Infolettre du SCCUQ – 15 septembre 2016 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est de retour après sa pause estivale. Publiée tous les jeudis, vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Messages et activités du SCCUQ :

• Rapports de la négo :
- Des attentes et encore des attentes
- Des gains, des attentes et des différends
- Des congés en cas de décès familial et retrait d’une demande sur les EQE

• Mise à jour sur les procédures entreprises par le SCCUQ à la suite de la grève du SÉTUE
Réflexion sur la décentralisation des ressources

20 septembre : SCCUQ café-négo-express dans un endroit à communiquer
23 septembre : Prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration
28 septembre : Assemblée générale des chargées et chargés de cours

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 30 septembre : Exposition de photos d’Olivier Arvisais
Jusqu’au 27 novembre : Exposition de Lisette Lemieux au Musée de Lachine
Jusqu’au 8 janvier : Exposition Le Parc olympique, une architecture à célébrer

Autres activités :

17 septembre : Inauguration du Parc Madeleine-Parent
18 septembre : Course et rallye familial pour la Maison du Sac à dos
21 septembre : 50e anniversaire de la FFQ : Soirée Quiz féministe
23 septembre : Vernissage de l’exposition BLACK FEM’Art
Du 23 au 25 septembre : Camp de convergence écologiste à Chicoutimi
28 septembre : Soirée Relations sur le revenu minimum garanti
28 septembre : Journée internationale de la Paix : conférence La non-violence, ça marche !
28 septembre : Journée mondiale d'action pour l'accès à l'avortement légal et sûr
Jusqu’au 1er octobre : Festival Qui Passe Reste
Jusqu’au 2 octobre : Exposition 40 ans deboutte : l’édition féministe selon Remue-ménage
1er octobre : Assemblée ouverte du Forum social mondial
Du 2 au 9 octobre : Semaine pour l’école publique
3 octobre : Lancement de la brochure L’état des droits au Québec et au Canada
Du 7 au 17 octobre : Activités pour un salaire minimum à 15 $ l’heure
12 octobre : Conférence sur la dette québécoise et l’austérité
13 octobre : Manifestation pour le droit au logement à Ottawa
20 octobre : Journée de réflexion et d’échange sur la mobilisation
Du 23 au 29 octobre : Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome
Du 7 au 9 novembre : Journées de mobilisation pour la reconnaissance et le financement du communautaire

 
 
Entre vous et moi

L’UQAM vient d’adhérer au portail Leading Boards, tout comme les universités de Montréal et Laval. Une solution «zéro papier» pour ces conseils d’administration et autres instances institutionnelles. Une solution qui se justifie très bien sous un angle environnemental. Les documents ne seront pas imprimables, mais seront facilement accessibles et annotables… pour celles et ceux qui auront un code d’accès. Et c’est là que la culture de la confidentialité bien installée à l’UQAM tourne à la paranoïa. Dans le cas de certains documents nominatifs c’est compréhensible. Dans le cas d’un contrat comme celui avec l’agence Garda, c’est plus ou moins grave car il est possible d’aller le chercher sur un site gouvernemental. Dans un cas comme celui du Plan de résorption du déficit 2016-2019 ou du budget de l’institution, la situation devient carrément indécente. La culture de la confidentialité tourne à la paranoïa parce qu’avant il y avait des fuites moralement acceptables alors qu’avec le portail Leading Boards, l’UQAM pourra retracer l’ordinateur d’où vient la fuite et taper sur les doigts de la fautive ou du fautif. Il est plus que temps que les grands médias, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec et le gouvernement s’en mèlent. La dérive vers la grande noirceur a des limites que le droit d’accès à l’information doit régir. Et dire que le conseil d’administration de l’UQAM est président par Mme Lise Bissonnette…

Richard Bousquet
Vice-président à l’info du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Rapport de négo : des attentes et encore des attentes

Les deux parties se sont rencontrées le 12 septembre et, outre le gain d’une journée de congé lors du décès d’une tante, d’un oncle, d’une nièce ou d’un neveu, notre comité de négociation est ressorti de la séance avec peu de réponses concrètes à leurs attentes. L’employeur évalue la faisabilité de créer un répertoire des personnes chargées de cours (PCC) sur le site de l’UQAM et n’a pas terminé l’écriture du texte sur le paiement des frais de voyage des PCC lorsqu’elles vont travailler à l’étranger. Le Syndicat s’attendait à un retour sur nos demandes par rapport à la modification, l’attribution et la détermination des EQE, la réduction de la période de probation et les environnements numériques d’apprentissage… en vain. Concernant l’équité professionnelle entre les PCC et les profs face à l’application des EQE, les membres de notre comité se sont fait dire qu’on ne compare pas des tomates avec des oranges, sans préciser qui est qui. De plus, une longue discussion sur la clause réserve a permis de faire le constat du maintien de notre différend. Les deux comités se revoient à la table de négociation le 20 septembre.

Rapports précédents : • Des gains, des attentes et des différendsDes textes finalisés, des congés en cas de décès familial et retrait d’une demande sur les EQEUne re-volte-face, un retrait et trois gainsUne reconnaissance et une volte-faceDes concessions monétairesTrois refus et des discussionsLa partie patronale démontre un peu d’ouvertureQuelques petites avancéesDouble emploi, mesure disciplinaire et arbitrage : un refus et des demandes patronalesDeux autres refus sur la période de probation et l’évaluation de l’enseignementUn fossé sur les EQE et la clause réserveRéponse décevante sur le monétairePeu de reconnaissance.

 
 
Venez participer au SCCUQ-café-négo-express le mardi 20 septembre
cmiinvitation

Les personnes chargées de cours sont invitées à un SCCUQ-café-négo-express, le mardi 20 septembre à 11 h tapante! Pour connaître le lieu exact, contactez un délégué syndical (voir conseil syndical dans la section de votre département), la vice-présidente aux affaires universitaires ou un membre du Comité mobilisation-intégration! L’UQAM a besoin de nous et nous avons besoin de VOUS!

 
 
Prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration : 23 septembre

La prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration est le 23 septembre. Nous vous invitons à consulter ainsi qu’à utiliser le formulaire mis à jour pour transmettre par courriel votre projet auprès de votre Comité de liaison local (CLL).

 
 
Assemblée générale des personnes chargées de cours le 28 septembre

Une assemblée générale des chargées et chargés de cours se tiendra le mercredi 28 septembre, à 13 h, au local R-M130. Le comité de négociation y fera rapport de l’avancement des travaux après quatre séances de négo à l’automne. Il y aura également des élections aux postes d’officiers d’élections (présidence et substitut) ainsi qu’à la Sous-Commission des ressources et aux comités institutionnels de discipline (poste de substitut) et contre le harcèlement sexuel.

 
 
Le SCCUQ-café du 12 septembre a rencontré ses objectifs
sccuqcafe

Le SCCUQ-café du 12 septembre à l’Agora du pavillon Judith-Jasmin a permis aux membres du Comité mobilisation-intégration et à la vice-présidente aux affaires universitaires d’établir un contact personnalisé avec plusieurs chargées et chargés de cours, de 9h à 14h, tout en donnant des informations sur nos revendications pour le renouvellement de notre convention collective. Les personnes chargées de cours en ont profité pour prendre possession de la bouteille verte du SCCUQ «Reconnaissance de mes compétences - J’ai mon mot à dire». Plusieurs étudiantes et étudiants sont aussi venus faire un tour au kiosque pour demander des informations au sujet de la situation des chargées et chargés de cours alors que nous leur offrions un café.

 
 
Babillard des membres
 
 
Aéroport Montréal-Trudeau : l’arbre cache la forêt, un problème prévisible, selon Mohamed Reda Khomsi

Le débat actuel sur l’attente des passagers à l’aéroport Montréal-Trudeau n’est finalement, pour reprendre une expression bien connue, que l’arbre qui cache la forêt. En effet, les différentes parties prenantes au développement économique de la métropole réclament depuis plusieurs années une attention plus particulière de la part d’Ottawa en ce qui a trait au développement de l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau. En tenant compte de la croissance soutenue du trafic aérien à Montréal depuis 2003, il est évident que la planification des ressources à déployer à l’aéroport Montréal-Trudeau a été déficiente puisque l’augmentation de l’achalandage était prévisible, soutient le chargé de cours au Département d’études urbaines et touristiques Mohamed Reda Khomsi.

Lire la suite du texte sur La Presse+.

 
 
Viviane Boucher coordonne la plateforme web Polyèdre
vboucher

Une centaine de personnes ont assisté au lancement de Polyèdre, une plateforme web réalisée à la Faculté des sciences de l'éducation et visant à soutenir la formation des étudiants des cycles supérieurs en recherche. L'événement s'est déroulé à l'UQAM, le 7 septembre. La chargée de cours au Département d'éducation et formation spécialisées Viviane Boucher est la coordonnatrice de Polyèdre.

Lire la suite.

 
 
Nathalie Jomphe et Jean-François Bertholet au programme du Centre de perfectionnement de l’ESG

Dans le cadre de la programmation automnale du Centre de perfectionnement de l’École des sciences de la gestion (ESG) la chargée de cours au Département d’organisation et ressources humaines Nathalie Jomphe donne les formations Différence générationnelles et diversité culturelle: Comprendre et tirer profit des écarts le 28 octobre et Employés difficiles et techniques de résolution de conflit le 2 décembre, et son collègue Jean-François Bertholet donne la formation La reconnaissance au travail: un levier de performance déterminant le 8 décembre.

 
 
Julien Tourreille publie L'Effet 11 septembre
jtoureille

Le chargé de cours au Département de science politique Julien Tourreille a co-dirigé l’essai L'Effet 11 septembre, un ouvrage qui regroupe le travail de plusieurs chercheurs, jeunes et moins jeunes sur l'impact des attentats du 11 septembre et les politiques des différents gouvernements en réaction à cet événement. Même si le risque d'attentat terroriste en Occident est bien réel, L'Effet 11 septembre permet au grand public de le relativiser. «Ce risque est surestimé en Occident. On ne le nie pas, on ne le néglige pas, mais on souhaite le mettre en perspective», explique Julien Tourreille, qui est aussi chercheur en résidence à l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM.

Lire la suite du texte sur quebechebdo.com.

 
 
L’héritage du 11 septembre : la peur de l’autre, soutient Élisabeth Vallet

Ce qui en a émergé, 15 ans après les attentats du 11 septembre 2001, c’est un monde où règnent l’anxiété et la peur de l’autre, contre qui on veut se protéger à coups de murs et de frontières. Une réalité qui, pour la génération des jeunes adultes d’aujourd’hui, est devenue une donnée fondamentale et incontestable, constate Élisabeth Vallet, chargée de cours et directrice de l’Observatoire de géopolitique de la chaire Raoul-Dandurand, à l’UQAM. Quinze ans après le 11 septembre, le moteur des relations internationales et des politiques étatiques demeure la peur, soutient-elle dans un autre article.

 
 
Tout a changé le 11 septembre 2011, soutient Mohamed Golli

Le chargé de cours en management à l'École des sciences de la gestion Mohamed Golli est d'avis que les attentats du 11 septembre 2001 ont eu un impact «à tous les niveaux» de la société. Actuel secrétaire de l'Association culturelle islamique de l'Estrie (ACIE), M. Golli était conseiller en affaires internationales pour le ministère québécois de l'Industrie et du Commerce lorsque les deux avions remplis de passagers se sont incrustés dans les tours jumelles du World Trade Center. Avec plusieurs hauts fonctionnaires de ce ministère, M. Golli avait contribué à mettre sur pied l'imposante mission économique que le gouvernement du Québec avait prévu mener dans la métropole américaine, dirigée par Bernard Landry. «Toute la mission économique venait de s'écrouler comme un château de cartes, se rappelle-t-il. Lorsque je suis arrivé à mon bureau, l'un des sous-ministres en place m'avait dit : "Mohamed, les choses viennent de changer pour toujours. Ben Laden vient de faire une sale job..." Et il avait raison.»

Lire la suite du texte de La Tribune.

 
 
Anne Holton pourrait casser un autre plafond de verre, explique Donald Cuccioletta

Si les démocrates gagnent l’élection présidentielle américaine du 8 novembre, Anne Holton, la femme de Tim Kaine, colistier d’Hillary Clinton, sera la première femme de vice-président ou de président des États-Unis à garder son nom de naissance. À l’exception particulière d’Eleanor Roosevelt, la femme du président Franklin Delano Roosevelt, née Roosevelt… «En politique, qu’une femme porte son nom à elle est extrêmement rare, note Donald Cuccioletta, chargé de cours et chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques. Même dans la société américaine, ce n’est pas un courant majoritaire. C’est un autre plafond de verre qui va casser.»

Lire la suite du texte de La Presse+.

 
 
Un répertoire pour vos recherches en alphabétisation

Le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDÉACF) fait actuellement une mise à jour importante de son répertoire COMPAS. Si vous avez fait des recherches en alphabétisation, il vous invite à les signaler à l’adresse suivante. Par la même occasion, vous pouvez vous inscrire comme chercheure ou chercheur. Le répertoire COMPAS vous permet de naviguer parmi plus de 500 rapports illustrant la richesse et la diversité de ce champ spécifique de l'éducation et vous donne accès aux fiches biographiques de leurs auteur-e-s. Vous retrouverez des recherches universitaires, des recherches-actions initiées par des groupes locaux, des recherches gouvernementales et des recherches privées.

 
 
Monde syndical
 
 
Perturbations syndicales en vue à l'Université Laval

Outré par les demandes de l'employeur, le Syndicat des employés et employées de l'Université Laval (SEUL) menace «d'être désagréable» dans les prochains mois. «Faut s'attendre à ce que le recteur ait de la difficulté à faire un discours où que ce soit», lance Éric-Jan Zubrzycki, conseiller syndical au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). L'Université demande entre autres de pouvoir choisir qui pourra accéder à telle ou telle fonction selon des critères comme le «savoir-être» et le «savoir-faire» des candidats. «Ça, ça veut dire que l'Université veut décider de qui elle veut, où elle veut et quand elle veut, sans tenir compte de l'expérience et de l'ancienneté», dénonce M. Zubrzycki. La notion même de poste est remise en question. Les employés accéderaient plutôt à des fonctions et pourraient passer d'une faculté à l'autre, d'une unité administrative à l'autre, au gré des demandes de l'Université.

Lire la suite du texte du Soleil.

 
 
Semaine pour l’école publique 2016 : les classes et les écoles spécialisées, une autre façon d’assurer l’égalité
semaineecolepublique

Pour une septième année, la porte-parole de la Semaine pour l’école publique (SPEP), Claire Pimparé, invite les Québécoises et Québécois de toutes les régions à célébrer l’école publique, du 2 au 9 octobre, sur le thème Les classes et les écoles spécialisées:une autre façon d’assurer l’égalité. La SPEP, une initiative de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), soulignera cette année les grandes comme les petites réussites des personnels et des élèves, jeunes et adultes, des classes d’adaptation scolaire au Québec.

Lire la suite.

 
 
10 ans de la fusillade au Collège Dawson : une tragédie qui ne doit plus jamais se reproduire

Dix ans après la tragédie qui a frappé le Collège Dawson, la Centrale des syndicats (CSQ) et ses fédérations se souviennent de cette tragédie qui aura coûté la vie d'Anastasia De Sousa et marqué celle de centaines d'élèves et de membres du personnel du collège. En ce jour de commémoration, nous souhaitons souligner le courage de la famille De Sousa et celui de toutes les victimes face à cette épreuve de mémoire et nous souhaitons ardemment que plus jamais nous n'ayons à revivre un tel drame.

 
 
Abolition des frais accessoires : la CSN est heureuse de constater que les moyens de pression portent fruit

La CSN est satisfaite de l’annonce du ministre Barrette d’abolir les frais accessoires facturés aux patients pour des services assurés, tout en invitant à la prudence avant de crier victoire. «Depuis longtemps, les critiques fusent de toutes parts concernant cette pratique illégale qui instaurait un régime à deux vitesses et qui compromettait l’accès aux services de santé, particulièrement pour les personnes à revenu plus modeste, souligne le vice-président de la CSN, Jean Lacharité. Nous sommes donc bien contents d’apprendre l’annonce du ministre. Enfin, il entend raison.»

Lire la suite.

Gaétan Barrette entend enfin raison selon la CSQ.

 
 
Octroi de contrats au privé : les ASSS marchent à Laval pour des soins à domicile dans le réseau public

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) a pris part dimanche au rassemblement des auxiliaires en santé et services sociaux (ASSS) afin de défendre leur mission en matière de soins à domicile et de dénoncer la privatisation de ces soins à laquelle se livre le ministre Barrette. L’Association des auxiliaires familiales et sociales du Québec/Auxiliaires aux services de santé et sociaux à l’origine de l’événement, et la CSN, qui multiplie les actions pour dénoncer la réforme Barrette dans le cadre de la campagne Ma place en santé, j’y tiens, demandent au gouvernement de miser sur le système public de santé et de services sociaux pour développer les services à domicile, plutôt que de se concentrer sur le privé comme il le fait actuellement. «Le ministre aura beau dire, cette façon de rendre les services ne peut qu’échouer. Avant longtemps il devra répondre des ratés de son système», dénonce le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

Lire la suite.

Le ministre Barrette ne peut plus cacher ses intentions.
L’hécatombe se poursuit : le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue n’a pas encore compris.

 
 
Un procès inquiétant pour le système public de santé au Québec et au Canada

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) va suivre de près le procès qui s’est ouvert le 6 septembre entre le gouvernement de la Colombie-Britannique et Brian Day. Ce dernier conteste la constitutionnalité de la loi provinciale sur la santé devant la Cour suprême de Colombie-Britannique. Semblable à l’affaire Chaoulli, son objectif est de permettre aux patients de payer pour obtenir au privé des soins couverts par le régime public d’assurance maladie de la province. Il est fort possible que cette cause aboutisse à la Cour suprême du Canada et finisse par mettre en cause la Loi canadienne sur la santé, qui est le pilier de l’assurance maladie publique partout au Canada.

Lire la suite.

 
 
Appel à la solidarité envers les membres du Syndicat des employés de garage du Saguenay – Lac-Saint-Jean

Malgré la convention collective de travail signée après 34 mois de lock-out par la Corporation des concessionnaires d’automobiles du Saguenay – Lac-Saint-Jean et le Syndicat démocratique des employés de garage (SDEG-CSD) Saguenay – Lac-Saint-Jean, certains des 25 concessionnaires de la région continuent sans vergogne à s’acharner sur leurs salariés en ne les rappelant pas au travail. Six mois après la signature de la convention collective de travail, seulement un tiers d’entre eux sont retournés au travail. Aujourd’hui, toujours habités par l’idée de se débarrasser du syndicat, certains concessionnaires mettent tout en œuvre pour briser la solidarité de ses membres. En ne rappelant pas tous leurs salariés au travail, leur stratégie consiste à faire porter à 32% des membres le remboursement de la dette contractée par les 450 syndiqués durant le lock-out, à raison de 145$ par semaine pour les six prochaines années.

Lire la suite.

 
 
Salaire minimum : un débat sain et nécessaire

L’augmentation du salaire minimum à 15$ l’heure serait, selon Stéphane Forget, P.-D.G. intérimaire de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), un «raccourci simpliste». C’est en ces termes qu’il s’exprimait dans La Presse+ du 1er septembre dernier. Cette position, qui est aussi celle des autres associations patronales, ne tient pas la route. En résumé, elles prétendent que le salaire n’est pour rien dans l’amélioration du niveau de vie des bas salariés. En plus, alors qu’elles sont habituellement de féroces adversaires de l’augmentation des dépenses publiques, elles prétendent que la meilleure façon d’aider les travailleurs et les travailleuses les plus pauvres serait d’améliorer les programmes sociaux et la fiscalité. Cherchez l’erreur!

Lire la suite de la lettre d’opinion du président de la FTQ, Daniel Boyer.

Billet de l’IRIS : Salaire minimum : la complaisance à l’égard des intérêts du capital.
Salaire minimum à 15 $ l’heure : au Canada, l’Alberta donne le ton.

 
 
Fiesta mexicaine à Montréal et Québec : grève dans 10 hôtels
fiestamexicaine

Ce vendredi 9 septembre, alors que le STT Ritz Carlton (CSN) venait tout juste d’en arriver à une entente de principe in extremis avec l’employeur durant la nuit, dix syndicats de l’hôtellerie ont débrayé simultanément à 9h30 pour une durée de 24 heures. Dans la région montréalaise, les syndicats du Gouverneur Place Dupuis, du Hilton Laval, du Holiday Inn Laval, du Quality Suites de Pointe-Claire, du Bonaventure et du Lord Berri ont participé au débrayage. À Québec, ce sont ceux du Hilton, du Delta, du Classique et de l’Hôtel Pur qui y ont pris part.

Lire la suite et voir les photos.

Vers une nouvelle banque de cinq jours de grève.
Le syndicat accepte l’entente de principe au Marriott Château Champlain.
Entente de principe au Hilton Laval.

 
 
Des offres patronales insultantes : les employés d'IKEA votent la grève

C’est par une très forte majorité que les employées et employés de IKEA Montréal ont rejeté les dernières offres patronales, lors d’une assemblée générale tenue dimanche dernier. Du même coup, elles et ils se sont munis d’un mandat de moyens de pression, incluant une banque de 24 heures de grève à être déclenchée au moment jugé opportun. La grève a été votée dans une proportion de 92%. La direction de la succursale montréalaise de la chaîne scandinave, située dans l’arrondissement Saint-Laurent, propose une offre salariale ni plus ni moins qu’offensante pour les salariées et salariés. Elle comprend des montants forfaitaires et non indexés pour les deux premières années de la convention collective. De plus, l’employeur veut intégrer une nouvelle méthode de calcul des échelons salariaux qui aurait pour effet de différer sensiblement les augmentations de salaire. On estime que les jeunes embauchés seraient davantage pénalisés par cette nouvelle façon de faire. Parmi les demandes syndicales, on souhaite obtenir une meilleure protection des emplois, des horaires de travail décents, de saines relations de travail et de justes augmentations de salaire.

Lire la suite.

Des grévistes du Vieux-Port campent sur leur lieu de travail.
Une nouvelle convention pour les employés de Saint-Jean-de-Matha.
Première convention collective pour les syndiqués d’Indigo Parc Canada.

 
 
Le groupe de travail chargé de l’examen de la Société canadienne des postes publie son document sur l’avenir de Postes Canada

Le groupe de travail, qui s’est vu confier le mandat plus tôt cette année de cerner les possibilités d’avenir pour Postes Canada, a rendu public son document de travail. Celui-ci présente, notamment, les possibilités suivantes : • Réduire la fréquence de livraison du courrier • Remplacer le service de livraison à domicile par un service de livraison à des boîtes postales communautaires • Facturer des frais aux gens qui désirent la livraison à domicile • Modifier le moratoire sur la fermeture des bureaux de poste dans les petites villes et les régions rurales • Fournir des services Internet, mais uniquement dans les bureaux de poste • Transformer les bureaux de poste en carrefours communautaires • Passer en revue les coûts liés à la main-d’œuvre et au régime de retraite • Assurer un service de livraison de la marijuana • Fournir des services bancaires, mais de manière très limitée

Lire la suite.

17 septembre : journée d’action en faveur du service postal public.

 
 
La CSN et la CSQ saluent la nomination d’Eva Ottawa à la présidence du Conseil du statut de la femme

La Confédération des syndicats nationaux et la Centrale des syndicats du Québec saluent la nomination de madame Eva Ottawa à la présidence du Conseil du statut de la femme (CSF). «Nous souhaitons que ce choix judicieux soit le signal de la volonté de faire toute la lumière sur les trop nombreux cas de violences envers les femmes autochtones, de souligner Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN. Nous sommes tout à fait confiants que l’impressionnant parcours professionnel et politique de madame Ottawa en matière de justice et d’équité sera un atout majeur dans l’exercice de ses nouvelles fonctions.» «On ne peut que se réjouir de cette nomination qui écrit aujourd'hui une page d'histoire. Son parcours remarquable démontre qu'elle a à cœur une plus grande justice sociale pour toutes et tous, soutient Louise Chabot, présidente de la CSQ. Il y a des enjeux réels dans l'actualité pour les peuples autochtones, que ce soit la violence envers les femmes, l'éducation ou la santé. Eva Ottawa pourra les aborder avec une sensibilité particulière.»

 
 
L’écart salarial entre Québec et Ottawa ne cesse de se creuser

Le président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), M. Richard Perron, poursuit sa croisade visant à dénoncer l’injustice salariale dont sont victimes les professionnelles et professionnels de l'administration publique québécoise. Selon les derniers chiffres de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), la rémunération globale des professionnelles et professionnels québécois accuse un retard de plus de 23,3% par rapport à leurs homologues du gouvernement fédéral. Trois ans après son passage en Outaouais pour dénoncer cet écart, le président du SPGQ constate que la situation est loin de s’être améliorée. Cette situation ne semble pas près de se résorber puisque dans les négociations actuelles, le gouvernement du Québec offre des augmentations salariales faméliques aux employés de sa fonction publique. Il s’agit là du pire signal que puisse envoyer le gouvernement aux jeunes qui pourraient être intéressés par une carrière dans la fonction publique.

Lire la suite.

 
 
20e anniversaire des Journées de la culture : la CSQ contribue à la magie de cette grande fête

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) renouvelle cette année son partenariat avec les Journées de la culture, qui célèbrent leur 20e anniversaire. Rappelons qu'elle soutient l'événement depuis ses tout débuts. Parmi les activités spéciales au programme, il faut mentionner le projet Une chanson à l'école, qui permettra à des élèves d'écoles primaires et secondaires d'interpréter la chanson offerte par le rappeur Koriass et de donner ainsi le coup d'envoi des célébrations.

Lire la suite.

 
 
États-Unis : Donald Trump et sa proposition dévastatrice pour les étudiants et les enseignants

Les syndicats de l’éducation américains ont manifesté leur vive inquiétude après l’annonce de Donald Trump, le candidat républicain à l’élection présidentielle, de son intention de réduire le budget de l’éducation de 20 milliards de dollars, une mesure qui aurait des conséquences désastreuses pour les étudiantes, étudiants, enseignantes et enseignants. Selon l’American Federation of Teachers, cette coupe budgétaire pourrait délester jusqu’à 56000 écoles publiques de leurs ressources, mettant ainsi en péril l’éducation de près de 21 millions d’enfants; supprimer 12,7 milliards de dollars sur lesquels comptent cinq millions d’étudiantes et d’étudiants en situation de handicap afin de financer leur éducation et entraîner la suppression de 300 000 postes d’enseignantes et d’enseignants, condamnant ainsi des millions de personnes à fréquenter des classes plus nombreuses, au sein desquelles ils recevraient un accompagnement plus limité.

Lire la suite.

 
 
Slovénie : un syndicat de l'éducation appelle le Parlement à ne pas signer l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada

Dans la perspective d’une signature potentielle de l’accord économique et commercial global entre le Canada et l'UE, le syndicat de l’éducation, des sciences et de la culture de Slovénie a averti les parlementaires nationaux de l'impact négatif de cet accord.

Lire la suite.

 
 
Nouvelle-Zélande : les syndicats s’opposent à la proposition de «financement global»

Fait sans précédent, plus de 50 réunions rassemblant 60 000 membres de la Post Primary Teachers’ Association et du New Zealand Educational Institute Te Riu Roa sont organisées conjointement pour s’opposer à la proposition de «financement global» du gouvernement. Les éducatrices et éducateurs de Nouvelle-Zélande, de l’éducation de la petite enfance à l’enseignement secondaire, considèrent la proposition comme un retour à l’échec de l’expérience des enveloppes budgétaires dans les années 1990. Selon les syndicats, ces mesures pourraient engendrer une diminution du nombre d’enseignantes et d’enseignants et une augmentation de la taille des classes, mais également impacter la qualité de l’éducation des enfants. Les syndicats déclarent que le gouvernement a également refusé d’envisager d’augmenter le financement pour l'éducation.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Pour en finir avec les mantras de l’«économie du savoir» : vers la création d’un conseil des collèges et d’un conseil des universités?

Le ministère de l’Éducation mènera des consultations en vue de créer un conseil des collèges, un conseil des universités et une commission mixte de l’enseignement supérieur. Ce billet traite plus spécifiquement de la création d’un conseil des collèges, en soulevant plus généralement le problème des orientations mal avisées qui dirigent les débats sur l’enseignement supérieur depuis plusieurs décennies. S’il y a donc une proposition très concrète à faire, c’est la suivante: qu’un éventuel conseil des collèges ou des universités ait comme tâche première de faire un bilan critique des théories du capital humain, de l’approche par compétences, de l’économie du savoir, de la «gouvernance» du développement dit durable, de l’«assurance-qualité», des hausses de frais de scolarité, etc. Bref, il faut examiner ces dogmes incontestables qui bouchent depuis des décennies toute possibilité d’une réelle réflexion sur ce que doit être l’école et sur le type d’être humain qu’elle doit former. En clair, un conseil des collèges, s’il doit exister, ne peut pas poursuivre sur la voie de la destitution marchande de l’école. Au contraire, il doit cadrer les moyens afin que les cégeps reprennent en main leur mission et leur destinée. Leur visée n'est pas que professionnelle, mais aussi humaine et sociale.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

La ministre David veut redonner des lieux de réflexion aux collèges et universités.

 
 
Mise à jour de la situation de la professeure Homa Hoodfar de l’Université Concordia, incarcérée en Iran
homahoodfar

Vingt anciens rapporteurs spéciaux des Nations unies pour les droits de la personne ont demandé mercredi la libération immédiate de Homa Hoodfar, une enseignante de l'Université Concordia emprisonnée en Iran. Mme Hoodfar est accusée de «collaborer avec un gouvernement hostile» et de «baigner dans des activités féministes». Elle se trouverait en isolement complet à la tristement célèbre prison d'Evin depuis une centaine de jours, où les problèmes neurologiques particuliers dont elle souffre se seraient détériorés. Elle aurait été brièvement hospitalisée en août, étant incapable de parler et de marcher.

Lire la suite du texte de La Presse Canadienne.

Un procès arrangé ?

Signer la pétition pour la libération d’Homa Hoodfar.

 
 
Le harcèlement sexuel au programme de la rentrée universitaire

Les universités manitobaines ont fait leur rentrée et parmi elles, certaines inaugurent des changements de leurs politiques pour combattre le harcèlement sexuel. Selon la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, une femme sur cinq fait l'objet de violence sexuelle pendant ses études postsecondaires. L'organisme précise également que les incidents liés à la violence sexuelle surviennent le plus souvent dans les huit premières semaines de l'année scolaire.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

Un plan d’action pour mettre un terme à la violence sexuelle à l’U. de Regina.
Controverse à caractère sexuel à l’UQO : démission des responsables des Jeux de la Communication.
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer.

 
 
Étudier à l'étranger : l'UQAT signe un partenariat avec des universités en Suisse

Les étudiants en travail social de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) pourront désormais poursuivre une partie de leurs études en Suisse. En août, l'UQAT a conclu une entente avec la Haute école spécialisée de Suisse occidentale et avec la Haute école de travail social de Lausanne sur la mobilité étudiante entre les trois institutions.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Études supérieures : «L’engagement n’est pas un frein à la réussite»

Qui a dit que l’on ne pouvait pas étudier et militer en même temps ? Une étude de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) vient battre en brèche cette idée reçue. Se fondant sur des données inédites de l’enquête Conditions de vie des étudiants de 2013, la doctorante en sciences de l’information et de la communication Claire Thoury démontre, chiffres à l’appui, les bienfaits de l’engagement sur la réussite scolaire des étudiants. Ainsi que sur leur sentiment d’intégration au sein de leur université. Si 77, 5% de l’ensemble des étudiants ont validé complètement leur dernière année d’études, le chiffre monte à 82,3% chez les étudiants qui ont un mandat d’élu au sein de l’université, à 79,6% chez les membres d’un syndicat étudiant, et à 82,3% chez les membres d’une association étudiante. Simple corrélation ou relation de cause à effet, ces étudiants engagés se sentent mieux intégrés à la vie de leur campus (45,9% contre 34,5% pour l’ensemble des étudiants).

Lire la suite du texte du journal Le Monde.

 
 
Dur, dur, les études...

Pour bien des gens, l'époque des études évoque des souvenirs de vie sans souci, sans enfant, dernier temps de liberté avant d'entamer une carrière trop prenante. Mais il faut croire que les souvenirs s'embellissent avec le temps: à cause du stress, un étudiant universitaire sur cinq montre des symptômes de dépression assez graves pour devoir consulter immédiatement, et 8% ont songé au suicide au cours des 12 derniers mois, soit trois fois plus que la moyenne de leur tranche d'âge. Ces statistiques proviennent d'une vaste consultation en ligne faite par la Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal auprès de 10 000 de ses membres, au début de 2016.

Lire la suite du texte du Soleil.

 
 
Pensionnats autochtones : l'Université du Manitoba et Gord Downie s'unissent pour sensibiliser les Canadiens
pensionnatsautochtones

L'Université du Manitoba et le chanteur du groupe The Tragically Hip, Gord Downie, annoncent un partenariat pour réaliser une oeuvre multimédia qui racontera l'histoire d'un jeune Autochtone mort en s'enfuyant d'un pensionnat il y a 50 ans. En 1966, le corps d'un jeune Ojibwé, Chanie « Charlie » Wenjack, a été retrouvé près du chemin de fer de Kenora, en Ontario. Le garçon de 12 ans essayait de rejoindre son domicile après s'être enfui du pensionnat dans lequel il avait été placé. Marqué par l'histoire du petit Chanie, Gord Downie a décidé de créer un album en solo pour honorer sa mémoire et éduquer les Canadiens à propos de cette tragédie. L'oeuvre commune, intitulée The Secret Path, sera présentée en octobre et comprendra un album, un roman écrit par Jeff Lemire ainsi qu'un dessin animé qui sera diffusé le 23 octobre à CBC.

Lire la suite et voir un extrait.

 
 
Monde social
 
 
Vernissage de l’exposition BLACK FEM'Art le 23 septembre
vernissageexpo

L'exposition BLACK FEM'Art met en lumière les œuvres de 10 jeunes femmes noires montréalaises dans le cadre du 12e Festival Film Black / Black Film Festival Montreal. Ayant toutes une personnalité, un parcours et un style différents, vous pourrez découvrir un beau panel de créations et de formes d'expressions «Made in Montréal». Le vernissage de l’exposition aura lieu à l’Espace Mushagalusa, 533 Ontario Est, à Montréal, le vendredi 23 septembre de 18h à 21h. L’entrée est libre.

 
 
Assemblée ouverte du Forum social mondial 2016 le 1er octobre

Une assemblée ouverte du Forum social mondial (FSM) 2016, se déroulera à l’UQAM, local A-M050, le samedi 1er octobre, de 10h à 13h. Cette assemblée sera l’occasion de faire un retour avec les différents acteurs et actrices du FSM 2016, présenter le rapport final pour les partenaires et entrevoir les prochaines étapes du processus que nous avons mené ensemble. Le Forum social mondial (FSM) est le plus grand rassemblement de la société civile globale, visant à trouver des solutions aux problèmes de notre temps. Le 12e FSM-Montréal 2016 marquera l’histoire comme étant le premier événement de ce genre à se tenir dans un pays dit du Nord.

 
 
Manifestation le 13 octobre : Ottawa doit s’engager pour le droit au logement
manif13

Le mois d’octobre en sera un d’actions à travers le monde pour le droit au logement, à la terre et à la ville. C’est ce qu’ont décidé les trois grands réseaux internationaux de lutte sur ces enjeux. Pourquoi octobre? Parce que le 3, c’est la Journée mondiale de l’Habitat et que le 17, s’amorce, à Quito, en Équateur, la conférence Habitat III où les différents pays, dont le Canada, se prononceront sur un Nouvel agenda urbain pour le 21ième siècle. Plusieurs organisations en contestent déjà les orientations et organisent des activités parallèles. Le jeudi 13 octobre, à quatre jours de cette conférence, une manifestation est organisée devant la résidence officielle du premier ministre Justin Trudeau, à Ottawa, pour réclamer que sa future «Stratégie nationale sur le logement» soit basée sur les droits de la personne.

Lire la suite.

Lancement de la brochure L’état des droits au Québec et au Canada le lundi 3 octobre.

 
 
Le mendiant jacasseur s’éteint en douceur

Quand Claude Bolduc a su qu’il allait mourir, il a donné une lettre à tous ceux qu’il considérait comme ses amis ou, comme il l’a écrit, ceux qui donnaient «un certain sens» à sa vie. «Je tenais absolument à vous dire, avant mon départ définitif, toute ma gratitude et mon profond respect! Je pleure, vous vous en doutez bien, du profond regret de partir. J’aime la vie!» a écrit l’homme de 71 ans. M. Bolduc, surnommé Papi, était depuis 10 ans un visage familier au coin de la rue Amherst et de l’avenue Viger. De 6h à 10h, l’homme originaire de Beauce était là pour mendier, mais surtout pour parler aux gens.

Lire la suite du texte émouvant du Journal de Montréal.

Dossier spécial sur les 20 ans de Mon Chez Nous à Gatineau.

 
 
Rebrassons la mobilisation! le 20 octobre
rebrassonsmob

Journée de réflexion et d’échange sur la mobilisation, organisée par Ex aequo, le Centre de formation populaire et la TROVEP au Carrefour Communautaire de Rosemont L'entre-Gens le 20 octobre de 8h30 à 16h. On vous invite à réfléchir et à penser à des solutions en compagnie de nombreux autres groupes et avec des panélistes qui ont expérimenté de nouvelles formes de mobilisation. AM: quatre ateliers: • Comment penser le membership dans nos organisations ? • La mobilisation peut-elle être intergénérationnelle? • Comment mobiliser les membres dans une perspective plus large que la stricte mission de l’organisme? • Quel espace démocratique déployons-nous pour nos membres ? PM: quatre manières d'élan par des expériences de mobilisation territoriale, spontanée, en ligne et par l'urbanisme tactique. Inscription obligatoire.

 
 
Commission des finances publiques : ATTAC Québec invite le Québec à résister aux paradis fiscaux

ATTAC Québec a présenté jeudi son mémoire intitulé «Les paradis fiscaux sont illégitimes… Résistons pour une plus grande justice sociale» à la Commission des finances publiques de l’Assemblée nationale du Québec qui étudie présentement les paradis fiscaux. Le mémoire d’ATTAC Québec peut être consulté sur son site Web. «Il vise à faire part brièvement de l’analyse que le mouvement ATTAC à l’échelle internationale fait des paradis fiscaux, et de recommandations d’actions qui sont à la portée du gouvernement du Québec», précise Roger Lanoue, qui représente l’association. ATTAC Québec recommande entre autres au gouvernement du Québec de : • publier une estimation annuelle des revenus perdus en raison de l’existence des paradis fiscaux ; • orienter la Caisse de dépôt et placement du Québec de façon à ce qu’elle exige la fermeture de toute filiale dans les paradis fiscaux détenue par des entités dans lesquelles elle investit ; • disqualifier les entreprises ayant recours aux paradis fiscaux afin qu’elles ne puissent participer à des appels d’offres publics, recevoir des subventions ou agir comme partenaires du gouvernement du Québec (dans les PPP par exemple) ; • faire pression sur le gouvernement du Canada pour qu’il soutienne fermement la lutte contre les paradis fiscaux dans sa politique étrangère ; • signer des conventions fiscales avec les pays qui prévoient l’échange automatique d’informations financières et ne rendent pas légal l’évitement fiscal.

Lire la suite.

 
 
Les femmes pourraient encore gagner moins que les hommes dans 20 ans

Malgré l'important rattrapage effectué au cours des 40 dernières années, les femmes ne gagnent aujourd'hui que 75% du salaire des hommes, au Québec. Une chercheuse craint toutefois que cet écart persiste, notamment en raison des choix professionnels des jeunes filles. Ruth Rose a épluché les plus récentes statistiques disponibles au sujet de la place des femmes sur le marché du travail, au Québec. Son rapport, publié par le Comité consultatif femmes, indique que la bataille pour l'équité salariale n'est pas complétée. Le taux d'activité des femmes est passé de 46% à 76% depuis 1976 et elles sont aujourd'hui majoritaires dans les universités du Québec. Or, la chercheuse note qu'elles continuent à s'orienter vers des professions traditionnellement féminines et souvent moins bien rémunérées.

Lire la suite du texte de Radio-Canada.

 
 
Première Soirée Elles reconnaissent présentée par les Elles de la construction
soireeelles

Les Elles de la construction organisent pour la première fois un concours qui vise à mettre en lumière des femmes et à souligner la contribution exceptionnelle d'hommes, de femmes, d'entreprises, d'associations, d'organismes ou de syndicats qui œuvrent dans le domaine de la construction et qui se distinguent pour leur contribution à l'avancement des femmes en construction. Les lauréates et lauréats seront dévoilés le 6 octobre à l’occasion de la première Soirée Elles reconnaissent.

Lire la suite.

 
 
Inauguration du Parc Madeleine-Parent le 17 septembre

Le Conseil d'arrondissement du Sud-Ouest a adopté une résolution pour que soit nommé le terrain aux abords du canal de Lachine, à l'angle des rues Saint-Patrick et Atwater, le Parc Madeleine-Parent. Le grand public est invité à l’inauguration du parc le 17 septembre, à 14 h, pour commémorer une femme qui a tant travaillé et mobilisé dans l'intérêt les mouvements étudiants, syndicaux, ouvriers, immigrants, réfugiés, femmes autochtones, femmes sud-asiatiques, philippines, femmes noires, féministes, travailleuses domestiques, pro-choix, et anti-racistes (et on en passe!) tant au Québec qu'à travers le Canada.

 
 
En Ontario, les serveuses et barmaids recevront une formation sur la violence et l'harcèlement à caractère sexuel

L'Ontario forme les barmaids et barmans, serveuses, serveurs et autres employés du secteur de l'accueil pour leur permettre de détecter les cas de violence et de harcèlement à caractère sexuel entre employés et entre clients et d'y réagir. Grâce à un investissement de 1,7 million de dollars sur trois ans, les travailleurs seront outillés pour intervenir de façon sécuritaire et soutenir les survivantes de violence et de harcèlement à caractère sexuel. Le financement soutiendra une formation pour les travailleurs de première ligne des secteurs de l'accueil, de la santé, de l'éducation et des services communautaires.

Lire la suite.

 
 
Le projet de loi sur l’aide sociale pourrait être «une catastrophe»

Le projet de loi 70 sur l’aide sociale du gouvernement Couillard pourrait être une «catastrophe» pour de nombreux jeunes, affirment d’anciens prestataires, aujourd’hui réintégrés sur le marché du travail. «Si on m’avait forcée, au moment où j’avais le plus besoin d’aide, à aller travailler dans un emploi qui ne m’intéressait pas, je crois que j’aurais pu me suicider», affirme Camille. Camille et David, dont les noms ont été changés pour préserver leur anonymat, ont vécu des parcours difficiles. Dépression, consommation de drogues, itinérances, il s’agit du malheureux scénario qui a tissé la trame de vie de ces deux jeunes. À l’instar de nombreux Québécois qui ont surmonté de telles embûches, ceux-ci ont été prestataires de l’aide sociale.

Lire la suite du texte du journal Métro.

Bâillon : pourquoi Philippe Couillard en est-il rendu là?
Monsieur Blais, un peu moins d’arguments non fondés, SVP!

 
 
Plan Climat Canada : l'indispensable moratoire sur les sables bitumineux

Cette note de l’IREC présente le moratoire sur la mise en œuvre des projets d’exploitation des sables bitumineux comme un choix éthique essentiel de la part du Canada pour atteindre les objectifs de réduction de la Conférence de Paris (COP 21). Ce moratoire ne signifierait pas la fin de l’exploitation du pétrole mais bien plutôt le renoncement à maintenir la croissance de son exploitation. L’année 1990 est l’année de référence universelle permettant de comparer l’effort de chacun des pays partenaires dans la lutte aux changements climatiques. C’est un choix établi depuis la parution du premier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), produit en cette même année 1990. Choisir une autre année de référence, postérieure à celle-ci, c’est sciemment chercher à présenter des cibles faussement élevées. En ce sens, lorsque le gouvernement Trudeau reprend la cible formulée par le gouvernement Harper de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre (GES) pour 2030, par rapport à 2005, plutôt que de parler d’une réduction de 14% par rapport à 1990, il brouille la compréhension des faits. Qui cherche-t-on à tromper? Quoi qu’il en soit, si le gouvernement actuel ne veut pas perdre sa crédibilité dans ce domaine il devra, avant la fin de cette année, clarifier ses ambitions et s’engager à viser de nouvelles cibles de réduction, plus ambitieuses que celle du précédent gouvernement. Dans cette note, nous évaluons une cible de réduction qui découlerait d’un moratoire sur les sables bitumineux.

 
 
Camp de convergence écologiste à Chicoutimi
campconvergence

Le Nitassinan/Saguenay-Lac-St-Jean se voit depuis quelque temps convoité pour de grands projets extractivistes. L’un d’entre eux – d’ailleurs qualifié de «calibre mondial» par ses propres promoteurs – consiste en l’installation d’un port méthanier sur le site de Grande-Anse (La Baie, Saguenay). Le chantier comprend la construction d’un gazoduc de 650 km et d’installations pour entreposer et réfrigérer le méthane avant de le transborder dans des cargos. Une telle entreprise impliquera une augmentation du trafic maritime dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent – seul espace maritime protégé au Québec –, sans compter la destruction qu’elle engendrera et le danger inhérent aux possibles bris du gazoduc. De plus, le va-et-vient des méthaniers dans la rivière Saguenay menace de remuer les dépôts de boues rouges hautement toxiques, véritables déchets de l’industrie aluminière dormant au fond du cours d’eau. Boréalisation lance un appel généralisé aux écologistes, aux communautés autochtones, et autres personnes intéressées afin de participer à un campement au centre-ville de Chicoutimi du 23 au 25 septembre.

Lire la suite.

 
 
Une rentrée comme une paire de claque en Gaspésie

L’organisme Tache d’huile considère les récentes annonces comme des attaques directes à la santé et la sécurité des milieux de vie de la péninsule gaspésienne, donc à toutes les communautés qui l’habitent et qui l’habiteront. Le projet de TUGLIQ de port d’exportation comprenant une usine de liquéfaction de gaz naturel est rempli de mystères louches. Pourquoi cette coûteuse infrastructure? Les puits Bourque 1 & 2 seraient-ils suffisants pour la «justifier»? Combien de puits faudrait-il forer? Va-t-il falloir fracturer les puits, ou les stimuler d’une quelconque autre façon, pour atteindre un débit qui rentabilise l’infrastructure de Tugliq? Selon une étude de l’INRS, ce serait une possibilité si on compare à des structures géologiques analogues. De plus, il n’y aurait aucune évaluation environnementale alors quailleurs le BAPE était mandaté et qu’il y avait opposition sur la base des risques encourus.

Lire la suite.

 
 
L’autre crise de l’eau : tous les ans, un million d’emplois ne sont pas pourvus

Les experts mettent en garde contre une crise de l’emploi grandissante dans le secteur mondial de l’eau. Alors qu’il y a déjà beaucoup à dire à propos de la raréfaction croissante de l’eau, qui touchera 1,8 milliard de personnes en 2025, et du besoin de soutenir le sixième objectif des Objectifs de développement durable qui prône «la garantie de l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement, et l’assurance d’une gestion durable des ressources en eau», il existe un autre problème: il n’y a pas assez de travailleurs qualifiés pour faire fonctionner efficacement le secteur de l’eau.

Lire la suite.

L’Europe va-t-elle rater le coche de la transition énergétique ?
10 % des terres sauvages ont disparu en 20 ans.

 
 
Une nouvelle Europe pour les citoyens, la planète et la prospérité pour tous

«L’Europe est à la croisée des chemins et l’avenir de la coopération européenne et des avantages qu’elle entraîne sont en jeu. Il y va de l’avenir de notre société et de la manière dont nous souhaitons être vus par le reste du monde, de l’avenir de notre planète et de l’Europe dans laquelle grandiront nos enfants. La crise actuelle rend plus urgente encore la nécessité de réfléchir à quelques questions fondamentales: comment faire en sorte que le projet européen renoue avec sa promesse de paix, de démocratie et de solidarité ? Comment l’Europe peut-elle agir en faveur de ses citoyens ?» Déclaration commune signée par 177 organisations nationales et européennes de la société civile et des syndicats, avant le sommet de l'UE27 à Bratislava le 16 septembre 2016.