Infolettre du SCCUQ - 7 décembre 2017
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

Jusqu’au 11 décembre : Exposition 13 LIKES au lieu social du SCCUQ
12 décembre : Party de Noël du SCCUQ
21 décembre au 8 janvier : Fermeture des bureaux du SCCUQ

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 8 décembre : Campagne La lecture en cadeau
Jusqu’au 16 décembre : Exposition D’où viens-tu? à la Galerie Art Mûr
18 janvier : Atelier Nouvelles façons de présenter les résultats de recherche

Autres activités :

Jusqu’au 10 décembre : Encan silencieux du Groupe d’aide et d’information sur le harcèlement sexuel au travail
7 et 8 décembre : Colloque Rendre visible l’itinérance au féminin
8 décembre : La surveillance et le contrôle technocratique des OSBL: un enjeu de droits collectifs
9 décembre : Marathon d'écriture de Montréal, Écrire, ça libère !
11 décembre : Atelier d’info et d’échange sur le droit des femmes en logement
17 décembre : Témoigner pour agir contre la violence envers les travailleuses du sexe
30 janvier : Manif action Bonifiez AccèsLogis!
7 février : Le milieu communautaire voit rouge : journée d’actions régionales

Messages et documents du SCCUQ :

Capsules d’information sur des modifications à la convention collective :
Vous souhaitez prendre votre retraite ?
Le congé à traitement différé.
Fin accélérée de la période de probation.
Appels à témoins :
Concernant les congés de maladie.
Concernant la conception de cours hybrides.

Politique de prévention et d’intervention en matière de harcèlement psychologique au SCCUQ
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources

 
 
Entre vous et moi

La direction de la Télé-université (Téluq) a confié des mandats à un sous-traitant privé et crée des postes de «professeurs-es sous contrat», à rabais, qui reprendront l’encadrement des étudiantes et étudiants, une tâche effectuée depuis toujours par les tuteurs et les tutrices. C’est 85% d’entre elles et eux qui ont perdu ou perdront leur emploi d’ici quelques semaines. À l’UQAC, la partie patronale a soumis ses demandes dans un document de 164 pages, une remise en question de l’ensemble des acquis des chargées et chargés de cours des 30 dernières années. Leurs collègues de l’UQO ont voté dans une proportion de 93% en faveur de l’intensification des moyens de pression allant jusqu’à la grève générale illimitée. L’employeur veut affaiblir le Syndicat en réduisant les libérations syndicales de 22 à 9. Le Syndicat a déposé ses demandes salariales le 2 juin 2017. L’UQO ne les a pas encore commentées. Les directions se parlent, ça n’augure rien de bon pour notre prochaine négociation. Il faut se solidariser avec nos collègues en conflit et se préparer localement à livrer bataille.

En attendant, je vous invite à signer la pétition sur le site de l’Assemblée nationale en opposition à la malbouffe et aux comptoirs de restauration rapide dans les établissements d’enseignement et à apporter des denrées non périssables au local du SCCUQ, afin de venir en aide aux familles dans le besoin du quartier Centre-Sud. Une autre façon de se solidariser à l’approche du temps des fêtes.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Paniers de Noël : collecte de denrées non périssables au local du SCCUQ

Pour la 25e année, le comité des paniers de Noël de l’UQAM et l’Association sportive et communautaire du Centre-Sud organisent une collecte de denrées non périssables, afin de venir en aide aux familles dans le besoin de notre quartier UQAM Centre-Sud. Le SCCUQ fait partie des associations donatrices. Nous invitons chacune et chacun à apporter des denrées non périssables, une boîte est prévue à cet effet au local du SCCUQ (A-R540). La campagne se déroule jusqu’au 15 décembre. Participez généreusement à ce projet humanitaire pour les gens de notre quartier.

 
 
Fermeture du bureau syndical du 21 décembre 2017 au 8 janvier 2018

Les bureaux du SCCUQ fermeront le 21 décembre 2017 à midi et les officiers syndicaux reprendront du service le lundi 8 janvier 2018. Les membres du Comité exécutif, du Comité des agentes et agents de relations de travail, du Comité mobilisation-intégration et la secrétaire du Syndicat en profitent pour souhaiter de joyeuses fêtes et une bonne et heureuse année 2018 à toutes les chargées et tous les chargés de cours.

 
 
Étude sur les usages académiques des technologies d’information et de communication s’adressant aux personnes chargées de cours

Les auteurs d’une étude sur Les usages académiques des technologies d’information et de communication (TIC) par le personnel enseignant, sollicitent le concours des chargées et chargés de cours qui ont actuellement, ou ont eu dans les sessions passées, des charges de cours. Cette enquête prend environ 10 minutes. Votre participation est volontaire. Vos réponses seront anonymes et resteront confidentielles durant et après l’étude. Veuillez répondre aux questions en ligne au plus tard le 22 décembre 2017. Toutes les réponses reçues seront analysées en groupe et non individuellement.

Lire la lettre de présentation et le rapport de suivi éthique.

 
 
Babillard des membres
 
 
La nouvelle cuvée de la formation en cinéma Wapikoni mobile à l'UQAM, dirigée par Françoise Lavoie-Pilote, présente ses films
NouvelleCuvee

Simon Riverin, de la nation innue de la communauté de Pessamit, sur la Côte-Nord, a remporté le 27 octobre dernier le prix Wapikoni mobile du meilleur court métrage pour Mendier. Son film de 60 secondes a été réalisé dans le cadre de la formation intensive en cinéma offerte à l'UQAM aux jeunes autochtones du 20 au 27 octobre derniers. Cette formation est le fruit d'un partenariat entre le Wapikoni mobile – un studio ambulant de création audiovisuelle et musicale –, l'École des médias, le Département de danse, le Fond d'intégration des chargé-e-s de cours et le Service aux collectivités. «Cette année, les participants devaient scénariser une vidéo dansée – quatre étudiantes en danse ont collaboré au projet – sur une bande sonore de 60 secondes en utilisant les techniques de l'animation en stop motion et du light painting [de la lumière en mouvement]», explique Françoise Lavoie-Pilote, réalisatrice et chargée de cours à l'École des médias, responsable de la formation depuis les débuts du partenariat il y a une dizaine d'années, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Cinq chargées et chargés de cours collaborent à l’ouvrage Méthodes de recherche en neuroéducation
CinqCharges

Fruit d'une collaboration entre le Laboratoire de recherche en neuroéducation de l'UQAM et le Laboratoire de psychologie du développement et de l'éducation de l'enfant de l'Université Paris-Descartes, l'ouvrage Méthodes de recherche en neuroéducation a pour objectif de guider les chercheurs en fournissant de l'information sur le fonctionnement du cerveau ainsi que des points de repère pédagogiques. On y apprend, notamment, comment recueillir et analyser des données à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique, de l'électroencéphalographie et de tests neuropsychologiques. Sous la direction du professeur au Département de didactique Steve Masson, l'ouvrage fait appel à la collaboration de plusieurs Uqamiens, dont les chargées et chargés de cours Geneviève Allaire-Duquette, Lorie-Marlène Brault Foisy, Hugo Lapierre, Yannick Skelling et François Thibault. Publié aux Presses de l'Université du Québec, peut-on lire sur le site Actualités UQAM.

 
 
Guillaume Cliche-Rivard plaide pour une procédure de renvoi du Canada plus juste et plus humaine

Le triste sort réservé à la famille sri-lankaise Lawrence renvoyée du Canada dimanche dernier (3 décembre) a récemment mis en relief le profond manque d’humanisme et de compassion découlant des procédures de renvoi du Canada. Galvanisée par plusieurs interventions politiques et par l’appui de la société civile, cette famille, décrite comme des immigrants «parfaits» et «modèles», espérait jusqu’à la toute dernière minute une intervention politique qui ne sera malheureusement jamais venue, révélant ainsi au grand jour un mécanisme de renvoi du Canada en urgent besoin de réforme.

Lire la suite du texte du chargé de cours Guillaume Cliche-Rivard publié par Le Devoir.

 
 
Élisabeth Vallet commente les vidéos de propagande anti-musulmane de Donald Trump

Autre controverse signée Donald Trump... qui a relayé trois vidéos de propagande anti-musulmane. Entrevue avec la chargée de cours Élisabeth Vallet à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Monde syndical
 
 
Menacés de mises à pied massives, les tuteurs et les tutrices de la TÉLUQ manifestent

Les tuteurs et les tutrices, ont manifesté jeudi devant le siège social de l’université en compagnie des représentantes et représentants des syndicats affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) et du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN). Lors de leur assemblée générale tenue la semaine dernière, les membres du Syndicat des tuteurs et des tutrices de la Télé-université (STTTU) ont pu mesurer l’ampleur de la réorganisation initiée par leur employeur depuis plus d’un an. Après avoir transféré à un sous-traitant privé, l’Institut Matci, l’encadrement d’environ 37% des étudiantes et étudiants provoquant la mise à pied d’une quarantaine de postes de tuteurs et de tutrices, la direction de l’Université TÉLUQ s’est livré à une seconde attaque. Elle crée des «professeurs-es sous contrat», qui reprendront l’encadrement des étudiantes et étudiants, une tâche effectuée depuis toujours par les tuteurs et les tutrices. De l’aveu même du porte-parole patronal, ceux-ci vont perdre 75% de leurs tâches d’ici quelques semaines en raison de la restructuration. Ce chiffre ne tient pas compte des étudiants-es déjà transféré-es à l’Institut Matci.

Lire la suite.

Vidéo : Parce que la Téluq ne peut se priver de ses tutrices et tuteurs.

 
 
UQAC : le syndicat des chargés de cours veut protéger ses acquis

Les membres du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université du Québec à Chicoutimi (FNEEQ-CSN) sont prêts à monter aux barricades pour protéger leurs acquis. Réunis en assemblée générale la semaine dernière, ils ont unanimement rejeté les propositions de la direction en vue du renouvellement de leur convention collective. Le syndicat a également mis en place un comité de mobilisation qualifié de «sans précédent» par l’exécutif. Le contrat de travail des chargés de cours est échu depuis le 31 décembre 2016. En février 2017, le Syndicat a déposé la liste des quelques enjeux jugés prioritaires. La partie patronale a pour sa part soumis ses demandes dans un document de 164 pages. De l’avis du Syndicat, celles-ci remettaient en question l’ensemble des acquis des chargés de cours des 30 dernières années.

Lire la suite du texte du Quotidien.

 
 
Il faut moderniser la charte de l’Université de Montréal

L’Université de Montréal, souhaitant moderniser la charte dont découle son fonctionnement, a sollicité le dépôt à l’Assemblée nationale du projet de loi privé 234, lequel sera étudié mercredi en commission parlementaire. La controverse que soulève toujours cette démarche laisse malheureusement dans l’ombre plusieurs questions. Bien qu’on doive reprocher à la direction de l’Université d’avoir tenté de mener sa démarche tambour battant (ce contre quoi la communauté universitaire s’est élevée avec succès), sa volonté de moderniser sa charte répond à une nécessité certaine. Non seulement la dernière mise à jour de la charte date de 1967, mais plusieurs groupes de la communauté universitaire réclament depuis longtemps sa modification, à commencer par nous, les chargées et chargés de cours de l’Université, qui voulons jouir de droits politiques qui correspondent à notre rôle. Or, parmi les propositions de modification, plusieurs ouvrent la porte à une représentation (la nôtre et celle d’autres groupes) nettement plus équitable dans les instances.

Lire la suite du texte du président du SCCCUM publié par Le Devoir.

FQPPU : Le PLQ prêt à rompre la «paix universitaire» pour consacrer l’Université inc.

 
 
Opposition à la malbouffe et aux comptoirs de restauration rapide dans les établissements d'enseignement

La Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec, dont fait partie le SCCUQ, vous invite à signer une pétition sur le site de l’Assemblée nationale en opposition à la malbouffe et aux comptoirs de restauration rapide dans les établissements d'enseignement. La pétition demande à la ministre responsable de l'Enseignement supérieur: • De faire preuve de leadership et de prendre les mesures nécessaires pour forcer notamment les administrations à bannir la malbouffe et les comptoirs de restauration rapide des établissements d’enseignement; • Que des mesures incitatives soient mises en place pour obliger les directions d’établissement à développer une offre alimentaire orientée vers la mission éducative et la responsabilité sociale. Vous avez jusqu’au 18 janvier 2018 pour la signer.

 
 
Commémoration du 6 décembre 1989 : bien du travail reste à faire pour éliminer les violences envers les femmes
Commemoration

La CSN joint sa voix à tous les groupes qui commémorent aujourd’hui la tragédie du 6 décembre 1989 de l’école Polytechnique pour faire acte de mémoire et rendre hommage aux 14 femmes qui ont perdu la vie en ce jour fatidique. «Des femmes voulant contribuer à façonner notre société, à l’égal de leurs compagnons d’études, ont été la cible d’un homme qui les haïssait parce qu’elles étaient des femmes et qui a froidement décidé de les assassiner pour cette raison. Ce geste inqualifiable constitue une forme extrême des violences sexistes que nous ne devons jamais cesser de combattre, a souligné d’entrée de jeu Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN. Les nombreuses dénonciations des dernières semaines concernant des violences et du harcèlement subis par des femmes au quotidien nous font prendre la juste mesure du sexisme ambiant et des rapports inégaux entre les sexes qui perdurent en 2017.»

La FTQ souligne la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes.
Polytechnique, 28 ans plus tard : La CSQ appelle à ne jamais oublier.
Le nombre de femmes en génie à l’université et ingénieures demeure en hausse.

 
 
Forum sur la valorisation de la diversité : la discrimination systémique existe bel et bien au Québec

La CSN a participé mardi au Forum sur la valorisation de la diversité et la lutte contre la discrimination. Organisé par le ministère de l’Immigration, de la Diversité, et de l’Inclusion (MIDI), ce forum discute principalement des questions liées à l’emploi, à la formation et à la francisation. À l’origine, cette consultation ratissait bien plus large et avait comme objectif d’examiner l’ensemble des enjeux touchant le racisme et la discrimination systémique sous la forme d’une consultation publique confiée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ). Pour la CSN, la mutation de la consultation ainsi que le retrait de la CDPDJ à la tête des débats est fort regrettable. Afin d’enrayer le racisme à travers les différentes sphères de notre société, il faut avant tout reconnaître l’existence même de la discrimination systémique au Québec.

Lire la suite et le mémoire de la CSN.

Le gouvernement doit réellement s’attaquer au racisme systémique au Québec.

 
 
Traitements de faveur à l'égard des géants étrangers : 100 voix face à l'injustice

Plus d’une centaine de personnalités et représentants des milieux culturels, syndicaux et d’affaires ont uni leurs voix en appui à la déclaration suivante: «On ne peut permettre aux géants étrangers d’échapper aux taxes que toutes les entreprises d’ici doivent prélever. Il faut corriger cette injustice qui pénalise nos entreprises, nos artistes, nos artisans et nos travailleurs. Tous ensemble, nous avons le devoir de protéger la culture du Québec et du Canada.»

Lire la liste des signataires.

 
 
Santé et services sociaux : abolition de la fonction de commissaire à la santé et au bien-être, une erreur

En adoptant le projet de loi 150, le gouvernement fera disparaître définitivement le poste de Commissaire à la santé et au bien-être (CSBE). Ce serait une erreur, déplorent les intervenants du milieu de la santé et des services sociaux réunis en collectif autour de 15 grandes solutions visant à assurer la pérennité du système de santé. Ils déplorent que le gouvernement ait fermé la porte à toute consultation sur cette décision lourde de sens. Rappelons que cette fonction avait été créée par le premier ministre, Philippe Couillard lui-même, alors qu’il était ministre de la Santé et des Services sociaux, en 2005. «Gérant plus de la moitié du budget de l’État, le ministère de la Santé et des Services sociaux doit être suivi de près par un organisme qui a les coudées franches, qui ne dépend pas du ministre lui-même», explique le président de l’Association médicale du Québec (AMQ), Dr Hugo Viens.

Lire la suite.

Urgences-santé : 210 salarié-es du centre d’appel 911 bientôt en grève.
Nouvelles conventions collectives à l’Institut national de santé publique du Québec.
Ensemble, préparons un monde sans VIH/SIDA !

 
 
Réouverture du Centre des congrès de Saint-Hyacinthe : la CSN veillera au respect des droits des travailleuses et travailleurs de l’Hôtel des Seigneurs

La Fédération du commerce, affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (FC–CSN), se réjouit de la réouverture du nouveau Centre des congrès de Saint-Hyacinthe, tout comme de l’ouverture prochaine de l’Hôtel Sheraton en avril. Elle souhaite toutefois que la direction de cet établissement interpelle rapidement le Syndicat des travailleurs et travailleuses de l’Hôtel des Seigneurs – CSN, qui représente ces travailleuses et travailleurs syndiqués, afin de mettre fin au conflit de travail qui les opposent, puis à convenir du renouvellement de la convention collective. Environ 270 employé-es, alors qu’ils étaient en grève depuis le 28 octobre 2012, ont été littéralement jetés à la rue par l’employeur, qui a décidé de fermer et de vendre l’Hôtel des Seigneurs en 2013. Plutôt que de rouvrir cet établissement en opération depuis 1974 au même endroit, le nouvel acquéreur a préféré tout démolir et reconstruire l’hôtel et le centre des congrès tout près, de l’autre côté de la rue.

Lire la suite.

Fermeture de trois marchés d’alimentation en Abitibi-Témiscamingue : une page qui se tourne enfin.

 
 
Chantier naval de la Davie : une délégation syndicale à Ottawa

Au lendemain de la grande marche régionale en solidarité avec les travailleuses et les travailleurs de la Davie, une délégation syndicale prenait la route pour Ottawa, lundi, à la suite de l’invitation de Martine Ouellette, chef du Bloc Québécois, afin d’interpeller le gouvernement fédéral. Rappelons que faute de contrats fédéraux, une menace de chômage pèse sur plus de 800 travailleuses et travailleurs du chantier naval Davie, à Lévis. Or, la Marine royale canadienne et la garde côtière ont des besoins pressants et bien documentés que pourrait combler immédiatement la Davie. Selon de nombreux acteurs politiques, dont le premier ministre du Québec qui était présent à la grande marche d’hier, ce sont des hauts fonctionnaires qui bloqueraient l’octroi de contrats fédéraux à la Davie.

Lire la suite.

Canam-ponts à Laval : Signature d'une première convention collective.
Les Machinistes ratifient une nouvelle entente avec Lifetimer Boats.
Le droit à des congés annuels déterminant dans la ratification d’une nouvelle entente avec Inland Kenworth.

 
 
Redéploiement du ministère de l’Immigration : le gouvernement veut réparer des pots qu’il a lui-même cassés, selon le SPGQ

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) s’étonne de la décision du premier ministre, Philippe Couillard, de redéployer des bureaux régionaux du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI). «Après avoir procédé à la fermeture des sept directions régionales du MIDI entre novembre 2014 et mars 2015, c’est à se demander si Philippe Couillard a oublié le saccage que son gouvernement a mis en place durant cette période et que nous dénoncions haut et fort», dénonce Richard Perron, président du SPGQ. Le SPGQ est éminemment perplexe devant le discours décentralisateur du premier ministre qui vise des mesures extraordinaires et ambitieuses pour faciliter l’installation des immigrants en région et pallier la pénurie de main-d’œuvre qui frappe tous les secteurs d’activités.

Lire la suite.

 
 
Rapport de l’Institut de la statistique sur la rémunération des salariés : des erreurs surévaluent la rémunération dans le secteur municipal

Une fois de plus, l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) surévalue la rémunération des employés municipaux du Québec. C’est ce que souligne le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) au terme d’une première analyse du rapport «Rémunération des salariés, état et évolution comparés 2017», rendu public la semaine dernière. Selon le SCFP, l’ISQ surestime d’environ 18 points de pourcentage l’avantage de rémunération globale du secteur municipal sur l’administration publique québécoise. Cet avantage devrait être d’environ 21,6% et non de 39,7%. Strictement du point de vue des salaires, l’ISQ surestime de 4,93 points de pourcentage l’avantage du secteur municipal sur l’administration publique québécoise.

Lire la suite.

Rapport de l’ISQ : le gouvernement est incapable d’attirer et de retenir les experts.
Les contrats de déneigement soulèvent des questions à Malartic.
Nouvelle convention collective au Golf Dorval.

 
 
Victoire de la CSD : une sentence arbitrale historique pour les ressources du Québec

L’Association démocratique des ressources à l’adulte du Québec – ADRAQ Montérégie, affiliée à la CSD a remporté une importante victoire. La décision d’un tribunal d’arbitrage vient couronner des années de revendications et de lutte pour faire reconnaître l’apport inestimable des ressources dans la société, les conditions de fragilité dans lesquelles elles exercent leur métier et établir un équilibre et une justice dans les décisions prises, souvent unilatéralement, par les établissements envers elles, les laissant démunies. En effet, cette sentence arbitrale, la première qui porte sur un dossier de résiliation d’une entente spécifique, vient déterminer que les règles de preuve et de justice s’appliquent aussi aux ressources.

Lire la suite.

 
 
Les syndicats de l’éducation se joignent à l’appel mondial à l’action contre la violence basée sur le genre en milieu scolaire
SyndicatEducation

À l’occasion des 16 Jours de mobilisation pour arrêter la violence 2017, le Groupe de travail mondial visant l'abolition de la violence basée sur le genre en milieu scolaire, dont l’Internationale de l’éducation fait partie, a appelé les acteurs du développement, donateurs et gouvernements à agir, en soulignant les étapes clés vers l’éradication de ce fléau.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Lancement d'une autoformation en ligne : Enseigner à l'université
LancementAutoformatino

L'autoformation en ligne, Enseigner à l'université, a été lancée le 1er décembre par la présidente de l'Université du Québec et les membres du Groupe d'intervention et d'innovation pédagogique (GRIIP) du réseau. Développée par des spécialistes en pédagogie universitaire et des enseignants universitaires, cette autoformation en ligne, gratuite et accessible à tous, vise à outiller les professeurs, chargés de cours, tuteurs et maîtres d'enseignement, tant actuels que futurs, à mieux comprendre les fondements de la pédagogie en matière d'enseignement supérieur. Quatre modules de formation, indépendants les uns des autres, permettront aux enseignants et futurs enseignants de progresser à leur rythme. La courte durée de ces modules, trois heures au maximum, s'avère très avantageuse pour les nouveaux enseignants universitaires, en répondant mieux à la réalité et aux exigences de leur début de carrière.

Lire la suite.

 
 
Précarité de la main-d’œuvre : une menace pour la qualité de l’enseignement supérieur

Il est temps d’exposer l’un des secrets les moins bien gardés qui compromet la qualité de l’enseignement supérieur: la précarité grandissante de sa main-d’œuvre. Les universités ne remplacent pas les professeurs à temps plein au même rythme que leur départ à la retraite; de plus en plus fréquemment, elles offrent plutôt aux professeurs des cours à forfait ou des charges de cours à durée limitée où ils doivent enseigner un grand nombre de cours et ont peu de temps pour faire de la recherche. Dans l’espoir de renverser la tendance vers la dissociation de l’enseignement et de la recherche, les professeurs et les administrateurs d’une université ont éliminé le poste de chargé d’enseignement au terme de la dernière ronde de négociations collectives. À la place, les équipes de négociation des deux parties ont formé un comité paritaire pour mettre sur pied d’ici 2020 un programme de bourses d’enseignement au niveau postdoctoral.

Lire la suite du texte d’Affaires universitaires.

 
 
Québec veut «éviter» les relations prof-étudiant

Alors qu’un consensus semblait se dégager sur la nécessité de proscrire les relations intimes entre professeur et étudiant, le gouvernement Couillard préfère les «éviter». La ministre responsable de l’Éducation supérieure Hélène David a présenté jeudi ses amendements au projet de loi 151 visant à prévenir et combattre les violences sexuelles sur les campus. À l’origine, la pièce législative forçait les universités et les cégeps à se doter d’une politique pour «encadrer» les liaisons entre un étudiant et un enseignant. La ministre David plaide désormais pour que soient déterminées les «règles» à respecter lorsqu’un professeur développe une relation amoureuse ou sexuelle avec un élève.

Lire la suite du texte du Journal de Montréal.

 
 
Retour des données sur le nombre de professeurs et leurs salaires après cinq ans d’absence

Pour la première fois en cinq ans, Statistique Canada a rendu publics les résultats de l’enquête du Système d’information sur le personnel d’enseignement dans les universités et les collèges (SPEUC). Le gouvernement fédéral a annoncé en septembre 2016 le rétablissement de cette enquête, qui avait pris fin en 2012 en raison des réductions de financement du gouvernement précédent. Les dernières données sur le personnel enseignant permanent, les chargés de cours et les instructeurs pour 2016-2017 ont été recueillies dans 112 universités et établissements affiliés publics. Depuis 2010-2011, le nombre de professeurs à temps plein a connu une légère hausse de 1,6 pour cent. La hausse la plus marquée se situe principalement parmi les professeurs titulaires et les professeurs agrégés (respectivement 8,6 et 5,2 pour cent), alors que le nombre de professeurs adjoints a diminué de 15,9 pour cent.

Lire la suite du texte d’Affaires universitaires.

 
 
Stage en Gaspésie : l'Université Laval fait volte-face

Une étudiante au baccalauréat en éducation physique de l’Université Laval, Cathia-Marie Bujold, pourra faire son stage de l’automne 2019 dans sa région natale, la Gaspésie, après avoir vu sa demande être initialement refusée par son département. Il aura fallu l’intervention du député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy, et la médiatisation du dossier pour que le département d’éducation physique de la Faculté des sciences de l’éducation décide de changer d’idée la semaine dernière.

Lire la suite du texte du Soleil.

 
 
Des cours universitaires au Collège militaire royal de Saint-Jean dès 2018

La formation universitaire pourra être de retour dès la rentrée de 2018 au Collège militaire royal de Saint-Jean (CMR Saint-Jean), à Saint-Jean-sur-Richelieu, dans la mesure où le gouvernement du Québec délivre une lettre d’accréditation donnant le feu vert au projet. Le ministre de la Défense, Harjit S. Sajjan, a profité de son passage vendredi au CMR Saint-Jean pour confirmer l’intention du gouvernement Trudeau d’y offrir un programme de baccalauréat ès arts en Études internationales dès août prochain, en vue de diplômer une première cohorte d’étudiants dès 2021. Le projet aurait notamment l’avantage de permettre à plus de militaires canadiens de maîtriser les deux langues officielles du Canada, le français et l’anglais.

Lire la suite du texte de TVA Nouvelles.

 
 
Une nouvelle plateforme pour promouvoir la science en français

«L’union fait la force», tel est l’adage qui pourrait le mieux qualifier le nouveau partenariat entre l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Association francophone pour le savoir (Acfas). En effet, fortes, respectivement, de leur réseau d’enseignement supérieur ainsi que de leur expertise en divulgation de recherche scientifique, l’AUF et l’Acfas ont décidé de rassembler leur énergie et de mutualiser leurs efforts en signant un nouvel accord de partenariat pour une coopération renforcée. Cette entente-cadre permettra de créer, entre autres, une nouvelle plateforme numérique consacrée à la vulgarisation scientifique, à la présentation et au rayonnement de la recherche en français.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Dérives et effets pervers de l’évaluation quantitative de la recherche

Les professeurs et les chercheurs universitaires sont de plus en plus évalués à l’aide de mesures dites «objectives», qui mettent l’accent sur les publications et les citations. Mais le fondement même de cette approche est problématique. Le temps est-il venu d’abandonner ces méthodes de notation simplistes? Avec l’arrivée en milieu universitaire de l’idéologie néolibérale adossée aux techniques du nouveau management public avec ses «tableaux de bord», surtout depuis les années 1990, les chercheurs et les administrateurs utilisent de plus en plus souvent les mots «évaluation», «facteurs d’impact», «indice h». Le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur est ainsi la proie d’une véritable fièvre de l’évaluation. On veut tout évaluer: les enseignants, les professeurs, les chercheurs, les programmes de formation et les universités. Les indicateurs «d’excellence» et de «qualité» se multiplient sans que l’on sache toujours sur quelles bases ils ont été construits.

Lire la suite du texte sur le site Academic Matters.

 
 
La communauté de l’intelligence artificielle a bien fait ses devoirs

Il m’apparaît important de répondre au texte Les menaces technicistes de l’intelligence artificielle signé par Marie-Claude Goulet et publié dans vos pages le 25 novembre dernier. D’abord parce j’y suis mentionné à plusieurs reprises. Mais surtout parce que je désire corriger l’impression voulant que les chercheurs qui conçoivent les intelligences artificielles le font sans tenir compte des éventuelles conséquences sociales et des enjeux éthiques de cette nouvelle technologie.

Lire la suite du texte de Yoshua Bengio publié par Le Devoir.

Affaires universitaires : Le Canada en tant que leader en intelligence artificielle.

 
 
Monde social
 
 
Le milieu communautaire voit rouge : journée d’actions régionales le 7 février

Engagez-vous pour le communautaire organise le mercredi 7 février une journée d'actions régionales. Les coupes dans les services publics et les programmes sociaux ont permis au gouvernement de dégager 4,5 milliards $ de surplus sur le dos de la population. Alors qu’il aurait pu investir dans les organismes communautaires et la justice sociale, il a plutôt choisi de baisser les impôts! À moins d’un an des prochaines élections les organismes communautaires sont rouges de colère!

 
 
L’accès à la vie associative pour les personnes en situation de handicap dans le mouvement de l’action communautaire autonome : Pratiques et besoins pour un accès non discriminatoire

La présente étude de l’IRIS analyse les pratiques d’accommodement effectuées par les organismes d’action communautaire autonome (ACA) afin d’offrir un accès non discriminatoire à leur vie associative pour les personnes en situation potentielle de handicap. L’ouverture à tous et toutes à la vie associative pour les organismes d’ACA engendre une série de coûts directs et périphériques liés à la mise en place d’accommodements. Ne possédant pas d’enveloppe spécifique pour ces coûts, les organismes se doivent de trouver une manière de couvrir ces coûts à même leur budget ou par un financement supplémentaire, souvent privé. Les coûts et les pratiques d’accommodements diffèrent selon que les groupes représentent nommément ou non des personnes en situation de handicap. Nous exposons également dans cette étude les coûts liés à un accès complet, soit non discriminatoire à la vie associative des organismes et groupes composant le réseau de l’ACA au Québec.

Faut-il plus d’accommodements au Québec?

 
 
Séparer l’Entreprise de l’État

Autrefois, l'État c'était le roi et le roi régnait en vertu de son droit divin. Périodiquement, la prétention du roi au droit divin de régner risquait de susciter la révolte du peuple qui subissait l’autorité royale absolue. Heureusement pour le roi et malheureusement pour le peuple, une alliance passée entre l’Église et l’État permettait de légitimer le pouvoir monarchique de droit divin et d’empêcher toute tentative de soulèvement populaire. Ainsi, pour obtenir obéissance, l’État monarchique pouvait user de la force des armes (capacité de coercition) dont il avait le monopole ou bénéficier de l’influence sur les âmes (capacité de persuasion) dont l’Église avait le monopole. Aujourd’hui, dans ce que nous appelons les démocraties occidentales, on se félicite d’en avoir fini avec le pouvoir monarchique de droit divin. On célèbre la laïcité en évoquant fièrement la séparation de l’Église et de l’État. Mais n’y a-t-il pas, de nos jours encore, une certaine alliance contractée par l’État dont nous devrions nous méfier?

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Le manque de médecins pèse de plus en plus dans Hochelaga

Alors qu’un des six seuls omnipraticiens pratiquant à Hochelaga prendra sa retraite en janvier, la relève médicale snobe toujours le quartier. Si bien que certains craignent qu’une des deux seules cliniques du quartier ne ferme ses portes. «Si un docteur tombe malade et qu’on n’a pas de nouveau médecin, il y a un risque que ça ferme. Les médecins de famille sont épuisés», se désole le Dr Nabil Salem, chirurgien affilié à la Clinique médicale Joliette, où il y a actuellement quatre médecins de famille, dont deux âgés de plus de 75 ans. L’un d’eux prendra d’ailleurs sa retraite à la fin décembre.

Lire la suite du texte du journal Métro.

 
 
La Ville de Montréal invitée à racheter l’ancien centre hospitalier Jacques-Viger

Des organismes pressent la Ville de Montréal de racheter l’ancien centre hospitalier Jacques-Viger afin de le rénover pour y loger dans le futur des familles, d’ex-itinérants, ainsi que des artistes. L’ancien Institut des Sœurs de la Miséricorde, a été construit en partie il y a plus de 150 ans. Le bâtiment bordé par les rues Saint-Hubert, Saint-André, De la Gauchetière et le boulevard René-Lévesque faisait office de centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD), avant sa fermeture en 2012. L’édifice d’intérêt patrimonial situé entre Radio-Canada et l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est à l’abandon depuis et des organismes tentent de lui donner une nouvelle vocation.

Lire la suite du texte du journal Métro.

Préparer la vie après la DPJ.
Un projet de logements autochtones se dessine à Verdun.
Règlement inconstitutionnel : la STM donne toujours autant d’amendes.
Le Journal du Barreau : Itinérance au Québec, encore du chemin à parcourir.
À Toronto avec les maires canadiens : Régis Labaume abordera la question de l'itinérance et du logement.
Le maire de Toronto réclame 400 lits en refuge supplémentaires pour les personnes en situation d'itinérance.

 
 
Mécanismes de surveillance des pratiques policières : mieux les comprendre pour mieux lutter contre l’impunité

Depuis plusieurs années, la Ligue des droits et libertés (LDL) et de nombreux groupes sociaux dénoncent le problème d’impunité policière auquel nous faisons face au Québec. Cette impunité vaut pour les actes posés individuellement par les policiers, comme lorsque survient le décès d’une personne dans le cadre d’une intervention policière. Elle vaut aussi pour les actes ou pratiques qui soulèvent des enjeux systémiques, comme les nombreux cas d’agressions sexuelles dénoncés par les femmes autochtones à Val d’Or. Bien que différents mécanismes de surveillance de la police existent, ils comportent tous différentes lacunes, particulièrement en matière d’impartialité, de transparence et d’indépendance.

Lire la suite.

 
 
Campagne «Modifiez le projet de loi C-59 pour protéger nos droits!»

Le 20 juin 2017, le gouvernement Trudeau déposait le projet de loi C-59. Ce projet de loi est la réponse du gouvernement libéral à la vaste consultation lancée à l’automne 2016 sur les questions de sécurité nationale. La très grande majorité des répondants au questionnaire en ligne du gouvernement demandait purement et simplement l’abrogation de la loi C-51 adoptée par le gouvernement Harper. Le projet de loi C-59 est composé de deux grands volets: d’une part, les modifications aux mesures antiterroristes, dont C-51, et d’autre part la mise en place d’un nouveau mécanisme de surveillance des activités de renseignement. Les modifications apportées aux mesures antiterroristes constituent la partie la plus décevante de C-59. Le projet de loi C-59 maintient l’essentiel de C-51. Le SCRS et le CST ont même de nouveaux pouvoirs. Ils pourront détenir légalement des ensembles de données sur la population.

Lire la suite.

 
 
Réseau électrique métropolitain : les contrats reportés à février 2018

La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) n'attribuera pas avant février 2018 les contrats pour la construction du Réseau électrique métropolitain (REM) et la fourniture de son matériel roulant, et lance «une période de discussions» avec ses soumissionnaires. La filiale de la Caisse responsable de grand projet de transport collectif, CDPQ Infra, affirme dans un communiqué «que des discussions supplémentaires sont nécessaires pour atteindre un meilleur rapport qualité-prix» pour le contrat principal d'ingénierie et de construction du REM. Ceci tend à accréditer la rumeur voulant que ce projet de train électrique de 67 km coûtera beaucoup plus cher que les 6 milliards annoncés.

Lire la suite du texte de La Presse.

Train de la Caisse : à la recherche d'un meilleur rapport qualité-prix.

 
 
Évasion fiscale : Attac vise Apple
EvasionFiscale

Apple, la multinationale la plus puissante du monde, a lancé son dernier téléphone intelligent, l’iPhone X, le 3 novembre 2017. C’est la date que nous avons choisie pour passer à l’action. Nos objectifs : faire en sorte qu’Apple paie son amende de 13 milliards d’euros pour évasion fiscale et s’engage à payer sa juste part d’impôts dans les pays où elle exerce réellement ses activités. Avec nos partenaires de la campagne #iPhoneRevolt, nous nous mobilisons également pour exiger que des multinationales de l’électronique comme Apple produisent des téléphones intelligents socialement, écologiquement et fiscalement soutenables. La prochaine journée d’action de la campagne aura lieu samedi 2 décembre, pour y participer, remplissez le formulaire J’agis avec Attac!.

iPhone 5 : un Montréalais poursuit Apple pour «obsolescence programmée».