à la Faculté Me Guillaume Cliche-Rivard. La délégation a aussi remporté quatre prix individuels, soit trois Outstanding Position Paper, décernés pour la qualité des travaux écrits des étudiants en lien avec différents sujets traités dans leurs comités respectifs, et le prix Outstanding Delegate in Committee. C'est la première fois qu'une délégation de l'UQAM remporte autant de prix à la NMUN World, rapporte le site actualitesuqam.

 
 
Projet de loi fédéral touchant les banques : «un recul considérable pour la protection des consommateurs», dénonce Jacques St-Amant

Frais supplémentaires, publicités trompeuses, modification unilatérale de contrat, le projet de loi fédéral touchant les banques pourrait entraîner un «recul considérable» en matière de protection du consommateur, craignent des experts. «Le projet de loi fédéral est extrêmement incomplet. Ce que ça transmet comme message, c’est que ce qui est commode pour les banquiers est plus important que la protection du consommateur», s’inquiète Jacques St-Amant, chargé de cours en droit de la consommation à l’UQAM.

Lire la suite du texte du Journal de Montréal.

 
 
Ces Québécoises qui portent le niqab : une pratique marginale selon Frédéric Castel

Qui sont les femmes qui portent le niqab au Québec? Le chargé de cours en géographie Frédéric Castel explique qu’il s’agit d’une pratique bien marginale dans le cadre d’un reportage de Louis-Philippe Ouimet à l’antenne de Radio-Canada. «On se trompe pas en disant qu’il y en a entre 50 et 100 sur une population d’à peu près 150 000 femmes musulmanes.»

 
 
Julien Tourreille fait le point sur les primaires françaises à l’antenne de Radio-Canada

Le chargé de cours en science politique Julien Tourreille fait le point sur les primaires françaises et le retrait de la course du président François Hollande à l’émission Dessine-moi un dimanche à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Nicole Milette organise l’exposition Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur
nmilette

L’exposition Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur organisée par Nicole Milette, artiste et chargée de cours en design de l’environnement, ainsi que Alejandra Bertorini, Carlos Calado et Michel Lancelot, quatre artistes graveurs de l’Atelier Circulaire, sera présentée à Montréal jusqu’au 15 janvier pour la première fois à la Maison de la Culture Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, 421 rue Saint-Roch (métro Parc). Une visite commentée par Jacques Dumouchel, historien de l’art et fils d’Albert Dumouchel, ainsi que par Nicole Milette et Carlos Calado aura lieu le samedi 14 janvier 2017 de 13:30 à 15:00 heures, aucune réservation requise. Elle est magnifiée grandement par l’apport de 15 estampes d’Albert Dumouchel et par les 5 estampes hommage des artistes invité.e.s Boisvert, Derouin, Lacroix, Tousignant et Simonin qui l’ont connu de son vivant. Vous pouvez aussi visionner le petit film 50 artistes/50 estampes et plus Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur, réalisé en janvier 2016.

Le Devoir : L’empreinte du père de la gravure.

 
 
Julie Bramond présente ses nouveaux bijoux au Marché aux trouvailles et au Marché artisanal

La chargée de cours Julie Bramond est également créatrice de bijoux. Elle sera, à ce titre, au Marché artisanal de Montréal, les 9 et 10 décembre.

 
 
Monde syndical
 
 
Caravane 15$ : les femmes plus touchées par la pauvreté

Une tournée de bureaux de circonscription de ministres libérales se tiendra le lundi 12 décembre à Montréal pour revendiquer le salaire minimum à 15$ l’heure. Des ministres féminines seront visitées à compter de 9h par une délégation de la campagne 5-10-15 afin de les sensibiliser aux enjeux touchant spécifiquement les femmes à bas salaire qui ne peuvent se sortir de la pauvreté. Pour information et vous joindre à la caravane: emmanuelle.proulx@csn.qc.ca

 
 
La CSN à la Commission sur l'éducation à la petite enfance : échec des politiques austères du gouvernement Couillard
csncommission

«Il est urgent de rétablir les principes d’universalité et d’accessibilité aux services de garde de qualité pour tous les enfants, et de poursuivre le développement des places en CPE et en milieu familial régi», a affirmé Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN, à l’occasion de la tournée de la Commission sur l’éducation à la petite enfance menée par l’Institut du Nouveau Monde (INM) qui se tenait cette semaine à Montréal. La CSN a présenté son mémoire sur l’état de dégradation des services de garde éducatifs en centres de la petite enfance (CPE) et en milieu familial régi, qui desservent près de 200 000 enfants. «Pendant que des parents paient davantage en raison de la hausse tarifaire fixée selon le revenu familial, le personnel fait tout en son pouvoir pour offrir des services de garde de qualité malgré les impacts des compressions budgétaires de plus de 300 millions de dollars imposées depuis trois ans», souligne Véronique De Sève.

Lire la suite.

Il est urgent d’agir pour nos tout-petits selon la CSQ.
Recours en vertu de la Loi sur l’équité salariale : une bonne nouvelle pour les travailleuses des CPE.
80 000 cartes postales remises au PM Couillard en faveur d’un réinvestissement massif.
Cœur du Québec : la CSN exige des avancées dans la négociation des centres de la petite enfance.

 
 
Consultation nationale sur la réussite éducative: la CSN dénonce l’incohérence du gouvernement

Le ministre de l’Éducation et de la Famille, Sébastien Proulx, ne peut pas dire en même temps qu’il reconnaît l’apport des services de garde à la réussite éducative, tout en poursuivant leur saccage au point de remettre en cause les fondements mêmes d’un réseau qui a fait ses preuves depuis deux décennies. C’est le message martelé par la CSN au terme de la deuxième et dernière journée de la consultation nationale sur la réussite éducative initiée par le gouvernement du Québec sur les problèmes et les défis qui confrontent le réseau de l’éducation.

Lire la suite.

Des conditions d’apprentissage qui se sont dégradées, selon un sondage de la CSQ.
L’ICÉA propose l’adoption d’une politique de la réussite éducative tout au long de la vie.
Mémoire du mouvement Je protège mon école publique.

 
 
Nouveau surplus budgétaire de 1,7 milliard $ à Québec : la nécessité d’un réinvestissement massif s’impose plus que jamais

«Le surplus budgétaire de 1,7 milliard $ constaté par le ministre Leitão le 2 décembre impose plus que jamais un réinvestissement massif dans les services publics et les programmes sociaux», a plaidé le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau. «Depuis son élection, le gouvernement n’a cessé de démanteler l’État social québécois qui est de moins en moins en mesure d’assumer son rôle auprès de la population et dans les régions», a poursuivi le porte-parole syndical.

Lire la suite.

«Le bilan du gouvernement Couillard, c’est un désengagement de l’État envers les services publics», estime la CSQ.

 
 
Anniversaire de la tuerie de Polytechnique : le travail contre la violence envers les femmes n’est pas terminé

Encore cette année, la CSN tient à souligner le tragique anniversaire de la tuerie de l’École Polytechnique et en profite pour lancer un appel pressant en faveur de l’élimination de toute forme de violence à l’endroit des femmes. «À de nombreuses reprises en 2016, les manchettes ont démontré qu’il faut se relever les manches et continuer la lutte contre ce fléau. Les violences envers les femmes s’alimentent des inégalités entre les sexes qui perdurent dans de nombreux milieux et de l’inertie de la classe politique. Il faut s’attaquer dès maintenant et de façon concrète aux stéréotypes qui permettent à ces violences de se développer», a souligné la vice-présidente de la CSN, Véronique De Sève.

Lire la suite.

FTQ : Drapeaux en berne et résolution votée.

 
 
Liberté, je crie ton nom (au tribunal) !

Richard Martineau, chroniqueur hyperactif (ai-je le droit de dire ça sans billet du médecin? c’est une figure de style) que l’on peut lire dans le Journal de Montréal et sur son blogue, qu’on entend à la radio, qui anime sa propre émission en plus d’être l’invité de plusieurs autres, Richard Martineau donc, dis-je, poursuit un média indépendant, un chroniqueur et un caricaturiste pour diffamation et atteinte à la réputation. De toute évidence, il ne leur reproche pas la perte de tribunes (et ce n’est pas un souhait, juste un constat)... Sous le couvert de la satire, est-ce qu’on serait allé trop loin («on» comme pronom indéfini, je n’ai rien à voir avec le texte)? D’un côté, disons les choses telles qu’elles le sont: je ne peux pas dire que j’ai apprécié le texte de Marc-André Cyr. D’un autre côté, la plume de Richard Martineau est loin d’être ma préférée. Je trouve que son style s’appauvrit avec le temps et qu’il attise bien plus les préjugés que la réflexion (ceci est une opinion qui, bien qu’étayée, demeure subjective et n’engage que moi). Mais il ne s’agit pas d’un procès pour déterminer lequel des deux chroniqueurs détient la «ligne juste».

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

Réaction de l'AJIQ–CSN : Protéger les journalistes indépendants contre les poursuites.

 
 
Nos étudiants ne sont pas des sardines! Stop à la démesure des groupes et de la charge de travail

Sous des prétextes économiques et un désir de rentabilité, on emprunte leur stratégie aux entreprises qui font toujours plus avec moins (font-elles vraiment mieux?), et on nous réduit à une situation de plus grande précarité encore: on amalgame plusieurs groupes d’étudiants en un seul, on entasse les générations de demain comme des sardines, on prive nos collègues de charges de cours et on nous confie l’immense responsabilité d’enseigner, avec rigueur, connaissances et équité (naturellement!) à chacune des personnes inscrites à notre cours. Et si nous refusons, on trouve sitôt quelqu’un de plus précaire encore pour nous remplacer. Nous devons dénoncer cette dynamique insidieuse et malsaine! Mais c’est seulement ensemble, en revendiquant haut et fort, que nous arriverons à la faire cesser. Autrement, ce qui nous parait invraisemblable aujourd’hui nous semblera normal dans quelques années. Nos conditions de travail seront toujours plus dépréciées, et nous ne parviendrons plus à interagir avec nos étudiantes et étudiants, devenus trop nombreux et anonymes.

Lire la suite du texte du Comité des relations de travail du SCCCUL.

 
 
Brève manifestation des employés de soutien de l'Université Laval

Environ 200 employés de soutien de l'Université Laval, affiliés au SCFP, ont manifesté bruyamment mardi matin, vers 10h, au pavillon Louis-Jacques-Casault, rapporte Radio-Canada. Ils ont profité d’une séance du conseil universitaire qui réunit la haute direction de l’institution, dont le recteur et les vice-recteurs, pour se faire entendre. Leur action a duré une quinzaine de minutes. Ces employés, des cols bleus, des cols blancs et des techniciens, entre autres, sont sans contrat de travail depuis avril dernier. Ils reprochent à la direction de l'Université Laval de faire traîner en longueur les négociations qui portent surtout sur l'organisation et les conditions de travail. Une rencontre de négociation avec la direction est prévue à la mi-décembre.

 
 
Rapport sur les travailleurs d’agence de location de personnel: la santé publique de Montréal dénonce l’accès difficile aux services de prévention
RaportTravailleurs

Le recours croissant aux services des agences de location de personnel préoccupe le Dr Richard Massé, directeur de santé publique de Montréal, qui dresse un portrait des travailleurs d’agence et des risques à la santé auxquels ils sont exposés dans le rapport Les travailleurs invisibles rendu public aujourd’hui. «Dans le Grand Montréal, les lésions professionnelles de ces travailleurs présentent une durée d’indemnisation plus longue de 10 jours en moyenne que celles des autres travailleurs», déplore-t-il. Dans son rapport, le Dr Massé insiste d’ailleurs sur l’importance de revoir la législation québécoise pour clarifier les responsabilités relatives à la prévention des lésions et la protection de la santé des travailleurs d’agence.

Lire la suite.

La CSN salue le rapport du Directeur de santé publique de Montréal.

 
 
Négociations du préhospitalier : en grève à partir du 16 décembre

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) a fait parvenir plus de 40 avis de grève vendredi aux employeurs du secteur préhospitalier ainsi qu’au ministère du Travail. Ainsi, à compter de minuit, dans la nuit du 15 au 16 décembre, quelque 3600 salarié-es du secteur exerceront leur droit de grève légale, et ce, jusqu’à ce qu’intervienne un règlement satisfaisant pour renouveler les conventions collectives.

Lire la suite.

Violence au Centre Pierre-Janet : le syndicat réclame des mesures pour protéger le personnel.

 
 
Hébergement pour personnes âgées : la CSN plaide pour la consolidation du réseau public

Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), l’investissement de 100 millions annoncé mercredi par le gouvernement afin d’offrir davantage de places dans divers établissements de soins de longue durée est un pas dans la bonne direction. La CSN tient à ce que ces sommes soient investies dans le réseau public, lourdement touché par les dernières années d’austérité. Rappelons que le surplus budgétaire de l’État québécois se chiffre à 1, 7 milliard $. «Si le gouvernement est en train de prendre conscience des conséquences dramatiques des compressions budgétaires imposées ces dernières années, il faut saluer la mobilisation populaire qui l’aura forcé à changer de cap», souligne le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

Lire la suite.

 
 
Congrès de la FTQ : Daniel Boyer et Serge Cadieux réélus à la tête de la FTQ

Seuls candidats en lice pour les postes de président et de secrétaire général, Daniel Boyer et Serge Cadieux ont été réélus pour un second mandat dans le cadre du 31e Congrès de la FTQ auquel un millier de personnes participaient la semaine dernière à Montréal. Plus d’une centaine de résolutions ont été débattues par les délégués. L’action politique, les changements climatiques et la lutte contre les inégalités sociales ont été au cœur des débats. Les délégués ont aussi adopté des résolutions sur la situation des femmes autochtones, le salaire minimum à 15$ l’heure, la désyndicalisation à la Banque Laurentienne, le droit de travailler en français, la rétroactivité et l’instauration de la disposition anti-briseur de grève pour les travailleurs de la construction, la fin du démantèlement des services publics, le rétablissement de la livraison à domicile et l’arrêt des compressions à Postes Canada.

Lire la suite.

 
 
Paix industrielle dans les entrepôts de la SAQ pour cinq ans

Les quelque 800 employés à la manutention, à la livraison et aux services techniques de la Société des alcools du Québec (SAQ) ont une nouvelle convention collective. Les salariés recevront une augmentation de 2% par année de façon récurrente pendant quatre ans, sauf la première année qui est forfaitaire. Ces augmentations incluent aussi l’intégration du boni sur les dividendes. «Au niveau normatif, nous avons accepté la modification des horaires de travail afin de créer une flexibilité en fonction des marchés que la SAQ veut développer. En contrepartie et dans le même esprit, les modalités entourant la conciliation travail-famille ont été élargies», a expliqué Patrick Lessard, président du syndicat (SCFP 3535).

Lire la suite.

Les cols bleus de Dorval entérinent une entente de principe sur leur régime de retraite.

 
 
L’AREQ-CSQ dépose une pétition de près de 4 000 noms pour l’abolition des sacs de plastique à usage unique dans les commerces

Une pétition totalisant 3 864 noms a été déposée à l'Assemblée nationale, le 2 décembre, pour demander au gouvernement du Québec d'interdire la distribution de sacs de plastique à usage unique dans les commerces. Elle a été lancée par l'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ). «Le message que nous voulions envoyer aux décideurs publics, au moyen de cette pétition, c'est qu'on peut se passer des sacs de plastique à usage unique, qui représentent une source importante de pollution. Nous avons très bien vécu sans ces sacs dans le passé et c'est encore possible de le faire aujourd'hui», souligne le président de l'AREQ-CSQ, Pierre-Paul Côté.

Lire la suite.

 
 
Conférences du colloque 2016 de la CSD : sécurisation des trajectoires de vie, salaire minimum, assurance-emploi et conciliation famille-travail-études
ConferenceColloque

Voici l’enregistrement intégral de conférences présentées les 18 et 19 novembre au colloque 2016 de la CSD, Bâtir l’avenir tout le monde ensemble. Professeure au Département de relations industrielles de l’Université Laval, Sylvie Morel y présentait l’état de ses recherches sur l’approche préventive de la sécurisation des trajectoires professionnelles. L’organisatrice politique et porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Virginie Larivière, y présente des chiffres catastrophiques sur la condition des salariés au salaire minimum, puis déboulonne, en s’appuyant sur un grand nombre d’études, les mythes entourant la hausse du salaire minimum à 15$ de l’heure. La conseillère syndicale et coordonnatrice de la région de Montréal, Renée Rodrigue, a expliqué les changements relatifs au programme de l’assurance-emploi intervenus depuis la prise de pouvoir du gouvernement de Justin Trudeau. La coordonnatrice nationale à la condition féminine, Micheline Laplante, a sensibilisé les délégués aux enjeux de la conciliation famille-travail-études, dont l’objectif est d’adapter le travail aux personnes — et non l’inverse.

 
 
Le SPGQ critique la gestion des emplois de complexité supérieure

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) exprime de vives inquiétudes à la suite de la publication, le 1er décembre, du Rapport sur la gestion des emplois de complexité supérieure dans la fonction publique réalisé par la Commission de la fonction publique, en collaboration avec l’École nationale d’administration publique. Par sa vérification de la gestion des emplois de complexité supérieure (ECS) dans la fonction publique — il s’agit d’emplois occupés au sein de l’État québécois par des professionnelles et professionnels recevant une majoration de 10% ou de 15% de leur taux de traitement — la Commission de la fonction publique (CFP) avait pour objectif de déterminer dans quelle mesure la gestion des ECS respectait les principes d’équité et d’impartialité prévus au cadre normatif.

Lire la suite.

 
 
Niger : les enseignantes et enseignants unis demandent le respect des promesses gouvernementales

Pour la toute première fois, l’ensemble des syndicats de l’éducation du Niger a appelé à la grève sur l’intégralité du territoire pour demander tout particulièrement l’intégration des enseignantes et enseignants contractuels dans la fonction publique, et le paiement des arriérés de salaires.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Le ministre de l’Éducation accroît le financement de l’alphabétisation et de l’éducation populaire

Dans son discours de clôture de la consultation nationale sur la réussite éducative, le vendredi 2 décembre, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, a annoncé un réinvestissement de 20 millions de dollars dans le domaine de l’alphabétisation. Selon l’information fournie par le communiqué du ministre, ces montants financeront entre autres les groupes d’alphabétisation populaire qui voient leur financement de base accru de 9 millions de dollars par année, de manière récurrente, soit une augmentation de près de 50% des sommes accordées à ces groupes, par l’entremise du Programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE). Il a aussi annoncé que des fonds du Programme d’action sur le terrain de l’éducation (PACTE) financeraient le fonctionnement des groupes d’éducation populaire de Montréal, pour les deux prochaines années et un montant de 12 millions de dollars sera accordé, par l’entremise du Plan québécois des infrastructures, pour financer les coûts de la réfection des six bâtiments où logent les centres d’éducation populaire.

Lire la suite.

 
 
Violence sexuelle : un rapport réclame des changements profonds à l’UQO

Une étude relève plusieurs constats «préoccupants» concernant les situations de victimisation sexuelle à l'Université de Québec en Outaouais (UQO). Les auteurs de l'Enquête sur la sexualité, la sécurité et les interactions en milieu universitaire (ESSIMU) suggèrent d'importants changements à la direction de l'établissement. Parmi les constats établis dans l’étude, menée dans une demi-douzaine d'universités québécoises, il est notamment mentionné qu’un membre sur trois (31,9%) de la communauté universitaire a vécu au moins une forme de violence sexuelle depuis son entrée à l’université.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

L’UQO «travaille fort» pour faire face aux problématiques liées à la violence sexuelle.

 
 
Une profonde réforme s’impose en éducation : nous sommes collectivement coupables d’avoir gravement négligé nos écoles publiques

«Sortir de la logique du quasi-marché en éducation.» Voilà une phrase clé de l’important rapport que le Conseil supérieur de l’éducation a récemment rendu public. Il s’agit de son Rapport sur l’état et les besoins de l’éducation 2014-2016. Rappelons-le d’abord: depuis sa création en 1964 — en même temps que le ministère de l’Éducation — le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) a produit avec constance des avis et des rapports d’une grande qualité, d’une grande pertinence. Il faut seulement regretter qu’il n’ait pas été écouté et suivi comme il aurait dû l’être par les gouvernements successifs. Le rapport que le CSE vient de remettre au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport mérite toute notre attention, car il met crûment en lumière les dangereuses inégalités de notre système québécois d’éducation.

Lire la suite du texte de Guy Rocher publié par Le Devoir.

 
 
Des échanges possibles entre les universités québécoises et Harvard

Le nouveau Conseil de recherche collaborative créé par l'Association Québec-Massachusetts pourra permettre des échanges entre les universités québécoises et des institutions aussi réputées que Harvard ou le MIT. Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, est l'un des deux élus de l'Assemblée nationale à siéger au Conseil. «Nous allons travailler particulièrement sur la recherche universitaire en lien avec l'énergie, la lutte aux changements climatiques et le transport. J'ai plaidé pour que toutes les universités québécoises soient consultées. On veut voir ce que l'on peut construire, partager. Il pourrait y avoir des échanges de professeurs, d'étudiants et de contenus.»

Lire la suite du texte du Quotidien.

 
 
Plus de 1000 articles scientifiques en libre accès à l'Université Laval

Depuis le printemps, plus de 1000 articles scientifiques de chercheurs de l'Université Laval ont été rendus disponibles dans Internet, tout à fait gratuitement. «On pense qu'on est chanceux dans nos pays d'avoir accès aux recherches, accès aux savoirs. Il faut maintenant donner la chance à d'autres populations à travers le monde d'avoir accès à ces savoirs-là», souligne Éric Bauce, vice-­recteur exécutif de l'Université Laval.

Lire la suite du texte du Soleil.

 
 
Des directeurs s’inquiètent de l’avenir de leurs cégeps vétustes

Après les écoles, les hôpitaux et les universités, voilà que de nombreux bâtiments du réseau collégial sont tout aussi délabrés. La direction de certains établissements peine à effectuer les travaux nécessaires alors que le déficit d'entretien s'élevait à 427 millions l'an dernier. «C’est clair que les sommes ne sont pas au rendez-vous pour être capable de maintenir à niveau les infrastructures», estime Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps du Québec.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Conflit des pharmaciens : les universités craignent de perdre leurs stages

Le conflit qui perdure entre Québec et les pharmaciens communautaires fait craindre aux deux facultés de pharmacie de la province une diminution drastique des stages en pharmacie et le retard de diplomation de plusieurs étudiants. «La population ne pourra que subir les contrecoups d'une arrivée tardive de diplômés sur le marché du travail dans les pharmacies communautaires», écrivent les facultés de pharmacie de l'Université de Montréal et de Laval dans un communiqué publié lundi.

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Ouvrir la voie de l’éducation aux personnes en situation de handicap
OuvrirVoie

À l’occasion du 10e anniversaire de la Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, l’Internationale de l’éducation appelle les différentes parties prenantes à redoubler d’efforts afin d’intégrer les enseignantes, enseignants, étudiantes et étudiants en situation de handicap dans le système éducatif.

Lire la suite.

 
 
Une autre étude confirme que les immigrants sont plus diplômés mais chôment plus

Une autre étude confirme la difficulté d’intégration au marché du travail des immigrants à Montréal. Cette fois, c’est l’Institut du Québec, avec la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et Montréal international, qui dévoilent cette étude intitulée Plus diplômés mais sans emplois — Comparer Montréal: le paradoxe de l’immigration montréalaise. Les immigrants montréalais sont parmi les plus scolarisés en Amérique du Nord, indique-t-on dans l’étude. Le taux de diplomation universitaire des immigrants montréalais est plus élevé que celui des «natifs», soit 33 pour cent comparativement à 24 pour cent. Dans la plupart des autres villes étudiées, c’est la situation inverse qui a été remarquée. De même, le taux de chômage des immigrants est de 9,9 pour cent à Montréal (données de 2015), comparativement à 6 pour cent à Toronto et 4,9 pour cent à Vancouver, par exemple. Les autres villes étudiées sont situées ailleurs qu’au Canada, comme 4,1 pour cent à Philadelphie, 3,7 pour cent à Chicago, 3,4 pour cent à Los Angeles et 2,8 pour cent à Denver.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Les adolescents canadiens dans le peloton de tête en sciences, en mathématiques et en lecture

Les jeunes Canadiens de 15 ans se maintiennent parmi les meilleurs au monde en matière de sciences, de mathématiques et de lecture, révèle la plus récente enquête PISA (Programme international pour le suivi des acquis) de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En sciences, matière principale de cette grande étude effectuée tous les trois ans dans 72 pays ou régions, les élèves du pays figurent au septième rang. Ils sont devancés, dans l’ordre, par Singapour, le Japon, l’Estonie, Taïwan, la Finlande et le territoire chinois de Macao, mais obtiennent de meilleurs résultats que les Français, les Britanniques, les Allemands et les Américains. Les Canadiens sont particulièrement performants en matière de lecture, en décrochant le deuxième rang parmi tous ceux qui ont participé à l’étude, à égalité avec un regroupement de villes chinoises (Pékin, Shanghai, Jiangsu et Guangdong). Ils ne sont devancés que par les étudiants de Singapour. En mathématiques, les jeunes élèves canadiens sont au dixième rang.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

Investir en éducation, la clé pour favoriser la réussite, selon la CSQ.

 
 
PISA : des propositions pertinentes pour l’équité, mais aucune déclaration cohérente pour les politiques en faveur des enseignants

L’enquête PISA 2015 de l’OCDE comporte un certain nombre de propositions solides et constructives en ce qui concerne l’équité, les personnes défavorisées et la promotion de l’enseignement des sciences, mais n’adresse aucune recommandation cohérente concernant les politiques favorables au personnel enseignant.

Lire la suite.

 
 
Université de demain : big is beautiful ?

En France, la fusion des établissements universitaires en véritables méga-universités poursuit sa marche forcée, avec comme prétexte la concurrence internationale: la loi Fioraso de 2013 voulait restructurer la carte universitaire et scientifique autour d’un nombre limité de sites pour être davantage visible à l’international et améliorer l’offre de formations et des activités de recherche. La politique de site, conduite à marche forcée, se traduit aujourd’hui par 25 regroupements d’établissements, concernant 1,7 million d’étudiants, soit les deux tiers des effectifs de l’enseignement supérieur. «La dynamique de site est partout en œuvre», se félicite Thierry Mandon pour qui «il n’y a pas de salut en dehors de cette adaptation-là».

Lire la suite sur localtis.info.

 
 
Monde social
 
 
La hauteur de la barre à l’aide sociale : quelques jalons de 1969 à aujourd’hui

Sans prétendre reconstituer toute l’histoire du plancher de revenu assuré dans les protections sociales depuis la Loi sur l’aide sociale de 1969, l’intention de ce document de réflexion de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques est de réunir un certain nombre de jalons significatifs, certains plus connus, d’autres moins. Selon les cas, ces jalons relèvent de l’histoire gouvernementale, parlementaire ou citoyenne de la question. Ils seront présentés dans leur ordre chronologique, avec des extraits de documents clés pouvant équiper ensuite les argumentaires. La dernière partie du présent texte montrera comment les faits ainsi décrits s’imbriquent en 2016 dans un ensemble conceptuel cohérent, apte à outiller, en théorie comme en pratique, les pas à accomplir en matière de garantie de revenu pour tendre vers un Québec sans pauvreté.

 
 
La face cachée de la dette québécoise : quelle est sa véritable nature? Combien devons-nous et à qui?

La conférence La face cachée de la dette québécoise: quelle est sa véritable nature? Combien devons-nous et à qui?, le mercredi 1er février 2017, 19h, au Centre St-Pierre, vise à prendre la juste mesure de notre dette et offrir d’autres solutions pour la combattre que des mesures d’austérité. Cette conférence est présentée par le Réseau pour un discours alternatif sur l'économie et elle sera animée par Claude Vaillancourt. Le Réseau pour un discours alternatif sur l'économie est formé de: ATTAC-Québec, Centre de formation populaire, Centre Justice et foi, Centre St-Pierre, Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN, Conseil régional FTQ Montréal métropolitain, Économie autrement, Les Amis du Monde diplomatique, Relais-femmes, Vie économique. Conférence à contribution volontaire. Inscription requise.

 
 
Contre les violences vécues par les femmes dans le logement
ContreLesViolences

Dans le cadre de la Journée de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, les organisatrices de la Campagne contre les violences faites aux femmes dans le logement ont déposé mardi à l’Assemblée nationale une pétition de plus de 5000 signatures et présenté également une déclaration de plus de 200 organisations en appui à leurs revendications. Cette campagne cherche à mettre en évidence la vulnérabilité des femmes locataires et dénonce les graves lacunes au Code civil du Québec, à la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer la violence sexuelle et à l’Indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC).

Lire la suite.

L'émission Québec Réveille! de CKIA a mis en ligne une intéressante table ronde sur le harcèlement et les agressions sexuelles de femmes locataires avec Manon Massé de Québec solidaire, Marie-Ève Desroches du CÉAF, Émilie E. Joly du FRAPRU et Mélanie Sarroino du RQCALACS.

 
 
Plan d'action contre l'itinérance : des groupes dénoncent le manque de moyens

Deux ans après l'adoption du Plan d'action interministériel en itinérance 2015-2020, des groupes concernés se plaignent du manque de volonté politique pour le déployer et du manque de moyens dont il dispose. Ils déplorent que le plan ait été mis en œuvre de façon inégale selon la région. Dans certains cas, les ministères visés ont effectivement rencontré des groupes communautaires de leur région et ont commencé à travailler de concert. Mais dans bien des cas, le tout a traîné et traîné, ce qui fait que le plan n'a guère été déployé. Mais surtout, ces groupes dénoncent le manque de moyens pour véritablement lutter contre l'itinérance, qu'il s'agisse de mesures touchant le logement social ou les services sociaux, par exemple.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

Coderre met en place un comité sur l’itinérance.
Des centres d'injection supervisée en 2017, assure Denis Coderre.

 
 
Les origines et les finalités du Régime de rentes du Québec

Alors que le Canada s'est engagé dans la bonification de son régime public de retraite, le gouvernement du Québec semble hésiter à améliorer de la même manière le Régime de rentes. Ce gouvernement, partisan des solutions misant sur l'épargne-retraite individuelle, dont l'inefficacité à couvrir adéquatement les besoins de base de la vaste majorité des personnes retraitées a pourtant été démontrée, ne semble pas vouloir miser sur le potentiel qu'offre le régime public québécois. Ce Régime a pourtant été conçu pour donner à toutes les personnes retraitées du Québec une couverture financière décente, en plus de fournir la base de capitalisation pour la Caisse de dépôt et placement. Afin de nourrir le débat en cours, il est pertinent de revenir sur les origines de la création du Régime de rentes, qui exposent les finalités collectives ayant mené à l'institution de ce régime. Comprendre ces finalités permettra de mettre en perspective le degré de cohérence de la proposition à venir de bonification du RRQ.

Lire le Bulletin de la retraite de l’Institut de recherche en économie contemporaine.

 
 
Que cache le gouvernement Trudeau avec l'Accord Canada-Europe?

Les organisations membres du Réseau québécois sur l'intégration continentale (RQIC) dénoncent le blocage démocratique du gouvernement Trudeau afin de mettre en œuvre l'Accord économique et commercial global (AÉCG) entre le Canada et l'Union européenne. Cette attitude contraste avec l'ouverture au dialogue démontrée par le gouvernement à propos du Partenariat transpacifique (PTP). Depuis le printemps dernier, plus de 40 000 communications sur le PTP ont été envoyées au Comité permanent sur le commerce international (CIIT), témoignant de réelles préoccupations citoyennes et collectives face aux accords commerciaux, dits de nouvelle génération, et leurs répercussions. En plus d'avoir rencontré la ministre Chrystia Freeland à ce sujet, nous avons participé sérieusement aux activités publiques organisées par son ministère et avons applaudi cet esprit d'ouverture. Or, c'est tout le contraire qui a cours en ce moment avec la mise en œuvre de l'AÉCG.

Lire la suite du texte publié par Le Huffington Post.

 
 
Les pipelines nuisent aux industries québécoises

C’est sans grande surprise que le gouvernement Trudeau approuvait dernièrement les projets de pipelines Trans Mountain (Kinder Morgan) et la Canalisation 3 (Enbridge). Pour plusieurs, c’est le rejet du projet de Northern Gateway, évalué à 8 milliards de dollars, qui a suscité l’étonnement. À mes yeux, ce résultat était assez prévisible. En effet, bien que les trois oléoducs bénéficiaient d’avis positifs de la part de l’Office national de l’énergie (ONE), le projet de Northern Gateway d’Enbridge était extrêmement controversé, au point d’avoir été critiqué par la cour fédérale. Avec cette décision, le gouvernement Trudeau essaie de ménager la chèvre et le chou, en disant qu’il reste écologique tout en stimulant l’économie. Pour le moment, rien n’assure que les projets approuvés par le gouvernement fédéral verront le jour. Effectivement, plusieurs intervenants importants, dont les Premières Nations, la ville de Vancouver et même certain·e·s député·e·s du caucus libéral ont exprimé de multiples réticences à l’égard des deux projets approuvés. Au Québec, par contre, la décision aura des répercussions à moyen et à long terme sur les politiques industrielles.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
L’ours polaire et le caribou de la toundra risquent l'extinction

L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe l'ours polaire comme une espèce vulnérable et à haut risque d'extinction à l'état sauvage. Selon une récente étude publiée mercredi dans la revue scientifique Royal Society, la population mondiale des ours polaires, estimée actuellement à 26 000, pourrait diminuer de plus de 30% au cours des 35 prochaines années. La probabilité est estimée à 70%. La disparition rapide de la banquise, principal lieu d’alimentation de l’ours polaire, causée par le réchauffement de la planète, compromet à moyen terme la survie de ces grands mammifères. Le caribou de la toundra pourrait aussi devenir une espèce en voie de disparition si rien n'est fait pour l'aider, selon une nouvelle évaluation. La population des troupeaux des territoires du Nord et des Prairies décline, ce qui inquiète les chercheurs. Selon le spécialiste des espèces arctiques à la World Wildlife Foundation (WWF), Brandon Laforest, plusieurs facteurs influencent l’état de santé des caribous dont la population avait connu un déclin il y a 50 ans. «Nous avons augmenté la présence humaine dans le Nord, le changement climatique a des impacts sur le caribou et nous avons augmenté l'exploration et le potentiel de développement des ressources», énumère-t-il.