Infolettre du SCCUQ - 30 mars 2017
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

4 et 7 avril : Formation pour les membres des comités de liaison locaux
7 avril : Date limite pour les demandes de mise à jour des connaissances
24 avril : Assemblée générale statutaire : élections et états financiers

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

1er au 7 avril : Exposition collective In/discipline: la règle qui contourne la règle
5 au 7 avril : Journées de la langue et de la culture arabes
Jusqu’au 16 avril : Exposition Cyclages, au Musée d’art contemporain des Laurentides
Jusqu’au 8 avril : Exposition Empreintes et emprunts de Lisette Lemieux à l’UdeS
14 au 18 août : La 9e École d’été sur l’agriculture urbaine de l’UQAM

Autres activités :

31 mars : Journée de formation Mémoire des luttes: se souvenir pour mieux agir
1er au 7 avril : Semaine mondiale d’action contre les paradis fiscaux
1er avril : Journée familiale contre les paradis fiscaux
3 avril : Manif-action Ensemble pour dénoncer les paradis fiscaux
4 avril : Manifestation pour la défense des travailleuses et travailleurs d’agences de placement
4 avril : Spectacle du Front commun comique contre les paradis fiscaux au Lion d’Or
5 avril : Midi-causerie sur le comité de discipline de l’UQAM
6 avril : Atelier-conférence : Chômage et mondialisation
7 avril : Conférence sur l’implantation des programmes de prévention de la violence sexuelle
12 avril : Panel de discussion : Éthique et justice en recherche
24 avril : Soirée Relations : violences faites aux femmes, le Québec à un tournant?
26 avril : Table ronde : aspects de gestion de la propriété intellectuelle du droit d’auteur
4 mai : La 9e soirée bénéfice de la Ligue des droits et libertés
15 mai : Impacts de l’austérité sur les conditions de vie et de santé des personnes âgées
18 au 20 mai : Les États généraux de l’enseignement supérieur
14 au 17 août : École d’été en pédagogie de l’enseignement supérieur
15 au 17 août : Conférence Réalités LGBTTIQA2S : nos luttes, nos victoires, nos défis!

Messages et documents du SCCUQ :

Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM (2)
Transformation institutionnelle à l’UdeM : le mémoire du SCCCUM
Consultation ministérielle en enseignement supérieur : orientations de la FNEEQ
Mémoire présenté par la CSN (avec la FNEEQ et la FP) sur le projet de création du Conseil des universités du Québec.

 
 
Entre vous et moi

Je suis tombé sur un message Twitter par hasard. Il y était écrit : Les bibliothèques prolongent leurs horaires pour la fin de session. J’allais me réjouir quand je me suis aperçu qu’il s’agissait de l’Université de Montréal. Vous savez l’autre université francophone à Montréal, celle qui a déjà des heures d’ouverture de ses bibliothèques meilleures que les nôtres… et elle en ajoute. Je me suis également laissé dire que les étudiantes et étudiants de l’UQAM étaient en majorité l’autre week-end dans une bibliothèque de l’Université Concordia. L’autre université qui doit aussi avoir recours à des gardiens parce qu’elle est au centre-ville mais dont les bibliothèques sont ouvertes 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Les chargées et chargés de cours de l’UQAM, réunis en assemblée générale mercredi, ont adopté une résolution d’appui à la campagne L’UQAM ferme ses portes au savoir. La seule à fermer les portes de ses bibliothèques le dimanche et celle qui les ouvre le plus tard et les ferme le plus tôt les six autres jours de la semaine. L’université des pauvres qui doivent se rabattre sur les autres universités.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
L’Assemblée générale soutient la campagne l’UQAM ferme ses portes au savoir et les travailleurs de l’Hôtel des Gouverneurs Place Dupuis

Le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau, est venu présenter et discuter avec les membres du SCCUQ réunis en assemblée générale le mercredi 29 mars les cinq grands thèmes du 65e Congrès de la CSN qui se tiendra du 5 au 9 juin 2017. Ces cinq thèmes : • Sécuriser le revenu tout au long de la vie • Développer l’économie et créer des emplois de qualité • Lutter contre les changements climatiques • Consolider les services publics • Renforcer la démocratie, regroupent neuf revendications soumises au Congrès. Les membres présents ont approuvé le budget présenté par la trésorière, Marie Bouvier, et une lettre d’entente sur la rémunération versée pour des activités de correction des examens communs du DESS-CPA. Elles et ils ont adopté une proposition d’appui à la campagne L’UQAM ferme ses portes au savoir qui se lit comme suit : Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM appuie la Campagne en cours et revendique un accès aux bibliothèques de l’UQAM en tout temps afin de promouvoir la réussite de nos étudiantes et étudiants. Les chargées et chargés de cours ont également voté des dons au Syndicat des travailleuses et des travailleurs de l’Hôtel des Gouverneurs Place Dupuis (STTHGPD-CSN), afin de soutenir la lutte, la persévérance et la combativité des membres du Syndicat en lock-out depuis le mi-décembre (2 000 $), à la Ligue des droits et libertés (1 000 $) et à la Clinique droits devant qui vient en aide juridiquement aux personnes en situation d’itinérance (1 000 $).

 
 
Bienvenue dans l’univers de l’intégration
SCCUQInt032017-1

Le Comité mobilisation-intégration et la vice-présidence aux affaires universitaires vous proposent une version à la fois ludique et informative du SCCUQ Intégration. • Vous désirez en savoir davantage sur l’intégration? • Vous êtes curieuse ou curieux de découvrir les réalisations de vos collègues et de lire leur témoignage sur l’impact du soutien financier que permet notre convention collective avec les projets d’intégration? • Vous aimeriez savoir quels types de projet sont recevables? • Vous souhaitez avoir un portrait statistique des projets d’intégration? • Vous envisagez de connaître la procédure à suivre pour déposer un projet? Ce SCCUQ Intégration est pour vous! Des exemplaires imprimés seront bientôt distribués dans les différents départements et écoles de l’UQAM.

 
 
Formation pour les membres des comités de liaison locaux, le 4 ou le 7 avril

Une formation s’adressant aux représentants des chargées et chargés de cours siégeant aux comités de liaison locaux sera donnée le 4 et le 7 avril, au choix des participants, à 12 h 30, au lieu social du Syndicat, local A-R542 (Pavillon Hubert-Aquin). Cette formation a pour but de vous outiller sur votre rôle de représentation au CLL de votre unité. Un lunch sera servi, vous devez confirmer votre présence en indiquant la date choisie avant le 31 mars à ross.marie-eve@uqam.ca

 
 
Élections et états financiers : le SCCUQ tiendra son assemblée générale statutaire le 24 avril

L’assemblée générale statutaire du SCCUQ, servant principalement à l’élection des officiers syndicaux et à la présentation des états financiers, aura lieu le lundi 24 avril à 12h30 au R-M110 (Pavillon des Sciences de la gestion). Les postes en élection pour un mandat de deux ans sont la vice-présidence à la convention collective, la vice-présidence aux relations intersyndicales, le secrétariat général, la trésorerie, deux conseillères, conseillers au Comité mobilisation-intégration (CMI), une agente ou un agent au Comité des agentes et agents de relations de travail (CAART), ainsi qu’une ou un membre aux comités suivants : Comité de surveillance des finances, Comité de perfectionnement et de mise à jour des connaissances, Comité de vérification du double emploi (et une ou un substitut), Comité conseil pour le développement international, Comité institutionnel d’application de la politique internationale, Comité institutionnel de prévention du harcèlement psychologique, Comité institutionnel d’application de la politique en matière d’environnement (et une ou un substitut) et Comité permanent de révision du Règlement no 18 sur les infractions de nature académique (ce dernier poste est pour un mandat de trois ans). Au point trésorerie vous recevrez le rapport de l’auditeur indépendant et les états financiers 2016, les résultats réels comparés au budget 2016, le rapport du Comité de surveillance des finances et une proposition d’affectation au Fonds de défense professionnelle. Les personnes élues au CMI ou au CAART obtiendront 6 libérations (charges de cours) par année, à la V.-P. aux relations intersyndicales, au secrétariat général et à la trésorerie, 5 libérations par année et à la V.-P. à la convention collective, 7 libérations par année. Toutes les personnes chargées de cours sont les bienvenues.

 
 
L'évolution du programme de perfectionnement et de mise à jour des connaissances de 2012 à 2016

L'un des deux représentants des chargées, chargés de cours au Comité paritaire de perfectionnement, Jean-Pierre Girard, a présenté, lors du conseil syndical du 13 mars, l'évolution du programme de perfectionnement et de mise à jour des connaissances de 2012 à 2016 (demandes et financement) et a rappelé les critères d'admissibilité pour les différents volets du programme. Cette présentation visait à ouvrir un espace de discussion en vue de mieux connaître les besoins des déléguées, délégués et des membres du Syndicat en matière de perfectionnement.

 
 
Babillard des membres
 
 
Léa Lefevre-Radelli et Ricardo Penafiel contribuent à l’intégration des étudiants autochtones
LeaLefevre

Les étudiants autochtones rencontrent plusieurs obstacles pour accéder et s'intégrer à l'université. C'est ce que révèle le rapport de recherche Expériences, politiques et pratiques d'intégration des étudiants.es autochtones à l'université: le cas de l'UQAM, dont le lancement a eu lieu le 27 mars. Le rapport est cosigné par Laurent Jérôme, professeur au Département de sciences des religions, et Léa Lefevre-Radelli, doctorante et chargée de cours en sciences des religions. À l'occasion du lancement, le vice-recteur à la Vie académique René Côté a annoncé la création d'un groupe de travail sur la réconciliation avec les peuples autochtones. Son mandat touchera des questions telles que l'intégration de la culture autochtone au sein de l'Université et le soutien à la réussite des étudiants autochtones dans leur parcours universitaire. Le chargé de cours en science politique Ricardo Penafiel fait partie du groupe, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Emily Falvey organise l’exposition collective In/discipline: la règle qui contourne la règle
EmilyFalvey

L’exposition collective In/discipline: la règle qui contourne la règle présente les travaux des candidats à la maîtrise en arts visuels et médiatiques Maude Corriveau, Véronique Lépine, Fanny Latreille, Karine Fournier et Guillaume Lépine. L'événement porte sur les pratiques artistiques qui engendrent le dérèglement au moyen d’une procédure, d’un code, ou d’une méthode prescrite. In/discipline: la règle qui contourne la règle est organisée par la commissaire et chargée de cours au Département d'histoire de l'art Emily Falvey et ses étudiants du cours Organisation d’une exposition. L'expo est présentée du 1er au 7 avril, au Centre de diffusion et d’expérimentation de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (CDEx) situé au Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R930, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Akila Sekhri et Sylvain Henry Jean Cornac contribuent aux Journées de la langue et de la culture arabes
AkibaSekhri

Musique soufie et orientale, ateliers de calligraphie, poésie arabe, art islamique, exposition de photos, délices libanais, conférences géopolitiques, témoignages de réfugiés et de parrains d'accueil… Les Journées de la langue et de la culture arabes présentent, du 5 au 7 avril prochains, plus d'une douzaine d'événements. Organisé par l'École de langues et l'Institut d'études internationales de Montréal (IEIM), l'événement se tiendra au pavillon Judith-Jasmin annexe (salle JE-1100). Le vendredi 7 avril, la chargée de cours à l'École de langues Akila Sekhri proposera un tour d'horizon de l'enseignement de la musique et de la littérature arabes à l'UQAM (15h25). Le panel «Recherches sur la culture arabe à l'UQAM» (16h), exposera les travaux de trois doctorants de l'Université. La présentation du chargé de cours Sylvain Henry Jean Cornac, du Département d'histoire, aura pour thème «Émirs en héritage: la carrière des Jazâ'irî de la fin de l'Empire ottoman à la période des Mandats», peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Paul Maréchal commente la hausse de prix des œuvres de Corno

De son vivant, Johanne Corneau – alias Corno – obtenait déjà des prix élevés pour ses œuvres flamboyantes. Trois mois après son décès prématuré, la valeur de ses toiles a fait un bond pratiquement sans précédent dans le marché de l’art au Québec. Sur les marchés primaire et secondaire, les hausses vont de 25 à 50%. «C’est une hausse exceptionnelle pour une artiste ayant connu une carrière exceptionnelle», affirme Paul Maréchal, chargé de cours au Département d’histoire de l’art à l’UQAM, conservateur et historien de l’art.

Lire la suite du texte de La Presse+.

 
 
Lilian Guicherd-Callin s’est rendu en finale uqamienne du concours Ma thèse en 180 secondes

Premier à se présenter sur la scène, le doctorant Sabri Rial a aussi été le meilleur, remportant à la fois la faveur des juges et le prix du public lors de la finale uqamienne du concours Ma thèse en 180 secondes. En trois minutes parfaitement bien remplies, avec élégance et sans précipitation, le jeune biologiste a exposé le sujet de sa thèse dans sa présentation intitulée «Et si des gras pouvaient nous aider à prévenir l'obésité?» peut-on lire sur Actualités UQAM. Quatre doctorants étaient en lice lors de la finale uqamienne, dont le chargé de cours Lilian Guicherd-Callin, du doctorat en sciences de l'éducation, qui a expliqué la question à l'origine de sa thèse: «Les entraîneurs peuvent-ils être de bons promoteurs de la santé?»

 
 
Le retrait du projet de réforme de la santé : un échec significatif pour Trump, selon Julien Toureille

Trump retire son projet de réforme de la santé. Le chargé de cours Julien Toureille, chercheur en résidence de la Chaire Raoul Dandurand, considère que c’est un échec significatif pour le président américain, en entrevue au 15-18, à l’antenne de Radio-Canada. L'Amérique de Trump est plus protectionniste que jamais et la montée des populismes fragilise l'Union européenne: voilà qui met profondément à mal la notion de mondialisation en Occident. Au micro de Joël Le Bigot, le chercheur Julien Tourreille et le chroniqueur financier Michel Nadeau expliquent que ce nouveau contexte est une «revanche des perdants de la mondialisation», tels que les petits agriculteurs et les industries traditionnelles.

 
 
Yann Breault commente les manifestations anticorruption en Russie

Manifestations anticorruption en Russie, des milliers de manifestants ont été arrêtés. Le chargé de cours en science politique Yann Breault précise qu’il s’agit de la plus importante mobilisation populaire depuis 2012. La corruption s’avère un thème plus mobilisateur que ce que le Kremlin s’attendait, commente-t-il au 15-18, à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Monde syndical
 
 
Budget Leitão : un accroissement des dépenses qui ne répare pas les dégâts de l’austérité

Pour la CSN, le bilan du gouvernement Couillard, depuis son élection, confirme que le véritable objectif du gouvernement n’est pas l’atteinte de l’équilibre budgétaire, puisqu’il a engrangé des surplus de 6 milliards de dollars (avant le versement au Fonds des générations) à partir de l’année 2015-2016, alors qu’il continuait d’appliquer des mesures d’austérité. «C’est la population et les salarié-es de l’État qui ont assumé les effets du sous-financement et des coupes budgétaires qui permettent aujourd’hui une hausse des dépenses qui demeurent, pour nous, insuffisantes», a poursuivi le président de la CSN.

Lire la suite. Visionner la vidéo.

FTQ : Un budget à saveur préélectorale qui s’inscrit encore dans une logique d’austérité.
CSQ : L’éducation n’est pas véritablement une priorité pour le gouvernement Couillard.
FNEEQ : Une vision à courte vue de l’éducation.
FAE : Un budget électoraliste, 18 mois avant les élections.
Le SPGQ note le réinvestissement en éducation, mais dénonce le peu pour développer l’expertise interne.
SFPQ : Surplus budgétaire et baisses d’impôts sur les dos des services publics.
FIQ : Un budget électoral fait sur le dos des patients, des familles et des personnes les plus vulnérables.
CPSC : Des budgets dangereusement complaisants envers les entreprises de contournement médiatique.
AREQ : Pas grand chose pour les aînés.

 
 
Rapports en enseignement supérieur : la ministre Hélène David doit miser sur les consensus

La CSN juge inacceptables plusieurs recommandations des rapports sur les consultations portant sur un Conseil des universités du Québec, un Conseil des collèges du Québec, une Commission mixte de l’enseignement supérieur et des modifications au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC). Si la ministre responsable de l’Enseignement supérieur, Hélène David, affirmait vouloir agir en fonction de «ce qui fait consensus», force est de constater que plusieurs éléments des rapports sont loin de faire l’unanimité. «Depuis plusieurs années, la  CSN et ses fédérations affiliées réclament la mise en place d’un conseil des universités, et nous avons exprimé cet automne notre ouverture à la création d’un conseil des collèges. Pour assurer la légitimité de ces conseils, il faut que leur mission et leur mode de fonctionnement reposent effectivement sur des consensus. Or, certaines recommandations nous paraissent totalement inacceptables et font craindre pour la suite des choses», affirme d’entrée de jeu Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN.

Lire la suite.

 
 
Entente de principe entre l'Université Laval et ses employés de soutien

Après sept semaines de grève, l'Université Laval s'est finalement entendue avec ses employés de soutien. Éric-Jan Zubrzycki, le conseiller du Syndicat des employées et employés de l'Université Laval (SEUL) a fait l'annonce aux membres jeudi avant-midi dans le périmètre de manifestation situé devant le pavillon Alphonse-Desjardins, que les syndicats avaient surnommé «Guantanamo». Cette entente de principe met fin à une grève qui a débuté en février, par un blocage de toutes les entrées du campus. Les principaux points de litige entre les deux parties étaient les régimes de retraite et la mobilité des employés à différents postes. M. Zubrzycki se dit très content du dénouement du conflit. Les membres auront vraisemblablement à se prononcer sur l'entente de principe le 3 avril.

Lire la suite du texte du Soleil.

 
 
Investissements en infrastructures scolaires : bonne nouvelle pour les établissements scolaires, mais beaucoup reste à faire

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) voit d’un bon œil les sommes annoncées par le ministre Proulx pour la rénovation d’infrastructures scolaires qui en ont bien besoin, mais elle est d’avis que beaucoup reste encore à faire pour résorber le déficit d’entretien qui affecte nos établissements scolaires. «Nous sommes heureux de constater que contrairement aux dépenses prévues dans les services, qui semblent avoir de la difficulté à se rendre dans les milieux, les dépenses en infrastructures prévues dans le budget de l’année dernière se matérialiseront réellement cet été. Osons espérer que le ministre Proulx s’assurera d’en faire autant rapidement avec la bonification des services aux élèves qui avait été promise», plaide Louise Chabot, présidente de la CSQ.

Lire la suite.

 
 
Services de garde éducatifs : trop peu pour de si grands besoins, dit la CSQ

L’annonce du ministre Proulx concernant l’octroi de fonds pour les services de garde éducatifs, en vue de faciliter la transition à l’école, n’est en fait pas à la hauteur des besoins réels du milieu estime la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). «À la suite des coupes éhontées du gouvernement Couillard en petite enfance, les sommes annoncées [le 23 mars] nous apparaissent bien minimes. C’est un peu de la poudre aux yeux après le saccage du réseau public de la petite enfance. Si le gouvernement était sérieux dans sa volonté d’améliorer la réussite éducative, il mettrait fin à la modulation des frais de garde et réinvestirait massivement dans le réseau», fustige Sonia Éthier, vice-présidente de la CSQ et responsable politique de la petite enfance.

Lire la suite.

La FPPE-CSQ insiste sur l'importance de la transition scolaire.

 
 
La fierté de travailler en français : une langue commune pour le progrès collectif
FierteTravailler

Le français, outil d’inclusion, de prévention et de solidarité! C’est une perspective large sur le rôle et la force du français langue commune et langue de travail qui se dégage des discussions tenues pour la Journée CSN de la francisation du 23 mars 2017. Des délégué-es de syndicats CSN de toutes les fédérations et de toutes les régions y prenaient part. En ouverture, le président de la CSN, Jacques Létourneau, a dressé le portrait de la situation du français au Québec, à l’aube du 40e anniversaire de la Charte de la langue française (loi 101), le 26 août prochain. Il a rappelé l’importance de cette loi qui a permis de freiner le déclin du français.  Malheureusement, ces dernières années, le français s’est remis à reculer. Au point où aujourd’hui, seulement 66% des Québécoises et des Québécois travaillent généralement en français, soit un taux similaire à ce qu’il y avait avant l’adoption de la Charte. Dans le Grand Montréal, seulement 51% utilisent surtout le français au travail! Bref, après avoir réalisé de grands progrès, force est de reconnaître que la place du français est dorénavant en repli.

Lire la suite.

Visionner la vidéo.

 
 
Les salariées et salariés du préhospitalier tiennent une manifestation devant le bureau de Gaétan Barrette

Dénonçant le surplace dans les négociations, et ce, deux ans après l’échéance des conventions collectives, des travailleuses et des travailleurs du préhospitalier, dont des paramédics, se rassemblement jeudi matin devant le bureau de circonscription de Brossard du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette. En même temps, dans les Laurentides, leurs collègues occupaient des bureaux de la direction du CISSS des Laurentides. «Le ministre Barrette doit sortir de son mutisme, explique le président du Syndicat des paramédics et du préhospitalier de la Montérégie–CSN, Gaétan Dutil. Depuis des mois, il nous dit qu’il ne veut pas négocier directement avec nos syndicats, contrairement à ce qui se fait depuis 30 ans. Mais au fond, nous savons tous très bien qu’il est le payeur unique dans le système préhospitalier. C’est lui qui détient les clés d’un règlement satisfaisant. On attend des réponse sérieuses à nos demandes, et maintenant.»

Lire la suite.

 
 
Douze heures de route pour appuyer les grévistes métallos de CEZinc : Manifestation de solidarité avec les grévistes à Valleyfield

Le conflit de travail à la CEZinc dépasse les frontières des affiliations syndicales. C’est ce qu’on pouvait constater dans la manifestation mercredi en voyant les drapeaux CSN des membres du Syndicat des travailleurs de la Mine Noranda-CSN venus d’aussi loin que Rouyn-Noranda pour flotter aux côtés des drapeaux bleus Métallos et des bannières de différents syndicats. «Nous sommes très heureux de la visite de nos confrères et consoeurs de la Fonderie Horne. Nous nous battons pour préserver les conditions que les générations avant nous se sont battues pour obtenir, ici comme à Rouyn-Noranda ou chez Glencore à Montréal-Est. Partout, les grandes compagnies cherchent à empocher plus de profits en siphonnant les travailleurs. On refuse, on résiste! On peut le faire grâce à notre solidarité», a lancé la présidente de la SL 6486 du Syndicat des Métallos (FTQ), Manon Castonguay.

Lire la suite.

 
 
Les cols bleus, cols blancs et professionnels de la Ville de Québec déplorent l’éparpillement

Ce lundi 27 mars, à l’hôtel La Bonne Entente, a débuté une longue série d’auditions, imposées dans le cadre de la loi 15 sur les régimes de retraite. Elles impliquent la Ville de Québec et trois syndicats: le Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec (SCFP 1638), l’Alliance des professionnels et des professionnelles de la Ville de Québec et le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec (FISA). Les trois syndicats ont proposé à la Ville de Québec de procéder à un arbitrage commun afin de diminuer les coûts. Malheureusement, la Ville a refusé catégoriquement cette proposition, prétextant que la loi 15 n’a pas été conçue pour viser un arbitrage commun.

Lire la suite.

 
 
Dépôt d’une requête en Cour supérieure demandant de cesser les travaux sur le REM et de renvoyer le projet à la table à dessin

Suite au rapport cinglant du BAPE sur le REM et alléguant un processus de consultation vicié, une vaste coalition de citoyens et de groupes intéressés par le transport en commun a déposé une requête en Cour supérieure au palais de justice de Montréal demandant à un juge d’arrêter le projet du REM et de le retourner devant le BAPE pour une consultation effective, transparente et respectueuse des Québécois. «La requête demande à la Cour de protéger le droit à cette consultation effective qui est protégé par la loi, par les Chartes et par la Cour suprême. Les demandeurs visent à exposer le processus vicié mis en place par le gouvernement et tentent autant que possible de rétablir le respect dans les relations du gouvernement avec sa population», de déclarer Me Ricardo Hrtschan, avocat dans le dossier.

Lire la suite.

 
 
Construction : l’Alliance syndicale commence une tournée d’information

Dans les prochaines semaines, les représentants syndicaux de la FTQ-Construction se promèneront côte à côte avec ceux des autres syndicats de la construction pour informer toutes les travailleuses et les travailleurs sur l’état des négociations. Mercredi, l’Alliance syndicale a lancé sa première affiche d’information concernant les négociations. Alors qu’en 2013, les demandes patronales ont provoqué une grève générale dans l’industrie de la construction, les patrons reviennent avec les mêmes demandes en 2017!

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Midi-causerie sur le comité de discipline de l'UQAM, le 5 avril

Des des étudiantes et étudiants de l'Association étudiante des cycles supérieurs de science politique de l'UQAM organise un midi-causerie sur le comité de discipline de l'UQAM le mercredi 5 avril de 12 h 30 à 15 h au RM-130. Au cours des dernières années, le comité de discipline de l'UQAM a fait l'objet de multiples critiques par des associations étudiantes, des professeur.es et des syndicats : caractère politique de cette instance, nomination des membres par le Conseil d'administration plutôt que par la communauté uqamienne, procédures non-conformes aux principes de justice fondamentaux garantis dans les chartes des droits et libertés… Dans le cadre du mouvement de dénonciation du processus disciplinaire, et des différentes résolutions d'associations étudiantes visant à le dénoncer, et dans certains cas, à en réclamer l'abolition, nous organisons un espace d'informations et de discussions à propos de cette instance de l'UQAM. Les présentations seront suivies d'une période de questions et de discussion. L'ensemble de la communauté uqamienne est invitée. Apportez votre lunch! Du café et des collations seront offerts sur place.

Liens d'informations à consulter :

Lire la suite.
 
 
Agressions sur les campus : le double défi de la transparence

S’attaquer au problème de la violence à caractère sexuel sur les campus est un couteau à double tranchant, car publiciser le nombre de plaintes peut donner l’impression que les collèges et les universités sont des endroits dangereux pour les étudiantes. C’est ce qui explique la réticence de certains à prendre le taureau par les cornes. Mais le vent est en train de tourner un peu partout en Amérique du Nord et souffle jusqu’au Québec.

Lire la suite du texte du Devoir.

Agressions sur les campus : le nombre de plaintes va augmenter, croit Hélène David.

 
 
Table ronde : aspects de gestion de la propriété intellectuelle du droit d’auteur

Le mercredi 26 avril, de 12h30 à 14h, venez assister à une table ronde consacrée à la propriété intellectuelle, au local R-2895. Cette table ronde a comme objectif de répondre aux questions concernant les aspects de gestion de la propriété intellectuelle du droit d’auteur, dans un contexte universitaire de recherche partenariale. Cette table ronde aura lieu dans le cadre de la journée internationale sur la propriété intellectuelle qui a comme thème cette année «L’innovation pour une vie meilleure». Bienvenue aux professeures, professeurs, aux personnes chargées de cours, au personnel de soutien à la recherche et aux étudiants. Nous vous invitons d’ailleurs à consulter la captation intégrale de l’atelier «Les enjeux de la propriété intellectuelle (brevets, droit d'auteur, marques de commerce)» qui s’est donné le 17 mars 2016. Cette table ronde est organisée conjointement par les services de la recherche de l’UQAM: Service aux collectivités (SAC) - Service de la recherche et de la création (SRC) - Service des partenariats et du soutien à l’innovation (SePSI). Confirmer votre présence au sac@uqam.ca – Les places sont limitées.

 
 
Vers un Conseil des universités doté de réels pouvoirs

Un groupe de travail recommande la création d’un Conseil des universités doté d’une série de pouvoirs, dont celui de forcer les universités et le ministère de l’Enseignement supérieur à ouvrir leurs livres pour rendre des comptes sur leur efficacité. Ce futur Conseil pourrait «réaliser les études, les analyses et les recherches requises pour analyser périodiquement l’évolution des ressources […] des établissements universitaires pour la réalisation de leur mission», indique un rapport de 174 pages dévoilé le 23 mars par Claude Corbo, ex-recteur de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Craintes autour d’une «mise à niveau» des droits de scolarité aux cycles supérieurs

Alors que des étudiants aux cycles supérieurs s’inquiètent d’une possible hausse de leur facture de 16%, l’UQAM assure que les coûts de l’obtention de leur diplôme resteront les mêmes. «La volonté de la direction de l’UQAM n’est pas d’augmenter [les frais de ces étudiants], a précisé sa porte-parole, Jenny Desrochers, dans un échange de courriels. La résolution du comité exécutif porte sur les droits de scolarité. Elle ne porte pas sur les frais de prolongation des études. La résolution a pour but d’accorder une plus grande équité dans la facturation, et ce, en conservant les mêmes coûts totaux pour l’obtention du diplôme.» Les craintes d’une possible hausse ont d’abord été exprimées par les délégués étudiants sur le conseil d’administration (CA) de l’Université, Samuel Cossette et Nadia Lafrenière. Elles découlaient d’une modification de la facturation des étudiants qui s’inscriront à compter de l’année prochaine dans un «programme de type recherche» à l’UQAM, soit les programmes de cycles supérieurs avec mémoire ou thèse.

Lire la suite du texte du Montréal Campus.

 
 
Réexaminer les révisions de notes… avec plus de rigueur

En réponse à la grogne d’étudiants envers le processus de révision de note qu’ils jugent lacunaires, l’ombudsman de l’UQAM, Muriel Binette, recommande à l’Université de revoir les pratiques des comités de révision de note. «Il s’avère que les membres de comité de révision de note connaissent peu la nature de leur mandat et de leur prérogative, dans le cadre d’un processus de révision de note, et que bon nombre d’entre eux ne motivent toujours pas suffisamment leur décision pour permettre de comprendre les motifs à la base de leur conclusion», peut-on lire dans le rapport annuel de l’ombudsman, publié le 10 février dernier et dont le Montréal Campus a obtenu copie. Rappelons que la formation d’un comité est l’étape finale lors d’une contestation de note, et qu’il est généralement constitué de trois professeurs de la faculté impliquée. L’ombudsman ajoute que le manque de rigueur d’un comité de révision peut discréditer l’ensemble du processus, particulièrement auprès des étudiants de l’UQAM.

Lire la suite.

 
 
Dénoncer le racisme dans les universités

Dans le cadre de la 18e semaine d’actions contre le racisme, quelques centaines de personnes se sont rassemblées à la place Émilie-Gamelin. En plus de marcher pour l’égalité et contre le racisme, les organisateurs et les manifestants présents y ont dénoncé certains problèmes de discrimination raciale liés à la réalité universitaire. Les étudiants étaient aussi bien présents parmi la foule réunie dimanche dans le parc du Quartier Latin, certains issus des minorités visibles et d’autres simplement sur place en guise de solidarité. Pour certains d’entre eux, la lutte contre le racisme doit continuer au-delà des rassemblements. «Je pense que ça permet de sensibiliser les gens, mais pour faire bouger les choses ça prend plus que des marches. On peut faire quelque chose en tant qu’étudiant et étudiante à l’UQAM, faire de la pression dans nos associations, dans les cours», exprime Maha Elmir, étudiante à la maîtrise en sociologie à l’UQAM.

Lire la suite du texte du Montréal Campus.

 
 
McGill et Potter : le symptôme du déclin des universités

Au cours des derniers jours, chroniqueurs et autres commentateurs de l’air du temps se sont dépêchés de commenter la dernière actualité: le scandale provoqué par le texte d’Andrew Potter paru dans Maclean’s. La plupart ont pontifié sur la notion de «liberté universitaire» et de «liberté de parole», mais peu semblent avoir perçu que cette affaire est peut-être le symptôme d’une maladie plus grave qui commence à envahir les universités. Il faut rappeler en effet que ces institutions sont censées être des lieux de haut savoir et de recherche, et non pas des officines pour commentateurs inspirés par l’actualité fluctuante. On s’attend donc à ce que les têtes dirigeantes d’instituts de recherche soient bien des chercheurs et non des commentateurs. Malheureusement, de plus en plus à court de subventions gouvernementales permettant d’assurer une recherche rigoureuse et indépendante, les universités sont forcées de se tourner vers des bailleurs de fonds privés, «philanthropes» courtisés qui ne sont pas toujours exempts d’idéologies personnelles à propager sous un couvert universitaire.

Lire la suite du texte d’Yves Gingras publié par Le Devoir.

Pierre Trudel : Le vrai danger de l’affaire Andrew Potter.

 
 
Devenir des «interprètes culturels» pour les étudiants étrangers
DevenirInterprete

Comment accompagner les étudiants étrangers et favoriser leur mieux-être et leur inclusion une fois au Québec? Cette question s'est trouvée au cœur du colloque sur la médiation interculturelle qui se déroulait à l'UQAR dans les derniers jours, auprès de formateurs et d'intervenants à même de devenir des «interprètes culturels». Organisé par le département de psychosociologie et le groupe de recherche en éthique ÉTHOS de l’UQAR, le colloque sur la médiation interculturelle visait à réfléchir à l'accueil et l'inclusion des étudiants internationaux, dans un cadre universitaire et socioculturel qui est souvent très différent de ce que ceux-ci ont connu dans leur pays d'origine.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Le nouveau recteur de l'Université de Sherbrooke est maintenant connu

Le collège électoral a fait son choix: c'est le doyen de la Faculté de médecine, le Dr Pierre Cossette, qui devient le nouveau recteur de l'Université de Sherbrooke. Son mandat de cinq ans commencera le 1er juin. M. Cossette souhaite notamment miser sur la qualité de l'enseignement, consolider les liens de l'université avec la communauté et faire de l'UdeS «une grande université de deuxième et de troisième cycle».

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Financement des droits de scolarité au Nouveau-Brunswick : confrontation entre le public et le privé

Le gouvernement de Brian Gallant, au Nouveau-Brunswick, a multiplié dans les derniers mois les programmes d'aide financière pour les étudiants. Il a annoncé qu'il rembourserait jusqu'à 99% des droits de scolarité des étudiants de la classe moyenne qui fréquentent un établissement public. Les établissements privés, exclus de ce programme, ont rapidement critiqué ces mesures. Le principal problème est que cela complique la tâche pour certains étudiants et futurs étudiants qui sont inscrits (ou veulent s'inscrire) à des programmes offerts uniquement dans des établissements privés.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Des propos haineux forcent le démantèlement d'une installation artistique à l'U. de Victoria

Un mur d'art interactif au campus de l'Université de Victoria visant à engager la conversation sur le racisme a été démantelé quelques jours après son installation à cause de nombreux propos haineux inscrits dessus. Le projet était une initiative d’un groupe étudiant faisant partie de la Société des étudiants de l’Université de Victoria (UVSS), Third Space. Le mur blanc, d’une dimension de six mètres sur deux mètres, a été installé le 15 mars à l’extérieur, à un endroit fréquenté par les étudiants. Dessus, on pouvait y lire: «comment contestez-vous la suprématie blanche?». Le groupe invitait les étudiants à inscrire leur opinion sur le mur.

Lire la suite du texte e Radio-Canada.

 
 
Monde social
 
 
Budget du Québec : le gouvernement est encore sourd aux besoins de la population

La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles est très déçue du budget 2017-2018. Le gouvernement a de nouveau refusé d’injecter les sommes nécessaires pour que les organismes communautaires autonomes puissent réaliser pleinement ce pour quoi la population les a mises sur pieds (355M$ dès cette année). Malgré l’annonce d’une maigre hausse de 10 millions de dollars pour les 3000 groupes subventionnés par le Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC), le gouvernement est loin du compte par rapport aux besoins des groupes.

Lire la suite.

RQ-ACA : Des engagements décevants pour l’action communautaire autonome.
RODCD : Toujours rien pour les organismes en défense de droits.
RIOCM : Un budget qui laisse sur leur faim beaucoup d’organismes communautaires de Montréal.
ROCFM : Remise de la maison en ordre : sur le dos de qui?
FRAPRU : En logement, comme dans les autres domaines, le budget peine à réparer les dégâts des dernières années.
RAPSIM : entre soulagement et inquiétude.
Collectif pour un Québec sans pauvreté : Refaire les mêmes erreurs et espérer un résultat différent.

 
 
L’innovation n’est pas magique

À écouter le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau, l’innovation technologique et la recherche et le développement (R-D) sont systématiquement les voies à suivre pour soutenir ou transformer l’économie canadienne. En effet, son plus récent budget comprend 262 mentions du terme «innovation». Mettons ce choix en contexte. Si le gouvernement veut vraiment encourager la mise en place de secteurs innovants, que ce soit l’énergie verte, le transport en commun, le numérique ou l’intelligence artificielle, il doit le faire avec un plan clair qui s’éloigne de la politique actuelle qui consiste à saupoudrer des investissements un peu partout et à miser sur les crédits d’impôt.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Atelier-conférence : Chômage et Mondialisation, au Mouvement Action-Chômage de Montréal

Le Mouvement Action-Chômage de Montréal vous invite à un atelier-conférence intitulé Chômage et Mondialisation le jeudi 6 avril à 19h dans ses locaux situés au 6839 A, rue Drolet à Montréal (salle 304), entrée par la porte de la cour d’école. Pour l’occasion, Claude Vaillancourt, président d’ATTAC-Québec, viendra nous entretenir des liens entre la mondialisation, l’évasion fiscale, les changements dans le monde du travail et l’impact sur le chômage.

 
 
Soirée Relations : violences faites aux femmes, le Québec à un tournant?

Les cas d’agressions sexuelles dans les universités, les violences subies par les femmes autochtones et les mobilisations que ces situations soulèvent servent un puissant électrochoc à la société québécoise depuis plusieurs mois. Différents phénomènes (racisme systémique, culture du viol, politiques d’austérité, croissance des inégalités, etc.) nourrissent le terreau favorable aux violences faites aux femmes, malgré les avancées des dernières décennies. Quelle action gouvernementale est menée pour les contrer? À quelles transformations et solidarités les hommes sont-ils appelés pour que cessent ces violences? Une soirée, le lundi 24 avril, de 19h à 21h30, à l’Université du Québec à Montréal, Pavillon des sciences de la gestion, salle R-M130, dans la foulée du dossier de la revue Relations «Violences – Entendre le cri des femmes» (no 789, avril 2017), traitera de ces enjeux avec Aurélie Lanctôt, Éliane Legault-Roy, Nicolas Lévesque et Isabelle Paillé.

 
 
Des migrantes à statut précaire enceintes et abandonnées

Au moment où Montréal vient d'adopter une motion pour se déclarer ville refuge, la seule clinique qui s'adresse aux migrants à statut précaire - qui n'ont pas la carte d'assurance maladie - est en péril, faute de financement de l'État. Dans l'immédiat, ce sont des femmes enceintes qui paieront la note: à Médecins du monde (MDM), qui gère cette clinique, on est contraint de supprimer les postes de l'infirmière et de la travailleuse sociale qui ont assuré le suivi régulier, depuis un an, de 45 femmes enceintes. «Il y a beaucoup de compassion pour les migrants dans les îles grecques. La photo du petit garçon mort a ému tout le monde. Mais les migrants ici, c'est non», affirme Nadja Pollaert, directrice générale de Médecins du monde.

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Lutte contre la pauvreté : le plan d'action reporté à l'automne

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté déplore que le dépôt du prochain plan d'action du gouvernement pour lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale ait été reporté à l'automne. La porte-parole du Collectif, Virgine Larivière, souligne que Québec avait pourtant prévu son dépôt ce printemps, alors que le plan d'action accuse déjà un retard de deux ans. «On nous demande de le faire en 2017, et il sera fait en 2017», a répondu le premier ministre Philippe Couillard, parlant du dépôt en octobre prochain d'un plan «ambitieux».

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Projet de loi 121 et logement : le FRAPRU demande à Québec de donner à Montréal les moyens de ses ambitions

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a été entendu en commission parlementaire, mardi soir, afin de présenter son mémoire au sujet du projet de loi 121 (PL 121). Le PL 121 déposé à l’Assemblée nationale le 8 décembre 2016, simultanément à la signature de l’entente cadre Réflexe Montréal, dont l’objectif est d’augmenter l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal, inquiète le regroupement, notamment sur les enjeux logement. Pour le FRAPRU, si Montréal est au cœur des mécanismes qui peuvent garantir la réalisation du droit au logement sur son territoire, le gouvernement du Québec ne doit pas pour autant se délester de son rôle et de ses responsabilités en offrant à la Ville les moyens et les pouvoirs de l’assurer. Or, «ce que l’on constate d’emblée à la lecture du projet de loi et de l’entente cadre qui l’accompagne, est l’absence de nouvelles sources de revenus consacrés à la Ville, ce, malgré les besoins criants», explique Véronique Laflamme, porte parole du FRAPRU.

Lire la suite.

 
 
Journal de l’Uttam : le ministre des Finances taxe les accidents et les maladies du travail

L’édition Printemps 2017 du Journal de l’Uttam vient de paraître. Au sommaire: • Régime de rentes du Québec et victimes de lésions professionnelles: une injustice criante • Avec une fiscalité créative, le ministre des Finances taxe les accidents et les maladies du travail • La loi simplifiée – La négligence grossière et volontaire de la travailleuse ou du travailleur • Maladie du travail - Perturbateurs endocriniens: des mots qui font peur, mais qu'en est-il vraiment? • Plan stratégique 2017-2019 de la CNÉSST: encore des attaques à la «chronicité». Et bien d’autres choses…

 
 
Pour le retour de la dalle-parc Turcot

Devant l’immobilisme du gouvernement du Québec dans le dossier de la dalle-parc Turcot, le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) et l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME), en collaboration avec la Fondation David Suzuki, Piétons Québec, Vélo Québec et plusieurs organismes locaux lancent une importante campagne de mobilisation sociale ayant comme principal objectif de convaincre le gouvernement de respecter sa promesse d’aménager la dalle-parc dans la cour Turcot. L’objectif de ce pont vert et actif est de créer un lien piéton et cyclable, sécuritaire et agréable, dans l’axe Nord-Sud, depuis la cour Turcot jusqu’à la falaise Saint-Jacques. Ce lien permettra à ses usagers d’éviter un détour de plus de 7 km. À ce jour, aucun argument sérieux n’a été amené pour justifier son retrait du projet, la dalle-parc ne constituant qu’1% à 2% du budget alloué à l’échangeur Turcot.

Lire la suite.