Infolettre du SCCUQ – 11 février 2016 ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
Header
 
À l'agenda

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

Activités reliées au SCCUQ :

15 février : Venez envoyer un message clair au nouveau ministre de l’Éducation
18 février : Panel sur les coopératives de santé
Du 18 février au 16 avril : Exposition Richard Ibghy & Marilou Lemmens - La vie mise au travail
23 février : Séances d’information sur les EQE et le perfectionnement de courte et de longue durées
Jusqu’au 6 mars : Expo 50 artistes/50 estampes et plus… dans les traces de Dumouchel
Du 8 au 13 mars : Procédure annuelle de demande des EQE

Autres activités :

17 et 18 février : Colloque sur la santé et la sécurité au travail
18 et 19 février : Colloque sur les dérives sécuritaires et le profilage
Du 21 au 27 février : Semaine d’actions pour un meilleur partage de la richesse
25 février : Discussion sur l’éducation des adultes dans un contexte de société du savoir
3 et 4 mars : Sommet des femmes
8 mars : Journée internationale de la femme
Jusqu’au 31 mars : Campagne de la Coalition solidarité santé : Le remède aux coupures, ça existe

 
 
Entre vous et moi

Des commentaires sur mon message de la semaine dernière m’amènent à préciser que mon coup de gueule devait être pris au figuré et ne constituait pas un appel à la violence. Mais il n’en demeure pas moins que la pratique de plus en plus récurrente au cours des dernières années de la direction de l’Université de s’insurger dans les affaires syndicales et étudiantes est inacceptable et indigne d’une institution telle que l’UQAM. Et pour ajouter l’insulte à l’injure, la direction nous a répondu que l’agente de sécurité devait vérifier notre permis d’alcool pour le 5 à 7 syndical après l’assemblée générale, question qu’elle n’a jamais posée lorsqu’elle s’est présentée dans les locaux du Syndicat.

On se revoit le 15 février à l’agora du pavillon Judith-Jasmin de midi à 14h pour un autre message à envoyer, celui-là au ministre de l’Éducation. Les compressions, c’est assez!

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
Appel au boycott des ateliers facultaires sur les mesures différenciées d’évaluation

Le 8 février 2016, le corps enseignant de l’UQAM recevait de la Direction un courriel relatif aux mesures d’accommodement en évaluation des apprentissages pour les étudiantes et les étudiants en situation de handicap. Le même jour, le Centre de formation en soutien à l’académique nous informait des dates de la tenue des ateliers facultaires portant sur les mesures différenciées d’évaluation pour les étudiantes et les étudiants en situation de handicap.

Ce faisant, l’administration de l’UQAM fait entièrement reposer les accommodements nécessaires aux étudiantes et étudiants en situation de handicap sur le personnel enseignant et se propose même de nous donner un atelier sur les mesures différenciées d’évaluation pour nous aider à mieux remplacer les auxiliaires d’enseignement du SÉtuE.

Non seulement la direction de l’UQAM nous propose d’accorder du temps supplémentaire pour la surveillance des examens des étudiantes et étudiants en situation de handicap, mais qui plus est, certaines des solutions proposées exigent de nous un supplément de travail sous la forme d’examen maison ou d’évaluation orale en complément de l’examen écrit. Et ceci encore une fois sans rémunération ou compensation de quelque manière que ce soit ! Enfin, l’Université nous propose alternativement de réduire le temps de l’examen de l’étudiante ou de l’étudiant et ce au détriment de l’objectif pédagogique des outils d’évaluation.

Pour toutes ces raisons et parce que clairement, nous le SCCUQ et le SPUQ, refusons de faire porter l’entièreté du poids des accommodements en évaluation des apprentissages pour les étudiantes et les étudiants en situation de handicap sur les épaules des enseignantes et enseignants, nous encourageons nos membres à boycotter les ateliers facultaires qui ont débuté le 11 février 2016.

Le Comité exécutif du SCUUQ
Le Comité exécutif du SPUQ

 
 
Le 15 février, venez envoyer un message clair au nouveau ministre de l’Éducation
15fevrier

Les syndicats de chargées et chargés de cours (SCCUQ) et des professeurs, professeures (SPUQ) de l’UQAM invitent leurs membres et toute la communauté à venir signer des slogans ou écrire un message qui seront remis le lendemain au nouveau ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Pierre Moreau. L’activité aura lieu le lundi 15 février, à l’agora du pavillon Judith-Jasmin, entre 12h et 14h, où un lunch sera servi. De telles actions pour manifester contre les compressions se tiendront dans toutes les universités québécoises à la suggestion de la Table des partenaires (regroupement des syndicats et associations étudiantes universitaires). À la veille du budget, il  est important que la communauté uqamienne envoie un message clair au ministre. Votre présence est essentielle.

 
 
Séances d’information : EQE et perfectionnement de courte et de longue durées

Le SCCUQ offrira le mardi 23 février deux séances d’information aux personnes chargées de cours, au local A-1865, selon l’horaire suivant:

13h30 : Information sur les programmes de perfectionnement par Marielle Lacombe, membre du CAART
15h : Information sur les demandes d’exigences de qualification pour l’enseignement (EQE) par Robert Drouin, membre du CAART.

Si vous désirez participer à l’une ou l’autre de ces rencontres, veuillez vous inscrire par téléphone en laissant un message au 514 987-3000 poste 3720, et ce, d’ici le 19 février. Votre message devra contenir votre nom, prénom, département et la ou les séances qui vous intéressent. Nous profitons de l’occasion pour vous rappeler que la procédure annuelle pour demander des EQE sur Accent est du 8 au 13 mars. Au plaisir de vous rencontrer.

 
 
Grève du SÉtuE : faites rapport de vos heures supplémentaires au SCCUQ

La grève du Syndicat des étudiantes et étudiants employé-e-s de l’UQAM (SÉtuE) continue de perturber les activités d’enseignement et d’évaluation et d’alourdir la tâche des personnes chargées de cours, notamment pour ce qui est de la tenue et de l’animation des laboratoires et des ateliers, ainsi que pour la surveillance et la correction des travaux et des examens. Et les consignes de la direction de l’UQAM sur les mesures d'évaluation différenciées pour les étudiantes et étudiants en situation de handicap suggèrent pour certaines d’entre elles des heures additionnelles de surveillance ou de correction.

De plus, certaines personnes chargées de cours habituellement éligibles à l’octroi d’une aide pour les surveillances et corrections d’examens et de travaux se trouveront certainement obligées d’effectuer des tâches qui dans un contexte habituel de travail auraient été assumées par leur auxiliaire d’enseignement.

Aussi, nous vous demandons de nous rapporter à l’attention de Gaëlle Breton-Le Goff (breton-le_goff.gaelle@uqam.ca) toute heure supplémentaire de travail que vous occasionnent:

  • la tenue des laboratoires et des ateliers;
  • les mesures compensatoires dues à l’annulation des laboratoires et des ateliers;
  • l’adoption et la mise en place des mesures d’évaluation différenciées pour les étudiantes et étudiants en situation de handicap;
  • la surveillance des examens qui normalement relève d’un auxiliaire d’enseignement;
  • la correction des travaux et/ou des examens qui est normalement assumée par les auxiliaires d’enseignement.

Enfin, les conditions dans lesquelles se déroulent les laboratoires peuvent représenter une menace à la santé et à la sécurité au travail pour les personnes chargées de cours ou pour les étudiantes et étudiants. Si tel est le cas, nous vous demandons de prendre contact avec le Syndicat.

 
 
Babillard des membres
 
 
Véronique Leblanc organise l’exposition Richard Ibghy & Marilou Lemmens. La vie mise au travail
VeroniqueLeblanc

L’exposition Richard Ibghy & Marilou Lemmens. La vie mise au travail organisée par la commissaire Véronique Leblanc, chargée de cours au Département d’histoire de l’art, est présentée à la Galerie Leonard & Bina Ellen, du Pavillon J.W. McConnell de l’Université Concordia, 1400, boul. de Maisonneuve Ouest, rez-de-chaussée, LB-165, du 18 février au 16 avril. Le vernissage aura lieu le mercredi 17 février, de 17 h 30 à 19 h 30. La pratique artistique de Richard Ibghy & Marilou Lemmens questionne les manières dont les sciences économiques et les théories du management représentent le monde. Elle aborde l’influence de la logique productiviste sur toutes les sphères de l’activité humaine.

Lire la suite
 
 
Les pyramides de Montréal commentées par Marie-Dina Salvione

Construites il y a 40 ans pour accueillir les athlètes pendant les Jeux olympiques, les quatre tours du Village olympique hébergent encore aujourd'hui des milliers de personnes. Un peu en retrait de la rue Sherbrooke, elles en imposent par leur architecture. Incursion dans un monde presque à part. Quatre décennies plus tard, l'ouvrage reste important dans le paysage architectural montréalais. «C'était un défi colossal de réussir un projet à une telle échelle», dit la chargée de cours à l’École de design Marie-Dina Salvione, qui note que l'ensemble est intéressant d'un point de vue public, mais aussi à l'échelle intime.

Lire la suite du texte de La Presse.

 
 
Marie-Emmanuelle Laquerre publie sur le soutien à domicile en contexte pluriethnique
MELaquerre

Les personnes âgées de 65 ans et plus qui sont nées à l'étranger représentent actuellement plus de 35% des aînés à Montréal. Au même titre que les aînés nés au Québec, ils souhaitent demeurer le plus longtemps possible à la maison et sont de plus en plus nombreux à recevoir des services publics de soutien à domicile (SAD). Or, selon la chargée de cours en travail social et professeure du Département de communication sociale et publique Marie-Emmanuelle Laquerre, auteure de l'ouvrage Travailler en soutien à domicile dans un contexte pluriethnique: quand faire, c'est être, les connaissances dans le domaine des services de SAD destinés à des immigrants sont pauvres et les pratiques actuelles peu connues.

Lire la suite.

 
 
Suzan Vachon contribue au spécial Vidéopoésie de la revue Exit
SuzanVachon

REPRENDRE VOIX ou le discours amoureux des images et des mots de Suzan Vachon, chargée de cours à l’École des arts visuels et médiatiques, poursuit le dialogue entamé en mai dernier à la Cinémathèque québécoise lors de l’événement La vidéopoésie au Québec: enjeux et expériences. À lire dans le spécial Vidéopoésie du numéro 81 de la revue Exit.

 
 
Adaptation en zones côtières : la revue électronique [VertigO] publie un numéro dirigé par Sebastian Weissenberger

[VertigO], la revue électronique en sciences de l'environnement, vient de faire paraître un numéro hors-série intitulé Les enjeux environnementaux au cœur du développement territorial: Adaptation aux changements climatiques et à l’augmentation du niveau de la mer en zones côtières, dirigé par Sebastian Weissenberger, chargé de cours et professeur associé à l'Institut des sciences de l'environnement, et Omer Chouinard, professeur à l'Université de Moncton. Ce numéro spécial explore la manière dont les communautés côtières dans le monde s'adaptent aux problèmes causés par les changements climatiques et l'augmentation du niveau de la mer.

Lire la suite.

 
 
Marc H. Choko publie un livre sur le Canadien Pacifique
MHChoko

Le chargé de cours à l'École de design Marc H. Choko vient de publier le livre Canadian Pacific : Creating a brand, building a nation aux éditions Callisto Publishers GmbH.

 
 
Panel : les coopératives de santé, fournir des services autrement au profit des patients
Panel

Jean-Pierre Girard, chargé de cours à l’ESG et expert-conseil international en entreprises collectives, participe à un panel sur Les coopératives de santé, fournir des services autrement au profit des patients le 18 février de 12h30 à 13h45 au D-R200 du pavillon Athanase-David de l’UQAM. L’entrée est gratuite, mais les personnes intéressées d’avoir s’inscrire auprès de fmorin@cdr.coop, les places étant limitées. Les autres panellistes sont J.-Benoît Caron de la Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec, Damien Contandriopoulos de l’Institut de recherche en santé publique de l’UdeM et le Dr Yves-Laurent Godbout de la Coopérative de solidarité santé de Pointe-du-Lac.

 
 
Nicole Milette coordonne l’expo 50 artistes/50 estampes et plus… dans les traces de Dumouchel
NicoleMilette

L’exposition 50 artistes/50 estampes et plus… dans les traces de Dumouchel occupera les murs de la Maison de la culture Eulalie-Durocher, 1028, chemin du Rivage, Saint-Antoine-sur-Richelieu, les samedis et dimanches, de 13h à 17h, du 31 janvier (vernissage à 14h) au 6 mars. C’est une initiative de quatre artistes membres de l'Atelier Circulaire, soit la chargée de cours Nicole Milette, assistée d’Alejandra Bertorini, Carlos Calado et Michel Lancelot. Un catalogue en couleur contenant les 67 œuvres en pleine page sera disponible. À la veille du 100e anniversaire de naissance d'Albert Dumouchel, cette exposition à laquelle participent 67 artistes démontre combien l’estampe est un art polyvalent, dynamique et actuel.

 
 
Monde syndical
 
 
UQAM : les grévistes du SÉtuE font sentir leur présence
SETUE

Les étudiants en grève du Syndicat des étudiants employés de l'UQAM (SÉtuE) ont fait sentir leur présence mardi dans le hall principal d'un pavillon de l'établissement d'enseignement. Des centaines de tracts jonchaient le sol du pavillon Judith-Jasmin, alors que des membres du SÉtuE brandissaient des banderoles, rapporte La Presse. Les quelque 3000 étudiants employés sont en grève depuis le mois de novembre dernier. Leur convention collective est échue depuis le 31 décembre 2013. La demande d'arbitrage présentée par l'UQAM a été rejetée mardi par le ministère du Travail.

Le SÉtuE souhaite reprendre les négociations.

 
 
Éducation : à quand un réel investissement ?

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) interpelle le nouveau ministre de l'Éducation, Pierre Moreau, pour qu'il réinvestisse de façon responsable dans les établissements primaires et secondaires. Le gouvernement est allé beaucoup trop loin dans son obsession d'atteinte de l'équilibre budgétaire. «Est-il normal de voir des enfants vendre des tablettes de chocolat pour pouvoir acheter des chaises et des pupitres en classe? Est-il normal que les parents paient de plus en plus cher pour les services de garde en milieu scolaire, alors que les services devraient être gratuits? De plus, il est scandaleux de voir les budgets de réfection des bâtiments diminuer de 137 à 97 millions de dollars alors que de nombreuses écoles au Québec sont dans un état lamentable», déclare la vice-présidente de la CSN, Véronique De Sève.

Lire la suite.

 
 
Non à une privatisation de l'immigration et à l'abandon de la francisation

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) fait part de ses nombreuses réserves et vives inquiétudes face au projet de loi 77 qui vise à remplacer l'actuelle Loi sur l'immigration au Québec, et s'insurge contre la privatisation de l'immigration et l'abandon e la francisation. Le projet de loi 77 semble vouloir laisser bien peu de place à la francisation des nouveaux arrivants. L'article 58 mentionne l'obligation pour le ministre d'élaborer des programmes d'accueil et de francisation, alors que la loi actuelle dit que le ministre doit dispenser et assumer les services d'intégration linguistique. Il y a un net recul à ce chapitre et c'est inexplicable quand on sait qu'actuellement 20% des immigrants ne parlent pas un mot de français.

Lire la suite.

FTQ : L’immigration et la langue française: assez, les vœux pieux!
CSQ : Sacrifier la pérennité du français pour satisfaire les besoins ponctuels des entreprises.

 
 
Divulgation d'actes répréhensibles : le projet de loi 87 rate la cible

La CSN estime que le projet de loi 87 visant à faciliter la dénonciation d'actes répréhensibles dans les organismes publics ne va pas assez loin. En commission parlementaire, le secrétaire général de la CSN, Jean Lortie, a exprimé son inquiétude et sa perplexité face au contenu de ce projet de loi qui devait répondre à une recommandation de la Commission Charbonneau. «Nous déplorons le fait qu'aucune protection n'existe pour un ou une salarié-e qui voudrait mettre en cause le bien-fondé d'une politique ou d'un programme gouvernemental. Pourquoi une telle exclusion?» s'est-il exclamé.

Lire la suite.

Une bonne initiative à renforcer selon la CSQ.

 
 
La CSN appuie la motion de l'Assemblée nationale pour protéger nos sièges sociaux

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) salue la motion déposée par le Parti Québécois, appuyée par QS et la CAQ, pour exiger que le gouvernement du Québec protège et facilite le développement de nos sièges sociaux. Contrairement aux propos désolants tenus par un pilier du gouvernement Couillard dans le dossier de la vente de RONA à Lowe's, la perte d'une entreprise québécoise n'est jamais «une bonne nouvelle». «Cela exige un minimum de volonté politique et de leadership pour protéger nos sièges sociaux, qualités qui semblent faire défaut chez les libéraux provinciaux», déplore Jacques Létourneau, président de la CSN.

Lire la suite.

«C’est pour ça que la FTQ demande une politique industrielle»

 
 
Doctorat honoris causa à Léopold Beaulieu : la CSN salue un grand militant des causes sociales
Doctorat

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) tient à féliciter Léopold Beaulieu pour le doctorat honorifique qu'il a reçu le 4 février des mains du recteur de l'UQAM, Monsieur Robert Proulx, en reconnaissance «de son engagement indéfectible à l'endroit de l'économie sociale et du développement durable et de l'influence profonde qu'il a exercée en la matière au Québec». «Le président-directeur général de Fondaction, Léopold Beaulieu, s'est toujours distingué par son militantisme, son travail acharné et son implication sociale à tous les niveaux où il a œuvré», a déclaré le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Lire la suite.

 
 
Centres jeunesse du Québec : il faut agir pour les jeunes vulnérables

Les révélations des derniers jours concernant le Centre jeunesse de Laval démontrent qu'il est urgent d'investir, mais la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) estime qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé et que le problème est beaucoup plus large. Les compressions budgétaires de plus de 50 millions de dollars au cours des quatre dernières années et l'application du projet de loi 10, qui modifie l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux, sont en grande partie responsables des difficultés que traversent les centres jeunesse du Québec. Toute cette conjoncture rend le travail des intervenantes et des intervenants de plus en plus difficile.

Lire la suite.

 
 
La FTQ et le SCFP lancent une publicité radio : Négocier d’égal à égal, c’est fondamental
FTQSCFP

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont lancé mardi une campagne publicitaire dans le but de sensibiliser la population à l’injustice que s’apprête à commettre le gouvernement Couillard dans le milieu municipal. En effet, en septembre 2015, lors de la signature de l’Accord de partenariat avec les municipalités pour la période 2016-2019 – accord aussi appelé «pacte fiscal» –, ce gouvernement a annoncé son intention de déposer un projet de loi au cours de la session parlementaire dans le but de donner aux municipalités le droit de décréter les conditions de travail de leurs employés et employées.

Lire la suite.

La FEESP-CSN estime que les dés sont pipés d'avance.

 
 
La Commission scolaire de Laval veut se servir des élèves

Dans le cadre de la poursuite de la négociation de leur contrat de travail, les enseignantes et enseignants membres des syndicats affiliés à la FAE poursuivent leurs actions de mobilisation, dont la remise manuscrite des notes des élèves. La FAE dénonce la Commission scolaire de Laval qui tente de faire croire aux élèves ainsi qu’à leurs parents que ce moyen de pression pourrait leur nuire, alors qu’il n’en est rien. «L’opération menée par certaines commissions scolaires, dont la Commission scolaire de Laval, ne vise pas à protéger les élèves de 4e ou 5e secondaire, mais plutôt à empêcher les profs d’exercer un moyen de pression», déclare Sylvain Mallette, président de la FAE.

Lire la suite.

 
 
La demande d’augmentation de financement pour accueillir davantage d’élèves HDAA dans le privé est odieuse

La Fédération des établissements d'enseignement privés (FEEP) s'illusionne si elle pense renflouer les budgets de ses écoles en obtenant le financement pour accueillir un plus grand nombre d'élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA), soutient le président de la Fédération du personnel de l'enseignement privé (FPEP-CSQ), Stéphane Lapointe. Dans le contexte où ces services apparaissent déjà comme sous-financés dans le secteur public, il devient odieux de la part des directions des écoles privées de vouloir s'approprier une plus grande part du financement pour les élèves à besoins particuliers.

Lire la suite.

 
 
Produits forestiers Résolu : les salariés sont les premières victimes du bras de fer

Engagée dans un bras de fer qui dure depuis plus d'un an avec Produits forestiers Résolu (PFR), la Forest Stewardship Council (FSC) annonce maintenant son intention d'abandonner tout effort de médiation entrepris en vue d'un règlement au litige qui a mené à la levée des certifications de Résolu. Prenant acte de cette annonce, la Fédération de l'industrie manufacturière-CSN (FIM) se désole qu'une fois encore ce sont les travailleuses et les travailleurs qui feront les frais de l'obstination de Résolu.

Lire la suite.

Fermeture sauvage du IGA de Sainte-Anne-des-Monts.
L'entente de principe à la résidence Le Renoir est adoptée.
Entente de principe entre Expertech et le syndicat Unifor.
Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels en négo.

 
 
Pour se rappeler des grands événements de l’histoire syndicale et sociale

L’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA) produit un calendrier des événements historiques du mois dans le monde syndical et social au Canada. En février : • Décès de 39 mineurs dans un incendie à Timmins, Ontario (1928) • 11 syndiqués blessés par balle et trois tués pendant la grève contre Reesor Siding à Kapuskasing, Ontario (1963) • Début de la grève étudiante au Québec (2012) • Grève sauvage de quatre mois déclenchée par des travailleurs québécois de l’amiante (1949) • Mort de 84 membres d’équipage dans le naufrage de la plate-forme de forage Ocean Ranger (1982) • Reconnaissance par le gouvernement fédéral des droits de négociation des travailleurs canadiens (1944) • Débrayage de 500 couturières pour dénoncer les conditions d’atelier de misère dans l’industrie de la confection à Toronto (1931).

 
 
Nouvelles inquiétudes concernant la commercialisation de l’éducation au Ghana

Les syndicats de l’éducation prient instamment le gouvernement ghanéen de modifier la loi relative à l’éducation afin d’écarter tout risque de commercialisation, à la suite de sa décision de réviser la réglementation actuelle des écoles privées. Le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies (UNCRC) et les syndicats de l’éducation tirent la sonnette d’alarme face à la montée de la privatisation et de la commercialisation de l’éducation au Ghana.

Lire la suite.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
Les grands patrons des universités québécoises échappent à l'austérité

Depuis 10 ans, le nombre de hauts dirigeants a presque doublé dans les universités québécoises, a appris Le Journal de Québec. En 2004, le réseau universitaire québécois comptait 87 hauts dirigeants. En 2015, ce chiffre a grimpé à 149, selon une compilation réalisée par la Fédération québécoise des professeurs d’université. Selon Yves Gingras, professeur à l’UQÀM qui s’intéresse à la gouvernance universitaire, cette augmentation peut s’expliquer par le fait que les universités sont de plus en plus gérées comme des entreprises, de façon centralisée. «Ce n’est pas étonnant», lance-t-il.

Lire la suite.

Concordia : une indemnité de 235 000 $ pour trois mois de travail.
Des partis d'opposition demandent à Québec d'agir.

 
 
Étudiants étrangers : une ressource à ne pas négliger

Le gouvernement du Québec imposerait de nouvelles coupes budgétaires aux universités et, en guise de compensation partielle, les autoriserait à augmenter les frais d'inscription chargés aux étudiants étrangers. Le recteur de l'Université Laval a exprimé son désaccord. Selon lui, les étudiants internationaux qui fréquentent son université ont des moyens financiers limités, et toute augmentation des frais d'inscription risque de détourner un bon nombre d'entre eux vers d'autres universités en dehors du Québec.

Lire la suite du texte du Soleil.

Droits de scolarité : rabais de 50% pour les étudiants belges.

 
 
Accommodements dans les universités : un guide pour répondre aux besoins particuliers

Devant l’explosion du nombre d’étudiants ayant un handicap ou un trouble d’apprentissage, le réseau universitaire québécois se dote d’un premier guide visant à aider les professeurs et les chargés de cours à établir clairement la différence entre un accommodement «raisonnable» et une concession excessive.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Des étudiants demandent 3 milliards pour la gratuité scolaire

La plus grande organisation d’étudiants au Canada enjoint au gouvernement fédéral de financer l’éducation de niveau collégial et universitaire de la même façon que la santé et de l’enchâsser dans la législation. La Fédération canadienne des étudiants demande un projet de loi sur l’éducation postsecondaire qui mènerait le fédéral à être plus actif dans un domaine de juridiction provinciale. Le groupe étudiant affirme que le gouvernement fédéral devrait réaffecter l’argent de programmes tels que les régimes enregistrés d’épargne-études et plutôt créer un transfert annuel de 3,3 milliards aux provinces pour rendre l’éducation postsecondaire gratuite.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Université Laval : campagne contre la violence à caractère sexuel

L'Université Laval emboîte le pas pour lutter contre la violence à caractère sexuel en lançant sa campagne «Sans oui, c'est non!». Visant la communauté universitaire, elle s'adresse aux jeunes, mais également aux employés, qui ont effectué deux fois plus de demandes d'intervention que les étudiants l'an dernier.

Lire la suite du texte du Soleil.

Un mémo aux professeurs prédateurs.

 
 
Mémoire du CDÉACF : L’éducation, l’information et l’action : incontournables pour l’égalité
Memoire

Le Centre de documentation sur l'éducation des adultes et la condition féminine (CDÉACF) a déposé un mémoire L’éducation, l’information et l’action : incontournables pour l’égalité dans le cadre de la consultation Ensemble pour l'égalité entre les femmes et les hommes. Le Centre s'est concentré sur ses champs d’action, soit l’éducation et le développement des compétences, la documentation et l’accès à l’information ainsi que les enjeux liés aux femmes et aux TIC. Consulter tous les mémoires déposés au CDÉACF dans le cadre de la consultation.

 
 
La quatrième révolution industrielle sous la loupe des chercheurs

Des millions d’emplois disparaîtront dans le monde d’ici 20 ans, tandis que d’autres – encore inconnus – seront créés. Comment faire pour que ces nouveaux emplois soient de qualité? La plupart des métiers les plus prisés aujourd’hui n'existaient pas il y a 10 ans. Plus encore, les emplois qu’occuperont les élèves des écoles primaires n’ont pas encore été inventés, du moins pour les deux tiers d’entre eux!

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
La privatisation en point de mire dans le nouveau numéro de Mondes de l’éducation
Privatisation

La 45e édition de Mondes de l’éducation se penche en détail sur le fléau de la privatisation et de la commercialisation et révèle ce qui doit être fait pour préserver le droit à une éducation publique gratuite de qualité.

Lire la suite.

 
 
Le Parlement européen prend position en faveur de l’exclusion de l’éducation de l’ACS

Le Parlement européen a demandé que les services publics, dont l’éducation, soient exclus de l’accord sur le commerce des services dans ses recommandations à la Commission européenne.

Lire la suite.

 
 
Kenya : l’ONU exprime des inquiétudes quant à la qualité de l’éducation et aux inégalités croissantes

La piètre qualité de l’éducation, combinée à l’augmentation du nombre des établissements scolaires privés et informels, fait partie des sujets évoqués dans le dernier rapport publié par le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies. L’augmentation incontrôlée du nombre de prestataires de services éducatifs privés est un sujet de préoccupation croissante dans la mesure où elle impacte directement la qualité de l’éducation, selon Olga Khazova, membre du Comité et Rapporteur pour le Kenya. Ses questions sont reprises dans les Observations finales du Comité.

Lire la suite.

 
 
Monde social
 
 
Des Québécois de toutes les régions demandent l’annulation des compressions en CPE et le réinvestissement en petite enfance
CPE

Partout au Québec, des parents, des éducatrices et des citoyens se sont unis dimanche pour faire entendre un message clair au gouvernement: il faut annuler les compressions et réinvestir dans nos services de garde éducatifs de qualité. Des rassemblements ont eu lieu simultanément à Montréal, Rouyn-Noranda, Gatineau, Sherbrooke, Drummondville, Rivière-Rouge, Saint-Félicien, la Côte-Nord (Les Escoumins, Sacré-Cœur, Baie-Comeau, Forestville, Port-Cartier, Sept-Îles, Havre Saint-Pierre), Rimouski, Gaspé, Maria, Matane.

Lire la suite.

Rimouski : Le gouvernement de Philippe Couillard devra reculer !
Rassemblement pour la sauvegarde des CPE à Rouyn-Noranda.
Des valentins pour le ministre Sébastien Proulx.

 
 
Non au projet de loi 70 : Journée d’actions réussie
Rassemblement

Des citoyens et citoyennes de huit régions du Québec ont fait entendre aujourd’hui leur vive opposition au projet de loi 70 qui modifie l’aide sociale. Ce projet de loi largement dénoncé tant par les groupes sociaux et les syndicats que par la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, constitue une menace grave à l’aide de dernier recours et s’attaque aux personnes les plus vulnérables de notre société. Les personnes rassemblées aujourd’hui se sont jointes au mouvement de plus de 250 organismes qui dénoncent le projet de loi 70 déposé par le ministre Sam Hamad en novembre dernier et actuellement en consultation publique.

Lire la suite.

Communiqué de la Coalition objectif dignité.
Mémoire de l’ICÉA : réunir les conditions d’un accompagnement réussi en formation des adultes.
Le ministre Blais ouvre la porte à un nouvel assouplissement.

 
 
Pluie de critiques contre la réforme de l’aide sociale

Le projet de loi 70, qui vise à forcer les nouveaux demandeurs d’aide sociale à suivre un programme d’intégration au travail, a été critiqué sévèrement, mardi en commission parlementaire. Le ministre François Blais a eu beau ouvrir la porte à des assouplissements, le projet de réforme a été la cible d’une pluie de critiques, notamment par la protectrice du citoyen et par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Lire la suite du texte du Devoir.

Mémoire de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles : Le projet de loi 70 causera davantage de problèmes qu’il n’en résoudra.

 
 
François Blais et le « workfare » : le savant et le politique

L’ex-ministre de l’Éducation François Blais, renvoyé à ses premières amours de l’Emploi par le premier ministre, était, lorsqu’à l’université, un contempteur des mesures de type «workfare». Celles-ci se trouvent pourtant au cœur du projet de loi 70 dont il est désormais responsable. À l’époque, il avait de bons arguments… Notamment qu’elles étaient incompatibles avec son utopie politique, le revenu minimum garanti.

Lire la suite du texte du Devoir.

 
 
Les attaques gouvernementales au milieu communautaire
attaques

Le milieu de l’action communautaire autonome fait face, depuis plusieurs années, à une multitude d’attaques réduisant de plus en plus son champ d’action politique et son autonomie en plus d’être maintenu dans des conditions de sous-financement inacceptables. Ainsi, l’État tente de limiter au maximum leur rôle de transformation sociale, de dénonciateur des problèmes sociaux, de leur travail d’éducation populaire auprès des populations visées par les politiques d’appauvrissement et aussi de leur important travail de mobilisation sociale auprès de ces personnes afin de les amener à lutter contre des politiques qui nuisent à leur condition de vie. Voici une analyse de l’impact de ces enjeux sur le milieu communautaire présentée par le MÉPACQ à la Commission populaire du RQ-ACA.

 
 
IRIS : Ces mythes fiscaux qui ne s’en vont pas

Au début du mois de février, la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques (CFFP) de l’Université de Sherbrooke a publié son rapport sur le bilan fiscal du Québec. Le rapport, cosigné par Luc Godbout, revient sur des enjeux chers à ce dernier et qui se retrouvent dans plusieurs de ses publications: l’utilisation plus importante que les autres pays de l’OCDE des impôts sur le revenu par le Québec juxtaposée au recours moins imposant aux taxes à la consommation et cotisations sociales. À la lumière de ce nouveau rapport, et donc de certaines nouvelles données, j’aimerais déboulonner certains mythes dominants dans l’espace public sur la fiscalité, soit 1) la façon dont le Québec traite ses riches sur le plan fiscal et 2) le lien entre l’imposition des sociétés et compétitivité.

Lire la suite du billet de blogue de l’IRIS.

 
 
8 mars : Appel à toutes pour se faire entendre!
8mars

Le thème choisi par le Collectif 8 mars au Québec est Appel à toutes pour se faire entendre! On évoque ainsi les récentes mobilisations, comme la Marche mondiale des femmes ou #AgressionNonDenoncée ou encore, pour une commission d'enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. Le thème témoigne également de la nécessité de l'action collective féministe pour défendre les droits des femmes.

 
 
Transports en commun : la plaie du harcèlement

Dans les transports en commun, les regards inquisiteurs, remarques sexistes et autres mains baladeuses sont le pain quotidien de centaines de milliers de femmes d’un bout à l’autre de la planète. Mais Montréal fait-elle figure d’exception? Personne à Montréal, pas même le Service de police de la Ville de Montréal ou la Société de transport de Montréal, ne dispose de données chiffrées concernant spécifiquement les cas de harcèlement ou d’agression dans les transports en commun. Sur la plateforme Web de l’organisation Hollaback Montréal - branche locale du groupe international qui lutte contre le harcèlement de rue et la violence faite aux femmes dans les espaces publics -, les témoignages sont pourtant nombreux.

Lire la suite.

Un groupe de femmes sans-papiers lance un cri du cœur.
Autochtones : La relation avec les policiers est un «problème systémique».
Femmes autochtones : l'ONU appelle Ottawa à s'attaquer aux racines de la violence.

 
 
IRIS : Il faut rompre avec Tina

Contrairement à l’habitude, les questions de santé mentale ont été très médiatisées ces derniers jours. Ceci surtout en raison de grandes entreprises comme Bell et Morneau Shepell qui ont respectivement lancé des campagnes et projets de recherche leur permettant de se positionner comme des acteurs importants dans le domaine. Cette tendance à la corporatisation de la santé mentale s’inscrit dans une vision néolibérale qui nie l’existence d’alternatives aptes à solutionner les problèmes humains en dehors de la logique de marché. Ce qui mérite réflexion, c’est la persistance de la volonté de résoudre le problème avec les mêmes modes de pensées qui l’ont créé.

Lire la suite du billet de blogue de l’IRIS.

 
 
Profilage social : au-delà de la reconnaissance, une gestion de l'espace public à améliorer

Face à une situation préoccupante concernant les tensions dans l'espace public et les enjeux d'aménagement urbain, le RAPSIM presse la Ville de Montréal et son Service de Police (SPVM) de faire le bilan de leurs actions et de développer un nouveau Plan de lutte en matière de profilage social. Le 4e Portrait de la situation dans l'espace public montréalais est issu d'une enquête menée auprès d'une trentaine d'organismes en itinérance à Montréal. Sans être catastrophique, il ressort de cette enquête que la situation dans l'espace public et en regard du profilage n'a pas connu d'amélioration récemment, et ce, malgré d'intéressantes initiatives développées par la Ville et le SPVM.

Lire la suite.

Les rapports des sans-abri avec les autorités stagnent ou se dégradent.
Le SPVM accueille «favorablement» un rapport sur les itinérants.

 
 
Le nombre de ménages recevant de l’allocation-logement chute continuellement depuis l’an 2000

Le nombre de ménages recevant de l’allocation-logement a chuté continuellement au Québec depuis l’an 2000 et la baisse s’est poursuivie, quoiqu’à un rythme moindre, depuis que le gouvernement québécois a commencé à abaisser graduellement de 55 à 50 ans l’âge d’accès à cette aide financière. C’est à ce constat qu’en arrive le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), en examinant les statistiques compilées au fil des années par la Société d’habitation du Québec (SHQ).

Lire la suite.

 
 
Logement social : Verdun repousse les limites

Tous les promoteurs immobiliers qui souhaitent entamer un nouveau projet résidentiel ou convertir des appartements en condominiums, à Verdun, devront désormais contribuer à l’offre de logements sociaux sur le territoire. L’arrondissement va ainsi plus loin que toutes les stratégies d’inclusion de logements abordables existantes sur l’île de Montréal. Avec ce nouveau plan d’action local adopté le 2 février, les élus de Verdun souhaitent construire 300 nouveaux logements abordables d’ici 2018.

Lire la suite du texte du Messager de Verdun.

 
 
Énergie Est : Le BAPE tiendra compte des GES de l'Ouest malgré l’avis de Québec

Même si le gouvernement Couillard a toujours dit qu’il limiterait son évaluation des gaz à effet de serre du pipeline Énergie Est à la seule portion québécoise, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement n’interprète pas son mandat de façon aussi restrictive. Le Devoir a appris que l’organisme indépendant entend bel et bien tenir compte des émissions découlant de la production du pétrole de l’Ouest canadien qui circulera dans le tuyau. La position de Québec revenait à évaluer à peine 1% des GES liés au projet, selon Équiterre, Greenpeace, Nature Québec et la Fondation David Suzuki. Dans les faits, les émissions de GES seront considérables, selon des calculs réalisés par l’Institut Pembina. Elles devraient en fait dépasser les 30 millions de tonnes par année, soit l’équivalent de sept millions de véhicules.

Lire la suite.