Infolettre du SCCUQ – 15 décembre 2016 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Messages et activités du SCCUQ :

• Rapport de la négo :

- Un long fleuve tranquille

Les Syndicats de l’UQAM s’opposent à la construction d’un nouvel édifice de HEC au centre-ville de Montréal
• Com. de presse : Les chargées et chargés de cours de l’UQAM rejettent l’offre finale : une banque de cinq jours de grève!
• Com. de presse : Les chargées et chargés de cours de l'UQAM célèbrent leur Journée nationale dans des circonstances déplorables
• Com. de presse : L’UQAM préfère le béton armé et des chargées et chargés de cours précaires et éjectables
Réflexion du SCCUQ sur la décentralisation des ressources
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM
Réactions du SPUQ au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l’UQAM (2)
Transformation institutionnelle à l’UdeM : le mémoire du SCCCUM
Consultation ministérielle en enseignement supérieur : orientations de la FNEEQ
Mémoire présenté par la CSN (avec la FNEEQ et la FP) sur le projet de création du Conseil des universités du Québec.

13 janvier : Date limite de dépôt pour les projets d’intégration

Activités reliées aux membres du SCCUQ :

Jusqu’au 29 janvier : Loop, une installation lumineuse, sonore et participative à la place des Festivals
Jusqu’au 15 janvier : Exposition Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur

Autres activités :

16 et 18 janvier : Formations en désobéissance civile de la Coalition Main rouge
21 janvier : Manif des femmes de Montréal en solidarité avec la Marche des femmes à Washington
24 janvier : Soirée de la LDL Mieux comprendre pour lutter contre le racisme
30 janvier : Soirée Les pétromonarchies du Golfe : des alliées contre nature?
1er février : Conférence La face cachée de la dette québécoise: quelle est sa véritable nature?
4 février : États généraux du mouvement syndical : poursuivons la réflexion
7 février : Engagez-vous pour le communautaire : action à Montréal et Québec
21 février : La Coalition Main rouge à l’assaut du «Big Four»
16 et 18 mars : Colloque Le Féminisme prend sa place à l’UdeM
15 au 17 août : Conférence Réalités LGBTTIQA2S : nos luttes, nos victoires, nos défis!

 
 
Entre vous et moi

L’infolettre du SCCUQ reprend sa publication en ce début d’année 2017 et j’en profite pour vous en souhaiter une bonne, de la santé, des charges de cours et une entente pour une convention collective respectueuse des enseignantes et enseignants professionnels que nous sommes. Je ne commenterai pas nos différends à la table de négociation, ni le rapport de la dernière rencontre en présence de la conciliatrice, car je ne voudrais pas créer de vagues sur ce long fleuve tranquille.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Rapport de la négo : un long fleuve tranquille

La conciliatrice au dossier, Louise Létourneau, a rencontré, le lundi 9 janvier, les membres des comités de négo syndical et patronal afin de leur expliquer comment elle comptait travailler avec eux, puis elle s’est entretenu une demi-heure avec les porte-paroles des deux comités pour faire le point. Tout le monde s’est entendu sur un agenda de trois rencontres de conciliation les 8 février, 8 et 27 mars, avec possibilité d’ajouter des rencontres le samedi. La rencontre s’est terminée un peu passé 14 h parce qu’un membre du comité de négo patronal devait quitter, malgré que la rencontre était prévue de longue date. La conciliatrice ne voulait pas continuer sans lui.

Rapports précédents : • L’employeur se braque, le SCCUQ demande la nomination d’un médiateur-conciliateurOffre finale de l’employeurEn attente de réponses à nos contre-propositions  • Nouveau déblocage de la partie patronale, quelques petits gains et plusieurs avancéesUn accord et encore des attentesDes reculs confirmés, mais la discussion n’est pas rompueDépôt des offres patronales globales à venir

 
 
Prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration : le 13 janvier

La prochaine date de dépôt pour les projets d’intégration est le 13 janvier. Nous vous invitons à consulter ainsi qu’à utiliser le formulaire mis à jour pour transmettre par courriel votre projet auprès du Comité de liaison local (CLL) de votre unité afin qu’il soit étudié et approuvé. Votre CLL assurera la transmission des projets en 8 exemplaires auprès du Comité de liaison institutionnel (CLI), et ce pour le 20 janvier.

 
 
Les chargées et chargés de cours de l'UQAM rejettent l'offre finale : une banque de cinq jours de grève!

Les chargées et chargés de cours de l’UQAM ont rejeté à 96,5% l’offre finale de l’employeur, vendredi en assemblée générale, et 86% des membres présents ont voté en faveur d’une banque de cinq jours de grève à utiliser au moment jugé opportun par le Comité exécutif et le Comité de négociation. Cette offre finale contenait des augmentations salariales en-deçà de celles offertes aux professeurs et aux employés de soutien – se limitant aux paramètres salariaux gouvernementaux, soit 6,75% sur cinq ans – alors que nous sommes les personnes chargées de cours à peu près les moins bien payées de l’ensemble des universités francophones québécoises. Et des offres normatives qui répondent par la négative à nos principales revendications sur les exigences de qualification pour l’enseignement (EQE), la clause réserve permettant aux étudiants à la maîtrise ou au doctorat d’enseigner sans répondre aux mêmes exigences, la stabilisation de l’emploi et les environnements numériques d’apprentissage.

Lire la suite.

La couverture médiatique : Le journal Métro, Radio-Canada, Le Journal de Montréal

 
 
Babillard des membres
 
 
Sandrine Ricci suscite et alimente une discussion sur la culture du viol dans une instance régionale de la FTQ

La chargée de cours Sandrine Ricci a fait une présentation intitulée Reconnaître et contrer la culture du viol lors de l’assemblée générale du 13 décembre du Conseil régional du Montréal métropolitain de la FTQ. Son excellente présentation a permis de déboulonner plusieurs préjugés, qui perpétuent notre culture sexiste et inégalitaire et qui nourrissent par le fait même la culture du viol. Les personnes participantes à l’assemblée générale ont particulièrement apprécié son intervention et la discussion qui s’en est suivie. Le projet doctoral de Sandrine Ricci porte sur la culture du viol et elle fait partie de l’équipe ESSIMU qui publiera en janvier son rapport de recherche sur la violence sexuelle en milieu universitaire. La sociologue est aussi coordonnatrice du Réseau québécois en études féministes depuis sa fondation en 2011.

 
 
Louise Champoux-Paillé investie de l'Ordre du Canada

La chargée de cours au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale Louise Champoux-Paillé figure parmi les 100 personnalités qui ont été nommées au sein de l'Ordre du Canada le 30 décembre. Créé en 1967, l’Ordre du Canada est l’une des plus prestigieuses distinctions honorifiques civiles au pays. Il reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. Louise Champoux-Paillé a reçu récemment le prix Femme d'exception de la Fondation Y des femmes de Montréal et le titre de Grand Ambassadeur de l’ESG UQAM. Administratrice de sociétés, la diplômée a été nommée Chevalière de l'Ordre national du Québec en 2012 et a obtenu en 2014 un prix du Gouverneur général pour sa contribution à la promotion de l'égalité des sexes au pays.

Lire la suite.

 
 
Daniel Canty publie L’été opalescent

Le chargé de cours de l’École de design Daniel Canty vient de faire paraître L’été opalescent, précédé de Petites fiançailles : auto-sciences-fictions. Le livre dont le lancement a eu lieu au Musée Lachine en novembre a été publié par l’éditeur La table des matières.

 
 
Ouverture du Concours 2017 des prix d'excellence en enseignement de l'UQAM

C'est avec plaisir que nous vous informons de l'ouverture du Concours 2017 des prix d'excellence en enseignement de l'UQAM. Ce concours a été mis en place par la Commission des études en 2007. Ce concours vise à souligner, chaque année, l'importance que l'UQAM accorde à l'enseignement en reconnaissant l'apport exceptionnel d’une personne chargée de cours ainsi que d'une, d'un professeur ou d'une, d'un maître de langue. Deux prix seront ainsi accordés. Toute personne de la communauté universitaire de l'UQAM peut proposer une candidature autre que la sienne. L'UQAM remettra à chaque lauréate, lauréat un parchemin officiel, ainsi qu’une subvention de 5 000$ dédiée à ses activités d'enseignement. La remise des prix se fera le 17 mai 2017, à l’occasion des Journées de la pédagogie universitaire 2017. Vous êtes invités à prendre connaissance des modalités de dépôt de candidature sur le site Web du Service de soutien académique. Les dossiers de mise en candidature doivent être déposés en six (6) exemplaires, au plus tard le jeudi 6 avril 2017, à 16h, au Service de soutien académique, local D-3300, à l'attention de Marc-Olivier Desbiens (514 987-3000, poste 1069).

 
 
Nicole Milette organise l’exposition Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur
nmilette

L’exposition Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur organisée par Nicole Milette, artiste et chargée de cours en design de l’environnement, ainsi que Alejandra Bertorini, Carlos Calado et Michel Lancelot, quatre artistes graveurs de l’Atelier Circulaire, sera présentée à Montréal jusqu’au 15 janvier pour la première fois à la Maison de la Culture Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, 421 rue Saint-Roch (métro Parc). Une visite commentée par Jacques Dumouchel, historien de l’art et fils d’Albert Dumouchel, ainsi que par Nicole Milette et Carlos Calado aura lieu le samedi 14 janvier 2017 de 13:30 à 15:00 heures, aucune réservation requise. Elle est magnifiée grandement par l’apport de 15 estampes d’Albert Dumouchel et par les 5 estampes hommage des artistes invité.e.s Boisvert, Derouin, Lacroix, Tousignant et Simonin qui l’ont connu de son vivant. Vous pouvez aussi visionner le petit film 50 artistes/50 estampes et plus Dans les traces d’Albert Dumouchel Maître graveur, réalisé en janvier 2016.

Le Devoir : L’empreinte du père de la gravure.

 
 
Monde syndical
 
 
Bilan 2016 et perspectives pour le nouvel an : plus de 600 syndicats de la CSN en négociation en 2017

L’année qui commence sera fort active pour quelque 600 syndicats affiliés à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) qui renouvelleront leurs conventions collectives en 2017. Autant dans le secteur privé que dans le secteur parapublic, des dizaines de milliers de travailleuses et de travailleurs bénéficieront de l’appui de la CSN pour améliorer leurs conditions de travail et leurs salaires. Pas moins de 33 syndicats affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) renouvelleront leurs conventions collectives en 2017, soit 23 du regroupement des établissements d’enseignement privé représentant près de 2000 salarié-es ainsi que 7900 chargées et chargés de cours, tutrices et tuteurs en provenance de 10 universités. Outre l’Université de Montréal, l’Université Laval et l’UQAM, dont les chargé-es de cours ont un mandat de grève en poche, c’est l’ensemble des composantes du réseau des universités du Québec qui seront en négociation. Les 250 professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (SPUQO–CSN) poursuivront aussi leur négociation. Ces derniers sont affiliés à la Fédération des professionnèles (FP–CSN).

Lire la suite.

 
 
Bilan 2016 et perspectives 2017 : gouvernement Couillard, un bilan lamentable

L’année qui commence sera particulièrement animée pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN) avec la tenue de son 65e Congrès, en juin à Montréal, et la négociation des conventions collectives de quelque 600 syndicats et sections. «Mais une action soutenue sur le front social et politique demeure essentielle, a précisé le président Jacques Létourneau, car nous avons devant nous un gouvernement pro-patronal, loin du monde ordinaire. Il n’est donc pas surprenant que son bilan soit lamentable.» Lorsqu’il a été élu, en avril 2014, Philippe Couillard s’était engagé à devenir «le premier ministre de tous les Québécois». «Il doit maintenant s’activer à le démontrer, a déclaré le président de la CSN. Ses priorités doivent être de profiter du prochain budget pour réinvestir massivement dans les programmes de l’État, de relever substantiellement le salaire minimum et de permettre un développement économique créateur d’emplois de qualité et respectueux de l’environnement. C’est ce qui nous animera en 2017.»

Lire la suite.

 
 
La FTQ exhorte le gouvernement à mettre en place un dialogue social constructif

À l’heure des bilans et alors que la colère gronde dans la population et dans ses rangs, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) invite le gouvernement de Philippe Couillard à mettre en place un véritable dialogue social et à réparer les dégâts causés par ses politiques d’austérité des deux dernières années. À un peu plus d’un an des élections provinciales et alors que le gouvernement a annoncé qu’il entendait enfin réinjecter des sommes cruellement nécessaires dans les services publics mis à mal par ses propres politiques d’austérité, la centrale syndicale juge qu’il est plus que temps qu’il écoute le mécontentement général et prenne en considération les propositions réalistes et concrètes des différents acteurs incontournables de la société civile, dont le mouvement syndical.

Lire la suite.

 
 
Philippe Couillard veut se faire oublier comme «démolisseur» des services publics, soutient la CSQ

«Philippe Couillard a terminé l'année 2016 en s'autoproclamant sauveur du Québec. La réalité est bien différente, car s'il n'en tient qu'aux actions posées par son gouvernement depuis qu'il est au pouvoir, c'est plutôt le démolisseur de nos services publics. Et ce n'est pas un remaniement ou un discours inaugural qui va nous faire oublier son bilan catastrophique.» C'est en ces termes que la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, a ouvert sa première conférence de presse de l'année 2017, visant à faire le point sur les priorités de son organisation pour les prochains mois. «Pour la CSQ, le règne de Philippe Couillard est loin d'être celui d'un sauveur. À nos yeux, le mot d'ordre depuis son arrivée au pouvoir est plutôt sauve-qui-peut, car ses politiques d'austérité n'ont épargné à peu près personne et leurs effets continueront de se faire sentir en 2017 et même au-delà», soutient-elle.

Lire la suite.

 
 
États généraux du mouvement syndical : poursuivons la réflexion le 4 février

Le CIMM qui représente la majorité des organisations syndicales sur le territoire de Montréal et de Laval souhaite vous inviter à la quatrième activité des États généraux régionaux sur le syndicalisme le samedi 4 février de 9h30 à 16h30, au Centre St-Pierre. Un dîner sera servi. L’objectif de cette rencontre est de poursuivre la réflexion autour de cinq thèmes identifiés par les participantes et les participants lors des activités précédentes afin de produire un document de consultation qui circulera éventuellement dans les syndicats locaux. Les cinq thèmes sur lesquels porteront les échanges sont : 1- Notre rapport de force. 2- Les alliances avec les non-syndiqués(es) et les groupes qui luttent pour des causes communes. 3- Démocratie et pratiques syndicales. 4- La relève syndicale. 5- Les syndicats dans un système capitaliste. Le CIMM souhaite une participation la plus large possible à cette rencontre. Il n’est pas nécessaire d’être délégué officiellement par son syndicat pour venir partager ses réflexions; il faut simplement être membre d’un syndicat affilié à une des organisations membres du CIMM, ce qui est le cas du SCCUQ. Pour vous inscrire, veuillez répondre aux petites question suivantes (• Nom et prénom • Syndicat • Ordre de préférence des ateliers • Menu, régulier ou végétarien, et allergie alimentaire) et retourner le tout, pour les membres du Conseil central du Montréal métropolitain-CSN, à Frédérick Bernier (frederick.bernier@csn.qc.ca ou au 514 598-2158).

 
 
Deuxième numéro spécial du SPUQ info portant sur les réactions au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l'UQAM

Deuxième numéro spécial du SPUQ-info portant sur les réactions au Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire à l'UQAM paru en décembre: • Mot du comité exécutif - L'Université que nous avons... (suite) • La décentralisation et les démocraties à l'UQAM, Antonello Callimaci • Des rapports hiérarchiques comme nouvelle vertu démocratique, Jean-Marie Lafortune • Résolution des syndicats et associations étudiantes de l'UQAM • Résolutions du Conseil syndical • Résolution du Département de didactique des langues • Réflexion sur le Rapport sur la décentralisation organisationnelle et budgétaire de l'UQAM, Charazad Abdallah • Résolution du Département d'organisation et ressources humaines • Résolution du Département de sociologie.

 
 
Convention collective des professeures et professeurs de l'UQAM 2013-2018
 
 
Menace de grève à l'Université Laval : la direction et le syndicat ne sont pas sur la même planète

Les dirigeants de l'Université Laval ne sont pas inquiets pour la session d'hiver qui commence, malgré une menace de grève qui plane de la part du Syndicat des employés de l'Université Laval (SEUL). Depuis le début janvier, le SEUL mène une campagne sur les réseaux sociaux pour décourager les étudiants de s'inscrire à l'Université Laval pour la session d'hiver, car ils risquent de ne pas pouvoir la terminer. Un message que n'apprécie pas Éric Bauce, vice-recteur exécutif de l'Université Laval. «C'est une drôle de stratégie. Parce que c'est sûr que si on affecte les fonds de l'Université, ça va nous en faire moins à donner [...] Il y a des discussions qui se font entre le syndicat et l'employeur et je pense que ça devrait rester à ce niveau-là. On ne devrait pas venir inquiéter les étudiants pour des négociations comme ça», a-t-il soutenu au Soleil. De son côté, le syndicat déplore les demandes jugées illégales de l’Université et le manque d’ouverture marquant de celle-ci face aux propositions qui lui sont soumises. M. Zubrzycki a parlé au journal Impact Campus d’un dialogue de sourds avec une institution qui ne semble aucunement encline à négocier.

Deux doyens de l’Université Laval en limo au Ritz-Carlton.

 
 
Commission d’enquête québécoise : la Coalition pour les droits des peuples autochtones salue la décision du gouvernement du Québec

La décision d’instituer cette commission d’enquête, sous le titre «Écoute, réconciliation et progrès» est un premier pas d’importance vers la réconciliation, qui va dans le sens des recommandations de la Commission Vérité Réconciliation et de celles de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones à laquelle le Québec est assujetti. À la suite des évènements de Val-d’Or, les membres non autochtones de la Coalition, dont la CSN et la CSQ, ont appuyé ardemment les demandes répétées des organisations autochtones pour que la justice soit enfin accessible aux femmes autochtones. Nous veillerons à que les recommandations de cette commission soient mises en œuvre et appuyées par une volonté sincère de changer les institutions et de mettre fin au racisme et à la discrimination systémiques.

Lire la suite.

 
 
Environnement : l’incohérence au rendez-vous!

Au cours des dernières semaines, les différentes mesures annoncées par les gouvernements fédéral et provincial illustrent bien combien il est légitime de douter de leur réelle volonté d’effectuer un changement de cap sur les questions environnementales. Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a fait siennes les cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES) peu ambitieuses du gouvernement Harper. Si l’on veut atteindre les objectifs de l’accord historique de Paris adopté lors de la COP21 en 2015, cette cible doit être considérée comme une valeur plancher qui devra devenir plus contraignante. Et la décision controversée de Justin Trudeau d’aller de l’avant sur les questions d’oléoduc sans le consentement éclairé des nations autochtones va à l’encontre de ses engagements électoraux sur le mode de gouvernance et la réconciliation avec les premiers peuples du Canada. Au Québec, ce n’est guère mieux. Bien que nous nous soyons dotés de cibles ambitieuses de réduction de GES, le gouvernement de Philippe Couillard vient d’adopter sous le bâillon une loi qui favorise l’exploitation des hydrocarbures, ce qui est totalement incompatible avec ces cibles.

Lire la suite du billet sur le blogue de Pierre Patry de la CSN.

 
 
Nouveau cours d’éducation financière : le ministre Proulx offre un cadeau de Noël empoisonné aux profs et aux élèves

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) dénonce la décision unilatérale du ministre de l’Éducation d’implanter obligatoirement le nouveau cours d’éducation financière dès la rentrée scolaire 2017, en réduisant de deux unités le cours de Monde contemporain en 5e secondaire. LA FAE dénonce aussi l’attitude du ministre qui, encore une fois, ignore les recommandations et les demandes légitimes du personnel enseignant. «Depuis qu’il est en poste, Sébastien Proulx prétend être à notre écoute. Mais qui écoute-t-il vraiment lorsque vient le temps d’imposer dans la grille-matière un cours d’éducation financière? Les enseignantes et les enseignants? Non! Le ministre de l’Éducation choisit de répondre aux besoins des banquiers qui n’ont aucune expertise en pédagogie. Il répond aux attentes des institutions financières qui, ô combien savent-elles ce qui doit être enseigné aux élèves de 5e secondaire pour être, devenir et rester de bons consommateurs, plutôt que des citoyens éclairés! Le ministre affirme qu’il s’agit d’un «retour» du cours d’économie. C’est faux!» lance Sylvain Mallette, président de la FAE.

Lire la suite.

IRIS : Te faire faire la morale : «En as-tu vraiment besoin?»

 
 
Entente de principe pour les employés de métier de l’Université de Montréal

Les employés de métier de l’Université de Montréal ont voté à 80,7%, le 20 décembre, en faveur de l’entente de principe intervenue entre les membres du comité de négociation et les représentants patronaux. Les syndiqués étaient sans contrat de travail depuis mai 2014. Les négociations qui avaient débuté au printemps 2015 ont été longues et ardues. Les membres avaient voté à 93% en faveur des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève le 10 février dernier. Cette convention collective, qui expirera en 2020, comprend des augmentations salariales de 6,75% pour 2015 à 2018, soit l’équivalent de la PSG (Politique salariale du gouvernement du Québec) plus 1%. Un des enjeux majeurs de cette ronde de négociation est le déménagement prochain d’une partie des activités du campus principal vers les nouveaux édifices de l’université qui seront prochainement construits à Outremont. La partie patronale voulait exclure ces employés de ces nouvelles installations pour confier leurs tâches à des sous-traitants, ce à quoi s’étaient vivement opposés les représentants syndicaux.

Lire la suite.

 
 
Diminution du délai de carence : un pas dans la bonne direction pour l'assurance-emploi, mais il faut faire plus

La diminution du délai de carence de deux semaines à une seule est un pas dans la bonne direction pour les chômeuses et les chômeurs, estime la CSN. Cependant, elle invite le gouvernement à faire beaucoup plus pour répondre à leurs besoins. «L’élimination complète du délai de carence constitue une nécessite en soi. L’assurance-emploi doit servir à donner une aide concrète aux personnes qui perdent leur emploi et éviter qu’ils ne vivent une période sans revenus, aussi courte soit-elle», souligne le vice-président de la CSN, Jean Lacharité. À terme, c’est une réforme en profondeur du régime d’assurance-emploi que demande la CSN pour redonner au régime la vocation pour laquelle il a été créé, c’est-à-dire un soutien fiable et efficace aux travailleuses et aux travailleurs qui perdent leur emploi.

Lire la suite.

 
 
Laboratoire médical inutilisé au CISSSO : la CSN dénonce l’intransigeance de l’employeur

La CSN dénonce le refus du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) de revenir sur sa décision en ce qui a trait à des mesures disciplinaires qui ont coûté six et trois mois de suspension à deux employés. Ceux-ci avaient fait appel aux médias pour alerter la population concernant l’inutilisation d’un laboratoire médical nouvellement construit qui a coûté plusieurs centaines de milliers de dollars provenant des coffres de l’État.

Lire la suite.

 
 
Victoires syndicales contre la mobilité du personnel et pour la rémunération du temps des repas sur les lieux de travail

Le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est-du-Québec (SIIIEQ-CSQ) a remporté en décembre une importante victoire, devant un tribunal d'arbitrage, contre le Centre de santé et de services sociaux de La Mitis (CSSS de La Mitis), qui avait obligé des infirmières et infirmières auxiliaires à être déplacées sur d'autres quarts de travail. Dans sa décision rendue hier, l'arbitre, Me Suzanne Moro, donne entièrement raison au SIIIEQ-CSQ qui avait déposé un grief contre le CSSS de La Mitis lui reprochant de déplacer le personnel et de le rendre plus mobile. Le syndicat demandait à l'arbitre d'ordonner au CSSS de La Mitis de respecter les clauses de la convention collective, de déclarer illégaux les déplacements effectués par l'employeur et de lui ordonner d'y mettre fin, de rembourser aux personnes salariées lésées toutes les sommes d'argent perdues du fait de cette violation et de verser au SIIIEQ-CSQ un montant de 2 000$ pour les dommages subis. Toutes ces demandes ont été accordées par l'arbitre, le CSSS de La Mitis ayant perdu sur toute la ligne.

Lire la suite.

Repas sur leur lieu de travail : les professionnelles en soins ont droit à la rémunération au taux du temps supplémentaire.

 
 
Allégeons le fardeau des membres du Syndicat des employés de garage du Saguenay—Lac-Saint-Jean (CSD)

Le lock-out qui a frappé les 450 membres du Syndicat des employés de garage du Saguenay—Lac-Saint-Jean (CSD) a été l’un des plus longs et des plus importants conflits de travail que le Québec a connu au cours des dernières années. Depuis la signature de la convention collective de travail en janvier 2016, tout le monde a l’impression que ce combat est terminé, mais ce n’est pas le cas. Certains concessionnaires ont signé la convention avec la rage au cœur et, comme ils n’ont pas renoncé à se débarrasser du syndicat, ils n’ont pas rappelé l’ensemble de leurs salariés. Seulement un tiers des ex-lockoutés sont de retour au travail et ce sont eux qui devront rembourser la dette contractée par le syndicat à raison de 145 dollars par semaine pour les six prochaines années. C’est un poids beaucoup trop lourd à porter et c’est pourquoi la CSD renouvelle cet appel exceptionnel à la solidarité.

Lire la suite.

 
 
Proposition Leitão sur la retraite : nous serons tous perdants

Non content d’avoir imposé une austérité budgétaire dévastatrice pour les services publics du Québec, le ministre des Finances Carlos Leitão propose maintenant le recul social le plus spectaculaire des récentes années. Au moment où le gouvernement fédéral ainsi que toutes les autres provinces ont fait le constat de la nécessité de bonifier le régime public de retraite, le Régime de pensions du Canada (RPC), le ministre Leitão propose un recul pour les futurs retraités québécois.

Lire la lettre d’opinion de Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ, parue dans Le Devoir le 19 décembre 2016.

Bulletin de l’IREC : La proposition d'amélioration du Régime de rentes du Québec: vers une réforme régressive?

 
 
Suspension de l’indexation des retraités : le SCFP demande aux villes de surseoir à leur décision afin de ne pas commettre l’irréparable

Au cours d’un point de presse le 28 décembre, le SCFP-Québec a fait un ultime appel à la raison aux villes qui ont décidé de suspendre dès le 1er janvier 2017 l’indexation de leurs retraités. Il s’agit d’une décision sans précédent qui causera un préjudice irréparable à des personnes envers qui il y avait un engagement non seulement contractuel, mais moral. À la Ville de Montréal uniquement, pour les six régimes de retraite concernés, c’est 168,2 M$ à terme qui seront retirés aux retraités. Sur les quelque 76 régimes de retraite du secteur municipal et du transport terrestre au SCFP, près de 50% prévoit une formule d’indexation, soit quelque 33 régimes. De ceux-là, 24 sont potentiellement visés. C’est le cas des Villes de Montréal, Québec, Laval, Longueuil et Lévis. «Il s’agit d’une décision odieuse. Dans les faits, même le gouvernement n’a pas voulu l’imposer. Il a laissé le soin aux villes d’appliquer ou non la suspension de l’indexation. Ce geste fait en sorte que plus rien n’est acquis aux retraités» de déclarer Denis Bolduc, président du SCFP-Québec.

Lire la suite.

 
 
Ententes de principe pour une résidence, un hôtel, une MRC et deux municipalités en fin d’année 2016

Les travailleuses et les travailleurs de la résidence St-Eustache syndiqués à la CSN se réjouissent de l’entente qu’ils ont adoptée à l’unanimité. «Il s’agit d’une autre entente qui respecte en tout point les éléments de la négociation coordonnée dans les centres d’hébergement privés (CHP). L’employeur a accordé une oreille attentive à nos demandes et a reconnu qu’elles étaient fondées», souligne d’entrée de jeu le représentant du secteur des centres d’hébergement privés (FSSS–CSN), Gilles Gagné. Durant ce temps, un autre établissement, Chartwell Les Monarques, fait piètre figure dans cette négociation coordonnée qui réunit 42 résidences syndiquées CSN au Québec.

Lire la suite.

Hôtel Classique : l’entente de principe adoptée à 96 %.
La MRC de Rivière-du-Loup signe pour cinq ans.
Signature d’une entente de cinq ans à Saint-Liguori.
La municipalité de Montebello signe.
Entente pour les chauffeurs d’autobus scolaires de Baie-Comeau.

 
 
La FQPPU soucieuse de prévenir les violences à caractère sexuel par la sensibilisation

La Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU) vient de déposer un mémoire dans le cadre de la consultation «Prévenir et contrer les violences à caractère sexuel sur les campus universitaires et dans les collèges du Québec». Elle insiste sur le rôle-clé que doit jouer le système d’éducation sur les plans de la prévention et de la sensibilisation, qui constituent les principales pistes à suivre pour promouvoir des rapports égalitaires exempts de violences à caractère sexuel, de harcèlement et de discrimination sous toutes ses formes.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Colloque Le Féminisme prend sa place à l’UdeM les 16 et 18 mars
ColloqueFeminisme

Le quatrième colloque Le féminisme prend sa place à l’UdeM, organisé par des étudiantes et étudiants de l’Université de Montréal aura lieu les 16 et 18 mars. Le colloque cherche à promouvoir la création d’un espace d’apprentissages et d’échanges sur les différentes approches, théories et idéologies féministes et des lieux qui leur sont réservés au sein de l’Université de Montréal et de ses différents programmes d’étude. Il sert aussi de plate-forme de vulgarisation scientifique afin de rendre les avancées en études féministes accessibles à toutes et tous.

 
 
Les étudiants étrangers en hausse à l’Université Laval

Même si l'hiver bat son plein, le campus de l'Université Laval accueille davantage d'étudiants étrangers cette semaine, pour la session qui commence. Le nombre d'offres acceptées est 17% plus élevé qu'à la même date l'an dernier. «On vit une hausse substantielle de nos étudiants étrangers, soit ceux qui ont des permis de séjour au pays», s'est réjouie Nicole Lacasse, vice-rectrice adjointe aux études et aux activités internationales en entrevue au Soleil mardi.

 
 
Université d'Ottawa : l'embauche de professeurs unilingues dénoncée

La Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (Ud'O) dénonce l'embauche de professeurs unilingues anglophones aux postes de vice-doyens et de directeur au sein de la Faculté des sciences de la santé. «Cette situation cause un réel problème parce que les étudiants ne sont pas en mesure de communiquer dans la langue de leur choix», explique Julien de Bellefeuille, représentant des droits étudiants. La Fédération fait référence à des plaintes reçues concernant la professeure Wendy Sword, directrice et doyenne associée de l'École des sciences infirmières, et le professeur Jeffrey Jutai, directeur et doyen associé par intérim de l'École interdisciplinaire des sciences de la santé.

Lire la suite du texte du Droit.

 
 
Bishop's profiterait des résultats de l'élection présidentielle

L'Université Bishop's enregistre 50% plus de demandes d'admissions d'étudiants américains qu'à pareille date l'an passé. À l'instar d'autres universités canadiennes, l'Université Bishop's a senti davantage d'intérêt de la part des étudiants américains au lendemain de l'élection du président Donald Trump.

Lire la suite du texte de La Tribune.

 
 
Selon un rapport, les manuels scolaires sont essentiels pour lutter contre la discrimination sexuelle

Un nouveau document d’orientation du Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour Tous montre clairement que les manuels scolaires peuvent jouer un rôle essentiel en contribuant à développer la tolérance et à forger une vision positive et une acceptation par les jeunes de la diversité sexuelle. Les manuels scolaires ne sont jamais neutres, selon le nouveau document d'orientation du Rapport mondial de suivi (GEM) «Entre les lignes», qui analyse le contenu des manuels scolaires et la façon dont ils reflètent les concepts clés énoncés dans la cible 7 de l’Objectif de développement durable 4 des Nations Unies sur l’Éducation pour Tous.

Lire la suite.

 
 
Des universitaires se font avoir par des revues frauduleuses

Le nombre d’éditeurs peu scrupuleux à l’affût d’universitaires peu méfiants grimpe en flèche. L’an dernier, une étudiante au premier cycle en biologie de l’Université de la Fraser Valley a indiqué à la doyenne de la faculté des sciences de l’établissement, Lucy Lee, avoir besoin de 2 000$ pour publier un article dans une revue savante. Sa demande a tout de suite alerté Mme Lee qui avait eu une mauvaise expérience avec cette revue, International Journal of Environmental Research and Public Health, en effectuant pour elle un examen par les pairs. Les revues prédatrices et médiocres reposent sur le principe de l’édition en libre accès, où les auteurs paient pour que leurs articles paraissent en ligne. Contrairement aux revues légitimes, ces revues bombardent littéralement les universitaires de pourriels, acceptent pratiquement tous les articles soumis, mentent sur la rigueur de leur processus d’examen par les pairs et, bien souvent, ne mentionnent l’existence de frais de publication que vers la fin du processus.

Lire la suite.

 
 
Le profil éducatif des adultes révèle la présence d’importants défis

L'ICÉA propose trois indicateurs qui permettent de dresser le profil éducatif des apprenantes et des apprenants adultes. Ces indicateurs combinent des données produites annuellement par Statistique Canada et l’Institut de la statistique du Québec. Ces indicateurs révèlent la présence d’importants défis éducatifs à relever au sein de la société québécoise, notamment en ce qui concerne la disparité entre les plus hauts niveaux de scolarité atteints. Ces indicateurs soulignent par ailleurs la présence de situations d’inégalités ou de vulnérabilité susceptibles d’affecter des personnes dont les acquis s’avèreraient insuffisants pour répondre aux exigences d’une société orientée vers le savoir et la connaissance. C’est notamment le cas des adultes qui n’ont pas de diplôme d’études secondaires ou qui affichent un faible niveau de compétences en littératie. L'ICÉA constate que: • moins de 40% des adultes de 25 à 64 ans détiennent un diplôme d’études secondaires ou professionnelles; • 13% d’adultes de 25 à 64 ans n’ont pas de diplôme d’études secondaires; et • 19% des adultes de 16 à 65 ans sont susceptibles d’éprouver des difficultés à comprendre l’écrit.

Lire la suite.

 
 
Monde social
 
 
Le centre et ses impasses contre l’envie de rupture

Depuis l’élection étatsunienne de novembre dernier, comme plusieurs j’imagine, je ne cesse de ressasser certaines réflexions. Quelques jours avant Noël, mon collègue Guillaume Hébert s’est commis dans un texte critique à l’endroit des élites politiques, dénonçant leur responsabilité dans la montée des mouvements d’extrême droite. Je ne reprendrai pas dans ce billet son analyse, mais le texte de mon collègue m’a donné l’occasion de mettre un peu d’ordre dans ma tête. Pour penser la responsabilité des élites à l’égard du retour en force d’une droite autoritaire et xénophobe, posons un regard sur la position hégémonique du centre en politique. La capacité des partis centristes à monopoliser le débat et à prendre toute la place, notamment en dénigrant tout ce qui s’en éloigne comme étant un vil populisme, a rejeté dans les marges tout désir de changement en profondeur.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Manifestation des femmes de Montréal en solidarité avec la Marche des femmes à Washington le 21 janvier
ManifestationFemmes

Une Manifestation des femmes de Montréal en solidarité avec la Marche des femmes à Washington se déroulera le samedi 21 janvier à compter de 11h. Le départ se fera de l’Esplanade de la Place des Arts. Le but de cette manifestation non violente et inclusive est de défendre et soutenir les droits des femmes - les droits de toutes les femmes - avec des femmes de toutes les races, de toutes les communautés religieuses, de toutes les affiliations politiques, les personnes cisgenres ou les personnes transgenres et toutes les orientations sexuelles et avec des hommes aussi. La violence, qu’elle soit pour ou contre la droite, la gauche, le centre ou les indépendants, n'est pas la bienvenue et ne sera pas tolérée. Cet événement a été mis sur pied suite à l'élection de Trump à la Maison-Blanche et est une réponse aux attitudes, messages et actions discriminatoires, incitant à la haine, qui ont émergé de la campagne de Trump et qui continue d'être perpétués par ses partisans.

 
 
Soirée de la LDL Mieux comprendre pour lutter contre le racisme, le 24 janvier
SoireeLDL

Dans un contexte de croissance importante du discours raciste, totalement assumé, ici et à l’international, la Ligue des droits et libertés vous invite à la soirée «Mieux comprendre pour lutter contre le racisme» le 24 janvier à 19h au Centre St-Pierre. Entrée libre. Déroulement de la soirée : • Le racisme: une mise en contexte à la fois historique et actuelle (Émilie Nicolas, présidente, Québec inclusif) • Le racisme, un phénomène systémique qui marque nos rapports sociaux (Marlihan Lopez, présidente de la Fondation Paroles de femmes) • Comment le racisme s’inscrit dans la «banalité du quotidien»: racisme et santé (Estelle Carde, professeure, Département de sociologie, Université de Montréal) • Racisme systémique à l’égard des Autochtones: les effets du racisme sur les relations entre Autochtones et Allochtones (Isabelle Picard, anthropologue Wendat).

 
 
Soirée Les pétromonarchies du Golfe : des alliées contre nature? le 30 janvier

Les Soirées Relations, organisées par le Centre justice et foi, présentent une soirée sur le thème Les pétromonarchies du Golfe : des alliées contre nature? lundi 30 janvier à 19h à la Maison Bellarmin, 25 rue Jarry Ouest. Les pétromonarchies du Golfe persique sont devenues des alliées des États occidentaux en dépit de l’absence de démocratie et du manque de respect des droits de la personne qui y règnent, en plus de la promotion qu’elles font d’un certain fondamentalisme islamique. Elles sont au cœur d’enjeux géostratégiques, politiques, économiques et religieux majeurs, et ce, de plusieurs façons. D’abord par le contrôle énergétique, le recyclage des pétrodollars et le financement de l’industrie de l’armement des pays industrialisés; ensuite, parce qu’elles sont, avec Israël, le chien de garde des intérêts des pays de l’axe de l’OTAN au Proche Orient; enfin, parce qu’en s’accommodant fort bien du néolibéralisme, elles contrent toute contestation radicale de l’ordre dominant dans la région. Ces questions seront abordées lors de cette soirée. Contribution suggérée: 5$.

 
 
Engagez-vous pour le communautaire : action le 7 février à Montréal et Québec, campagne Facebook à compter du 23 janvier
EngagezVous

La prochaine action de la campagne Engagez-vous pour le communautaire aura lieu le 7 février. Celle-ci aura lieu sous la thématique «Leitão : nos vies, c’est pas un jeu!». Avec les politiques «d’austérité» du gouvernement libéral, si nous ne sommes pas riches, nous sommes tous et toutes perdant-e-s (comme au Monopoly). En coupant dans les services publics et les programmes sociaux, le ministre des Finances joue avec la vie des gens qui se retournent vers les organismes communautaires pour obtenir de l’aide.  Or, les organismes communautaires, qui croulent déjà sous le poids du sous-financement, ont un besoin grandissant de financement et veulent, eux aussi, passer à GO pour réclamer 475M$! Une campagne de visibilité Facebook d’une durée de deux semaines sera lancée le 23 janvier.  La campagne consiste à diffuser une carte de Monopoly par jour. Ces cartes contiendront divers messages. Les cartes «malchance» traiteront des conséquences des coupures sur les personnes et les organismes et les cartes «trésor communautaire» illustreront les bons coups des organismes communautaires. Pendant cette période, nous vous invitons à envoyer une carte au ministre des Finances sur laquelle vous inscrirez un message personnalisé.

Lire la suite.

 
 
La Main rouge à l’assaut du «Big Four» : Blocage le 21 février, formations en désobéissance civile les 16 et 18 janvier

Récemment, le gouvernement a lancé quelques maigres promesses d’investissements. Pense-t-il ainsi nous faire oublier qu’il a saccagé le système de santé, asphyxié le monde de l’éducation, détruit le filet social, qu’il s’est attaqué aux plus vulnérables d’entre nous? Pendant ce temps, il se fait complice du Big Four, les quatre plus grandes compagnies internationales accusées d’évasion fiscale, arrachant 740 M$ aux caisses de l’État chaque année. Devant un gouvernement qui fait la sourde oreille, une seule solution s’impose: le 21 février, à 7h30, la Coalition Main rouge s’attaque directement au centre nerveux de l’évasion fiscale. Rassemblement à la Place du Canada à Montréal. Pour se préparer à l’action de blocage, des formations en désobéissance civile seront offertes à Montréal le 16 janvier à 14h et le 18 janvier à 18h30 au Centre St-Pierre.

 
 
État de la contre-révolution Barrette en santé

L’arrivée de Gaétan Barrette au ministère de la Santé et des Services sociaux a entraîné de nombreuses transformations. Voici quelques constats utiles pour comprendre ces métamorphoses. Les compressions ont réduit la croissance annuelle moyenne des services à la population de 63%. Ces 63% de moins chaque année correspondent à priver le système socio-sanitaire de près de 900 millions de dollars par année depuis cinq ans. Pendant ce temps, entre 2011 et 2016, la rémunération des médecins a augmenté en moyenne de 7% par année. En plus de ces hausses de rémunération hors de l’ordinaire en pleine période d’austérité, les médecins ont soutiré illégalement à leurs patient·e·s 83 millions de dollars en frais accessoires. Les économies que pourrait apporter un éventuel rachat des CHU aux partenaires privés par le gouvernement se situent entre 123 et 856 millions de dollars. Le projet de loi 10 a semé le chaos dans l’organisation du système socio-sanitaire. Ainsi, le ministre Barrette a démantelé une bonne part des acquis de la Révolution tranquille dans le système de santé québécois.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Trois mythes sur le salaire minimum

L’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) s’attaque à trois mythes sur le salaire minimum: salaire minimum et PME, salaire minimum et inflation et salaire minimum et pertes d’emplois.

 
 
Mémoire collectif du milieu communautaire sur la politique de développement social de la ville de Montréal
MemoireCollectif

Dans le cadre de la consultation de la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise sur le développement social, le Regroupement intersectoriel des organismes communautaires de Montréal (RIOCM) a collaboré avec plusieurs organismes pour écrire un mémoire. Voici, en résumé, les principales recommandations.

 
 
Nouvelle pétition d’Amnistie internationale pour la libération de Raif Badawi
RaifBadawi

Le 9 janvier dernier, Raif Badawi recevait les 50 premiers coups de fouet sur 1000. Il a épuisé presque tous ses recours juridiques en Arabie saoudite. Cela fait désormais plus de quatre ans qu'il est détenu, loin de sa famille qui l'attend à Sherbrooke. Nous avons agi ces derniers mois auprès du nouveau gouvernement canadien et nous reconnaissons le travail effectué par les ministres Dion et Bibeau. Mais nous croyons maintenant important que le premier ministre Justin Trudeau se commette publiquement. Amnistie internationale a à nouveau besoin de votre appui en signant la nouvelle pétition pour demander au premier ministre Trudeau d'intercéder en faveur de la libération de Raif Badawi et de sa réunification avec sa famille, acceptée au Canada comme réfugiés.

 
 
Conférence Réalités LGBTTIQA2S : nos luttes, nos victoires, nos défis ! du 15 au 17 août
ConferenceRealite

La conférence intitulée Réalités LGBTTIQA2S : nos luttes, nos victoires, nos défis! sera l’occasion de dresser un bilan de la situation actuelle au Canada en matière des droits des personnes LGBTTIQA2S. Son objectif est de réunir les acteurs communautaires et culturels, les chercheur.e.s universitaires, les regroupements de travailleuses et travailleurs et les représentant.e.s gouvernementaux afin de créer une opportunité de discussion inégalée. Les réalités des femmes, des communautés ethnoculturelles et des communautés autochtones, des personnes transgenres et des personnes non-binaires seront, entre autres, mises de l’avant dans le but de refléter les diversités du drapeau arc-en-ciel: d’origine culturelle, d’identité de genre et d’orientation sexuelle. Pendant trois jours, du 15 au 17 août 2017, la salle de réception La Plaza accueillera la conférence qui portera sur les thèmes suivants: • la diversité et l’inclusion en milieu du travail • la jeunesse et les aînés • la diversité familiale • le mouvement des Fiertés canadiennes • les enjeux mondiaux.

 
 
Déclaration sur l'itinérance des femmes

Pour faire suite à l’événement L’itinérance des femmes : construire une voix pour contrer l’invisibilité, la Table des groupes de femmes de Montréal et ses partenaires ont élaboré une déclaration sur l’itinérance des femmes. Un processus de consultation a été effectué auprès de plusieurs groupes afin de la bonifier.

 
 
Un refuge extérieur pour sans-abri toléré par la Ville

Cinq sans-abri se réveillent tous les matins à quelques pas de l’hôtel de ville avec une des plus belles vues de Montréal. Par le passé, la police les aurait expulsés, mais la Ville tente une nouvelle approche. Pour la première fois, Montréal tolère un refuge extérieur pour des gens comme Nelson Bonin, dans la rue depuis trois ans. L’itinérant de 38 ans s’est pratiquement bâti une petite chambre au-dessus d’une des entrées du métro Champ-de-Mars, fermée pour des travaux depuis avril. La Ville leur a même fourni une toilette chimique, qui est régulièrement nettoyée par les cols bleus.

Lire la suite du texte du Journal de Montréal.

Une vidéo pour contrer l’itinérance devient virale.
Sans-abri abattu par la police : «On avait espoir qu'il se tirerait d'affaire».

 
 
Les écologistes font du Québec un leader en environnement : campagne de reconnaissance et de financement
LesEcologistes

Le Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE) appelle la population à signer une pétition demandant au premier ministre de soutenir les groupes écologistes. Acteurs incontournables d’un Québec qui vise à être un leader en environnement, les groupes communautaires en environnement sont plus vulnérables que jamais. À bout de souffle dû à l’absence de financement à la mission, ces groupes peinent à accomplir leur mandat. Alors que le budget du ministère du Développement durable de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) ne représente que 0,2% du budget de la province, les groupes communautaires en environnement sonnent l’alarme. Les groupes environnementaux revendiquent un financement adéquat permettant la pérennisation de leur mission, entre autres, par le rétablissement et la bonification du soutien à la mission des groupes nationaux, insuffisant depuis des années et désormais non reconduit, ainsi qu’un financement à la mission pour les organismes locaux et régionaux.

Lire la suite.

 
 
Infrastructure verte : remise à l’avant plan du monorail à grande vitesse

Le nouveau projet de Banque de l’infrastructure du gouvernement fédéral, qui s’inspirerait en partie du modèle d’affaire de CDPQ Infra et de son projet de Réseau électrique métropolitain (REM), ouvre aujourd’hui la porte à des propositions plus audacieuses dans le domaine des infrastructures vertes. Dans cette note d'intervention, l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) présente le potentiel d’un projet québécois de transport durable qui végète depuis quelques années dans la filière des projets orphelins : un réseau de monorails à grande vitesse.

 
 
Lien confirmé entre fracturation hydraulique et contamination de l’eau potable : le gouvernement Couillard doit interdire cette technique dangereuse

Le Front commun pour la transition énergétique revient à la charge et demande que le gouvernement du Québec adopte d’urgence un décret interdisant la fracturation sur l’ensemble du territoire du Québec. Cette demande s’appuie sur le rapport final de l’Agence de protection environnementale des États-Unis (Environmental Protection Agency, EPA) sur l’impact potentiel de la fracturation hydraulique sur les ressources en eau potable, rendu public le 13 décembre dernier. Elle survient trois jours après que le gouvernement Couillard ait imposé l’adoption sous bâillon de la Loi sur les hydrocarbures permettant la fracturation au Québec. Le rapport de l’EPA confirme l’existence d’un lien direct entre cette dangereuse technique et la contamination de l’eau potable.

Lire la suite.

 
 
Rapport mensuel de décembre 2016 : l'Indice Québec 30 en hausse de 1,99%

Au cours du mois de décembre 2016, l'Indice Québec 30 (IQ-30) a connu une hausse de 1,99% pour clôturer à 2 428,78. Durant ce mois, 19 titres ont vu leur valeur augmenter tandis que les 11 autres titres ont plutôt connu des baisses. Durant le dernier mois, le titre de l’entreprise Banque Nationale du Canada est celui qui s’est le plus démarqué. Il a affiché la meilleure performance mensuelle avec une forte hausse de 8,37% au cours de cette période. À l'inverse, le titre de la compagnie Industrielle Alliance, Assurances et services financiers Inc. demeure celui qui a le moins bien performé en affichant une diminution de l’ordre de -6,25% lors de cette même période, révèle le rapport mensuel de l’IREC.