Infolettre du SCCUQ - 31 août 2017
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

13 septembre : Épluchette de blé d’Inde et lancement des célébrations du 40e anniversaire du SCCUQ
22 septembre : Date de dépôt pour les projets d’intégration

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 10 septembre : Caroline Hayeur expose à la Maison de la culture de Longueuil
15, 16 et 17 septembre : Le Super Méga Continental à la place des Festivals
Jusqu’au 15 octobre : Parcours d’art public temporaire KM3

Autres activités :

6 septembre au 2 octobre : Tournée du FRAPRU pour le droit au logement
12 septembre : Lancement de la huitième session d’automne de l’UPop
12 et 13 septembre : Deux journées d’activités pour célébrer les cultures autochtones
14 septembre : Projection du film Ils entendaient des voix
14 septembre : Programmation de l’automne et portes ouvertes au CÉAF
15 et 16 septembre : Festival des solidarités : vivre ensemble
19 septembre : Lancement de la nouvelle édition du Guide personnel GAM
27 septembre : Engagez-vous pour le communautaire : manifestation nationale à Québec
19 et 20 octobre : Colloque national en itinérance : Responsabilités collectives et pratiques croisées
6 au 8 novembre : Gender Summit d’Amérique du Nord à Montréal

Messages et documents du SCCUQ :

Politique de prévention et d’intervention en matière de harcèlement psychologique au SCCUQ
Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM (2)

 
 
Entre vous et moi

L’UQAM a apporté des «améliorations» à la suite des coupes dans la gestion du courrier interne à l’UQAM : la cueillette, entre autres, se fera aux deux jours plutôt que deux fois par semaine, donc un horaire différent d’une semaine à l’autre. Pourquoi faire simple quand tu peux faire compliqué… assez compliqué pour que les gens s’y perdent et démontrent ainsi l’inutilité du service. Une publicité de la boisson alcoolisée Four Loko se retrouve dans l’agenda de la Coop UQAM quelques semaines après que l’UQAM eut sensibilisé ses étudiants sur les dangers de ce breuvage surnommé «perte de conscience». C’est comme ça quand on confie la gestion publicitaire à une tierce partie qui n’a d’intérêt que pour le profit… tout comme celles et ceux qui l’ont embauchée.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

P.-S. : J’ai l’impression d’être lu. À la suite de mon Entre vous et moi de la semaine dernière, des ustensiles compostables et des bacs pour le compost ont été mis en place à l’UQAM. Et les bouteilles d’eau en plastique ne sont plus en promotion avec le menu du jour.

 
 
SCCUQ
 
 
Épluchette de blé d’Inde de la rentrée et lancement des célébrations du 40e anniversaire du SCCUQ : le 13 septembre
Epluchette

Toutes les personnes chargées de cours sont conviées à une épluchette de blé d’Inde, le mercredi 13 septembre, de midi à 14h, dans la cour extérieure du pavillon DS (Carré DeSève). Nous pourrons ainsi nous souhaiter une bonne rentrée et nous profiterons de l’occasion pour procéder au lancement des célébrations du 40e anniversaire du SCCUQ (votre syndicat aura effectivement 40 ans en février). En cas de pluie, l’événement se déroulera au A-M640 (Bar le Département). Nous souhaitons que vous signifiez votre présence à l’événement par courriel à sccuq@uqam.ca d’ici le 11 septembre afin que nous puissions prévoir les bonnes quantités.

 
 
Projets d’intégration : prochain dépôt le vendredi 22 septembre

La prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration est le vendredi 22 septembre. La trousse d’informations sur les projets d’intégration et le formulaire pour faire une demande de projet d’intégration sont mis à jour. Nous vous invitons à utiliser ces nouvelles versions pour transmettre par courriel votre projet auprès du Comité de liaison local (CLL) de votre unité afin qu’il soit étudié et approuvé. Vous pouvez contacter un membre du Comité mobilisation-intégration (Nathalie Blanchet, poste 2791, Jean Régnier, poste 5609, ou Mariève Ross, poste 8272) si vous avez besoin de plus d’informations.

 
 
Babillard des membres
 
 
Nathalie Blanchet coordonne les répétitions du Super Méga Continental

Rendez-vous sur la place des Festivals le 15 septembre à 20h, le 16 septembre à 16h et 20h et le 17 septembre à 16h, pour Le Super Méga Continental, une gigantesque danse en ligne contemporaine qui célébrera le 375e anniversaire de Montréal de façon spectaculaire ! Imaginé par le réputé chorégraphe Sylvain Émard, ce projet réunit 375 danseurs amateurs qui se donneront corps et âme dans une œuvre démesurée. Les répétitions de l’événement ont été assurées par la chargée de cours en danse Nathalie Blanchet. À l’issue du spectacle, la place se transformera en piste de danse avec Poirier aux platines lors des représentations en soirée.

 
 
Mélissa Blais explique l’absence des femmes dans les mouvements radicaux

À Charlottesville, en Virginie, on n’a vu que des hommes, jeunes et vieux, des «angry white men», que des Blancs en colère, qui l’ont fait savoir en défilant aux flambeaux, comme aux nuits enténébrées de Nuremberg. À Québec, les manifestations de La Meute ou de l’Antifa comptaient bien quelques militantes, mais en minorité. La politique des extrêmes semble monopolisée par un seul genre, ou tout comme. La chargée de cours et sociologue féministe Mélissa Blais oppose la discrimination antiféminine d’un côté du spectre à la réaction contre ces positions de l’autre côté. «La question des intérêts m’apparaît centrale. L’extrême droite est aussi radicale dans son sexisme. On parle beaucoup de sa hantise de l’islam et des musulmans en général, mais on oublie de dire qu’il y a aussi cette dimension sexiste et antiféministe dans son discours. Les femmes ont donc un intérêt à s’opposer à ce discours qui est un rappel à l’ordre. Parmi elles, il y a en plus des femmes radicalisées ou lesbiennes, doublement touchées par le discours de l’extrême droite», a-t-elle dit au Devoir.

 
 
André Lamoureux analyse le dernier débat en français de la course à la direction du NPD

Le chargé de cours André Lamoureux fait une analyse du débat en français qui s’est déroulé en fin de semaine dernière et trace un bilan de la course à la direction du NPD, à l’antenne de la radio de Radio-Canada.

 
 
Jean-René Milot codirige un numéro de Religiologiques portant sur la religion, le droit et l’État
JRMilot

Au moment où une commission parlementaire à Québec s'apprête à examiner le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État et l'encadrement des accommodements raisonnables, le plus récent numéro de la revue Religiologiques tombe à point nommé. Intitulé Religion, droit et État: interférence, intersection et interface (no 34), ce numéro est dirigé par le chargé de cours Jean-René Milot et les professeures Roxanne D. Marcotte, du Département de sciences des religions, et Rachel Chagnon, du Département des sciences juridiques, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Melissa Mongiat, Mouna Andraos de Daily et Stéphane Pratte contribuent au parcours d’art public KM3

Le Partenariat du Quartier des spectacles (PQDS) promet d'en mettre plein la vue avec le parcours d’art public KM3 (prononcez «kilomètre cube») lancé à l'occasion du 375e anniversaire de Montréal. Du 30 août au 15 octobre prochain, une vingtaine d'œuvres originales, choisies par les chargées de cours et commissaires Melissa Mongiat et Mouna Andraos de Daily, investiront les façades, les places, les parcs, les trottoirs et les vitrines du territoire du Quartier des spectacles. Le dispositif interactif Formation – Transformations, installé au Pavillon Hubert-Aquin, réalisé par deux finissantes du DESS en design d'événements sous la coordination du chargé de cours Stéphane Pratte, de l'École de design, se transformera sous le regard des passants, en fonction des points de vue et des conditions météorologiques, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Flore Tanguay-Hébert codirige l’ouvrage Communication des risques météorologiques et climatiques
FTanguayHebert

Le livre Communication des risques météorologiques et climatiques, sous la direction de la chargée de cours Flore Tanguay-Hébert et des professeurs Jean Bernard Guindon et Bernard Motulsky vient de paraître aux Presses de l’Université du Québec. L’ouvrage veut faire comprendre le rôle de la communication dans la gestion du risque. Des praticiens et des chercheurs y partagent leurs expériences et leurs observations et offrent au lecteur, par leurs exemples, réflexions et exercices pratiques, une panoplie d’outils visant à améliorer la communication et la compréhension des phénomènes qui touchent la circulation des messages, peut-on lire sur le site de l’UQAM.

 
 
Anne-Marie Benoit publie la 11e édition du Ramat de la typographie
Ramat

L’ex chargée de cours Anne-Marie Benoit, maintenant à la retraite, vient de publier la nouvelle édition du Ramat de la typographie, la onzième. Il s'agit de la première édition à laquelle Aurel Ramat n'aura pas assisté, étant décédé le 20 mai dernier. L'ouvrage est offert à la fois en version imprimée et en version numérique. On y trouve, en plus d'une mise à jour complète, les règles du tri alphabétique, une page supplémentaire sur les normes d'adressage, et deux nouveaux exercices. De plus, une nouvelle mise en page en facilite la consultation. Le Ramat de la typographie est destiné à toutes les personnes qui doivent rédiger un texte en français. Il concerne les règles d’écriture de la ponctuation, des abréviations, des majuscules, des nombres, des adresses, des dates. On y indique aussi les accords grammaticaux, les principales difficultés orthographiques, la nouvelle orthographe, ainsi que la féminisation des textes. De plus, on y trouve une liste d’anglicismes avec leurs équivalents français, de même qu’un chapitre consacré aux règles typographiques en informatique et un autre à l'emploi de l'italique.

 
 
Monde syndical
 
 
Collège Stanislas de Montréal et de Québec : les employés mis à pied profitent de la rentrée pour se faire entendre

La trentaine d’employé-es de soutien qui ont été mis à pied par la direction du Collège Stanislas, ont profité de la rentrée scolaire pour se faire entendre et sensibiliser les parents d’élèves. Mis abruptement à la porte en juin dernier, les travailleuses et les travailleurs ont demandé aux parents de faire pression sur les membres du conseil d’administration de l’établissement, afin qu’ils soient réintégrés. «Nous voulons que la négociation reprenne, et nous voulons trouver une solution qui fera l’affaire des deux parties», a expliqué le président du syndicat, Jean Lacoursière. Mais la première étape est la réintégration des employé-es», a t-il insisté.

Lire la suite.

 
 
Les employées et employés de la Coop du Collège de Maisonneuve débrayent

Depuis le mercredi 30 août à midi, les 28 travailleuses et travailleurs de la Coopérative du Collège de Maisonneuve sont en grève pour une durée illimitée. «Depuis l’arrivée à échéance de notre convention collective en décembre 2016, plusieurs séances de négociations ont eu lieu. Mais les reculs exigés par la partie patronale sont si importants, que nous n’avons d’autre choix que de manifester notre mécontentement sur le trottoir ce matin», a expliqué le président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Coop du cégep Maisonneuve–CSN, Jean-Sébastien Provencher.

Lire la suite.

 
 
UQAT et Cégep A-T : beaucoup d'enseignants doivent voyager de l'extérieur ou dans la région pour exercer leur métier

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue doit faire appel à plusieurs chargés de cours de l'extérieur de la région pour offrir ses programmes. Le Syndicat des chargés de cours de l'UQAT estime que, chaque année, près de la moitié des chargés de cours de l'Université régionale proviennent de l'extérieur de la région. Mais la rentrée rime aussi avec beaucoup d'heures de route pour des enseignants de la région. Alors que le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue et l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) possèdent plusieurs campus sur le territoire, les enseignants et les chargés de cours sont régulièrement appelés à voyager. Les syndicats s'inquiètent des conditions de travail de ces enseignants voyageurs.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Vers un nouvel élan en enseignement supérieur?

Le système d’éducation supérieur québécois est envié à travers le monde, notamment en raison de son taux élevé de diplomation. Et ce, notent les acteurs du milieu, malgré les coupes et un système de gestion qui l’ont «fragilisé» ces dernières années. Un reportage de la BBC présentait récemment le Canada comme étant «une superpuissance mondiale en éducation», reportage qui visait tout particulièrement le Québec. Jean Murdock, secrétaire général de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, affiliée à la CSN, s’inquiète cependant de ce que, ces dernières années, le réseau de l’enseignement supérieur — c’est-à-dire les cégeps et les universités — a été malmené. Le représentant syndical déplore que, depuis les années 1990, l’enseignement supérieur a été transformé par une «gestion managériale» qui vise la marchandisation de l’éducation selon des notions propres à l’entreprise privée.

Lire la suite du texte du Devoir.

Vers la réussite éducative des élèves autochtones.

 
 
Rentrée scolaire : l'absence de stabilité nuit à l'apprentissage des écoliers

Anxiété, stress, colère, découragement, sentiment d’abandon, perte d’estime de soi, désintérêt pour l’école, retards d’apprentissage… La valse des remplacements dans une classe a parfois de lourds impacts chez les enfants. «Maman, je veux mourir.» Yan (nom fictif) avait 6 ans lorsqu’il a prononcé ces mots crève-cœur. C’était en juin dernier. On venait de lui apprendre qu’il allait redoubler sa première année parce qu’il a trop de retard. «Dans sa tête, ça venait lui confirmer qu’il n’était pas bon», raconte sa mère, qui a souhaité garder l’anonymat. «Il a eu dix remplaçants dans sa classe entre les mois de décembre et d’avril. Il a vécu le départ de son professeur comme une trahison et il ne s’est donné la chance d’aimer aucun des remplaçants. Comment voulez-vous qu’il réussisse, dans ce contexte ?»

Lire la suite du texte du Devoir.

La CSQ demande au gouvernement de passer de la parole aux actes.
Une rentrée scolaire sans enseignant pour des élèves de Montréal.

 
 
Des centres d’appels humains
 pour des services publics de qualité

Tous les jours, des milliers de citoyennes et de citoyens s’adressent aux différents ministères et organismes publics du Québec pour obtenir des renseignements sur les programmes du gouvernement, pour recevoir de l’aide, faire valoir leurs droits et être accompagnés dans leurs démarches auprès de l’administration publique. Dans les centres d’appels de la fonction publique et parapublique, le gouvernement tente de calquer les pires façons de faire du secteur privé : • Cadences soutenues; • cibles de réduction de la durée des appels; • scripts obligatoires; • évaluations individuelles basées sur le volume d’appels; • surveillance de tous les instants. Comme la plupart des centres d’appels sont en manque d’effectifs : la pression augmente constamment sur les employées et les employés. Le personnel des centres d’appels réclame des conditions de travail et une organisation du travail humaines, pour des services publics de qualité, peut-on lire sur le site du SFPQ.

 
 
Réseau électrique métropolitain : le gouvernement Couillard rate une occasion en or de faire rouler l’économie d’ici

En fermant la porte définitivement, hier, en commission parlementaire à toute obligation d’achat local en prévision du projet de Réseau électrique métropolitain (REM), le gouvernement Couillard abandonne une fois de plus les travailleuses et les travailleurs du Québec, alors qu’il se prétend le parti de l’économie. L’État québécois, à l’instar des autres États dans le monde, peut imposer un minimum de contenu local dans ses projets d’infrastructures d’envergure. Par exemple, aux États-Unis, les entreprises sont protégées par un contenu américain de 60%. Le contenu canadien en Ontario est de 25%. «C’est une occasion ratée de créer de l’emploi ici, de tirer le maximum de bénéfices d’un projet d’envergure et un flagrant manque de vision pour développer l’économie du Québec et ses régions», tranche sans détour Pierre Patry, trésorier de la CSN.

Lire la suite.

 
 
Côte-Nord : Hausse des arrêts de travail pour cause psychologique dans les établissements de la santé et des services sociaux

Depuis cinq ans, on assiste à une augmentation de 11 % des arrêts de travail pour cause psychologique dans les établissements de santé et de services sociaux de la Côte-Nord. Pour la CSN, cette donnée préoccupante illustre l’effet de la réforme Barrette et des compressions budgétaires sur les personnes qui doivent prendre soin de la population. La surcharge de travail causée par la réforme Barrette et les compressions budgétaires qui s’accumulent depuis cinq ans ont des conséquences tangibles. C’est 374 travailleuses et travailleurs qui ont été en arrêt de travail en 2016-2017 pour des causes psychologiques. Leurs témoignages sont sans équivoque : il n’y a plus d’espace pour en exiger plus du personnel.

Lire la suite.

 
 
Fermeture sauvage d’un hebdo local de Lévis signée Transcontinental

Les neuf travailleuses et travailleurs du journal Le Peuple de Lévis ont appris cavalièrement mercredi matin qu’ils perdaient leur emploi. À l’issue d’une réunion convoquée à la dernière minute par Transcontinental, ils ont dû plier bagage et quitter l’entreprise prestement. Au même moment, les trois employés du Peuple de Lotbinière apprenaient que Meliormedia inc. devenait propriétaire de ce journal.

Lire la suite.

Les employés municipaux de Port-Cartier dénoncent l’attitude autoritaire de la mairesse au conseil municipal.
Les employés du Maxi de Donnacona votent en faveur de leur nouveau contrat de travail.
Inauguration officielle de la Scierie St-Michel.
Fin de la grève des machinistes chez Lakehead Motors.
Les Machinistes ratifient une nouvelle convention avec Dominion Motors.
Le service aux usagers reste la priorité des chauffeurs d’autobus du RTL .
28e Tournoi de golf du SCFP-Québec : 20 000$ remis à l’organisme Dans la rue.

 
 
Le mouvement syndical mondial de l’éducation dénonce avec véhémence les initiatives visant à tirer profit des Objectifs des Nations Unies

Selon l’Internationale de l’éducation, l’Objectif de développement durable 4 profite à l’éducation privée et n’encourage en rien l’accès universel à un enseignement public de qualité. Ceci va à l’encontre de l’esprit même de cet objectif, lequel consiste à élargir l’accès à une éducation de meilleure qualité pour toutes et tous. La fédération syndicale mondiale de l’éducation insiste sur le fait que la qualité et l’équité doivent être au centre du Programme 2030.

Lire la suite.

Iran : campagne de solidarité pour la libération de deux syndicalistes emprisonnés arbitrairement.
Royaume-Uni : à l’approche d’une nouvelle année scolaire, un besoin accru d’enseignant(e)s.
France : le mouvement syndical enseignant fait ses adieux à l’un de ses dirigeants historiques.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Four Loko : Une pub de boisson dangereuse dans l’agenda de la Coop UQAM

Une publicité de la boisson alcoolisée Four Loko se trouve dans l’agenda quelques semaines après que l’UQÀM eut sensibilisé ses étudiants sur les dangers de ce breuvage surnommé «perte de conscience». Four Loko est un alcool à 11,9 %, mais qui goûte la limonade en raison de son haut taux de sucre et des saveurs de fruit ajoutées, ce qui en facilite une plus grande consommation. Plusieurs cas d’hospitalisation ont été répertoriés, et le produit est surnommé aux États-Unis «black-out in a can» (perte de conscience en canette). Au point où l’UQAM a sensibilisé, cet été, les associations étudiantes aux dangers de ce produit en vue des initiations qui se déroulent cette semaine. Mais voilà qu’une publicité de Four Loko se trouve dans l’agenda de l’UQAM qui sera remis aux 40 000 étudiants.

Lire la suite du texte de l’Agence QMI.

 
 
Hélène David : vers un campus numérique national

Les universités québécoises seront bientôt appelées à se tendre la main pour offrir aux étudiants une grande variété de cours de ligne. Le travail sur la plate-forme nationale eCampus Québec est «assez avancé», indique la ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David. En entrevue éditoriale au Soleil, Mme David explique que les universités devront collaborer dans le monde numérique si elles veulent demeurer compétitives à l'international. «C'est la mondialisation de l'enseignement supérieur», qui l'exige. Au dernier budget, une enveloppe de 100 millions $ a été prévue pour soutenir le numérique en enseignement supérieur. Le site Web eCampus Ontario, créé en 2015 et regroupant des cours de 45 universités et collèges de la province voisine, est un modèle qui intéresse «beaucoup, beaucoup» la ministre.

Lire la suite.

 
 
Enseignement à distance : la coopération entre concepteurs et tuteurs

La revue Distances et Médiations des savoirs publie un article présentant le cas d’un établissement d’enseignement où les tuteurs des cours offerts à distance, contrairement à la pratique courante, ont été impliqués d’une quelconque façon dans la conception du cours. Des défis à cet égard subsistent toutefois. Poellhuber, Chomienne, Michelot et Fortin, les auteurs de la recherche qualitative présentée soutiennent qu’avec l’évolution récente des technologies employées en formation à distance (FAD), la qualité des cours et la réussite des étudiants appellent à une collaboration plus étroite entre les équipes de conception et d’encadrement.

Lire la suite.

 
 
Cannabis sur les campus : l’Université Laval réclame des balises claires

Ne fermant pas la porte à la consommation de marijuana sur le campus, l’Université Laval réclame de Québec des «balises claires» afin de déterminer où il sera possible ou non de fumer du cannabis dans les cégeps et universités de la province. Préoccupée par les «risques potentiels» et les «nouvelles problématiques» engendrées par la légalisation de la marijuana, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2018, l’Université Laval a déposé jeudi un avis dans le cadre des consultations publiques sur l’encadrement du cannabis, qui se déroulent à Québec.

Lire la suite du texte de TVA Nouvelles.

 
 
Des milliers d’abeilles à l’Université Laval

Ce ne sont pas les étudiants qui envahissent le campus de l'Université Laval ces jours-ci, mais plutôt... des abeilles. Une dizaine de ruches ont été installées près du jardin Roger-Van fen Hende. L'installation de ces ruches servira à des fins d'enseignement, de recherche et de production alimentaire. Ce projet vise également à sensibiliser les étudiants et le grand public au rôle crucial joué par les abeilles dans les écosystèmes. L'Université Laval offrira dès septembre un cours sur les enjeux de l'apiculture, une première au Canada, explique Pierre Giovenazzo, enseignant en sciences apicoles au Département de biologie de l'Université Laval.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
L'UQAT accueille 200 nouveaux étudiants de 37 nationalités

Un bon nombre d'étudiants étrangers amorcent leur session universitaire lundi à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT). Une journée d'accueil avait lieu dimanche afin de familiariser les nouveaux étudiants avec l'université. Cette année seulement, ce sont près de 200 nouveaux étudiants provenant de 37 nationalités différentes qui intégreront l'UQAT. La conseillère aux services des étudiants étrangers, Ann Gervais, souligne que l'université a dû s'adapter face à cet important afflux d'étudiants.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Ottawa veut mettre fin aux stages non rémunérés

La fin des stages non rémunérés pourrait devenir une réalité dès l'automne prochain, avec le dépôt d'un projet de loi par la ministre du Développement de la main-d'œuvre et du Travail, Patricia Hajdu. «Nous pensons que c'est injuste, nous pensons que c'est abuser des jeunes et qu'il existe de meilleures façons pour eux d'acquérir de l'expérience», souligne la ministre lors de son passage à l’émission radiophonique Metro Morning sur les ondes de CBC à Toronto. Si le projet de loi est adopté, toutes les entreprises du secteur fédéral, comme les télécommunications, les transports et les banques, devront offrir une rémunération à leurs stagiaires, confirme le secrétaire de presse de la ministre Hadju, Matt Pascuzzo.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

Le fédéral veut aider 60 000 étudiants à trouver un stage pendant leurs études.

 
 
La fin des bourses d’admission?

Nombreuses sont les universités qui utilisent les bourses d’admission automatiques pour attirer les étudiants, sans toutefois savoir si cette démarche produit le résultat escompté. Bon nombre de jeunes attendent avec impatience le moment où ils recevront un message disant qu’ils ont été acceptés à l’université de leur choix et qu’une bourse d’études de quelques milliers de dollars leur est offerte de surcroît. Il est difficile de savoir exactement combien les universités canadiennes dépensent en bourses d’admission, mais on peut affirmer sans se tromper qu’elles y consacrent des dizaines de millions de dollars par année, et possiblement plus de 100 millions provenant des fonds de fonctionnement et de dotation. Pourtant, on ne sait pas si ces fonds parviennent à recruter le type d’étudiants recherché par les universités.

Lire la suite du texte d’Affaires universitaires.

 
 
Toronto aura son université francophone en 2020

Réclamée depuis des dizaines d’années par la communauté francophone, une université de langue française devrait finalement voir le jour en Ontario. Le gouvernement libéral compte présenter un projet de loi pour créer une telle institution dès 2020 au centre-ville de Toronto. «La création d’une nouvelle université de langue française, gouvernée par et pour les francophones, marque un jalon important pour les francophones de l’Ontario ainsi que pour les générations futures», a déclaré la ministre aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, par voie de communiqué.

Lire la suite du texte du Devoir.

Université franco-ontarienne : le projet, les acteurs et les réactions.
Nouvelle université : un modèle de collaboration qui reste à définir.
Miser sur le rayonnement de Toronto pour attirer des professeurs.

 
 
Universities are broke. So let’s cut the pointless admin and get back to teaching

As students have been celebrating their exam results, pundits from across the political spectrum have been commiserating the state of British universities. Andrew Adonis, an education minister during the Blair years, has excoriated universities for offering costly courses while jacking up the pay of their senior leaders. Nick Timothy, Theresa May’s ex-advisor, thinks UK universities are an unsustainable “Ponzi scheme”. The universities minister, Jo Johnson, has written about the need to put further pressure on seats of higher learning so students get good value for money.

Lire la suite du texte du Guardian.

 
 
La CSDM demandera à Québec de construire 3 écoles au centre-ville de Montréal

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) a annoncé qu'elle va soumettre au ministère de l'Éducation trois projets de construction d'écoles primaires au centre-ville de Montréal. Le conseil des commissaires a annoncé lors de sa réunion, mercredi soir, que le premier projet pourrait voir le jour sur le site à forte valeur patrimoniale du Grand Séminaire de Montréal. Les Sulpiciens ont accepté qu’une école primaire neuve de 23 classes soit construite dans un stationnement. La CSDM demande aussi au ministère d’autoriser le projet d’école dans l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants, de même que la rénovation de l’Académie Bourget, sur la rue de la Montagne, qui est actuellement inoccupée.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
IÉDM : un bulletin pour les enseignants et abolition des commissions scolaires

Des «indicateurs de performance» devraient être instaurés pour évaluer les enseignants - une sorte de bulletin. Ceux qui réussissent mieux avec leurs élèves devraient être mieux rémunérés que les autres. Et on devrait pouvoir congédier plus facilement les «incompétents». C'est ce que propose l'Institut économique de Montréal, dans une note économique publiée mercredi sur les coûts du système d'éducation au Québec et les résultats qu'il donne.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Réalité des parents étudiants : quel bilan pour le Québec?

Dans cette vidéo, Sylvie Lévesque de la FAFMRQ traite des cheffes de familles monoparentales qui sont les plus durement touchées par l’absence de réelle politique de conciliation famille-travail-études. D'autres présentations visuelles du colloque tenu à l’UQAM le 2 juin 2017 sont également en ligne.

 
 
Lancement de la huitième session d’automne de l’UPop, le 12 septembre

L’UPop procède au lancement de sa huitième session d’automne le mardi 12 septembre, à 19h, à la coop Ma Brasserie (2300 rue Holt, juste à l’est de De Lorimier). Au programme, dévoilement officiel de la programmation en présence des profs, suivi d’une soirée festive et engagée dédiée aux 25 années d’existence de Éditions Écosociété. Plusieurs de ses artisan.es viendront nous raconter son histoire et ses combats. Les portes ouvriront à 18h30. Ceux et celles qui le souhaitent pourront boire et manger local. Les enfants sont les bienvenus. Parce que l'ignorance a un prix, l'UPop, c'est gratuit!

 
 
Programmation de l'automne 2017 et portes ouvertes pour les 45 ans du CÉAF

Voici la programmation d’activités pour l’automne 2017 du Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal (CÉAF). Les inscriptions aux activités seront possibles à partir du jeudi 14 septembre à 16h, en personne ou par téléphone (514-524-3901), dans le cadre de la journée portes ouvertes, au cours de laquelle seront aussi célébrés les 45 ans du CÉAF.

 
 
Monde social
 
 
Le Québec a besoin de plus de vacances
L’été est synonyme de vacances pour un nombre important de Québécois·es. On profite souvent du long congé scolaire pour partir en voyage ou simplement pour passer du temps à la maison. Dans le dernier livre de l’IRIS, Cinq chantiers pour changer le Québec, le chapitre « Temps » explore la possibilité d’augmenter le nombre minimum de semaines de vacances, le faisant passer de 2 à 3 semaines pour les premières années dans un même emploi et à 4 semaines après 5 ans. Alors que le gouvernement planche sur une réforme des normes du travail, le premier ministre Philippe Couillard se dit ouvert à augmenter le nombre de semaines de vacances par année. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction en vue d’une réduction du temps de travail. Afin de mieux comprendre la pertinence de ce changement, regardons un peu comment se compare le Québec à ses voisins, et ce qui rend les vacances si importantes.

Lire la publication de l’IRIS.

 
 
Projection du film Ils entendaient des voix, le 14 septembre
12832376_1703170596624573_5368220029313464359_n

Dans le cadre de la journée internationale des entendeurs de voix, vous êtes invité à la projection du film Ils entendaient des voix (They heard voices) le jeudi 14 septembre au Cinéma Beaubien, 2396 rue Beaubien Est, à Montréal. En partenariat avec divers organismes en santé mentale appuyant les entendeurs de voix, la projection de ce film documentaire se veut un évènement de sensibilisation et de réflexions au sujet de la maladie mentale et des perceptions que nous avons d'elle dans les sociétés occidentales. Le film, They heard voices, sera présenté en anglais, sous-titré en français. Les billets sont gratuits. Il y aura deux présentations à 14 h et 19 h. Le film dure 45 minutes et sera suivi d'une discussion et d'un spectacle à micro ouvert. La durée totale de l'évènement sera de 2 heures. Un cocktail sera servi à 18 h dans le hall du Cinéma. Vous pouvez réserver vos billets en ligne sur Eventbrite.ca, ou en contactant Nathalie Godfrind au 438-499-9860 ou nathalie.godfrind@gmail.com

 
 
Engagez-vous pour le communautaire : Inscriptions pour les autobus pour l’action du 27 septembre à Québec

L’objectif de la manifestation nationale de la campagne Engagez-vous pour le communautaire est de rassembler 5000 personnes à Québec le 27 septembre. Des autobus partiront des différents secteurs de Montréal. L’heure de rassemblement de la manif étant à 13h, le départ devrait se faire au plus tard à 9h et le retour à Montréal aux alentours de 18h30. Notez que le lunch ne sera pas fourni. Vous devez êtes inscrit-e-s avant le 21 septembre et indiquer le nombre exact de places que vous réservez.  Notez que l’inscription est gratuite, toutefois, les contributions au fonds régional de mobilisation sont acceptées.

 
 
Deux journées d’activités pour célébrer les cultures autochtones
autochtones

Le 13 septembre 2007, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (UNDRIP), touchant quelques 370 millions d’Autochtones dans plus de 70 pays. Pour célébrer le 10e anniversaire de cette Déclaration, l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), en collaboration avec la Ville de Montréal et la Commission canadienne pour l’UNESCO, organise une série d’événements festifs et pédagogiques à Montréalterritoire Kanien’keha:ka (Mohawk) non cédé. Conférences, concerts, performances artistiques et gastronomie autochtone sont au rendez-vous de ce moment historique international les 12 et 13 septembre.

 
 
Il faut parler de l’ALENA
L’été est peut-être une période tranquille du point de vue de l’actualité, le sensationnalisme ne prend malheureusement jamais de vacances. L’épisode des demandeurs d’asile haïtiens nous l’a rappelé avec force. Ce flux de migrants est rapidement apparu à plusieurs comme une entrée illégale d’envahisseurs venus assimiler en masse les Québécois et les Québécoises. Plusieurs ont déjà pris la peine de rappeler que ce type d’immigration n’était pas illégale, bien qu’irrégulière. Si le phénomène des migrants est réel et soulève un ensemble de défis pour les gouvernements, il devrait avoir très peu d’impact sur le quotidien de la population. Une situation qui, en revanche, risque d’avoir des conséquences importantes pour de nombreuses personnes, entreprises et collectivités au pays et dans la province, est la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Lancée le 18 mai et ayant débuté mercredi dernier aux États-Unis, celle-ci a provoqué beaucoup moins d’émoi au sein de la population – pour ne pas dire aucun – en plus de recevoir beaucoup moins d’attention médiatique.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Le projet de loi 62 s’attaque à l’autonomie des organismes d’action communautaire autonome

La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles souhaite souligner que le projet de loi n° 62, «Loi favorisant le respect de la neutralité religieuse de l’État et visant notamment à encadrer les demandes d’accommodements religieux dans certains organismes», contrevient à l’autonomie des organismes d’action communautaire autonome recevant du financement de l’État., en raison de l’article 7 du projet de loi, et de l’amendement projeté par la ministre Stéphanie Vallée (article 12,1). Parce qu’ils sont indépendants de l’État, ils ne peuvent être assimilés à des services publics.

Lire la suite.

 
 
L'indexation du Supplément de revenu garanti : pour élargir le débat

L’analyse des modalités d’indexation du Supplément de revenu garanti (SRG), abordée dans le dernier Bulletin de la retraite, a été une occasion de réfléchir sur la capacité de cette mesure à améliorer la situation des personnes retraitées à faible revenu. Si elle a montré sa pertinence, cette analyse peut aussi constituer l’une des nombreuses entrées vers un débat beaucoup plus large concernant l’amélioration des institutions publiques soutenant la situation financière des personnes retraitées au Québec. Ainsi, tout en développant une compréhension fine et rigoureuse des mesures composant cette architecture institutionnelle, il importe d’étudier leurs angles morts et de ne pas perdre de vue leur efficacité d’ensemble.

Lire le Bulletin de la retraite de l’IREC.

 
 
Témoignage : L’impact des pénalités à l’aide sociale sur les jeunes les plus marginalisés

Messieurs François Blais et Philippe Couillard, votre projet de règlement visant la mise en œuvre du programme Objectif emploi prévoit des pénalités pour les premiers demandeurs à l’aide sociale. Comme plusieurs, ce qui m’inquiète beaucoup, ce sont les jeunes les plus marginalisés qui risquent d’écoper de cette mesure. J’ai déjà travaillé comme intervenante dans une Auberge du coeur auprès de jeunes itinérants. A l’époque, j’avais été renversée par la condition physique et psychologique des jeunes, dont plusieurs avaient été coupés de 150$. On devait prêter des bottes de travail à ces jeunes pour aller travailler.

Lire la suite de la lettre.

Mémoire de la Table: Objectif-Emploi : un projet de règlement qui nuit gravement à la santé.
Les impacts anticipés sur les personnes en situation ou à risque d'itinérance.

 
 
Combattre la précarité avec le cœur… et 7M$

Les organismes montréalais d’aide demandent à Québec de tripler son offre en soutien communautaire, car construire des logements sociaux n’est pas suffisant pour briser le cycle de la précarité, selon eux. Pour arriver à convaincre Québec, ces organismes chapeautés par la Fédération des OSBL d’habitation de Montréal (FOHM) ont lancé lundi une campagne intitulée «Logement social: 4 murs ce n’est pas assez». Actuellement, les organismes montréalais offrent environ 17 000 places de logements à des personnes à risque d’itinérance, à des aînés en statut précaire, ou à des personnes ayant des troubles de santé mentale. Or, faute de financement adéquat de Québec (3M$ par an actuellement), le tiers seulement de ces places peuvent compter sur des intervenants en soutien communautaire.

Lire la suite du texte du journal Métro.

Logement social : 4 murs, ce n’est pas assez !

 
 
Festival des solidarités : vivre ensemble, les 15 et 16 septembre
FestivalSolidarites

Alternatives présente le vendredi 15, à 19h, et le samedi 16 septembre, de 10h à 18h, dans le quartier Côte-des-Neiges, un festival mettant de l’avant les communautés immigrantes, autochtones et racisées ainsi que le combat contre toute les formes d’intolérance. Le Festival des solidarités : vivre ensemble combinera un aspect foire avec des conférences et des ateliers sur l’action sociale et communautaire.

 
 
Parcours de la candidate aux élections municipales 2017 (2e édition)

En vue des prochaines élections municipales, le Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec dévoile l’édition 2017 corrigée du Parcours de la candidate publié en avril dernier. Ce guide présente les étapes à franchir afin de déposer sa candidature aux élections municipales. Il couvre le processus allant de la décision de se porter candidate jusqu’à l’exercice du mandat, en passant par la campagne électorale, les procédures obligatoires, le calendrier électoral.

 
 
Tournée du FRAPRU pour le droit au logement
TourneeFRAPRU

Le droit à un logement suffisant, reconnu dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, est malmené au Québec et au Canada. Bien que tous deux aient ratifié ce Pacte en 1976, 270 000 ménages locataires québécois ont des besoins urgents parce qu’ils vivent dans des logements insalubres, trop chers ou trop petits et les investissements des deux gouvernements ne se traduisent que par 3000 nouveaux logements sociaux, en 2017-2018, pour tout le territoire québécois. Le FRAPRU organise, dès la fin de l’été, une tournée de cinq semaines qui s’arrêtera dans cinq régions du Québec, à Trois-RivièresGatineau, Longueuil, Rouyn-Noranda et Montréal. Ce sera l’occasion de recueillir des informations sur l’état du droit au logement et des témoignages de ménages mal-logés.

Lire la suite.

 
 
Montréal et deux policiers sommés de payer 45 000 $ pour profilage ethnique et social

La Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ) du Québec demande à la Ville de Montréal et à deux agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) de payer 45 000 $ en dédommagement pour profilage ethnique et social à l'encontre d'Amal Asmar. Les faits remontent à février 2010 quand Amal Asmar, alors étudiante à l'Université Concordia, quitte la bibliothèque au centre-ville de Montréal, tard la nuit. Coiffée d’un foulard traditionnel (kéfié), la jeune femme d’origine palestinienne s'assoit, vers 2 h 30, sur un banc situé près d’un endroit fréquenté par des itinérants, rue Sainte-Catherine. C’est là que deux policiers du SPVM, qui répondaient à un appel d’urgence, sont venus l’interpeller de façon abusive, selon elle.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.