Infolettre du SCCUQ - 19 avril 2018
Header
 

L’infolettre du SCCUQ est publiée tous les jeudis. Vous y retrouvez des nouvelles du Syndicat, de ses membres ainsi que des milieux syndical, social et de l’éducation.

 
 
Entre vous et moi : Une assemblée générale importante

Chargées et chargés de cours, je vous invite à venir en grand nombre à l’Assemblée générale statutaire le mardi 24 avril. Vous élirez les officières et officiers syndicaux qui défendront vos intérêts au cours des deux prochaines années. Vous pouvez déjà prendre connaissance sur le site du SCCUQ des bilans des différents postes au Comité exécutif, du Comité mobilisation-intégration et du Comité des agentes et agents de relations de travail. Vous serez également informés de ce que le Syndicat a fait avec vos cotisations. Une assemblée importante.

Richard Bousquet
Vice-président à l’information du SCCUQ

 
 
SCCUQ
 
 
À l'agenda du SCCUQ

Activités reliées au SCCUQ :

24 avrilAssemblée générale statutaire : élections et trésorerie
25 avril : Assemblée annuelle du Régime de retraite des chargées et chargés de cours de l’UQ
4 mai : Date limite de dépôt des projets d’intégration
Jusqu’au 4 mai : Demande de perfectionnement long
Jusqu’au 8 juin : Demande de perfectionnement court

Messages et documents du SCCUQ :

Capsules d’information sur des modifications à la convention collective :
Vous souhaitez prendre votre retraite ?
Le congé à traitement différé.
Fin accélérée de la période de probation.
Appels à témoins :
Concernant les congés de maladie.
Concernant la conception de cours hybrides.

Politique de prévention et d’intervention en matière de harcèlement psychologique au SCCUQ

 
 
Le SCCUQbil@n 2017-2018 est en ligne

Le SCCUQbil@n contenant les bilans de tous les postes du comité exécutif ainsi que des deux comités CMI et CAART pour l’année 2017-2018 est maintenant en ligne. Des exemplaires papier incluant la rétrospective financière, les états financiers de 2017 ainsi que les rapports de l’auditeur indépendant et du Comité de surveillance des finances seront remis aux membres lors de l’Assemblée générale statutaire du 24 avril.

 
 
Projets d’intégration : prochain dépôt le vendredi 4 mai
La prochaine date limite de dépôt pour les projets d’intégration est le vendredi 4 mai. La trousse d’informations sur les projets d’intégration et le formulaire pour faire une demande de projet d’intégration sont mis à jour. Nous vous invitons à utiliser ces nouvelles versions pour transmettre par courriel votre projet auprès du Comité de liaison local (CLL) de votre département, école ou faculté afin qu’il soit étudié et approuvé. Vous pouvez contacter un membre du Comité mobilisation-intégration (Nathalie Blanchet, poste 2791, Jean Régnier, poste 5609, ou Mariève Ross, poste 8272) si vous avez besoin de plus d’informations. Les CLL doivent ensuite se réunir afin d’étudier, de commenter et de signer les projets reçus. Il doivent finalement les faire parvenir au Comité de liaison institutionnel, à l’attention de madame Amal Aissou du Service du personnel enseignant, au plus tard le vendredi 18 mai. Attention, il ne faut pas attendre à la dernière minute, le courrier interne de l’UQAM ne passe pas tous les jours.
 
 
Assemblée générale statutaire : élections et trésorerie, le 24 avril

Toutes les personnes chargées de cours sont invitées à l’Assemblée générale statutaire du printemps du SCCUQ le mardi 24 avril, à 13h, au local R-M120 (pavillon des Sciences de gestion). La moitié des postes d’officiers syndicaux et des représentations à divers comités institutionnels seront alors à combler et la trésorière présentera les états financiers pour l’année 2017. Postes en élection pour des mandats de deux ans: • Présidence • Vice-présidence aux affaires universitaires • Vice-présidence à l’information • Une conseillère ou un conseiller au Comité mobilisation-intégration • Deux agentes ou agents au Comité des agentes et agents de relations de travail • Deux membres du Comité de surveillance des finances • Officière ou officier d’élections substitut • Une représentante, un représentant et une, un substitut au Comité de perfectionnement et de mise à jour des connaissances • Une représentante, un représentant au Comité de vérification du double emploi • Une représentante, un représentant au Comité des relations interethniques • Une, un substitut au Comité institutionnel de prévention du harcèlement psychologique • Une représentante, un représentant au Comité institutionnel contre le harcèlement sexuel • et des mandats de trois ans pour Une, un substitut au Comité institutionnel sur les infractions de nature académique et Une représentante, un représentant qui doit provenir de la Faculté des arts ou de l’un de ses départements au Comité des programmes de formation à l’enseignement (CPFE). Le point Trésorerie se subdivisera ainsi: • Rapport de l’auditeur indépendant et états financiers 2017 • Résultats réels 2017 comparés au budget 2017 • Proposition d’affectation • Rapport du Comité de surveillance des finances. Il y aura également à l’ordre du jour des points Solidarité et Intersyndical. Après la réunion, vous êtes conviés à un «5 à 7» au lieu social du Syndicat au A-R542.

 
 
Assemblée annuelle du Régime de retraite des chargées et chargés de cours le 25 avril

L’assemblée annuelle du Régime de retraite des chargés de cours de l’Université du Québec se tiendra le mercredi 25 avril, à 17h, au lieu social du SCCUQ (A-R540). Il sera question d’états financiers, de modification au Règlement, d’administration du régime et de placements. Un léger goûter (vin et fromages) sera servi. Toutes les cotisantes et tous les cotisants au régime sont les bienvenus.

 
 
Un groupe étudiant propose aux enseignants de l'UQAM d'adopter un «français dégenré»
GroupeEtudiant

Alors que la France rechigne encore à écrire «Madame la ministre», un groupe militant de l'UQAM tente de convaincre le corps enseignant de l'établissement de passer au genre neutre, avec des phrases comme «ceuzes qui sont contributeurices sont heureuxes». Un dépliant distribué graduellement au cours des derniers mois dans les boîtes aux lettres d'au moins une partie du personnel de l'université, et obtenu par La Presse, a fait froncer quelques sourcils. Le «Petit guide des enjeux LGBTQIA+ à l'Université», écrit par «plusieurs doctorant-e-s de différents départements de l'UQAM» demeurant anonymes, propose «de nombreux moyens de dégenrer ses interventions».

Lire la suite du texte de La Presse.

Les militants pour un français dégenré font fi des critiques.
Comité trans et non-binaire : pour une université plus inclusive.

 
 
Dates et procédures pour une demande de perfectionnement long ou court

L'article 16 de la convention collective SCCUQ-UQAM prévoit que 54 charges de cours, à raison de 3 charges par session pour un maximum de 6 charges sont attribuées comme bourses de perfectionnement de longue durée dans le cadre de projets institutionnels et/ou fin de scolarité en 2018-2019. Si vous désirez vous prévaloir de ce programme pour l'année 2018-2019 et pour de plus amples informations, veuillez consulter le document explicatif intitulé : Perfectionnement de longue durée et/ou appeler une agente ou un agent du CAART. Votre demande, en version papier, doit parvenir au plus tard le 4 mai au Service du personnel enseignant à l'attention de l'assistante de direction, madame Brigitte Perron.

La date limite pour déposer une demande de perfectionnement court est le 8 juin 2018. Le perfectionnement court comprend 2 volets, le volet A (perfectionnement court) et le volet B (Recherche et création). Vous devez remplir le formulaire à cet effet qui se trouve sur ACCENT et joindre les pièces justificatives nécessaires. Votre demande doit être adressée au Service des ressources humaines (SPE). Pour toute demande d’information complémentaire, veuillez prendre contact avec une agente ou un agent du CAART.

 
 
Babillard des membres
 
 
À l’agenda des membres du SCCUQ
 
 
Lancement du catalogue de l’exposition Mi-lieu le 27 avril

Les étudiantes Estelle Bonhomet-Proulx et Alexandra Rioux-Richard sont très heureuses de vous inviter au lancement du catalogue de 36 pages de l’exposition Mi-lieu qui regroupait une dizaine de chargées et chargés de cours et leurs étudiantes et étudiants à l’Écomusée du Fier Monde à l’hiver 2018. Le lancement aura lieu le vendredi 27 avril, à 17h, au bar salon de la Cinémathèque québécoise au 335 boulevard de Maisonneuve Est, à Montréal. Venez chercher ce magnifique catalogue.

 
 
Isabelle Bouchard reçoit le Premier Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant

La chargée de cours au Département d’histoire Isabelle Bouchard figure parmi les lauréats des Prix du livre politique 2018, décernés le 12 avril dernier dans le cadre du Salon international du livre de Québec. Ces prix leur ont été remis par le vice-président de l'Assemblée nationale, François Gendron. Elle a remporté le Premier Prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant pour sa thèse intitulée Des systèmes politiques en quête de légitimité: terres « seigneuriales », pouvoirs et enjeux locaux dans les communautés autochtones de la vallée du Saint-Laurent (1760-1860). Ce prix, assorti d'une bourse de 3000 dollars, récompense l'étudiant auteur de la meilleure thèse de doctorat portant sur la vie politique québécoise, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
«Décider entre hommes» change de main, après le départ de Marie-Ève Maillé

C’est la fin et ça continue. La page Facebook Décider entre hommes (DEH) fermera, mais son contenu sera hébergé et géré par l’équipe de Je suis féministe (JSF). Cette production médiatique bien connue (plus de 13 160 abonnés au compteur en date de vendredi après-midi) se présente comme l’«Observatoire de la surreprésentation injustifiée des hommes dans les sphères de décision et d’influence». Elle est liée au mot-clic #DéciderEntreHommes. DEH ne fait qu’une seule chose, avec une passion obstinée: reproduire et commenter (souvent avec humour) des photos de cercles de décision où n’apparaissent que des messieurs, ou presque. «Après plus de deux ans à la barre de la page, je quitte l’aventure, écrit la cofondatrice de l’Observatoire et chargée de cours Marie-Ève Maillé dans un message diffusé le 11 avril. Je n’ai pas à chercher bien loin les raisons de mon départ: le coeur n’y est plus», peut-on lire dans Le Devoir.

 
 
Sous la supervision de Brigitte Alepin, la deuxième saison de Radio-Dodo se termine
BrigitteAlepin

Le 11 avril dernier, une fébrilité inhabituelle régnait dans les studios de CHOQ.ca, la radio web de l'UQAM. Sous la supervision de la fiscaliste de renom Brigitte Alepin, chargée de cours au Département des sciences comptables, un petit groupe de personnes s'apprêtait à enregistrer les dernières émissions de la deuxième saison de Radio-Dodo. Cette radio de type communautaire a pour mission de réconforter des enfants victimes de la guerre en Syrie et au Mali. En ondes tous les dimanches soirs de 19 h à 20 h, elle leur offre un moment de trêve, de répit, pour  chanter, sourire et les disposer à faire de beaux rêves. Brigitte Alepin a démarré le projet de Radio-Dodo en janvier 2017, peut-on lire sur Actualités UQAM.

 
 
Les enfants au resto divisent la société : une question de classes sociales, selon Jean-Philippe Laperrière

Est-ce que les enfants ont leur place dans tous les restaurants et sur les terrasses de bar? La question divise toujours autant, que ce soit du côté des professionnels de la restauration ou des clients. Pourquoi est-ce si compliqué pour les restaurateurs d’adapter leur offre aux familles? La question posée par le chef Ian Perreault dans un billet de blogue a suscité de vives réactions dans les médias sociaux et a été reprise par Le Devoir. Pour le sociologue Jean-Philippe Laperrière, ce clivage autour des enfants dans les restaurants peut s’expliquer par l’évolution de ce type de commerce. «Contrairement à d’autres cultures, le restaurant au Québec était avant tout destiné aux classes sociales aisées et aux gens qui voulaient afficher leur rang social», explique le chargé de cours au certificat en gestion et pratiques socioculturelles de la gastronomie.

 
 
Pourquoi se priver d’une partie des transferts fédéraux auxquels le Québec a droit?, questionne Marc-André Houle

En prévision de l’élection à venir, la Coalition avenir Québec, appuyée par une certaine droite économique, propose de libérer le Québec de sa dépendance à la péréquation. Il s’agit certes là d’un noble objectif. Le problème est que les partisans de la «péréquation zéro» offrent souvent une vision partielle, voire tronquée de ce transfert fédéral, ce qui contribue à véhiculer le mythe du «Québec quêteux», écrit le chargé de cours au Département de science politique Marc-André Houle, dans un texte d’opinion publié par Le Devoir.

 
 
La campagne d’image de Dara Khosrowshahi, nouveau PDG d’Uber analysée par Nadia Seraiocco

Américano-iranien de confession musulmane et de famille aisée, neveu du fondateur de Future Shop, issu du secteur bancaire et ancien PDG de l'agence de voyages en ligne Expedia, il a pris la relève du controversé Travis Kalanick à la tête d'Uber. Il est chargé de polir l'image de l'entreprise technologique, critiquée pour encourager le harcèlement psychologique chez ses employés et ses pratiques commerciales, entre autres. La chargée de cours Nadia Seraiocco, spécialiste en nouveaux médias, fait le portrait de Dara Khosrowshahi au micro de Catherine Perrin, à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Élisabeth Vallet a lu et commenté le livre Still paving the way for Madam President
ElisabethVallet

La chargée de cours Élisabeth Vallet a lu et commenté le livre Still paving the way for Madam President, pour les auditeurs de l’émission Plus on est de fous, plus on lit!, à l’antenne de Radio-Canada.

 
 
Monde syndical
 
 
À l’agenda syndical et social

23 avril : Soirée Relations : Cesser d’investir dans les combustibles fossiles, pourquoi et comment?
26 avril : Manifestation des organismes de défense collective des droits à Québec
26 avril : Forum L’aliénation parentale : une menace pour les femmes et les féministes
27 avril : Journée de réflexion sur l’islamophobie
28 avril : Manifestation de la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs
28 avril : Rencontre internationale Femmes en résistance face à l’extractivisme : Pour la construction de stratégies collectives
1er mai : Panel : Une solution structurante pour le corridor Montréal-Québec ?
2 mai : Journée de réflexion sur les conditions de travail dans le milieu communautaire
3 mai : Lancement du livre L’économie sociale au Québec – Une perspective politique
3 au 5 mai : États généraux de l’enseignement supérieur
6 mai : Grande marche pour l’avenir du CHU Sainte-Justine
8 mai : Table ronde Retraite et emploi au Québec : Où en sommes-nous? Comment renforcer la solidarité sociale?
9 mai : Les réalités éducatives des Autochtones et des Inuits hors communauté, des personnes immigrantes ou en situation de handicap
16 et 17 mai : Colloque sur l’enseignement des sciences et du génie à l’université
17 au 20 mai : Conférences La Grande transition: préparer la société après le capitalisme
20 au 25 mai : L’Université féministe d’été : Quelle égalité dans un contexte de diversité?
2 au 29 septembre : Grande marche : de villes en villages pour le droit au logement

 
 
Journée de réflexion sur l’islamophobie le 27 avril
JourneeReflexion

Le Conseil central du Montréal métropolitain organise une Journée de réflexion sur l’islamophobie le vendredi 27 avril, de 9h30 à 16h30, au 1601 avenue de Lorimier, pour mieux comprendre les diverses formes d’islamophobie afin de relever le défi de l’intégration des minorités racisées dans nos milieux de travail et de renforcer la cohésion syndicale. Venez échanger avec nos panels d’experts et de militantes et militants du mouvement: • Perspectives sur l’islamophobie et le chemin vers une société laïque, pluraliste et équitable • Les programmes d’accès à l’égalité des personnes immigrantes et racisées en milieu de travail, dans les secteurs public et privé • Perspectives syndicales à la CSN sur les réalités en milieu de travail. Afin de prévoir le dîner qui sera servi sur place, veuillez vous inscrire par courriel avant le 20 avril auprès de Roxane Dufour Duclos.

 
 
Fête internationale des travailleuses et des travailleurs : manifestation nationale le 28 avril à Montréal
FeteInternationale

Pour souligner la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs, une manifestation nationale aura lieu le 28 avril 2018 à Montréal. Rendez-vous au Parc olympique (Pierre-De Coubertin et Pie IX), pour un départ à 13h. En cette année électorale, la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs revêt une signification particulière, il nous revient de rappeler nos revendications aux différents partis politiques: • Salaire minimum à 15$ l’heure • Réinvestissement dans les services publics et les programmes sociaux et mise en place de mesures concrètes pour mettre fin aux surcharges de travail • Conciliation travail-famille-études • Lutte contre les paradis fiscaux • Transition juste.

Lire la suite.

 
 
Privatisation partielle de la TÉLUQ : des milliers de signatures pour appuyer les tuteurs et les tutrices

Alors que l’administration de l’Université TÉLUQ persiste dans l’opération de mises à pied de la presque totalité de ses tuteurs et tutrices, des représentant.es de toutes les universités québécoises sont venus appuyer vendredi midi le Syndicat des tuteurs et des tutrices de la Télé-université-CSN (STTTU). La présidente du syndicat, madame Nancy Turgeon, doit rencontrer, à cette occasion, le directeur général, Martin Noël, à son bureau de la rue du Parvis à Québec pour lui remettre des cartes de protestation signées par près de trois mille étudiant.es, enseignant.es et citoyen.nes. Cet appui de la communauté a accru la détermination des tuteurs et des tutrices qui s’opposent au transfert de l’encadrement des étudiantes et des étudiants à une entreprise privée, l’Institut MATCI, et à des professeur.es sous contrat et à statut précaire. «Les personnes que nous avons rencontrées ont été estomaquées de la situation. Leur appui a été spontané et inconditionnel. Toutes les signatures ont été récoltées en moins de deux semaines dans les universités», souligne la présidente du syndicat.

Lire la suite.

Conflit de travail à la TÉLUQ : Prélude de e-campus?
TÉLUQ : un changement bien mal parti.
La «privatisation» de la TÉLUQ dénoncée.
Une fédération d’associations étudiantes dénonce cette ouverture à la privatisation.
Vidéo : Point de presse de Gabriel Nadeau-Dubois, député de Gouin.
Réponse à GND : La ministre David légitimise la sous-traitance par l’autonomie universitaire.

 
 
Entente de principe à la CSDM : la grève du 1er mai est annulée

L'Alliance des professeures et professeurs de Montréal (APPM) et la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ont conclu une entente de principe mercredi soir, après d'intenses négociations, a fait savoir l'Alliance jeudi par communiqué. Les professeurs visés par l'entente seront convoqués à une assemblée générale le 26 avril pour décider s'ils l'acceptent ou non. L'entente ne sera pas rendue publique avant cette date et ni l’APPM, ni la CSDM ne la commenteront. La journée de grève qui devait avoir lieu le 1er mai est annulée, peut-on lire sur le site de Radio-Canada.

La FAE soutient les profs de la CSDM.

 
 
Financement adéquat du transport scolaire : la CSN attend un retour rapide du ministre Proulx

À la suite d’une rencontre tenue mardi avec le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, la Confédération des syndicats nationaux s’attend à une réponse rapide dans le dossier du financement du transport scolaire au Québec. «Nous sommes heureux d’avoir enfin rencontré le ministre Proulx pour lui parler de l’état de la situation dans le transport scolaire au Québec. Les mauvaises conditions de travail qui règnent depuis trop longtemps dans ce secteur causent actuellement de graves problèmes de recrutement, de rétention et de pénurie de conductrices et de conducteurs de véhicule scolaire. Les salaires sont inadéquats et le Secteur transport scolaire (STS) de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) revendique la création d’enveloppes budgétaires bonifiées, dédiées et fermées afin de financer adéquatement l’augmentation des salaires et l’amélioration des conditions de travail dans leur secteur», de préciser Jean Lacharité, vice-président de la CSN.

Lire la suite.

Éducation à la sexualité : Sans les conditions, c’est non!
Le personnel de soutien n’est pas assez nombreux pour répondre aux besoins des élèves.
Investissements pour les 0-8 ans : Des hauts… et des bas, selon la CSQ.
RD Congo : Mise sur pied de cercles d’études à Bandundu, 145 033 enseignants ne reçoivent aucun salaire depuis plusieurs années.

 
 
Retrait des frais de guichet unique : les responsables en service de garde en milieu familial satisfaites de la décision ministérielle

Les responsables d’un service de garde (RSG) en milieu familial, membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), accueillent favorablement la décision du ministère de la Famille de renoncer aux frais de guichet unique adressé aux parents à la recherche de place pour leur enfant. L’annonce d’une entente récente à cet effet a été reçue comme un baume par les RSG en raison de la dégradation des conditions de travail et de pratique de celles qui sont chargées d’accueillir à leur domicile et d’éduquer plus de 90 000 enfants par année.

Lire la suite.

Montréal et Laval : Grève de 1350 travailleuses en CPE les 18 et 19 avril.

 
 
Tous pour l’avenir du CHU Sainte-Justine : trois importantes organisations québécoises se joignent à la coalition

La Coalition pour l’avenir du CHU Sainte-Justine (et contre le regroupement forcé avec le CHUM) a officiellement accueilli dans ses rangs mardi trois importantes organisations québécoises, à savoir la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et Médecins québécois pour le régime public (MQRP). Ce nouvel élargissement de la coalition témoigne de l’ampleur du mouvement et de la ferme volonté d’acteurs de tous les milieux de combattre jusqu’au bout l’affaiblissement du CHU Sainte-Justine.

Lire la suite.

Grande marche pour l’avenir du CHU Sainte-Justine le 6 mai.

 
 
Campagne Assez! Personnel surchargé : les syndicats de la FSSS–CSN en action contre la surcharge de travail
CampagneAssez

Plusieurs travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux ont participé mercredi midi à une manifestation pour dénoncer leur surcharge de travail. Cette manifestation donne le coup d’envoi des actions à venir dans les prochaines semaines dans le cadre de la campagne Assez! Personnel surchargé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). «À Montréal et Laval, la détresse du personnel du réseau est importante. Aujourd’hui, nous nous sommes rassemblés pour dire, c’est assez ! Il est temps que les employeurs et le gouvernement comprennent qu’ils ne peuvent plus en rajouter. Ils doivent appliquer des solutions», explique Judith Huot, vice-présidente régionale de la FSSS–CSN.

Lire la suite.

Épuisement du personnel : La FSSS-CSN obtient un engagement du ministre Barrette pour faire avancer les négociations locales.
La FSSS–CSN lance la campagne Assez ! Personnel surchargé.
Les salarié-es du CISSS des Laurentides rencontrent Gaétan Barrette.
Le SIISNEQ-CSQ conclut une entente originale avec le CISSS de la Côte-Nord.

 
 
Centre de communication d’Urgences-santé : les salariées et salariés votent 10 jours de grève supplémentaires

Toujours en attente d’offres salariales satisfaisantes, les 210 répartiteurs, répartitrices et employé-es de bureau du centre d’appels d’Urgences-santé ont voté, hier, à scrutin secret, en faveur de 10 journées de grève supplémentaires à utiliser au moment opportun. Ils ont fait grève durant quelques jours à quatre reprises depuis décembre 2017. Leur convention collective étant échue depuis le 31 mars 2015, ils réclament notamment la parité de traitement avec leurs collègues paramédics et employé-es de soutien d’Urgences-santé, ainsi qu’avec les 500 000 employé-es de l’État.

Lire la suite.

 
 
Les syndicats de La Presse font une nouvelle proposition à l’employeur

Les trois syndicats de La Presse affiliés à la Fédération nationale des communications–CSN ont adopté mardi une nouvelle proposition afin de relancer la négociation en vue du renouvellement de leurs conventions collectives qui sont échues depuis plus de 27 mois. La nouvelle proposition inclut des concessions importantes, notamment sur le plan salarial et sur le plan de la sécurité d’emploi. Les salarié-es ont procédé au vote sur cette nouvelle proposition et ont également adopté des moyens de pression, excluant la grève générale illimitée. Ces moyens de pression seront mis en œuvre au moment jugé opportun. Les syndicats sont conscients de la crise qui frappe le secteur de la presse écrite au Canada et ailleurs dans le monde. Cette situation dépasse la question des relations de travail. Elle découle de la domination de deux géants, Google et Facebook, sur le marché publicitaire, dans un contexte où les lois fiscales et celles sur les droits d’auteur sont désuètes.

Lire la suite.

 
 
Prolongation du contrat des trains Azur : une promesse que le premier ministre devra tenir

Tout en accueillant favorablement l’annonce du premier ministre du Québec de passage à l’usine de Bombardier à La Pocatière, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) gardera l’œil ouvert et veillera à ce que cette promesse soit tenue. En tournée au Bas-Saint-Laurent, le premier ministre du Québec s’est arrêté à l’usine de Bombardier à La Pocatière pour y annoncer sa volonté ferme de prolonger le contrat de construction des voitures Azur pour le métro de Montréal. «Le premier ministre nous a dit que les discussions avec la ville de Montréal et la mairesse Valérie Plante avançaient bien et que le gouvernement déposerait un cadre législatif pour éviter d’aller en appel d’offres», a soulevé Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN).

Lire la suite.

Le lockout chez ABI a coûté plus de 150 millions : Combien Alcoa perdra-t-elle encore avant de retourner négocier?
Manifestation des jeunes de la FTQ en appui aux travailleurs d’ABI.
ABI : les jeunes de la FTQ manifestent, un médiateur spécial est nommé.

 
 
La FTQ accueille favorablement le dépôt du rapport «Un régime d’assurance-médicaments universel pour tous les Canadiens»

La FTQ se réjouit que le Comité permanent de la santé du gouvernement fédéral partage sa revendication et qu’il recommande un régime universel d’assurance médicaments à payeur unique. Le rapport intitulé Un régime d’assurance-médicaments universel pour tous les Canadiens: Une nécessité a été déposé aujourd’hui à la Chambre des communes. Une vaste majorité des 100 spécialistes qui ont témoigné devant le Comité permanent de la santé ont fait valoir ce que nous disons depuis des années: les gens ont besoin d’une assurance médicaments universelle et publique.

Lire la suite.

 
 
Les 3600 médecins résidents entérinent une entente de principe de six ans

Les 3600 médecins résidents du Québec ont entériné à 98,5% l’entente de principe qui était intervenue le 30 mars avec le gouvernement du Québec. Les médecins résidents ont obtenu les mêmes augmentations salariales que l’ensemble des syndiqués des secteurs public et parapublic, soit 5,25% pour les cinq premières années de leur contrat de six ans. Ils ont également obtenu les mêmes montants forfaitaires. Pour la sixième année du contrat, ils ont obtenu une clause remorque, qui leur accordera donc la même augmentation qu’obtiendront les syndicats des secteurs public et parapublic. La Fédération des médecins résidents du Québec (FMRQ) a également fait «un gain majeur» au chapitre des prestations pour congés parentaux, puisque celles-ci seront désormais calculées en tenant compte des primes, et non plus seulement sur le salaire de base. Ces primes peuvent représenter 20% de la rémunération. De même, les horaires de garde seront limités à 16 heures, soit le statu quo. «Le ministère a retiré ses demandes; il nous demandait de faire plus que des 16 heures», ce que les médecins résidents refusaient catégoriquement, a rapporté le docteur Christopher Lemieux, président de la FMRQ.

Lire la suite du texte de La Presse canadienne.

 
 
Élections 2018 : s’inviter dans le débat

Le dernier budget de Québec en fait la démonstration: la campagne électorale est bel et bien amorcée! La FTQ et ses syndicats affiliés souhaitent l’élection d’un gouvernement qui s’engagera résolument à promouvoir un régime de justice sociale, de dignité de la personne et de liberté démocratique. C’est pour contribuer à atteindre ce résultat que nous avons adopté en Conseil général, le 21 février dernier, une plateforme électorale qui contient des propositions (24 revendications) pour améliorer les droits et les conditions de vie de la majorité de la population.

Lire la suite de l’éditorial du Monde ouvrier.

 
 
Conférence sur les droits d'auteur : les droits de propriété intellectuelle sont essentiels pour un enseignement de qualité

Lors de la récente conférence de l’Internationale de l'éducation sur le droit d’auteur, les enseignantes et enseignants d’Europe et du monde entier ont tenté de trouver un équilibre entre les droits des créateurs et ceux des utilisateurs dans le secteur de l'éducation. Près de 90 participantes et participants européens et internationaux ont assisté le 11 avril à une conférence de haut niveau organisée à Bruxelles, Belgique et intitulée «Améliorer les dispositions en matière de droit d’auteur pour renforcer la qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche en Europe et ailleurs». Cette conférence visait à sensibiliser sur les questions de propriété intellectuelle et lutter contre les atteintes aux droits de propriété intellectuelle pour les étudiantes, étudiants et les enseignantes et enseignants.

Lire la suite.

L’Internationale de l’éducation évalue le Rapport de la Banque mondiale sur le développement dans le monde consacré à l’éducation.
Pays-Bas : le mouvement des enseignantes et enseignants s’étend à tout le pays.
Namibie : Influence du privé dans l'éducation de la petite enfance et nécessité d'embaucher des enseignantes et enseignants qualifiés.

 
 
Monde de l’éducation
 
 
L’UQAM fait le point sur une agression sexuelle survenue sur le campus le 14 avril

À la suite de la publication, mercredi, d’un article de la Presse Canadienne sur un événement regrettable survenu le 14 avril sur le campus de l'UQAM, la Direction tient à faire le point et à rassurer la communauté universitaire. Rappelons les faits: alors qu’elle étudiait dans une salle de classe du pavillon Paul-Gérin-Lajoie samedi matin, une étudiante a été victime d’une agression sexuelle de la part d’un individu ne faisant pas partie de la communauté universitaire. Selon l’article, cet individu souffre de troubles psychologiques et était sous l’effet de narcotiques.

Lire la suite.

 
 
Les étudiantes Maxine Visotzky-Charlebois et Stéphanie Thibodeau élues au C.A. de l’UQAM

En raison de la fin des mandats de madame Nadia Lafrenière et de monsieur Samuel Cossette à titre de membres étudiants du Conseil d’administration, une consultation a eu lieu du 10 au 17 avril 2018 auprès de l’ensemble des étudiantes et étudiants de l’Université. Parmi les six candidates, candidats en lice, Maxine Visotzky-Charlebois, étudiante au programme de maîtrise en droit (droit du travail) et Stéphanie Thibodeau, étudiante au programme de maîtrise en éducation (éducation et formation spécialisées) ont obtenu le plus grand nombre de voix, soit respectivement 859 et 833 votes sur un total de 2 345.

Lire la suite.

 
 
Inconduites sexuelles à McGill : des profs appuient les étudiants

Plus d’une centaine de professeurs appuient les étudiants de l’Université McGill qui dénoncent le manque de transparence de leur direction dans les dossiers de violences sexuelles. «Ce serait contraire à notre devoir de ne pas ajouter nos voix à celle des étudiants», peut-on lire dans une lettre datée de lundi et signée par 148 membres du corps professoral. Depuis près de deux semaines, l’Association étudiante de l’Université McGill demande la tenue d’une enquête externe sur la façon dont les cas d’inconduites sexuelles de professeurs sont traités, certains étant toujours en poste malgré les dénonciations.

Lire la suite du texte de l’Agence QMI.

 
 
Médias : Où sont passés nos universitaires?

Il y a rarement des fossés importants qui circonscrivent les différents types de médias. La radio, la télé, les journaux et le web s’intéressent généralement aux mêmes genres de nouvelles. C’est dans le traitement de l’information qu’on y découvre certaines nuances notables. Depuis les cinq dernières années, la presse écrite, c’est-à-dire les quotidiens et les sites web, a accru considérablement son intérêt pour les universitaires comme sources d’information ou à titre de commentateurs. Dans les faits, les chercheurs tels que les philosophes, les spécialistes en éthique, les sociologues ou les anthropologues ont augmenté leur poids média de 180% entre 2013 et 2017. À l’inverse, à la radio et à la télévision, la classe universitaire a perdu 19% de sa vélocité pendant la même période. Depuis 24 mois, c’est une chute moyenne de 7% par année. À ce rythme, les Luc Dupont et Donald Cuccioletta de ce monde risquent de se sentir bien seuls dans une dizaine d’années.

Lire la suite du texte d’Influence communication publié par La Presse+.

 
 
Les étudiants universitaires à temps partiel du Québec désavantagés par rapport à ceux du reste du Canada

La Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente (FAEUQEP) déplore le traitement inégal réservé aux étudiants à temps partiel québécois vis-à-vis ceux du reste du Canada en ce qui a trait à l'aide financière aux études qui leur est attribué. En effet, le gouvernement fédéral a annoncé dans les dernières semaines une bonification du Programme canadien de prêts aux étudiants (PCPE) visant à soutenir financièrement sous forme de bourses non remboursables les étudiants à temps partiel provenant de familles à revenu faible ou moyen. Cette politique devrait permettre à plus de 26 000 étudiants à travers le pays de toucher près de 33 millions de dollars en bourses non remboursables. Or, comme le gouvernement du Québec administre son propre régime d'aide financière aux études, les étudiants québécois ne sont pas admissibles au programme fédéral. Qui plus est, comme la Loi sur l'aide financière aux études du Québec l'indique, les étudiants à temps partiel ne sont pas admissibles aux bourses du Québec, et ils n'ont accès qu'à des prêts.

Lire la suite.

 
 
Les réalités éducatives des Autochtones et des Inuits hors communauté, des personnes immigrantes et des personnes en situation de handicap

Les niveaux de scolarité et de littératie des Autochtones et Inuits hors communauté (qui ne vivent pas sur une réserve) et des personnes en situation de handicap sont généralement plus faibles que les personnes nées au Canada. Bien que les personnes immigrantes présentent généralement des niveaux de scolarité plus élevés que les personnes natives, leur capacité à lire (littératie) est plus faible. Les obstacles auxquels font face ces personnes ont un impact sur leur scolarité, leur littératie et leur accès à l’éducation des adultes. L’ICÉA organise une activité qui portera sur ces réalités, le 9 mai, de 13h à 17h, au Centre Saint-Pierre –1212, rue Panet, salle 203. En tout, six personnes présenteront la situation de chacun des trois groupes sociaux. Une heure sera consacrée à chacun des trois groupes. Confirmez votre présence d’ici le 1er mai: lbrossard@icea.qc.ca

 
 
Avis de l’ICÉA sur l’alphabétisation

L’ICÉA a fait parvenir au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport un avis sur l’alphabétisation. En juin 2017, le ministre Sébastien Proulx a annoncé qu’il rendrait publique une stratégie sur l’alphabétisation et la francisation. La future stratégie fait partie des engagements ministériels compris dans la Politique de la réussite éducative. Dans son avis, l’ICÉA invite le ministre à adopter une approche large de la lutte à l’analphabétisme, qui, en plus d’alphabétiser, s’étendrait à l’élimination des causes et l’atténuation des effets de l’analphabétisme.

Lire la suite.

 
 
Histoire de l’éducation des adultes : une ligne du temps qui compte à ce jour 390 événements

Dans le cadre de l’Année de l’histoire de l’éducation des adultes, qu’il a amorcée à l’occasion de la célébration de son 70e anniversaire de fondation, l’ICÉA a fait appel aux organisations et institutions de l’éducation des adultes pour recueillir de l’information en vue de créer une ligne du temps de l’histoire de l’éducation des adultes. L’Institut a mis à jour cette ligne du temps qui compte à ce jour 390 événements.

Lire la suite.

 
 
Grève des universités françaises : mais que réclament les étudiants?

La Sorbonne, symbole de la contestation estudiantine de Mai 68, bloquée, évacuée puis fermée, «Tolbiac la rouge» occupée depuis trois semaines et en passe de devenir un nouveau Notre-Dame-des-Landes, des présidents d'université «sous pression extrême»: le mouvement social des étudiants se durcit de jour en jour sans toutefois s'étendre. Quatre universités françaises (sur environ 70 au total) sont entièrement bloquées ou fermées et une dizaine de sites universitaires (sur 400) connaissent de sérieuses perturbations (blocages, occupations, etc.), selon un comptage du ministère de l'Enseignement supérieur. Une situation fluctuante, mais qui semble partie pour s'installer.

Lire la suite du texte du Huffington Post France.

 
 
Monde social
 
 
Soirée Relations : Cesser d’investir dans les combustibles fossiles, pourquoi et comment?

Le Centre justice et foi organise une conférence dans le cadre d’une Soirée Relations sur le thème Cesser d'investir dans les combustibles fossiles : Pourquoi et comment? lundi 23 avril, de 19h à 21h30, au Centre justice et foi, 25 rue Jarry Ouest, à Montréal. Panélistes: • André Bélisle, président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique; • Sarah Cacoub, diplômée de la maîtrise en innovation sociale à HEC-Montréal; • Patrick Bonin, responsable de la campagne climat-énergie à Greenpeace Canada. Confrontées à l’urgence d’agir face aux changements climatiques, diverses institutions ont pris la décision de cesser de soutenir financièrement l’industrie des combustibles fossiles. Elles espèrent ainsi lutter contre les principaux émetteurs de gaz à effet de serre, et rendre possible la transition énergétique que plusieurs appellent de tous leurs vœux. Cette stratégie est-elle possible au Québec? Comment s’inscrit-elle dans les mobilisations écologistes menées ces dernières années? Comment conjuguer désinvestissement et décroissance pour faire face aux changements climatiques?

 
 
Une manifestation des organismes de défense collective des droits le 26 avril à Québec
UneManif

Une manifestation nationale des organismes de défense collective des droits (DCD) pour l’augmentation du financement à la mission, l’indexation annuelle et le respect de leur mission collective aura lieu le 26 avril, à 11h15, coin Salaberry et chemin Sainte-Foy, à Québec . Les organismes de DCD travaillent d’arrache-pied avec les citoyennes et les citoyens afin de défendre collectivement leurs droits et d’améliorer leurs conditions de vie, malgré un sous-financement chronique. Il y aura soupe populaire et café sur place, apportez votre lunch pour compléter. Du transport sera organisé par la TROVEP de Montréal, téléphone: 514 527-1112.

 
 
Panel : Une solution structurante pour le corridor Montréal-Québec ? le 1er mai

Le 1er mai à 12 h 15, COPTICOM en collaboration avec la Maison du développement durable, présente le panel Une solution structurante pour le corridor Montréal-Québec? à la Maison du développement durable, 50, Sainte-Catherine Ouest, à Montréal. Gens d’affaires, voyageurs et décideurs: tous s’entendent pour dire qu’il faut réduire le temps de déplacement entre la Capitale nationale et la Métropole du Québec. Depuis quelques mois, un certain consensus se dégage autour de la réalisation d’un Train à grande fréquence (TGF) sur la rive nord du Saint-Laurent. Pour ses promoteurs, il s’agit d’un projet réaliste et réalisable, qui concilie impératifs tant économiques qu’environnementaux. Qu’est-ce qui rend le projet de TGF plus intéressant que des options comme un monorail ou un TGV?

 
 
Quel équilibre entre la démocratie, les marchés et l’environnement ?

Les entreprises privées (et plusieurs politiciens) nous promettent que l’économie et l’environnement ne sont pas en compétition et qu’il est ainsi possible de les développer en harmonie. À les écouter, il suffirait de les laisser libre d’agir. La survie de la planète n’est-elle pas à l’avantage des profits? L’entreprise privée, naturellement, irait donc vers des choix durables et responsables. L’actualité récente tend pourtant à prouver le contraire. En mars dernier, on apprenait que Ristigouche gagnait son combat contre la compagnie Gastem qui la poursuivait pour 1 M$. Le petit village avait adopté une réglementation interdisant les forages à une certaine distance des puits artésiens afin de protéger son eau potable, ce que l’entreprise gazière contestait devant les tribunaux. La cour s’est heureusement rangée du côté de la municipalité. Quelques semaines plus tard, c’était au tour de Grenville-sur-la-Rouge d’être poursuivie par une minière, cette fois pour 96 M$...près de 100 fois plus ! Après une campagne électorale portant spécifiquement sur l’enjeu, le nouveau conseil municipal a changé le zonage pour bloquer un projet de mine à ciel ouvert sur son territoire.

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Marx avait raison

L’économiste Patrick Artus accordait la semaine dernière une interview sur France 5 à propos du dernier livre qu’il a publié avec Marie-Paule Virard, Et si les salariés se révoltaient?. Le propos n’a rien d’étonnant pour celles et ceux qui suivent l’évolution du capitalisme mondial depuis une dizaine d’années. Ce qui en revanche est fort surprenant, c’est que cet économiste du monde de la finance – il travaille pour la banque Natixis – insiste pour donner raison à Karl Marx. La note de recherche publiée à l’origine par la banque Nataxis en février a un titre tellement improbable, que j’ai pris soin de m’assurer que ce n’était pas un canular: «La dynamique du capitalisme est aujourd’hui bien celle qu’avait prévue Karl Marx». Mais le curieux économiste Artus semble bel et bien sérieux et c’est un livre entier qu’il publie maintenant chez Fayard sur cette éventuelle «révolte des salariés».

Lire la suite du billet sur le blogue de l’IRIS.

 
 
Malgré le départ de 3 membres : une lutte commune demeure pour le RAPSIM

Le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal a pris acte du retrait de trois de ses membres, l’Accueil Bonneau, la Maison du Père et la Mission Bon Accueil, qui ont annoncé leur décision au RAPSIM la semaine dernière avant de la communiquer aux médias. Malgré le départ de ces organismes, le Réseau souhaite continuer à travailler avec l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte à l’itinérance. Pour le RAPSIM, l’atteinte de l’objectif de la réduction de l’itinérance chronique, privilégié par ces groupes, passe par une diversité d’actions nécessaires pour prévenir et réduire l’itinérance.

Lire la suite.

Montréal : augmentation d’aménagements hostiles aux itinérants.
Les «beaux» discours sur les itinérants...
JecompteMTL 2018 : une démarche qui ne fait pas unanimité auprès du travail de rue.
L'afflux de demandeurs d'asile à Montréal inquiète les ressources d'aide aux itinérants.
La consommation d’opioïdes est un problème de santé et non pas un crime.
Décriminalisation des drogues : 5 questions pour comprendre le modèle portugais.
Des bornes de recherche d’emploi pour les itinérants.
Il a quitté la rue à coup de petits boulots.
La pauvreté nuit au traitement précoce contre le VIH.

 
 
Mémoire «Pour une aide sociale qui permet de vivre en santé: universelle, accessible, inconditionnelle et qui couvre les besoins de base»

La Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles a présenté, le 12 avril, un mémoire devant la Commission de l’économie et du travail dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi no 173, Loi visant principalement à instaurer un revenu de base pour des personnes qui présentent des contraintes sévères à l’emploi. Intitulé Pour une aide sociale qui permet de vivre en santé: universelle, accessible, inconditionnelle et qui couvre les besoins de base le mémoire a été rédigé et présenté par Alexandra Pierre. La Table recommande: • Que le programme «revenu de base» s’applique à toutes les personnes assistées sociales, et ce, dans les plus brefs délais. • Que le gouvernement bonifie les prestations des personnes assistées sociales afin d’atteindre 100% de la mesure du panier de consommation (MPC). • Que le gouvernement retire le règlement instaurant le Programme objectif emploi ainsi que les mesures d’emploi obligatoires assorties de pénalités financières pour les personnes assistées sociales. • Que le gouvernement s’engage à ce que des mesures favorisant leur insertion au marché du travail soient accessibles et disponibles pour toutes les personnes assistées sociales. • Que la pension alimentaire pour enfant ne soit plus considérée comme un revenu du parent qui reçoit de l’aide sociale. • Que le gouvernement s’engage à lutter contre la pauvreté en prenant en compte l’ensemble des déterminants sociaux de la santé.

La Table demande à la ministre Lucie Charlebois de clarifier les informations contenues dans le budget 2018-2019.

 
 
Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés mèneront une mission conjointe d’observation du G7

La Ligue des droits et libertés (LDL) et Amnistie internationale (AI) entendent mener une mission d’observation des libertés civiles dans le cadre du Sommet du G7 en juin prochain. Les deux organisations appellent les ministres de la Sécurité publique fédéral et provincial à prendre dès maintenant les mesures nécessaires pour éviter que les violations de droits qui ont eu lieu lors des précédents Sommets au Canada ne se reproduisent. «Nous lançons cette mission conjointe d’observation dans le but de prévenir les violations de droits fondamentaux, expose Geneviève Paul, directrice générale d’Amnistie internationale Canada francophone. Nous voulons aussi, le cas échéant, documenter les atteintes à la liberté d’expression et de manifestation, ainsi qu’aux droits des personnes arrêtées et détenues. À cet effet, nous souhaitons avoir accès tant aux lieux de manifestation qu’aux lieux de détention.»

Lire la suite.

 
 
Intervention de la LDL à la Commission de la sécurité publique

La Ligue des droits et libertés (LDL) et plusieurs autres personnes et groupes préoccupés par les pratiques policières sont intervenus le 10 avril lors de la séance de la Commission de la sécurité publique qui portait sur les armes intermédiaires. Lors de cette séance, le SPVM a annoncé que les grenades assourdissantes de type RBBG ne seraient plus utilisées. Dominique Peschard, de la LDL, a déploré que les autres armes intermédiaires ne soient pas également remises en question. Les intervenants ont décrié l’annonce du SPVM de se procurer d’autres Tasers à la veille de la tenue de l’audience alors que l’utilisation de ces armes, en particulier contre des personnes en état de crise et souffrant de problème de santé mentale, a été abondamment critiquée par le passé. De nombreux intervenants ont insisté pour dire que la question des armes intermédiaires ne pouvait être réglée en une séance du conseil, qu’une consultation publique plus étoffée était nécessaire et qu’un moratoire s’imposait en attendant.

 
 
La production de sirop d'érable au Québec : un modèle structurant pour l'économie et les régions

L’essor qu’a connu la production de sirop d’érable au Québec est intimement lié à la création d’institutions de régulation que se sont données les producteurs. Si une évaluation d’ensemble de la pertinence et de l’efficacité de cet arrangement institutionnel peut être faite, il faut le faire en tenant compte des faits économiques appropriés et en ayant une vue d’ensemble des effets générés par cet arrangement. La présente note d’intervention de l’IREC cherche à faire brièvement le point sur les effets économiques que les mécanismes institutionnels de la filière acéricole ont exercés globalement sur le développement de la production et sur la dynamisation de l’économie agricole et rurale au Québec. Comme nous le verrons, les faits montrent que le modèle économique de la filière a permis d’agir à la fois sur les variables sectorielles et territoriales du développement, lesquelles nécessitent d’être pensées ensemble pour faire face aux défis du siècle qui s’amorce.