Infolettre du SCCUQ – 12 mai 2016 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Messages et activités du SCCUQ :

• Rapports de la négo :
- Des concessions monétaires
- Trois refus et des discussions
- La partie patronale démontre un peu d’ouverture
- Quelques petites avancées
Le SCCUQ appuie la campagne Sans oui, c’est non!
Du 18 au 27 mai : Assemblées d’unité facultaires
6 juin : Assemblée générale du SCCUQ : rapport de la négo

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

24 mai : Évènement-bénéfice au profit de l’organisme Scène Ouverte
Jusqu’au 24 mai : Exposition d’Emmanuel Chieze à la Galerie Art Neuf
Jusqu’au 29 mai : L’installation interactive 21 Balançoires au Quartier des spectacles

Autres activités :

Jusqu’au 13 mai : 84e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas)
Jusqu’au 14 mai : Semaine d’occupations de terrains ou de bâtiments du FRAPRU
17 mai : Journée internationale contre l’homophobie et le transphobie
18 mai : Action pour la reconnaissance et le financement du communautaire
18 mai : Conférence Le salaire à 15 $ l'heure, une réponse à l'austérité!
19 mai : Lancement des actes des 3e États généraux de l’itinérance au Québec
25 mai : Conférence Voir l’itinérance autrement
2 juin : Soirée «bijoux» au bénéfice de la Table des groupes de femmes de Montréal
4 juin100En1Jour, festival de création urbaine
Du 6 au 10 juin : Congrès du Conseil central du Montréal métropolitain (CSN)
Du 9 au 14 août : Forum social mondial

 
 
Entre vous et moi

Il est arrivé que des employés motorisés de l’UQAM utilisent le débarcadère réservé au CPE Mamuse, situé dans le pavillon Hubert-Aquin. J’en ai fait part au directeur de la conciergerie et du service aux usagers au Service des immeubles qui a pris la situation au sérieux et m’a gentiment dit qu’il émettrait un avis aux personnes concernées afin que ça ne se produise plus. Si l’UQAM manque de respect envers ses enseignantes, enseignants, employées, employés, étudiantes et étudiants, handicapés ou non, il en est autrement des enfants. L’avenir est peut-être assuré.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Les assemblées d’unité facultaires se tiendront du 18 au 27 mai : on vous y attend en grand nombre

Ne manquez pas votre assemblée d’unité facultaire ce printemps, assemblées qui auront lieu entre les 18 et 27 mai. Vous avez dû recevoir un avis de convocation officiel à cet effet. Ces rencontres permettent, entre autres, de tisser des liens entre chargées et chargés de cours d’une même faculté, de se mettre au fait des dynamiques propres à chaque faculté et d’élire des personnes vous représentant à certaines instances.

 
 
Le kiosque des chargées et chargés de cours chercheurs et créateurs au congrès de l’Acfas remporte un franc succès!
KiosqueAcfas

Le SCCUQ a tenu un kiosque au carrefour des pavillons Judith-Jasmin, Hubert-Aquin et Gestion, du 10 au 12 mai, dans le cadre du congrès de l’Acfas, pour mettre de l’avant les chargées et chargés de cours qui font de la recherche et de la création. Le Syndicat voulait ainsi valoriser leur travail et rendre visible, auprès de la communauté, l’expertise des personnes chargées de cours. De nombreux congressistes se sont arrêtés au kiosque pour rencontrer les chargés de cours chercheurs et créateurs Michel Sarra-Bournet, Cécile Nicolas, Benoît Coutu, Jean-Philippe Laperrière, Nicole Milette, Isabelle Morisette, Julie Paquette, France Simard, Jean-Baptiste Plouhinec, Ève-Marie Lampron, Dominique Sarrazin, Elsa Acem, Carine Dierckx, Jean Régnier et Olivier Barsalou.

 
 
Assemblée générale du SCCUQ le 6 juin : BBQ, rapport de la négo et lettre d’entente sur la clause 10.20

Les personnes chargées de cours sont invitées à une assemblée générale du SCCUQ le lundi 6 juin, à 13h30, au DS-M425 (et non au N-M510). À l’ordre du jour: • Rapport sur la négociation • Modification de la convention collective : octroi de charges de cours à des personnes chargées de cours qui ne répondent pas aux EQE • Élections au Comité institutionnel de discipline, au Comité permanent de révision du Règlement des études de cycles supérieurs et du substitut au Comité de perfectionnement et mise à jour des connaissances. L’assemblée sera précédée, à 12h, d’un BBQ dans la cour intérieure du pavillon Hubert-Aquin.

 
 
Rapport de la négo : des concessions monétaires

Lors de la séance du 2 mai, nous avons fait des compromis sur les clauses monétaires. Sur le salarial, la partie patronale demeure ferme sur son offre d’augmentation de 4,39% sur trois ans. Dans un geste de bonne foi, nous avons abaissé nos demandes de 18,71% à 13,92%. Nous avons également réduit notre demande d’augmentation du budget d’intégration d’un million à 875 000 la troisième année (625 000 la première et 750 000 la deuxième année) ainsi que le nombre de charges de cours pour les bourses de perfectionnement, faisant passer notre demande de 120 à 109. Le budget de perfectionnement est actuellement de 82 charges de cours. D’autre part, nous voulions faire passer de 8 à 10 le nombre de charges de cours maximal par année. Les deux parties se sont entendues sur un compromis faisant augmenter le maximum à 9 charges de cours. La prochaine séance est prévue pour le 31 mai.

Rapports précédents : • Trois refus et des discussionsLa partie patronale démontre un peu d’ouvertureQuelques petites avancéesDouble emploi, mesure disciplinaire et arbitrage : un refus et des demandes patronalesDeux autres refus sur la période de probation et l’évaluation de l’enseignementUn fossé sur les EQE et la clause réserveRéponse décevante sur le monétairePeu de reconnaissance.

 
 
Campagne permanente de promotion des Auteurs UQAM : le saviez-vous ?

Une visite sur le site de la recherche et création de l’UQAM nous informe qu’il existe à l’UQAM une campagne permanente de promotion des Auteurs UQAM. Le site de la campagne permanente vous invite à inscrire un ouvrage. Par conséquent, auteures et auteurs chargées et chargés de cours de l’UQAM, nous vous invitons à utiliser cette possibilité pour faire valoir vos publications.

Pour connaître les conditions d’admission.

 
 
Au moment de notre retraite, nous ne pourrons retirer les fonds comme nous le désirons

Depuis un certain temps, le SCCUQ et plusieurs chargées et chargés de cours de l'UQAM ont entrepris des démarches pour faire changer les choses auprès du gouvernement (mémoire déposé, envoi d’informations à des journalistes et députés, etc.). D'autres idées sont en marche. Ce que nous désirons, c'est de faire changer un règlement de la loi. Pour ça, nous devons avoir une mobilisation de masse et nous faire entendre auprès de l'Assemblée nationale. Nous avons besoin de vous tous. Nous vous demandons de nous appuyer lorsque viendra le temps de nous faire entendre. Nous préparons une pétition qui sera déposée à l'Assemblée nationale. Si cette situation vous préoccupe aussi et que vous désirez vous impliquer, contactez Bruno Fournier, chargé de cours au département des sciences comptables de l'UQAM (fournier.bruno@uqam.ca) ou Marie Bouvier, trésorière au SCCUQ (bouvier.marie@uqam.ca).

Pour plus d’informations.

 
 
Babillard des membres
 
 
Jean Régnier coanimera un évènement-bénéfice au profit de l’organisme Scène Ouverte le 24 mai

Afin d’aider Scène Ouverte – un organisme qui favorise la mise en commun et le partage des ressources humaines et matérielles et rend accessible un ensemble de services à des compagnies culturelles et des artistes indépendants – à contribuer au rayonnement des arts et de la culture à Montréal, un évènement-bénéfice des plus flamboyants, coanimé par le chargé de cours Jean Régnier et coprésidé par le directeur général du Chantier de l’économie sociale, Jean-Martin Aussant, et l’auteur-compositeur-interprète Yann Perreau, aura lieu le mardi 24 mai, dès 18 h, au Locoshop Angus, 2600, rue William-Tremblay à Montréal. Les artistes des onze compagnies membres de ce regroupement novateur et créatif profiteront de l’occasion pour dévoiler leur talent en vous présentant des œuvres inédites. Au programme : cocktail dînatoire, et surtout l’occasion de découvrir ou redécouvrir des prestations uniques des compagnies de théâtre, danse, musique, marionnettes et arts «indisciplinés», qui ont pignon sur rue dans le quartier et dont les créations se déploient partout au Québec et à l'international. Le coût du billet est de 125 $. Info et réservation : info@scene-ouverte.com ou par téléphone au 514 721-8588.

 
 
Olivier Barsalou invite des spécialistes à se pencher sur la crise migratoire engendrée par le conflit syrien

Très intéressés par les enjeux que soulèvent les déplacements de masse, les chargés de cours Olivier Barsalou (UQAM) et Alain-Guy Sipowo (U. Laval), tous deux chercheurs postdoctoraux à la Faculté de droit de l’Université McGill, ont eu l’idée de profiter du congrès annuel de l’Acfas pour inviter divers spécialistes à se pencher sur des questions relatives à la crise migratoire engendrée par le conflit syrien. Des spécialistes du droit international et des acteurs des milieux associatif et communautaire se réuniront ainsi le 13 mai à l’occasion du 84e congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) pour réfléchir aux enjeux que pose la crise des réfugiés syriens.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
La violence sexuelle, un fléau à l’université : une étude québécoise révèle qu’une personne sur trois en est victime

Une personne sur trois a été victime de violence sexuelle depuis son arrivée à l’université, révèle une enquête inédite menée par un groupe de chercheuses sur six campus du Québec. Et «la très forte majorité» de ces actes n’ont jamais été dénoncés. «Les canaux institutionnels qu’on nous invite à investir pour porter plainte ne fonctionnent pas, les gens n’y vont pas», constate la chercheuse et chargée de cours Sandrine Ricci, qui a présenté les premiers résultats de l’enquête Sexualité, sécurité et interactions en milieu universitaire (ESSIMU) au congrès de l’Acfas mardi.

Lire la suite du texte du Devoir.

Les victimes se butent même à leurs proches.

 
 
Éric Duchemin contribue au colloque Entre campagnes et villes – cultures cherchent cultures

Le chargé de cours à l'Institut des sciences de l'environnement Éric Duchemin a participé au colloque Entre campagnes et villes – cultures cherchent cultures: vers la conception d'un espace destiné au partage des connaissances et des expériences agriculturelles, qui s’est tenu les 11 et 12 mai dans le cadre du Congrès de l'Acfas, rapporte Actualités UQAM. Il a aussi raconté à La Presse comment l’argent pousse dans le potager de sa petite cour du quartier Pointe-Saint-Charles.

 
 
Raymond Roberge fait partie des bénévoles du Congrès de l’Acfas

Pendant que les projecteurs sont braqués sur les 6 000 chercheurs issus d'une quarantaine de pays qui assistent au Congrès de l'Acfas, une armée de travailleurs de l'ombre s'assure que tout roule comme sur des roulettes. Le chargé de cours au Département de management et technologie Raymond Roberge est l’un d’eux. «C'est facile puisque les gens sont super gentils, dit-il. On les renseigne, on rit et on les taquine un peu. Ça part la journée avec le sourire.»

Lire la suite.

 
 
La Clinique de sexologie de l’UQAM, coordonnée par Joanie Heppell, offre des consultations gratuites

La chargée de cours au Département de sexologie Joanie Heppell est coordonnatrice de la Clinique de sexologie de l'UQAM. La Clinique est à la recherche de personnes qui souhaitent obtenir des consultations dans le cadre de ses stages d'évaluation des troubles sexuels à la maîtrise en sexologie clinique. «Une vingtaine de stagiaires, toutes étudiantes à la maîtrise en sexologie, seront disponibles du 2 mai au 30 juin prochain. Les quatre premières rencontres sont gratuites. Des frais s'appliqueront pour les rencontres subséquentes advenant le besoin d'une sexothérapie», indique Joanie Heppell.

Lire la suite.

 
 
Voyage au pays des âmes : exposition d’Emmanuel Chieze à la Galerie Art Neuf
echieze

Emmanuel Chieze, chargé de cours au département d'informatique, présente la version montréalaise de son exposition de photographies Voyage au pays des âmes du 25 avril au 24 mai à la Galerie Art Neuf du Centre Culturel Calixa-Lavallée, en plein coeur du Parc Lafontaine, au 3819 rue Calixa-Lavallée (accès via la rue Rachel, il y a un stationnement gratuit pour les visiteurs en voiture). L'exposition propose au visiteur d'effectuer un voyage là-haut, au pays des âmes. Ce pays est plus vaporeux que les paysages terrestres auxquels nous sommes habitués, moins groundé. Il présente néanmoins de réelles ressemblances avec certains paysages terrestres, tels que certains paysages du Grand Nord ou des ensembles volcaniques. Ce projet se veut une invitation au dépaysement, à la contemplation et à l'apaisement dans une nature à l'échelle démesurée.

La Galerie est ouverte du lundi au vendredi de 13h à 22h.

 
 
Donald Cuccioletta commente une anthologie de textes d’Angela Davis pour Radio-Canada

Figure emblématique du mouvement Black Panthers des années 1960 aux États-Unis, Angela Davis est une auteure et militante influente aux États-Unis. Le chargé de cours et politologue Donald Cuccioletta a lu pour la radio de Radio-Canada une anthologie de plusieurs de ses textes, qui montrent une continuité dans son parcours de militante communiste et féministe. Donald Cuccioletta souligne l'attachement au communisme d'Angela Davis. Il indique que, pour elle, la liberté est quelque chose qui se construit. Selon l'auteure, les sociétés libérales, démocratiques et capitalistes favorisent une forme d'esclavagisme.

 
 
Élisabeth Vallet a fait le point sur les primaires américaines pour Radio-Canada

La chargée de cours Élisabeth Vallet a fait le point sur les primaires américaines dimanche dans sa chronique à l’émission Dessine-moi un dimanche, animée par Franco Nuovo à la radio de Radio-Canada.

 
 
Monde syndical
 
 
La CSN exhorte le gouvernement canadien à ne pas ratifier le Partenariat transpacifique

Intervenant devant le Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes, mercredi, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) a exhorté le gouvernement de Justin Trudeau à ne pas ratifier le Partenariat transpacifique (PTP). «Le PTP nuirait à l’ensemble des populations canadienne et québécoise, a déclaré Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN, devant les membres du Comité. Il reprend ce qu’il y a de pire dans les ententes de libre-échange signées par le Canada au cours des 25 dernières années, soit un mécanisme de règlement des différends qui permet aux entreprises de poursuivre les États si elles s’estiment lésées dans leur capacité d’investir par une loi ou une mesure publique. Il y a là un accroc majeur à la souveraineté du Canada et du Québec à gouverner pour le bien commun.»

Lire la suite.

 
 
Suppression de postes à la CSDM

Les dégâts seront limités auprès du personnel professionnel de la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Si les conseillers d'orientation et les animateurs de vie spirituelle écopent, la commission scolaire entend recruter de nouveaux orthophonistes, des psychoéducateurs et des psychologues. Il n'en demeure pas moins que le nombre de professionnels à la CSDM a fondu depuis 2009, avec une centaine de postes supprimés. À la prochaine rentrée scolaire, 616 professionnels vont se partager 191 établissements scolaires, comparativement à 730 en 2009. Au lieu d'être près d'une quarantaine, il n'y aura plus qu'une trentaine de conseillers d'orientation pour desservir le territoire. Du côté des animateurs spirituels, 34,8% du service est amputé, avec à peine neuf professionnels qui conserveront leurs tâches.

Lire la suite du texte de La Presse.

Ultime demande des syndicats de la CSDM d'éviter les coupes.
Coupes importantes chez le personnel professionnel à Gatineau.
Pétition : Retrait du projet de loi n° 86, Loi modifiant l’organisation et la gouvernance des commissions scolaires.

 
 
L’austérité dénoncée
Austerite

Un panel sur les effets des mesures d'austérité au Québec a réuni le 5 mai Claude Vaillancourt, d'ATTAC-Québec, Aurélie Lanctôt, auteure et militante, et Jacques Létourneau, président de la CSN.

Visionner la vidéo.

 
 
Pour une stratégie nationale de lutte à l’analphabétisme
PourStrategieAnalphabetisme

Le Réseau de lutte à l’analphabétisme, composé de 20 organisations de la société civile de tous les horizons, a dévoilé sa plateforme intitulée Pour une stratégie nationale de lutte à l’analphabétisme. La proposition du Réseau s’inscrit dans une perspective de justice sociale et de droit à l’éducation et à l’apprentissage tout au long de la vie et vise à instaurer des mesures structurantes qui s’attaqueront aux causes et aux conséquences de l’analphabétisme au Québec.

Lire la suite.

 
 
Première convention collective pour les professeurs du Collège Marianopolis

Réunis le 5 mai en assemblée générale, les enseignantes et enseignants du Collège Marianopolis ont approuvé leur première convention collective, et ce, à l’unanimité. À peine deux ans après la création du syndicat en avril 2014, ce nouveau contrat représente des gains historiques pour le personnel enseignant de ce collège anglophone plus que centenaire, situé dans l’arrondissement de Westmount à Montréal.

Lire la suite.

 
 
Un projet de loi pour limiter l’action syndicale

Hier (le 9 mai), le PDG du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval, se faisait le défenseur de la démocratie et de la transparence syndicales. Il recommandait notamment de maintenir le vote au scrutin obligatoire pour le processus d’accréditation au niveau fédéral, de forcer la divulgation des états financiers des syndicats et de limiter l’utilisation des cotisations syndicales. Dans les faits, ces mesures visent d’abord et avant tout à affaiblir le mouvement syndical et non à favoriser la démocratie ou la transparence financière.

Lire la suite de la lettre d’opinion de Daniel Boyer, président de la FTQ, parue dans La Presse+ le 10 mai.

IRIS : Ni transparence ni démocratie : il s’agit d’affaiblir le mouvement syndical.

 
 
Secteur préhospitalier : le ministère de la Santé doit négocier de bonne foi

«Nous ne ferons pas les frais d’une chicane entre les employeurs et le Ministère», déclare Dany Lacasse, vice-président de la FSSS–CSN. Après des semaines de tergiversations aux tables de négociation, les syndicats attendent toujours un signal clair des employeurs pour un véritable démarrage des travaux. Les protocoles de négociation, étape préliminaire incontournable, ne sont même pas encore conclus à deux des trois tables de négociation du secteur. Sans convention collective depuis le 31 mars 2015, les syndicats du secteur préhospitalier sont prêts à augmenter la pression dès maintenant si cela s’avère nécessaire.

Lire la suite.

 
 
Soulignons le travail des infirmières!
SoulignonsTravail

La CSN et la FSSS-CSN profitent de la tenue de la Semaine de l’infirmière et l’infirmier pour saluer la valeur du travail effectué par des femmes et des hommes indispensables. Le thème «Vous êtes une force incontournable» a été retenu cette année pour souligner l’importance du travail de ces personnes qui se dévouent au quotidien pour donner des services de qualité.

Lire la suite et visionner la vidéo.

 
 
Projet de loi no 92 sur la RAMQ : un trop petit pansement pour stopper l’hémorragie

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) accueille positivement le projet de loi qui accorde des pouvoirs supplémentaires à la Régie de l'assurance maladie du Québec. Toutefois, elle juge qu'il ne s'agit encore que d'un trop petit pansement pour stopper l'hémorragie budgétaire que représente la rémunération hors de contrôle des médecins et les frais accessoires abusifs et illégaux. C'est ce qui ressort de l'avis présenté par la Centrale aux membres de la Commission de la santé et des services sociaux dans le cadre des consultations sur le projet de loi no 92.

Lire la suite.

 
 
Assises annuelles de l’UMQ : les travailleurs municipaux ne seront pas les boucs-émissaires des élus qui se défilent de leurs propres responsabilités!

Tout un comité d’accueil attendait les élus municipaux lors de l’ouverture des assises de l’Union des municipalités du Québec (UMQ). Des milliers de manifestants assemblés à l’extérieur du Centre des congrès rappelaient aux élus, ainsi qu’au premier ministre Philippe Couillard qui ouvrait la rencontre, que déséquilibrer les rapports de force à la table de négociations était une atteinte directe à un droit fondamental et un affront inacceptable à l’ensemble des travailleurs du Québec.

Lire la suite.

 
 
Diminution salariale : les agents de sécurité d'Aéroport de Montréal maintiennent la pression

La veille de la poursuite de la négociation, prévue pour demain soir (mercredi), les membres du Syndicat des agent-es de sécurité d’Aéroport de Montréal (SAS-ADM) ont poursuivi leur mobilisation pour obtenir de leur employeur qu’il présente de meilleures offres salariales. Ils ont manifesté ce midi pour dénoncer les diminutions salariales sauvages dont ils sont victimes. Vendredi dernier, en assemblée générale, ils ont rejeté à 69% les dernières offres patronales jugées insuffisantes.

Lire la suite.

Domaine des Pionniers de la Vallée-de-l’Or : vote de grève à 100%.
Autobus Gil-Ber : déclenchement de la grève prévu le 17 mai.
Les cols bleus de Gatineau renouvellent leur convention collective.

 
 
Vive opposition syndicale aux accords secrets sur le commerce et l’investissement

En Allemagne comme en Belgique, les syndicalistes de l’éducation ont clairement réaffirmé leur opposition à la prise en compte du secteur de l’éducation et des autres services publics dans les nouveaux accords sur le commerce et l’investissement en raison de graves conséquences possibles.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Harcèlement sexuel : l’ETS montrée du doigt pour son inaction

Une étudiante de l’École de technologie supérieure (ETS) dénonce la «culture du silence» et accuse la direction de faire de «l’aveuglement volontaire» en matière de sexisme et de harcèlement sexuel. Elle part en croisade pour faire changer les moeurs dans une école où 90% des étudiants sont de sexe masculin. Aux prises avec sa toute première plainte en matière de harcèlement sexuel, la direction admet qu’il y a eu des lacunes importantes dans ce dossier.

Lire la suite du texte du Devoir.

Fortes réactions sur le web contre l’ÉTS.
Des étudiantes de l'ETS se confient.

 
 
Recherche sur la crise étudiante : que signifiait le discours gouvernemental?

Durant la crise étudiante de 2012, dans son discours, le gouvernement a présenté les étudiants et la population de manière passive et il a tenu à faire la distinction entre les associations étudiantes et leurs membres, qui leur donnaient pourtant leurs mandats. Le gouvernement a aussi tenu un discours de «nous versus eux» lorsqu’il a géré cette crise étudiante sur les droits de scolarité, qui a fini par dégénérer en véritable «crise sociale». Au cours d’une entrevue le 5 mai, Marik Grégoire, candidate à la maîtrise en communication sociale à l’Université du Québec à Trois-Rivières, a ainsi exposé les constatations préliminaires de sa recherche.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Différend avec l'éditeur Springer : l’Université de Montréal renonce à 2116 abonnements pour ses bibliothèques

Un différend économique entre l’éditeur Springer et les bibliothèques de l’Université de Montréal force l’institution d’enseignement à mettre fin à 2116 abonnements à différents magazines périodiques. Seuls 150 magazines de l’éditeur américain seront préservés. Ceux-ci sont abondamment consultés et représentent 42% des ouvrages utilisés par la communauté universitaire. C’est la facture sans cesse grandissante de l’éditeur qui a forcé l’Université à prendre cette décision.

Lire la suite du texte sur TVA nouvelles.

 
 
Les sciences sociales et humaines, pour quoi faire ?

La question de l’avenir des sciences sociales revient périodiquement comme une interrogation sur nous-mêmes et sur nos sociétés. Aux États-Unis, l’American Academy of Arts and Sciences publiait, en 2013, un important plaidoyer en faveur des sciences sociales et humaines, des arts et des lettres. On s’y inquiète des compressions imposées au secteur des «Humanities», en tant que champ de connaissance. En France, une importante mobilisation autour de l’avenir des sciences sociales et humaines a conduit à la création de l’Alliance Athéna, un collectif voué à la défense et à la promotion de ces sciences destinées à l’étude de la «constitution de l’humain et du fonctionnement du monde social».

Lire la suite de la lettre de Pierre Noreau et Guy Rocher publiée dans Le Devoir.

 
 
Éducation postsecondaire : les plus aisés profitent aussi des crédits

Un nouveau rapport du directeur parlementaire du budget (DPB) révèle que les ménages canadiens aux revenus les plus élevés ont profité de manière disproportionnelle des crédits d’impôt non remboursables pour l’éducation postsecondaire. Le DPB affirme qu’en 2015, les familles faisant partie des 20% ayant les revenus les plus élevés ont reçu 37,7% des crédits pour les études, les manuels scolaires et les frais de scolarité. Le rapport précise qu’au cours de la dernière décennie, ces foyers ont obtenu une grande part des crédits.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
L’indicateur du droit à l’éducation contribue à l’éducation dans le monde
IndicateurDroit

Publié tout récemment, le rapport relatif à l’indicateur du droit à l’éducation, réunissant des partenaires dans cinq pays – Chili, Nigeria, Philippines, Tanzanie et Zimbabwe –, met en lumière les défis et les potentiels dans le cadre des progrès réalisés en faveur du droit à l’éducation pour toutes et tous.

Lire la suite.

 
 
Monde social
 
 
Faut-il mettre fin au monopole de la SAQ ?
MettreFinMonopoleSAQ

Dans son rapport publié en août 2015, la Commission de révision permanente des programmes proposait de libéraliser davantage la vente d’alcool au Québec en permettant à des magasins privés de lui faire concurrence en vendant les produits disponibles à la SAQ. Selon la commission, une telle libéralisation permettrait de réduire les coûts d’administration de la SAQ et d’offrir des prix plus bas aux consommateurs et consommatrices tout en maintenant des dividendes gouvernementaux élevés. En comparant la Colombie-Britannique – où la vente d’alcool a été libéralisée – et le Québec, la présente étude démontre que l’extension de la libéralisation de la vente d’alcool ne serait pas une politique avantageuse pour le Québec.

Lire la publication de l’IRIS.

Campagne CSN : Notre SAQ, c'est notre fierté.

 
 
Que les travailleurs pauvres se trouvent un coloc!

Depuis deux ans maintenant, mon collègue Minh Nguyen et moi publions l’indice du salaire viable au Québec. En gros, on pose la question suivante: combien une personne qui travaille à temps plein doit gagner par heure pour couvrir ses besoins de base et se donner la marge de manœuvre financière nécessaire pour vivre convenablement? Chaque année, un consensus se dégage suite à notre publication sur le salaire viable: le niveau actuel du salaire minimum est grandement insuffisant. Chaque fois, il se trouve tout de même des commentateurs pour minimiser l’importance de ce problème. Dans un texte publié le 5 mai, un chercheur de l’Institut économique de Montréal (IEDM) a proposé certaines pistes de solutions pour permettre à un.e salarié.e à bas salaire d’améliorer son sort: vivre en colocation, travailler plus d’heures qu’un emploi temps plein régulier, convaincre son patron d’offrir une augmentation ou une promotion (sans blague!), utiliser Uber ou, encore mieux, devenir chauffeur pour cette compagnie.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

Pétition : Augmentation du salaire minimum à 15 $ de l’heure.

 
 
Le fardeau individuel : de l’endettement à la dépression

Endettement et santé mentale. Faut-il établir un lien entre les deux? Chose certaine, force est de constater que le néolibéralisme a modifié notre rapport à l’un et à l’autre de ces deux thèmes. Dans chaque cas, il a rendu les individus plus isolés et plus vulnérables. La dépression et le burn-out sont plus durs à quantifier que l’endettement des ménages, notamment parce qu’ils restent encore aujourd’hui très tabous. On peut néanmoins les lier eux aussi aux aléas du durcissement socio-économique néolibéral.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Lancement des actes des 3e États généraux de l’itinérance au Québec
LancementActes

Le lancement des actes des 3e États généraux de l’itinérance au Québec aura lieu le jeudi 19 mai, à 9h30, au 1431 rue Fullum, 2e étage. Ce document de 180 pages contient une synthèse de l'intégralité des discours, panels de discussions et ateliers qui se sont déroulés les 15 et 16 juin. Un panel-discussion avec Roch Hurtubise, de l’Université de Sherbrooke, et Anne Bonnefont, du RAPSIM, tentera de répondre à la question : Deux ans après l’adoption de la politique nationale de lutte à l’itinérance, quels sont les constats, les enjeux et les perspectives en matière de prévention et de réduction de l’itinérance au Québec? Merci de confirmer votre présence. Des copies des actes seront en vente sur place au prix de 15$. Pour commander les actes.

 
 
Une soirée «bijoux» au bénéfice de la Table des groupes de femmes de Montréal

Une soirée organisée au bénéfice de la Table des groupes de femmes de Montréal à l'occasion de son 20e anniversaire aura lieu le 2 juin à l'Espace galerie Anne-Marie Chagnon situé au 5333, avenue Casgrain, atelier 502 (5e étage). Ventes, cadeaux, tirage et échanges avec des spécialistes seront au rendez-vous et une partie des profits sera remise à la Table. Merci de vous inscrire de préférence avant le 19 mai auprès d'Anne Pasquier à info@tgfm.org.

 
 
100En1Jour : un festival de création urbaine pour repenser la ville
100En1Jour

Connaissez-vous 100En1Jour? Il s'agit d'un festival de création urbaine durant lequel les Montréalais sont invités à repenser la ville et à la transformer en réalisant 100 actions dans la ville ou plus en 1 jour, dans l'espoir que certaines donneront lieu à des changements durables pour Montréal. Après des éditions 2013 et 2014 fort réussies, le projet a fait relâche en 2015. Il revient toutefois en force cette année, en partenariat avec le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM). Il s'adresse à toutes les tranches de la population! Que ce soit à titre d’instiga­teur d’une d’intervention citoyenne, d’organisation partenaire ou à titre de curieux spectateur.

Lire la suite.

 
 
Occupations de terrains pour réclamer du logement social

Une dizaine de personnes ont planté leur tente dimanche au bord du canal de Lachine, tout juste à côté de l'usine abandonnée de la Canada Malting, que des groupes communautaires revendiquent pour du logement social. Il s’agissait d’une première de trois occupations à Montréal, qui auront lieu à Hochelaga-Maisonneuve, jeudi, de même qu’à Villeray, samedi. Ces actions s’inscrivent dans un mouvement provincial organisé par le Front d’action populaire en réaménagement urbain, dans le cadre d’une semaine d’occupations de terrains et de bâtiments.

Lire la suite du texte du Journal de Montréal.

 
 
Augmentation des électrochocs : les groupes de femmes veulent des réponses

Selon les chiffres obtenus, à Montréal en 2015, on a administré 2 981 électrochocs. Si nous considérons que plus de 60% des électrochocs sont administrés à des femmes, cela veut dire que des Montréalaises ont subi plus de 1 788 électrochocs. À travers le Québec, des femmes ont reçu 6 517 électrochocs. Comment peut-on encore justifier l’utilisation d’une pratique dont l’efficacité est toujours controversée dans le milieu scientifique et dont on ignore toujours le mode d’action? La Table des groupes de femmes de Montréal et le Réseau d'action des femmes en santé et services sociaux questionnent le gouvernement québécois.

Lire la suite.

 
 
Les familles montréalaises n’ont pas le cœur à la fête
SemaineFamille

Monsieur le ministre Proulx, les organismes communautaires famille de Montréal profitent de la Semaine québécoise des familles (du 9 au 15 mai) pour vous interpeller sur vos deux mandats: celui de la famille et celui de l’éducation et les responsabilités qu’ils impliquent. Cette semaine est traditionnellement marquée par la promotion et la célébration de la famille, mais après deux années intensives de mesures d’austérité qui ont touché vos deux ministères, les familles montréalaises n’ont pas du tout le cœur à la fête.

Lire la suite.

 
 
Un système léger sur rail (SLR) dans l'Est de Montréal : un potentiel insoupçonné pour la transition énergétique dans les transports

La desserte de l’Est doit faire l’objet d’un mandat spécifique, qui tiendra compte des choix déjà privilégiés, selon le chercheur de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) Gilles L. Bourque. Dans un scénario de transition des transports présenté l’an dernier, l’IRÉC avait inclus un projet SLR qui, partant du même pôle central que le projet de Réseau électrique métropolitain (REM) de CDPQ-Infra, cheminerait vers l’Est de Montréal en suivant l’itinéraire Notre-Dame/Dickson/Souligny/Pointe-aux-Trembles. «Il est depuis longtemps apparu à l’IRÉC que le recours au vaste bassin d’actifs que constitue l’épargne québécoise représente l’une des principales pistes de solutions pour le financement de la transition énergétique au Québec», a expliqué l’économiste.

Lire la suite.

 
 
Surdoses à Montréal : nouvel appel aux services d’injection supervisée

La Direction de la santé publique de Montréal (DSP) a maintenant un portrait plus précis de la vague de surdoses sévères qui avait fait 28 morts à Montréal à l’été 2014. L’enquête épidémiologique qu’elle vient de rendre publique révèle notamment que la grande majorité des victimes consommaient les drogues par injection. L’implantation de services d’injection supervisée (SIS) au cours de la prochaine année pourrait donc sauver des vies, estime la DSP. L’explosion de cas de surdoses survenus en 2014 avait suscité de vives inquiétudes compte tenu du nombre de cas et de leur gravité. Entre le 1er mai et le 26 août 2014, 79 surdoses sévères, dont 28 décès, avaient été dénombrées.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Pétition pour la libération d’un prisonnier d’opinion en Arabie saoudite
Petition

En juillet 2014, l’avocat spécialiste des droits de la personne Waleed Abu Al Khair a été condamné à 15 ans d’emprisonnement après des années de harcèlement, d’arrestations et de procès. Au travers de ses activités professionnelles, cet homme dénonçait les atteintes aux droits de la personne en Arabie saoudite. Il a notamment défendu bon nombre de militants pacifiques, y compris  Raif Badawi. Un tribunal spécial antiterroriste l'a déclaré coupable de diverses infractions grotesques dont «désobéissance au souverain» et «atteinte à la réputation du royaume». En prison, ce prisonnier d’opinion a été battu, privé de sommeil et placé à l’isolement. Amnistie internationale vous invite à signer la pétition réclamant sa libération.