24 avril 2019 - Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQAM
Logo SCCUQ

Logo

Publication récente
Dernier
Coup de gueule
Twitter

Monde syndical

APPEL À LA SOLIDARITÉ : Profilage des membres de l’ACT et menaces de mort

L’Internationale de l’Education (IE) encourage la communauté mondiale des enseignant-e-s à exprimer son indignation face aux menaces de mort reçues par le Secrétaire général de l’Alliance of Concerned Teachers (ACT) aux Philippines, Raymond Basilio, et au profilage illégal des membres de l’ACT par les autorités.

Raymond Basilio a reçu des menaces de mort sur son téléphone portable personnel. Il a reçu cet appel le 11 janvier 2019 lors d’une conférence de presse organisée par l’ACT pour dénoncer le harcèlement et les menaces répétées auxquels ses membres et dirigeants sont confrontés. L’interlocuteur de Raymond Basilio, qui semblait détenir de nombreuses informations personnelles sur lui et sa famille, a affirmé qu’un ordre avait été donné pour assassiner Raymond s’il n’acceptait pas de se plier à certaines exigences.

Malgré les dénégations de la Police nationale philippine et des autorités, l’ACT a également appris que la police continuait de profiler illégalement ses membres dans différentes régions du pays, et ce en violation de la législation nationale et du droit international. De telles pratiques violent les principes de liberté d’association, d’égalité et de non-discrimination, ainsi que les droits au respect de la vie privée et à la protection des données.

Dans une lettre adressée au Président Duterte, l’IE a exhorté le gouvernement des Philippines à garantir la sécurité de M. Basilio, à veiller au respect de la vie privée des membres de l’ACT et à mener des enquêtes indépendantes sur les menaces pesant sur M. Basilio et les autres dirigeants de l’ACT et leurs familles.

L’IE invite nos membres à agir maintenant :

  • Envoyez une lettre de protestation au Président Rodrigo Duterte (modèle ci-joint) et envoyez-en une copie à l’IE ;
  • Encouragez vos membres à pétitionner les autorités par le biais de la campagne LabourStart ;
  • Contactez votre gouvernement et la représentation diplomatique de votre pays aux Philippines, en leur demandant d’entamer un dialogue sur ces questions avec les autorités ;
  • Donnez de la visibilité à la pétition LabourStart en la recommandant à vos collègues, aux membres de votre syndicat et à vos réseaux ; affichez-la sur votre site Web, sur Facebook et sur Twitter.