Infolettre du SCCUQ – 20 octobre 2016
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Messages et activités du SCCUQ :

• Rapports de la négo :

- Un accord et encore des attentes
- Des reculs confirmés, mais la discussion n’est pas rompue
- Dépôt des offres patronales globales à venir

Communiqué de presse : L’UQAM préfère le béton armé et des chargées et chargés de cours précaires et éjectables

L’Assemblée générale du SCCUQ dénonce et rejette unanimement les offres patronales

Réflexion sur la décentralisation des ressources

Consultation ministérielle en enseignement supérieur : orientations de la FNEEQ

Jusqu’au 2 décembre : Assemblées d’unité départementale
Du 26 octobre au 4 novembre : Affichage des charges de cours pour le trimestre d’hiver

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

25 octobre : Table ronde Horizon 2021 : les avenirs possibles du libre accès
Jusqu’au 27 novembre : Exposition de Lisette Lemieux au Musée de Lachine
Jusqu’au 8 janvier : Exposition Le Parc olympique, une architecture à célébrer

Autres activités :

21 octobre : Manifestation contre l’Accord de libre-échange Canada-Union européenne
21 octobre : Inauguration d’une œuvre en hommage à Michel Chartrand
21 octobre : La Nuit des sans-abri
24 octobre : Soirée Relations : La santé au Québec : repenser un système et une culture
26 et 27 octobre : Lancement du WikiACA et du rapport de la Commission populaire pour l’ACA
27 octobre : Conférence La crise des finances publiques – Mythes et réalités
27 octobre : Projection-débat du documentaire Tourmente grecque II : chronique d’un coup d’État
Du 23 au 29 octobre : Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome
Jusqu’au 11 novembre : Collectif Échec à la guerre : campagne 2016 du coquelicot blanc
1er et 28 novembre : Appel de propositions au Congrès de l’Acfas
Du 3 au 12 novembre : Journées québécoises de la solidarité internationale
7 novembre : Campagne Les droits, ça se défend!, visite des députés
7 novembre : Audience publique et forum citoyen de la Commission sur l'éducation à la petite enfance
Du 7 au 9 novembre : Journées de mobilisation pour la reconnaissance et le financement du communautaire
9 novembre : Manifestation-défilé Engagez-vous pour le communautaire!
16 novembre : Cabaret pour l’adéquation école-culture
17 novembre : Forum citoyen de Montréal : Commission sur l’éducation à la petite enfance
21 novembre : Des leviers pour prévenir la violence et ses répercussions
27 novembre : Forum social Centre-Sud
30 novembre : Le point sur la situation des femmes autochtones du Québec par Viviane Michel

 
 
Entre vous et moi

J’ai eu une idée en écoutant nos collègues des autres universités à l’occasion de la conférence de presse en appui à nos revendications et du Conseil syndical qui a suivi. On devrait avoir un programme d’échange de chargées et de chargés de cours. En enseignant à l’Université de Montréal ou dans n’importe laquelle des composantes de l’Université du Québec, je serais mieux payé. En enseignant à Chicoutimi, on me reconnaitrait des EQE pour plus de cours. En enseignant à Laval, j’aurais un peu plus de stabilité d’emploi. C’est vrai, j’oubliais que pour faire un échange il faut qu’une personne chargée de cours accepte de venir à l’UQAM, de se mettre sur un siège éjectable, de se faire prendre sa charge de cours par une ou un prof ou par une personne, en clause réserve, qui ne répond pas aux mêmes exigences de qualification que nous, d’être sous-payée… Mais il n’en tient qu’à nous de se mobiliser pour avoir ce que les autres ont obtenu en se tenant debout!

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Rapport de la négo : un accord et encore des attentes

Les comités de négo syndical et patronal ont tenu leur 27e rencontre cette semaine. Les deux parties se sont entendues sur un texte concernant le congé autofinancé et semblent se diriger vers un accord pour conserver le statu quo sur les clauses se rapportant à la moyenne cible. L'employeur a proposé la mise en place d’un comité pour analyser la faisabilité d'un affichage annuel des charges de cours. Nous avons apporté quelques modifications au projet de lettre d'entente sur les modalités entourant ce comité. Nous sommes en attente d'un retour patronal sur ce sujet… comme sur bien d’autres points.

Rapports précédents : • Des reculs confirmés, mais la discussion n’est pas rompueDépôt des offres patronales globales à venirDes attentes et encore des attentes • Des gains, des attentes et des différends • Des textes finalisés, des congés en cas de décès familial et retrait d’une demande sur les EQE • Une re-volte-face, un retrait et trois gains • Une reconnaissance et une volte-face

 
 
Assemblées d’unité à l'École des médias, en mode, langues, travail social, sciences juridiques, éducation et formation spécialisées et en éducation et pédagogie

La tournée des assemblées d’unité a débuté la semaine dernière. Elles se déroulent dans les locaux du SCCUQ (A-R540 et A-R505) à compter de 12h30. Au cours des prochains jours, nous recevrons les personnes chargées de cours (PCC) de l’École des médias le 21 octobre, en Sciences juridiques le 24, de l’École supérieure de mode et de l’École de langues le 25, et de l’École de travail social, en Éducation et formation spécialisées et en Éducation et pédagogie le 26. Nous abordons les problèmes rencontrés localement, les PCC élisent leurs représentants à divers postes et il sera aussi question de décentralisation, de négociation de la convention collective et de moyens de pression. Nous vous attendons en grand nombre.

 
 
L’UQAM préfère le béton armé et des chargées et chargés de cours précaires et éjectables
infolettre-nego

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM (SCCUQ) dénonce que l’employeur maintient ses membres dans un état de précarité et sur un siège éjectable, une situation qui sert bien la direction. «L’UQAM verse plus de 7 millions de dollars par année pour des agents de sécurité, l’équivalent de 18% de la masse salariale des chargées et des chargés de cours, et elle injecte 10 millions de dollars de plus que l’an passé dans le béton. Les conséquences se font sentir dans les classes: moins de correcteurs, plus d’étudiantes et d’étudiants par groupe et moins de charges de cours», déplore Marie Blais, présidente du SCCUQ, en négociation pour le renouvellement de sa convention collective depuis plus d’un an.

Lire la suite du communiqué de presse émis par le SCCUQ jeudi.

 
 
Affichage des charges de cours pour le trimestre d’hiver 2017: du 26 octobre au 4 novembre

L’affichage des charges de cours pour le trimestre d’hiver 2017 sera disponible sur ACCENT à compter du 26 octobre. Les personnes chargées de cours auront alors jusqu’au 4 novembre pour enregistrer leurs candidatures. La période de réponse à la proposition des cours attribués par ACCENT sera du 11 au 16 novembre.

 
 
Babillard des membres
 
 
Décès de Jean-Marie Debunne
jmdebunne

Jean-Marie Debunne, chargé de cours au Département de sciences des religions depuis 1980 et à la Faculté des sciences humaines depuis 1993, est décédé le 12 octobre dernier. Il était âgé de 74 ans. La famille recevra les condoléances au Complexe funéraire Alfred Dallaire, situé au 4231, boul. Saint-Laurent, à Montréal, le samedi 22 octobre, de 13 h à 16 h. La cérémonie commémorative aura lieu au salon le samedi 22 octobre à 15 h 30. Le SCCUQ offre ses plus sincères condoléances à la famille, aux amis et aux collègues de Jean-Marie Debunne.

 
 
Alain Paquette dévoile les résultats de la plus vaste étude réalisée à ce jour sur l'effet de la biodiversité sur le fonctionnement des forêts

Une équipe réunissant 84 chercheurs à travers le monde, dont Alain Paquette, chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement et agent de recherche à la Chaire CRSNG/Hydro-Québec sur le contrôle de la croissance des arbres, a dévoilé les résultats de la plus vaste étude réalisée à ce jour sur l'effet de la biodiversité sur le fonctionnement des forêts. Publiés le 14 octobre dans Science, leurs résultats indiquent que la biodiversité a un effet positif sur la productivité forestière et, par conséquent, qu'un recul de la première accélérerait le déclin de la seconde à l'échelle planétaire. «Une perte de 10 % des espèces forestières se traduirait par une réduction de 2 à 3 % de productivité, ce qui représente des pertes financières estimées entre 13 et 23 milliards de dollars US annuellement. Et l'effet augmenterait rapidement avec des pertes additionnelles», explique Alain Paquette, qui est aussi membre du Centre d'étude de la forêt.

Lire la suite.

 
 
Le potager VERTical de Jean-Philippe Vermette sur le toit du Palais des congrès

Sur l’immense toit du Palais des congrès se côtoient aujourd’hui les abeilles des trois ruches de Miel Montréal, les potagers en bacs Culti-Vert et les nouveaux murs végétaux du projet VERTical. Le dernier-né du Laboratoire d’agriculture urbaine, inauguré à la fin de l’été, est un potager nouveau genre. Il est composé d’une série d’échafaudages où des toiles tendues accueillent fraises, fleurs comestibles, légumes et fines herbes. «Nous nous sommes inspirés des plantations verticales installées depuis l’année dernière sur les toits des Galeries Lafayette, à Paris», indique le chargé de cours Jean-Philippe Vermette, cofondateur de AU/LAB, Laboratoire de recherche, d’innovation et d’intervention en agriculture urbaine associé à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Jérémie Duhamel publie Les Vertus de la liberté – Machiavel et la critique de la consommation

Le chargé de cours au Département de philosophie Jérémie Duhamel a publié Les Vertus de la liberté – Machiavel et la critique de la consommation aux éditions Classiques Garnier. À travers une étude approfondie de la notion de virtù, ce livre propose une interprétation de la pensée politique de Machiavel qui concilie deux dimensions de son œuvre généralement considérées comme antithétiques: l'attachement à la liberté et l'appel à entrer dans le mal. C'est la critique de la domination qui constitue la clef de voûte de l'effort de pensée polymorphe déployé par le Florentin. L'analyse des sources de domination qu'il met en oeuvre et son effort visant à identifier les moyens d'y faire face collectivement révèlent une approche originale des choses politiques dont le propre est de penser les conditions de possibilité de la liberté sans nier la contingence du monde et la méchanceté potentielle de l'être humain.

 
 
La bataille contre l’agrile du frêne est loin d’être gagnée selon Alain Paquette

À Montréal, plus de 13 000 arbres ont été abattus jusqu'à présent dans le cadre de la lutte contre l'agrile du frêne. Mais le pire est à venir puisque l'infestation n'a pas encore atteint son apogée. Un des enjeux majeurs est de savoir par quoi remplacer les frênes. Le chargé de cours de l’Institut des sciences de l'environnement Alain Paquette commente la situation à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Le Parti démocrate est chanceux d’affronter Trump, soutient Elisabeth Vallet

Les récentes révélations contre Donald Trump ont permis à Hillary Clinton de creuser l’écart avec son adversaire. La moyenne des sondages sur les intentions de vote lui donne désormais six points d’avance, contre seulement trois points il y a deux semaines. La tendance pourrait se confirmer, la candidate démocrate n’étant pour l’instant pas mise en difficulté par les fuites publiées par le site WikiLeaks. «Affronter Donald Trump est en quelque sorte une chance pour le Parti démocrate, qui a lui aussi des squelettes dans ses placards et qui est de plus en plus en remis en cause par la base militante», nuance Elisabeth Vallet.

Lire la suite du texte sur 20minutes.fr

 
 
Monde syndical
 
 
Après deux ans de négociations : entente de principe pour les professeures et professeurs de l’UQAM

Après deux ans de négociations pour le renouvellement de leur convention collective, les membres du Syndicat des professeurs et professeures de l’Université du Québec à Montréal (SPUQ) ont accepté à 90% l’entente de principe qui leur a été présentée en assemblée générale. Cette entente, qui survient après 65 séances de négociation, met fin à un conflit marqué par l’intransigeance et le manque de transparence de l’administration. En avril dernier, le corps professoral avait d’ailleurs exigé la démission du recteur et de deux vice-recteurs. L’entente permet un rattrapage salarial de 2% en plus des hausses prévues dans la Politique salariale du gouvernement du Québec (PSG). L’entente permet également d’augmenter le plancher d’emploi de 1155 à 1200 professeurs et de bloquer les nombreux reculs prévus dans le projet patronal. «L’atmosphère ne nous porte pas à crier victoire, a mentionné d’entrée de jeu la présidente du SPUQ, Michèle Nevert. Mais l’impression que nous avons, c’est d’avoir sauvé les meubles. Nous avons fait reculer la direction sur son projet de négociation.»

Lire la suite.

 
 
Lucie Lamarche a reçu le Prix Pierre-Dansereau

La présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, félicite chaleureusement Mme Lucie Lamarche, récipiendaire du Prix Pierre-Dansereau remis à l'occasion du 72e Gala de l'Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui a eu lieu mardi soir. Mme Lucie Lamarche, professeure au Département des sciences juridiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), a remporté cet honneur, décerné à une chercheuse ou à un chercheur pour souligner l'excellence et le rayonnement de ses travaux et de ses actions qui, en lien avec son apport à la recherche scientifique, ont contribué à améliorer la qualité de la vie en société. Mme Lamarche a choisi de remettre sa bourse au Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

Lire la suite.

 
 
HEC au centre-ville : l’Union étudiante critique la priorisation de la ministre

C’est avec scepticisme que l’Union étudiante du Québec (UEQ) accueille l’annonce de la ministre Hélène David au sujet de la création d’un pavillon des HEC au centre-ville de Montréal. Loin de croire que le besoin ait été démontré pour ce nouveau pavillon, l’UEQ croit que les priorités financières du ministère de l’Éducation devraient être de refinancer les universités suite aux mesures d’austérité de ses prédécesseurs et non de se lancer dans un énième projet d’infrastructure. «Le centre-ville de Montréal est déjà desservi par trois universités offrant des programmes en administration et en gestion. Loin de répondre à un besoin, ce pavillon ne rajoutera qu’un nouvel acteur se battant pour la même pointe de tarte», rappelle Nicolas Lavallée, président de l’UEQ.

Lire la suite.

L’ESG mécontente de l’arrivée de HEC au centre-ville.
«Profond désaccord» entre les universités.

 
 
Journée de grève pour 1800 employés de l’Université de Montréal
journeegreve

Près de 1800 travailleurs et étudiants salariés de l’Université de Montréal ont tenu une journée de grève mercredi afin d’augmenter la pression sur l’employeur dans la conclusion d’une entente de principe, notamment sur la question salariale. Leurs conventions collectives sont échues depuis mai 2015. Une centaine de personnes se sont réunies sur la Place de la Laurentienne de l’UdeM dès 8h en matinée, avant de se disperser un peu partout sur le campus pour diffuser leur message. Le Syndicat des étudiantes et étudiants salarié.e.s de l’Université de Montréal (SÉSUM), qui représente les auxiliaires de recherche et d’enseignement, ainsi que les assistants techniques, exige un salaire minimum de 15$ de l’heure pour l’ensemble de ses membres.

Lire la suite du texte du journal Métro.

 
 
Concordia : Part-Time Faculty Union Concerned Over Ongoing Negotiations

Five hundred and thirty-six days—and counting. That’s how long the Concordia University Part-Time Faculty Association has been without a collective agreement. On the homepage of CUPFA’s site, there is a clock counting up the minutes since the union and the university last reached a retroactive agreement in March of 2015. It was only in effect for a month before the clock started ticking again. The negotiating parties met on Friday, and there are six more dates scheduled from now until December. «I’m concerned at this point, said CUPFA President David Douglas. We were not impressed with what happened over the summer.»

Lire la suite du texte du journal The Link.

 
 
Autonomie des infirmières : le ministre Barrette doit agir pour développer les équipes multidisciplinaires

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) réagit au lancement d’une campagne publique menée par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) sur l’autonomie des professionnel-les en soins. La CSN encourage le ministre Barrette à prendre la balle au bond afin d’améliorer le travail des équipes multidisciplinaires, ce qui permettrait de mieux répondre aux défis de l’accès aux services de santé et aux services sociaux.

Lire la suite.

La CSN en action pour nos laboratoires médicaux.
Le gouvernement fédéral doit respecter ses engagements et Gaétan Barrette en tirer une leçon.
Le Parti québécois et la FIQ dénoncent la perte de services en Abitibi-Témiscamingue.
Centre d’hébergement Denis-Benjamin-Viger : le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal doit faire cesser les abus et les menaces.

 
 
Commission sur l’éducation à la petite enfance : une participation active à la tournée de consultations régionales
commissioneducation

C’est avec enthousiasme que la CSN participera, au cours des prochaines semaines, aux différentes consultations régionales organisées dans le cadre de la Commission sur l’éducation à la petite enfance. Avec des syndicats en CPE et en milieu familial et scolaire répartis dans toutes les régions du Québec, la CSN compte profiter de cette expertise pour documenter et exposer concrètement les conséquences néfastes des dernières politiques du gouvernement dans les différentes régions du Québec. La CSN entend également mettre en avant des pistes de solutions pour reconstruire un réseau de services de garde éducatifs en CPE, en milieu familial et en secteur scolaire.

Lire la suite.

CSQ : Après 20 ans, un grand rendez-vous à ne pas manquer!

 
 
La CSN et ses organisations affiliées, une force en santé et sécurité du travail
csnetorganisation

La Semaine nationale de la santé et de la sécurité du travail (SST) se poursuit jusqu’au 22 octobre. Cette année, la CSN souhaite rappeler à toutes les travailleuses et travailleurs, aux quelque 2000 syndicats de la confédération et à ses 325 000 membres des secteurs privé et public l’importance de cet enjeu, dans un contexte où les employeurs demandent d’en faire toujours plus avec moins. «La prévention est le nerf de la guerre en matière de santé et de sécurité. C’est en amont qu’il faut agir pour sensibiliser les employeurs aux risques liés au travail. Il est inacceptable qu’encore aujourd’hui, le travail rende malade ou pis encore, qu’il tue», déplore Jean Lacharité, vice-président de la CSN. L’an dernier, 196 personnes ont perdu la vie en raison de leur emploi (ou ont péri en travaillant).

Lire la suite.

Saguenay-Lac-Saint-Jean : Jacques Létourneau en entrevue à «L'heure de pointe».

 
 
Un message des salariés syndiqués SCFP et FEESP-CSN : lettre ouverte aux mairesses et maires du Québec

Le projet de loi 110 (PL110) est présentement étudié en commission parlementaire à Québec. Certes, pour les salariés, cette législation représente un recul quant au droit fondamental de négocier collectivement. Quelques élu(e)s souhaitaient un nouveau cadre législatif pour encadrer les négociations collectives, mais il s’avère que ce projet de loi est un cadeau empoisonné pour les municipalités. Plusieurs élu(e)s l’ont vu et ont publiquement exprimé leur désaccord avec PL110. Immédiatement, le gouvernement a annoncé qu’il prendrait des mesures pour leur imposer sa volonté. Ces élu(e)s, des villes de Sorel-Tracy, Mont-Joli, Amqui, Rouyn-Noranda, Ville‑Marie, et Shawinigan, entre autres, n’en veulent pas, car ils ont compris que l’autodétermination des villes québécoises est menacée.

Lire la suite.

Les retraités cols bleus demandent au maire Denis Coderre de faire la bonne chose.

 
 
CETA : Non à une «déclaration interprétative» qui ne change rien!

Déclaration commune de la Confédération générale du travail (CGT-France) de la FTQ et de la CSN (représentant 1,7 million de travailleuses et travailleurs) interpellant le Conseil des affaires étrangères de la Commission européenne mardi concernant l’AECG. Dans le cadre de l’accord de libre-échange négocié entre l’Union Européenne et le Canada (Accord économique et commercial global – AÉCG, CETA en anglais), un document de 5 pages nommé «déclaration interprétative», censé venir en annexe des 1600 pages du texte de l’accord, a été rendu public le 5 octobre. Ce texte a pour objectif d’apaiser les critiques et craintes émises par les opposants de l’accord, de plus en plus nombreux au Canada et en Europe. Malheureusement, dans sa forme et dans le fonds, il ne change rien. Principalement, déjà, les extrapolations économiques sur l’impact à moyen terme sont incertaines, et n’offrent aucune justification claire en faveur de la conclusion d’un tel accord. Selon les assomptions de départ, les inconvénients prévaudraient même nettement!

Lire la suite.

 
 
Deux œuvres en hommage au grand syndicaliste Michel Chartrand
deuxoeuvres

Deux œuvres en hommage à la mémoire du grand syndicaliste Michel Chartrand, ancien président du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN et militant de la cause sociale, seront dévoilées au grand public au cours des prochains jours. Lancement du livre À bas les tueurs d’oiseaux! – Michel Chartrand : Témoignages et réflexions sur son parcours militant de Suzanne G. Chartrand le 20 octobre à 17h et 19h, au Cabaret Lion d’Or, 1676, rue Ontario Est, à Montréal, et l’inauguration de l’oeuvre La Force ouvrière d’Armand Vaillancourt le 21 octobre à 10h45, au parc Michel-Chartrand, 1895, rue Adoncour, à Longueuil.

 
 
Grève imminente pour les employés de Keolis Canada – Division Lanau Bus

«La dernière proposition de l’employeur ne correspondait pas du tout à nos objectifs de négociation. C’est donc sans surprise que l’offre a été rejetée à 98 % par les membres présents à l’assemblée dimanche. Nous avons essayé de l’éviter le plus longtemps possible, mais nous n’avons plus le choix. Keolis – division Lanau Bus devra faire face à une grève de ses employé‑es qui sont gonflés à bloc !» a déclaré Yvon Bérubé, président du Syndicat des employé‑es de Lanau Bus (CSN). Conformément aux dispositions du Code du travail, un avis de grève a été envoyé à l’employeur et au ministère du Travail en date du 17 octobre. La grève générale illimitée débutera donc le 27 octobre à 4h du matin, et ce, jusqu’à l’obtention d’une entente de principe satisfaisante pour le comité de négociation syndical. Un des irritants majeurs pour les conductrices et conducteurs d’autobus est la confection des horaires de travail.

Lire la suite.

Ententes de principe au Quality Sherbrooke et au Delta Sherbrooke.
Centres d’hébergement privés pour aîné-es : deux  ententes de principe en Abitibi et dans les Laurentides.
Les syndiqués du Théâtre du cuivre à Rouyn-Noranda ont une nouvelle convention collective.

 
 
Des milliers de personnes dans la rue pour réclamer le salaire minimum à 15 $ l’heure
salaireminimum

Répondant à l’appel de plusieurs acteurs majeurs de la société civile québécoise, des milliers de personnes se sont rassemblées à Montréal, samedi midi, pour réclamer le salaire minimum à 15$ l’heure. Partis du Parc le Prévost, dans le quartier Villeray, c’est sous les bannières des principaux groupes regroupés au sein de quatre grandes campagnes, 15$ maintenant, 5-10-15, 15 plus et Minimum 15$, et d’une pléiade d’autres organisateurs et alliés que les marcheurs ont fait résonner leur message au long des rues Christophe-Colomb et Jean-Talon à Montréal. Au Québec, cette revendication est portée par plusieurs groupes communautaires, syndicaux, politiques et étudiants représentant des centaines de milliers de personnes. Les groupes ont tenu à rappeler l’importance d’offrir un salaire décent, permettant à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs du Québec d’obtenir un salaire supérieur au seuil de faible revenu et de sortir de la pauvreté.

Lire la suite.

Vidéo de la manifestation.
Le cas de Cineplex.
FTQ : Augmenter le salaire minimum à 15$ : oui!

 
 
Nouvelle victoire juridique pour les femmes en matière d’équité salariale

La Cour d’appel du Québec confirme la victoire juridique obtenue en 2014 par les travailleuses du Québec dans le dossier de l’équité salariale. La semaine dernière, la Cour d'appel du Québec a rejeté l'appel du gouvernement du Québec et ainsi maintenu la décision de la cour de première instance. Rappelons qu’en janvier 2014 la Cour supérieure du Québec avait déclaré inconstitutionnelles des dispositions de la Loi modifiant la Loi sur l’équité salariale de 2009 et, incidemment, de la Loi sur l’équité salariale. Dans son jugement, la Cour d’appel confirme notamment que l’absence de rétroactivité pour les évaluations périodiques du maintien de l’équité salariale apparaît comme une source de discrimination fondée sur le sexe.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Des étudiantes victimes d’agressions sexuelles interpellent la ministre David

Des étudiantes victimes d’agressions sexuelles passent à l’action : elles adresseront vendredi une série de recommandations à la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, afin que leurs consoeurs puissent étudier dans des environnements sécuritaires. Rassemblées dans le groupe «Québec contre les violences sexuelles», écorchées par la réaction des autorités vers lesquelles elles se sont tournées pour dénoncer, Mélanie Lemay, Ariane Litalien et Kimberley Marin s’invitent dans la réflexion sur le futur plan d’action pour lutter contre la violence sexuelle sur les campus québécois.

Lire la suite du texte du Devoir.

Au moins quatre agressions sexuelles à l'Université Laval.
Critiqué, le recteur de l’Université Laval défend son silence.
L'UQAR se dit bien outillée pour intervenir en cas d'agression ou de harcèlement sexuel.
La sécurité dans les résidences est suffisante, selon l'UdeS et l'Université Bishop's.
U. d’Ottawa : une journaliste étudiante victime de propos haineux.
La FIQ interpelle les établissements d’enseignement et le gouvernement.

 
 
Cabaret pour l'adéquation école-culture le 16 novembre

La Nouvelle Alliance pour la Philosophie Au Collège (NAPAC) présente un sympathique Cabaret Pour l'adéquation École-Culture : parce que l'éducation n'est pas une marque déposée! le mercredi 16 novembre, à 20h (portes 19h), au Cabaret Lion d’or, 1676 rue Ontario Est à Montréal. Entrée 10$ (13,50$ avec taxes). Aux vives menaces de dénaturation de la Formation générale et d’arraisonnement de la mission humaniste des cégeps réactualisées par le Rapport Demers et les velléités du gouvernement, la NAPAC répond par une fête à la culture! Un pied de nez aux troglodytes de tout acabit qui voudraient emprisonner la jeunesse dans un arrimage école-marché toujours plus serré. Lecture de textes, numéros artistiques, humour et prestations musicales.

 
 
Valorisons et soutenons nos universités

Chaque année, nos universités montréalaises diplôment plus de 50 000 étudiants. Ce nombre est en croissance et nous nous en réjouissons. En tant que chefs d'établissement, nous constatons quotidiennement la contribution indispensable des diplômés universitaires à la vitalité économique et sociale du Québec. Les universités constituent le principal moteur de croissance économique et sociale. Nous devons, comme société, les valoriser et mieux les soutenir.

Lire la suite du texte d’opinion de 11 directeurs et recteurs d’institutions universitaires.

 
 
Les cégeps demandent à Québec de revoir leur mode de financement

Les 48 cégeps du Québec, dont ceux de l'Est, souhaitent revoir leur mode de financement avec le gouvernement du Québec. Dans une lettre envoyée par la Fédération des cégeps du Québec, les directeurs généraux des établissements demandent une meilleure répartition des sommes allouées par le gouvernement. Les règles qui encadrent le financement des cégeps du Québec sont les mêmes depuis 1993, mais selon les directeurs généraux, la réalité des établissements a bien changé au cours des 23 dernières années.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
La CSDM réclame un statut spécial et au moins 36 millions

D'une même voix, la Commission scolaire de Montréal, ses syndicats et son comité de parents réclament un statut spécial au gouvernement du Québec et des fonds particuliers en raison du nombre exceptionnel d'élèves à besoins particuliers, pauvres et n'ayant pas le français comme langue maternelle qui se trouvent dans la métropole. La CSDM, qui achève le redressement de ses finances exigé par le gouvernement Couillard, réclame au moins 36 millions supplémentaires. Catherine Renaud, présidente de l'Alliance des professeurs, relève qu'il manque 265 postes à temps plein «uniquement pour répondre aux besoins des élèves handicapés ou en difficulté».

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Pas de prospérité sans éducation des filles, selon un rapport de l'ONU

Le progrès dans les pays en développement ne s'accomplira que si le sort des petites filles y est amélioré de manière significative. Tel est le message contenu dans le rapport sur l'état de la population mondiale déposé jeudi, à Londres, par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA). La violation des droits fondamentaux des petites filles dans le monde, et de manière encore plus critique dans les pays défavorisés, est un drame non seulement pour ces fillettes, mais pour les sociétés dans lesquelles elles grandissent, dit le rapport. Car il ne peut y avoir de réelle prospérité sans éducation. Et, comme l'estime le fonds onusien, «les pays en développement, où vivent 90 % des filles de 10 ans, engrangeraient un "dividende" de 21 milliards de dollars par an» si ces fillettes achevaient toutes leurs études secondaires.

Lire la suite du texte de Radio-Canada avec Agence France-Presse.

 
 
Nigeria : libération de 21 lycéennes de Chibok – une victoire au goût amer
nigeria

L’Internationale de l’éducation se joint à l’Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale afin de saluer le sauvetage de 21 jeunes filles de Chibok qui avaient été kidnappées, tout en appelant à redoubler d’efforts pour retrouver les 200 autres qui sont toujours portées disparues.

Lire la suite.

 
 
Monde social
 
 
Manifestation contre l’AÉCG ce vendredi à Montréal

Le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC) appelle à manifester ce vendredi 21 octobre à 11h30 devant le Ritz-Carlton à Montréal, 1228, rue Sherbrooke Ouest. Les élites économiques et politiques sortent leurs gros canons pour nous vendre l’Accord de libre-échange Canada-Union européenne (AÉCG), un mauvais accord pour les peuples et la planète. À l’initiative du Conseil des Relations internationales de Montréal (CORIM) et avec la participation spéciale et bienveillante de Jean Charest, la conférence L’accord Canada-UE : un nouvel élan pour le Québec accueillera Christine St-Pierre, Pierre-Marc Johnson, Anne-Marie Coninsx, ambassadeur de l’Union européenne au Canada, et des porte-parole du milieu des affaires.

 
 
Nuit des sans-abri : coucher dehors pour la cause
nuitsansabri

Le 21 octobre prochain, la 27e Nuit des sans-abri sensibilisera les Montréalais à la réalité et aux différents enjeux de l’itinérance. Ce sera aussi l’occasion d’interpeller les acteurs politiques à l’importance de se mobiliser devant la croissance du nombre de gens vivant dans la rue. «C’est une nuit malheureusement encore nécessaire. Nous avons eu un point de presse récemment sur la disparition de maisons de chambres, ce qui risque encore d’aggraver le problème, tout comme l’insuffisance des logements sociaux. Nos actions se poursuivent 365 jours par an», explique le porte-parole de la Nuit des sans-abri et coordonnateur du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RASPSIM), Pierre Gaudreau.

Lire la suite.

 
 
Conférence La crise des finances publiques - Mythes et réalités à l’UQAM le 27 octobre

Étudiant-es socialistes UQAM organise la Conférence La crise des finances publiques - Mythes et réalités, le jeudi 27 octobre de 18h30 à 20h, local A-1750 du Pavillon Hubert-Aquin, une conférence introductive à la «crise des finances publiques» avec Claude Vaillancourt, enseignant, conférencier, écrivain et président d’ATTAC-Québec, et Pierre-Antoine Harvey, économiste à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ). Cette conférence vise à démonter le discours dominant sur les finances publiques qui légitime l’austérité. Elle sera suivie d’une période questions. Le tout nouveau livre La dette du Québec : vérités et mensonges d’ATTAC-Québec sera disponible sur place.

 
 
Lancement du WikiACA et du rapport de la Commission populaire pour l’ACA les 26 et 27 octobre
wikiaca

La Coalition des organismes communautaires autonomes de formation (COCAF) procédera au lancement officiel du WikiACA, une encyclopédie collaborative dédiée à l’action communautaire autonome, le 26 octobre dans le cadre d’un 5@7 au Nestor – Taverne festive, 6289, rue St-Hubert, à Montréal. Cet événement, qui s’inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome, est l’occasion de venir découvrir cet outil d’information, de formation et de promotion de l’action communautaire autonome. La Commission populaire pour l’ACA procédera au lancement du rapport de la Commission populaire pour l’ACA: Les organismes d’action communautaire autonome: entre engagement et épuisement le 27 octobre, à 10 h, au Comité social Centre-Sud, 1710 rue Beaudry, à Montréal.

 
 
Projection-débat du documentaire Tourmente grecque II : chronique d’un coup d’État
projectiondebat

Dans le cadre des 5 à 7 du Centre de formation populaire, il y aura une projection-débat du documentaire Tourmente grecque II : chronique d’un coup d’État le jeudi 27 octobre, de 17 h à 19 h 30, au Centre St-Pierre, 1212 rue Panet, à Montréal. Le réalisateur du film Philippe Menut sera présent. Les inscriptions sont acceptées jusqu'au 23  octobre : pierre@lecfp.qc.ca. Après six mois de négociations, malgré le «non» massif des Grecs au référendum, le gouvernement Syriza a cédé aux injonctions des «institutions» de la zone Euro, tout en renonçant à toute annulation ou allègement de sa dette. Comment l’expliquer? En quoi une alternative était-elle possible?

 
 
Manifestation-défilé Engagez-vous pour le communautaire! le 9 novembre
manifdefile

Dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire!, les groupes communautaires de Montréal et la population sont invités à fermer leurs portes pour venir manifester le 9 novembre à 13 h à la Place des festivals. Les revendications : • Le rehaussement significatif du financement à la mission globale des 4000 organismes communautaires autonomes et l’indexation des subventions à la mission globale • Le respect de la Politique de reconnaissance de l’action communautaire • La reconnaissance de l’action communautaire autonome comme moteur de progrès social • La campagne réclame également la fin des compressions dans les services publics et les programmes sociaux. L’événement sera family friendly et accessible aux personnes à mobilité réduite. De la traduction en LSQ sera disponible pour les discours.

 
 
Engagez-vous pour le communautaire! : trois jours d’activités

«Engagez-vous pour le communautaire!» est une campagne unitaire des groupes de divers secteurs (santé, défense des droits, femmes, familles, alphabétisation, etc.) afin de revendiquer une meilleure reconnaissance et un financement adéquat des organismes d’action communautaire autonome. Un grand mouvement est lancé : des actions sont organisées dans toutes les régions du Québec lors des journées des 7, 8 et 9 novembre.

Lire la suite.

 
 
Collectif Échec à la guerre : campagne 2016 du coquelicot blanc jusqu’au 11 novembre
collectifechecguerre

La campagne 2016 du coquelicot blanc est en cours jusqu’au 11 novembre. Pour porter le coquelicot blanc pour faire échec à la guerre et au militarisme! Pour afficher les couleurs de la campagne sur les médias sociaux! Pour soutenir le Collectif Échec à la guerre!

 
 
En novembre, on réfléchit au rôle des médias dans la compréhension que l’on a des enjeux internationaux
ennovembre

Les médias, principale source d’information des Québécoises et des Québécois, sont une clé pour comprendre les divers enjeux auxquels l’humanité - dont ils font partie - est confrontée. Cependant, les médias font eux-mêmes face à des problématiques économiques dans un contexte de culture occidentale dominante. Sous la forme d’ateliers, de conférences, d’expositions et de documentaires, les Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI), du 3 au 12 novembre, vous convient donc cette année à réfléchir sur les manières dont nous pouvons collectivement améliorer notre façon d’informer et de nous informer sur la solidarité et la coopération internationales. Organisées en collaboration avec des organismes de coopération internationale de partout au Québec, les activités des douze programmations régionales des JQSI sont autant d’occasions d’échanger sur ces enjeux qui, ultimement, nous concernent toutes et tous.

 
 
Le REM : plus avantageux pour la Caisse que pour la population québécoise

On sentait un enthousiasme débordant des classes politiques et médiatiques lorsque la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) annonçait le 22 avril dernier son projet de train électrique: le réseau électrique métropolitain (REM). En tout, 67 kilomètres de rails et 24 stations à Montréal et dans les environs. La CDPQ promettait un réseau rentable, construit rapidement, qui réglerait l’éternelle question du transport en commun entre la Rive-Sud, l’aéroport et l’Ouest-de-l’Île. Cependant, maintenant que la poussière est retombée et que le BAPE est en train d’étudier la question, vérifions si la proposition reste aussi prometteuse et si la population du Québec en sort réellement gagnante. Bien qu’à court terme le projet du REM touche principalement Montréal et ses environs, ce nouveau modèle d’investissement en infrastructure entre Québec et la Caisse de dépôt pourrait bien faire école partout sur le territoire.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

La coalition contre le projet de train (REM) de la Caisse de dépôt distribue 100 000 tracts.

 
 
L’austérité pour une bonne cause

Raymonde St-Germain, la Protectrice du citoyen depuis maintenant 10 ans, est sans appel : les compressions du gouvernement, surtout celles provoquées par la réforme en santé adoptée sous le bâillon, ont eu et ont toujours des impacts bien réels sur la vie des plus vulnérables. Son dernier rapport (elle quitte son poste dès qu’on lui trouve un ou une remplaçante), est une dure critique pour les politiques du présent gouvernement. Philippe Couillard, quant à lui, trouve qu’on exagère. Que la solidarité et les discours sur les personnes vulnérables, «ce n’est que du vent pour la population».

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Accueil mitigé pour le programme d’aide aux Autochtones en milieu urbain

L’annonce par Québec d’un programme d’aide de 9 M$ sur cinq ans destiné aux Autochtones en milieu urbain a reçu un accueil mitigé lundi. D’une part, les organismes espèrent que cette enveloppe, destinée à améliorer leurs services d’accompagnement et à développer leurs infrastructures, permettra de répondre à certains besoins criants. De l’autre, l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) estime que le gouvernement lance de la «poudre aux yeux» pour cacher son inaction dans le dossier des relations entre la police et les femmes autochtones. Le nombre d’Autochtones dans les villes du Québec, notamment Montréal, est en augmentation, selon le gouvernement et plusieurs organismes. Le dénombrement effectué par la métropole en mars 2015 indique pour sa part que 10% des personnes itinérantes sont Inuits, Métis ou membres des Premières Nations.

Lire la suite du texte du journal Métro.

 
 
Les maisons d’hébergement pour femmes à bout de ressources

Les maisons d’hébergement qui viennent en aide aux femmes victimes de violence ne fournissent plus à la demande. La Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF) a dénoncé mercredi, au terme d’un forum qui a réuni à Montréal près de 200 intervenantes et directrices de maisons d’hébergement pour femmes, le manque d’argent et de places qui leur permettrait de répondre aux besoins, à la grandeur du Québec.

Lire la suite du texte du journal Métro.

 
 
Le fédéral doit prévoir des investissements majeurs et à long terme pour faire reculer l’itinérance

Le prochain budget fédéral doit prévoir des investissements majeurs et à long terme pour faire reculer l’itinérance. Tel est le message qu’a livré le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) jeudi 20 octobre à Québec dans le cadre de la tournée de consultation du Comité permanent des finances de la Chambre des communes. À la veille de la Nuit des sans-abri, le RAPSIM y a exprimé l’importance que ce prochain budget confirme un changement de cap dans les politiques d’Ottawa.

Lire la suite.

 
 
Réserve de terrains et de bâtiments pour du logement social à Montréal : des groupes réclament des actions dès le prochain budget

Alors que Denis Coderre participe au sommet mondial sur l’habitation, Habitat III, qui se déroule à Quito du 17 au 20 octobre 2016, plusieurs organismes communautaires se joignent au Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) pour réclamer que la Ville de Montréal, annonce des investissements dans une réserve de terrains et de bâtiments, devant principalement servir à des fins de logement social. François Saillant, coordonnateur du FRAPRU, insiste pour que le prochain budget de la Ville contienne des annonces ambitieuses en ce sens : «La situation est urgente. Les sites disponibles se font de plus en plus rares à Montréal, en raison de la dure compétition des promoteurs de condominiums et de logements locatifs de luxe.»

Lire la suite.

 
 
Le Groupement Global Unions exige l’arrêt des négociations sur l’ACS

À la suite de la divulgation de nouveaux documents révélant les détails de l’Accord secret sur le commerce des services, six fédérations syndicales internationales appellent à l’arrêt immédiat des négociations. Cet appel fait suite à la divulgation par Wikileaks de documents mettant au jour la portée globale des objectifs de déréglementation et les attaques à l’encontre de la gouvernance démocratique. L’Union européenne tente de prendre le contrôle de chaque niveau de gouvernance des pays partenaires, des municipalités aux autorités nationales.

Lire la suite.